Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Virginie Despentes : Prix Landerneau Roman 2015 pour Vernon Subutex | Page d'accueil | Luc-Michel Fouassier : interview pour Le zilien »

13 mars 2015

Vincent Niclo : Interview pour Ce que je suis

vincent niclo,ce que je suis,interview,mandor

(Photo : Cyrille Georges Jerusalmi)

Vincent Niclo cartonne avec son nouvel album Ce Que Je Suis, déjà disque de platine avec plus de 150 000 exemplaires vendus. Il poursuit sa tournée à travers la France et vous pourrez de nouveau le retrouver à Paris le 24 Avril au Théâtre du Châtelet (complet), après déjà 3 dates à l’Olympia.

Je ne suis pas très amateur du répertoire du jeune homme, mais son talent est indéniable. Il devient un incontournable chanteur de variété... et il est là pour longtemps.

Le 26 janvier dernier, je suis allé à sa rencontre dans une suite d’un hôtel parisien. Dès la poignée de main, le charismatique Vincent Niclo dégage une sympathie naturelle immédiate. J’ai tenté de gratter un peu pour tenter de savoir qui se cache derrière l’homme qu’il se plait à montrer au public, d’obtenir autre chose que ce qu’il livre habituellement. C’était un peu mission impossible, mais j’ai fait ce que j’ai pu…

vincent niclo,ce que je suis,interview,mandorBiographie officielle :

Il y a eu le triomphe d’Opéra Rouge, sorti en 2012 et rapidement certifié Triple Disque de Platine. Paru en septembre 2013 à l’occasion du centenaire de la naissance de Luis Mariano, le projet Luis a suivi un chemin jalonné de succès lui aussi, devenant Double Disque de Platine.
Vincent Niclo a également prêté sa voix à des spectacles aussi populaires que Robin des Bois, La Belle & La Bête ou Les Parapluies de Cherbourg aux côtés de Natalie Dessay et du Maestro Michel Legrand. Il y a eu aussi les deux volumes de la collection Forever Gentlemen.

Artiste aussi complet que comblé, Vincent Niclo ajoute aujourd’hui une nouvelle corde à son arcvincent niclo,ce que je suis,interview,mandor avec Ce que je suis, un disque de chansons inédites déja disque de platine. Véritable biopic musical en forme d’autobiographie sans filtre.

Vincent Niclo signe la moitié des textes et des compositions de ce disque poignant, aussi à l’aise dans le répertoire classique que dans les couleurs d’une variété noble. Ce que je suis parvient à fusionner avec élégance pop et opéra.

Très personnel, l’album constitue aussi un moyen de rendre hommage aux grandes figures qui ont bercé l’interprète. Des pointures comme Serge Lama, Lionel Florence, Pascal Obispo, Romano Musumarra ou Davide Esposito figurent ainsi au générique de Ce que je suis.

vincent niclo,ce que je suis,interview,mandor

(Photo : Matthew Brookes)

vincent niclo,ce que je suis,interview,mandorInterview :

Puisque vous avez contribué aux textes et aux musiques, peut-on affirmer que c’est l’album qui vous ressemble le plus ?

Oui. C’est pour ça que je l’ai appelé Ce que je suis. Je me suis livré un peu plus. J’avais envie de parler de sujet qui m’interpellait et de m’investir un peu plus en tant qu’auteur compositeur. J’ai proposé mes différentes influences, entre la pop, l’opéra et l’electro.

Et vous avez de belles collaborations.

Elles n’étaient pas prévues au départ, mais au fil des rencontres et de la vie, certaines personnes ont souhaité participer à ce disque. J’ai la chance d’être très exposé depuis deux ans, cela m’a permis de rencontrer des artistes qui m’ont donné envie de faire ce métier. Des grandes pointures sont venues me proposer des choses.

Serge Lama par exemple ?

J’étais plus qu’honoré. Ça a même été un choc. J’admire l’artiste, le chanteur, l’auteur et l’homme. On s’est croisé lors d’une télé et il m’a annoncé qu’il aimerait bien écrire pour moi. On a fait des duos pour la télé, il m’a invité à diner chez lui… et un jour, il m’a offert deux textes, « Jusqu’à l’ivresse » et « L’amour est enfant de poème ». C’est troublant d’avoir un cadeau d’un tel artiste. Il a visé juste. Depuis, nous avons remarqué que nous avions des concordances dans nos vies respectives. Il aurait pu écrire ces deux chansons pour lui. Serge Lama est très sensitif, il sait cerner les gens. Il a détecté des choses sur moi que peu de gens ont détecté jusqu’à présent.

Clip de "Jusqu'à l'ivresse".

Avez-vous pris des risques sur ce disque ?

Pour moi, c’était un challenge d’enregistrer un album de chansons inédites, ce qui n’était pas le cas sur les deux précédents. J’avais peur parce que je savais que le public me suivait sur des reprises, mais je n’étais pas sûr qu’il soit encore là pour un disque plus personnel. Et bien si. Ouf !

Vous ne chantez pas de la même façon sur cet album. Vous avez parfois votre voix de ténor, parfois, vous l’atténuez.

C’était une volonté de ma part. Je ne voulais pas envoyer ce que je suis capable d’envoyer dans toutes les chansons. Je suis allé parfois dans la mesure, l’intimité et l’émotion, certaines chansons l’exigeaient. Cet album est très cohérent par rapport à ce que j’ai fait avant. Je n’ai opéré un tournant à 180°. Je suis resté dans ce que j’aime.

vincent niclo,ce que je suis,interview,mandor

(Photo : Cyrille Georges Jerusalmi)

Parmi les auteurs, il y a par exemple le défunt Eddy Marnay qui a écrit les premiers tubes de Céline Dion.

Le texte d’Eddy Marnay me parlait beaucoup. Je voulais faire un clin d’œil à la grande carrière de ce grand monsieur de la chanson. Je voulais aussi faire un clin d’œil au côté célinedionesque de ma vie. Céline Dion est très importante dans ma vie pour toutes sortes de raisons. Elle m’a permis de faire de nombreuses premières parties de ses shows. Elle a boosté ma carrière. C’est ma marraine de métier.

Le compositeur Romano Musumarra vous a écrit une musique. C’est un honneur ?

Oh que oui ! Je suis fan, archi fan. C’est quelqu’un qui a le sens de la mélodie imparable et qui traverse les époques sans jamais être démodé. Je rêvais de travailler avec lui.

Clip de "Divino".

Les choses sont plus faciles pour vous aujourd’hui. Vous pouvez travailler avec qui vous voulez.

La lumière qu’il y a sur moi en ce moment m’a ouvert toutes les portes. J’arrive à collaborer avec des stars qui m’ont fait rêver. Le succès, je l’apprécie principalement pour cela. Le succès est éphémère. Il va et vient. Il ne faut pas se reposer là-dessus. Pour le moment j’en profite pour accéder à ce en quoi j’ai rêvé. C’est un grand luxe.

Cela fait longtemps que vous chantez. Vous avez eu plein de « périodes musicales » avant d’arriver au succès.

Depuis deux, j’ai complètement explosé, mais il faut savoir que je chante depuis toujours J’ai fait de nombreux spectacles, des comédies musicales, de l’opéra… je ne me suis jamais arrêté de chanter. Aujourd’hui, je suis dans la lumière, mais mon parcours de vie a fait que j’ai acquis des armes qui m’ont permis d’arriver là où je suis.

Pour vous réussir, c’est quoi ?

Ca ne s’explique pas en termes de notoriété. Réussir, c’est arriver à faire de sa passion sa vie. Je dis toujours que j’aurais chanté dans le métro comme à Bercy. Je suis né pour chanter. Je ne courrais pas après ça, parce que si l’on court après ça, on se plante complètement. Il faut avoir l’envie de chanter comme une valeur intrinsèque. C’est quelque chose qui est au fond de soi. Les deux premières phrases de « Jusqu’à l’ivresse » sont très symboliques de ma vie, c’est même une philosophie de vie : « Il faut choisir son chemin, savoir pourquoi on est fait ». Il faut suivre son destin. Il suffit de trouver ce pourquoi on est fait… et se laisser aller.

Ne jamais tricher ?

Ne jamais tricher et surtout beaucoup travailler. Attention, ce n’est pas tout cuit. J’ai des années de travail. Si j’ai cette voix, c’est que je l’ai beaucoup travaillé.

vincent niclo,ce que je suis,interview,mandor

(Photo : Matthew Brookes)

Il y a d’autres beaux garçons qui chantent bien. En quoi faites-vous la différence ?

Je ne sais pas. Il n’y a pas de recette. Ce que je peux retenir de mon parcours, c’est que j’ai toujours fait mes choix artistiques pas du tout par rapport à un pseudo marketing. Je n’ai jamais été tactique. J’ai toujours tout fait parce que j’ai eu envie de le faire. Il faut être très sincère et mettre ses tripes sur la table. Sur un disque, chaque chanson que l’on chante, même si ce n’est pas la sienne, il faut essayer de lui donner une vie. C’est ce que j’essaie de faire.

Vous avez une côte de sympathie de la part du public, mais aussi de la part des artistes. Tout le monde vous aime bien et vous trouve sympathique.

Ce succès ne m’a pas changé. Il m’a même donné beaucoup plus de stabilité et de sérénité. Je me sens bien dans mes baskets et je vis la vie que j’ai toujours rêver de vivre. Mais, j’ai mon petit caractère attention !

vincent niclo,ce que je suis,interview,mandor

Pendant l'interview...

La musique, ça sert à quoi selon vous ?

A distraire les gens et les rendre heureux. C’est ma mission.

Une mission ?

C’est ce que je pense depuis tout petit. Je suis fait pour chanter afin de divertir les gens. C’est une démarche très personnelle et égoïste. Au départ, c’est quelque chose qui me rend heureux. C’est une façon à moi de décoller, d’être dans ma bulle… et quand on s’aperçoit que l’on fait du bien à ceux qui nous écoutent, alors c’est formidable. Il y a un vrai retour des choses. Je me sens utile sur Terre.

Vous semblez bien supporter le succès considérable que vous avez.

J’ai beaucoup de recul face à ce phénomène. Je suis acteur/spectateur de ce qui m’arrive. Le jour où je vais perdre ça, c’est que je me serai perdu moi-même. Si on n’a plus d’émerveillement, si on devient blasé, c’est fini. Moi, je veux rester le petit gosse qui rêvait dans sa chambre. Je ne veux pas partir en vrille.

Le matin, quand vous vous réveillez, vous pincez-vous pour savoir si tout cela est vrai ?

Je n’en ai pas besoin. Je vis dans une réalité. Ce qui m’arrive est très fort, mais je suis parfaitement conscient de ce qui m’arrive.

Quand tout va bien, il y a beaucoup d’artistes qui craignent que cela s’arrête.

J’en fais partie. C’est normal, mais c’est comme dans n’importe quelle vie. Je me demande parfois ce qui va me tomber dessus après tous les moments formidables que je vis. En tout cas, pour le moment, j’en profite.

vincent niclo,ce que je suis,interview,mandor

Après l'interview, le 26 janvier 2015.

Commentaires

Vincent est un artiste que je suis depuis le 1er dique j'aime sa voix magnifique et avec une vie difficile je me reconnais beaucoup j'ai tous ses disques je m'evade en les ecoutant c'est un homme extraordinaire que j'adoremerci pour ce qu'il m'apporte et je lui souhaite longue route.

Écrit par : PISKORZ HELENE | 13 mars 2015

depuis que je connais VINCENTpar les trois cd que j'ai je l'admire c'est mon idole je lui souhaite de continuer encore longtemps

Écrit par : paradis.louisette | 14 mars 2015

Je suis Vincent depuis la comédie autant en emporte le vent superbe spectacle d'ailleurs surtout que c'était une période assez difficile pour moi. Je venais de perdre ma maman m'a fille m'a offert cette sortie.et je ne le regrette pas merci Vincent.

Écrit par : czader | 14 mars 2015

j'ai découvert Vincent Niclo lors d'une apparition avec les choeurs de l'armée rouge. J'ai alors découvert ce chanteur avec sa voix magnifique qui fait réver et que l'on a toujours un très bonheur à entendre. J'ai ses trois disques que j'écoute beaucoup lorsque je le peux, en voiture, à la maison.
Vincent je te souhaite une longue carrière. J'espère que le succès ne te changera pas et que tu pourras nous donner beaucoup de bonheur encore pendant très longtemps.

Écrit par : marie | 22 mars 2015

J ai connu Vincent Niclo en 2013 a Narbonne au festival de Charles Trenet et là ça était la révélation et depuis je ne saisse de le regarder à la télé faute de mieux en espérant qu un jour j aurais là chance de le voir dans un vrai concert...merci Vincent pour le bonheur que vous me donner .gros bisous Vincent et merci

Écrit par : Maryline Andres | 11 mai 2015

Les commentaires sont fermés.