Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Camille Saillant : interview pour son premier EP | Page d'accueil | Jean-Christophe Rufin de l'Académie française : interview pour Check Point »

04 avril 2015

Luciole : interview pour la sortie de l'album Une

luciole,une,interview,mandor

(Photo : Renaud Julian)

Je suis la carrière de Luciole depuis le début. Je l’ai mandorisé pour la première fois en 2009, pour son premier album, Ombres. Puis, peu de temps après, je l’ai revu et interviewé de nouveau à la Fnac Val d’Europe lors d’une animation en public liée au Festival Muzik’Elles de Meaux (il y avait aussi Clarika et Sandra N’Kaké). Bref, cette jeune artiste m’intéresse au plus haut point. Et quelle belle surprise lorsque j’ai reçu son deuxième album ! Luciole déploie ses ailes, sa voix, ses textes et sa musique. Entendez par là que son évolution est celle qu’on attendait avec impatience. Elle chante formidablement et ses textes sont subtils et profonds, je n’évoque même pas la musique up tempo qui lui va à ravir.

J’ai reçu Luciole le 26 février dernier à l’agence…

luciole,une,interview,mandorBiographie officielle (écourtée) :

Après un 1er album, Ombres, sorti en 2009, coup de cœur de l’Académie Charles Cros et salué par la critique, puis un EP auto-produit en 2012, Et en attendant… Luciole n’attend plus et revient plus vibrante que jamais, entière… Une.
Durant de longs mois, elle a cherché, expérimenté puis enregistré, toujours en quête de précision, d’une parole et d’une musique sincères, qui lui ressembleraient au plus près. Elle, qui a longtemps gravité entre le théâtre qu’elle a étudié au Conservatoire de Rennes, le Slam et la chanson, s’assume aujourd’hui pleinement en tant que chanteuse, auteur-compositeur-interprète, un nouveau costume qui lui va comme un gant !

Entre force et tendresse, Luciole aime décidément les contrastes et chante, conte, oscille entre poésie et modernité. Et comme elle a le goût des rencontres, des chemins qui se croisent, on peut également retrouver sur ce nouvel opus le chanteur Hugh Coltman ou des collaborations avec des musiciens tels que Pierre Le Bourgeois, Vincha, Manu Larrouy, Arnaud de Bosredon (Caravan Palace) ou Florent Lyonnet (Jamaïca), ainsi qu’un titre écrit lors des 38èmes Rencontres d’Astaffort, quelques mois seulement avant l’entrée en studio…

Après une première tournée et près de 200 concerts, elle défendra cet album sur scène avec un nouveau spectacle créé en décembre 2014 au Théâtre d’Ivry – Antoine Vitez, en co-production avec F2F Music. La voici prête à accoster, à dévoiler sa singularité, plurielle mais toujours une, Luciole fait un pas vers la lumière.

luciole,une,interview,mandor

(Photo : Renaud Julian)

luciole,une,interview,mandorInterview :

Dans ce nouvel album, tu chantes plus que tu ne slames.

Je me suis toujours plus sentie chanteuse que slameuse. Dans mon histoire chronologique, j’ai fait du chant avant de découvrir le slam. C’est en découvrant cette façon de déclamer des textes que j’ai développé cette envie d’écrire en sortant un peu du carcan couplet-refrain et vers réguliers. J’ai trouvé une espèce de liberté et une envie forte de jouer avec les mots. Bon, je précise que sur les scènes Slam, je me suis mise assez rapidement à chanter.

Ton premier album, Ombres, n’était composé pratiquement que de slam.

J’ai adapté des textes écrits pour la scène Slam. C’était des textes parlés en format chanson. Je ne considère cependant pas que ce disque était du slam, car je suis une espèce de puriste qui considère que le slam, c’est la scène ouverte, sur le moment… et pas un genre. Je m’évertue à répéter depuis longtemps que c’est un terrain d’expression et pas un genre musical.

Tu as commencé par le théâtre.

Disons que mes activités artistiques se sont mélangées immédiatement. J’ai fait des allers-retours et j’ai emprunté des chemins pas très droits. Le parcours d’un artiste fait qui il est. Du coup, après ce premier disque, j’ai voulu m’assumer un peu plus en tant que chanteuse.

Disons le franchement, l’étiquette slam commençait à t’agacer ?

A la fois elle m’allait et à la fois elle ne m’allait pas. J’entendais souvent « ça ne m’intéresse pas, je n’aime pas le slam ! » Je répondais « oui, mais tu n’écoutes même pas ! » Les gens imaginaient que je faisais du Grand Corps Malade et qu’il suffisait de parler sur de la musique. J’avais envie de montrer que je n’étais pas que ça et que, surtout, je n’étais pas ça. Quand on me demande ce que je fais dans la vie, je ne dis pas « slameuse », mais « chanteuse ». Je suis même auteure-compositeur-interprète. Encore une fois, slamer n’est pas un métier, c’est un hobby, un plaisir, une passion, une pratique.  

Teaser de la sortie du disque Une.

Pour cet album, tu dévoiles plusieurs aspects de tes capacités vocales. As-tu repris des luciole,une,interview,mandorcours ?

J’ai toujours pris des cours et j’en ai particulièrement pris pendant la période de mon premier album. Un peu moins par la suite. Je prenais mes cours de chant au Studio des Variétés et je les enregistrais. J’ai toujours entretenu ma voix chantée en réécoutant ses cours et en appliquant à la maison. Mais j’ai l’impression que c’est plutôt la scène qui m’a fait évoluer vocalement.

Quand on chante, les mots ne sont pas posés de la même façon.

Je n’écris pas du tout de la même manière quand j’écris pour dire où quand j’écris pour chanter. J’écris en chantonnant et en cherchant la mélodie en même temps. Je suis incapable d’écrire à voix basse. Il y a toujours eu une histoire de sonorité que ce soit dans mes premiers projets où celui-là. La différence, c’est qu’il y a l’élaboration de la mélodie qui se fait au fur et à mesure que le texte s’écrit.

Ta matière première reste le texte.

C’est le noyau dur, en effet.

Clip officiel de "Une".

luciole,une,interview,mandorTes chansons se teintent de sons électroniques, de basses synthétiques qui viennent se mêler aux guitares acoustiques, aux chœurs, aux saxophones… ta musique est beaucoup plus énergique.

Ce sont les textes qui imposent cela. Les thématiques ne sont plus les mêmes qu’avant. Le premier projet contenait des histoires assez tristes. Et puis, après ma première tournée, j’ai fait le constat que je préfère chanter des chansons rythmiques et enlevées plutôt que des chansons tristes, même si je sais que ça fait du bien dans un concert.

Tu as public que te suit depuis le début de ta carrière. Sais-tu ce qu’il pense de ta métamorphose ?

Pour l’instant, j’ai l’impression que les gens qui aiment mon travail le vivent plutôt bien (rires). Les retours semblent positifs. Je t’avoue que c’était une de mes inquiétudes parce que lorsqu’un artiste à un nouveau parti pris, il est possible que le public n’adhère pas.

luciole,une,interview,mandor

(Photo : Renaud Julian)

Il est beaucoup question de réflexions intérieures dans cet album.luciole,une,interview,mandor

Avant, j’interprétais des histoires d’amour. Aujourd’hui, je me suis penchée sur la construction de soi. J’évoque le fait de grandir, de se chercher, de répondre aux questions que l’on se pose, d’avancer même si on a fait des erreurs, de garder la tête haute, de s’assumer en restant « une », en restant entière. Mes textes effleurent les opposés : l’enfance et l’âge adulte, l’ombre et la lumière, le froid et le chaud, l’immobilité et le mouvement. Mes sources d’inspirations sont aussi beaucoup ce qui m’entourait pendant l’écriture de l’album, que ce soit des personnes à qui je peux m’adresser, le temps qu’il fait, ce que cela provoque en moi… des sensations, des émotions. Ce disque est une photo prise à un moment donné dans ma vie. Je suis passée du stade d’une femme enfant qui a envie de s’assumer à une femme tout court.

Il y a une chanson dans laquelle tu dis : « j’ai la clef du problème, je ne trouve pas la serrure ».

(Rires). Dans ce disque, je pose plus de questions que je n’y réponds. Je n’ai pas l’impression d’écrire des histoires avec un début, un milieu, une fin, une chute, une morale. J’essaie toujours d’écrire des choses assez ouvertes. Je sais quel sens j’y mets et pourquoi j’écris la chanson, mais j’aime bien ne pas donner toutes les clés afin que les gens puissent se l’approprier et se raconter leur propre histoire.

luciole,une,interview,mandor

Pendant l'interview.

luciole,une,interview,mandorLe premier album avait été réalisé par Dalcan, cette fois-ci, tu as fait appel au nouveau duo de réalisateurs BAAB, Benoît Guivarch et Antoine Kerninon, qui t’accompagnaient jusqu’alors sur scène. Les deux musiciens se sont attelés à te créer un univers cousu main.

C’est leur première réalisation et ils ne font que commencer dans ce domaine tant ils sont forts. Outre le fait qu’ils ont réalisé l’album, ce sont aussi mes partenaires musicaux principaux. Je leur envoyais le texte et la mélodie bruts, parfois avec des indications, des notes d’intentions sur des choses que je voulais, des chansons de références… et ensuite, ils ont fait le choix de me proposer quelque chose qui allait soit dans mon sens, soit pas du tout. Je prenais ou je ne prenais pas. Mais souvent, j’ai pris. Ils m’emmenaient vers des territoires inconnus de moi et c’était assez exaltant. Utiliser des chœurs « autotunés » comme instrument de musique, j’avoue que je n’y aurais jamais pensé moi-même. Ils ont su me convaincre. C’est intéressant de faire confiance, cela permet de sortir de la zone de confort habituelle. Cela permet de ne pas faire toujours la même chanson.

Faire un disque, c’est faire un jeu de construction ?

En tout cas, ce disque-là était clairement un jeu de construction. D’ailleurs, à un moment donné, il faut savoir s’arrêter dans la construction. Ajouter ou enlever une brique, c’est tentant constamment.

Je ne peux passer sous silence la participation de Hugh Coltman sur la chanson « Fix You ». Enfin, il fait une petite apparition.

Il m’a fait l’honneur de chanter en français, alors que je sais qu’il n’aime pas trop cela. Tout s’est fait simplement. J’ai souhaité l’avoir, je l’ai contacté directement sans passer par les intermédiaires, il est venu au studio et il a enregistré sa voix. Il ne fait qu’une courte apparition dans la chanson, mais j’aime bien la frustration que ce ne soit pas un vrai duo.

Luciole chante "Paris Couleur Novembre" (feat Sandra N'Kaké) au Théâtre Antoine Vitez à Vitry-sur-Seine, le 20 décembre 2014.

C’est personnel comme perception, mais je te trouve plus sereine et plus zen qu’avant.

Je travaille dessus. Cet album participe à ce travail. Les chansons qui y figurent parlent beaucoup de tempêtes, de tumultes intérieurs. Le fait d’extérioriser apaise un peu mon âme et me « zénifie ». Depuis quelques années, et encore aujourd’hui, j’essaie de travailler sur l’épanouissement personnel et le fait d’être apaisé. Je suis quelqu’un de très anxieux, de très tonique, de très volontaire, de très perfectionniste, j’ai donc parfois besoin de faire taire toute cette énergie débordante que je tente de contenir.

Es-tu confiante par rapport à la sortie récente de cet album ?

Oui et non, ça dépend des jours. Je suis plutôt confiante parce que je n’ai aucun regret et je suis contente de ce que j’ai fait. Je crois en la qualité de ce disque, même si les doutes sont inévitables en tant qu’artiste. Je vais continuer à porter mon projet pour le faire vivre le plus intensément et le plus longtemps possible.

luciole,une,interview,mandor

Après l'interview, le 26 février 2015.

Commentaires

une artiste que j'ai envie de suivre!

Écrit par : Manent | 07 avril 2015

Les commentaires sont fermés.