Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Juliette : interview pour ses spectacles au Théâtre du Châtelet (notamment) | Page d'accueil | Batlik : interview pour Mauvais sentiments »

25 janvier 2015

Valérie Tong Cuong : interview pour Pardonnable, impardonnable

valérie tong-cuong,pardonnable,impardonnable,interview,mandor

(Photo : Francesca Mantovani)

valérie tong-cuong,pardonnable,impardonnable,interview,mandorLes secrets de famille sont souvent au cœur des romans de Valérie Tong Cuong. C’est le cas de son dixième livre Pardonnable, impardonnable (chez JC Lattès). Elle raconte les déchirements et la reconstruction d’une famille après l’accident d’un enfant. Vous allez rencontrer des êtres brisés par les secrets, les non-dits, l’impossibilité d’aimer ou de se faire aimer. C’est une tragédie grecque, qui va de la colère au pardon en passant par la haine, la vengeance et l’amertume. Un livre poignant qui ne pourra laisser personne indifférent. Valérie Tong Cuong interroge ici nos zones d’ombre, nos consciences, nous met en face de nos mensonges et nos faux-semblants…

J’aime beaucoup l’œuvre de Valérie Tong Cuong (voir ma première et ma seconde mandorisation). Et je l’aime aussi humainement. Nous nous sommes vus au lendemain du massacre de Charlie Hebdo, le 8 janvier 2015. Très franchement, ni elle, ni moi n’avions le cœur à jouer au jeu de la promo…

4e de couverture :valérie tong-cuong,pardonnable,impardonnable,interview,mandor

Un après-midi d’été, alors qu’il se promène à vélo sur une route de campagne, Milo, douze ans, chute et se blesse grièvement.
Ses parents Céleste et Lino et sa grand-mère Jeanne se précipitent à son chevet. Très vite, chacun va chercher les raisons de l’accident. Ou plutôt le coupable. Qui était avec lui ce jour-là ? Pourquoi Milo n’était-il pas à sa table, en train de faire ses devoirs, comme prévu ?
Tandis que l’angoisse monte autour de l’état de Milo resurgissent peu à peu les rapports de force, les mensonges et les petits arrangements qui sous-tendent cette famille. L’amour que chacun porte à l’enfant ne suffira pas à endiguer la déflagration. Mais lorsque la haine aura tout emporté sur son passage, quel autre choix auront-ils pour survivre que de s’engager sur le chemin du pardon ?
Un roman choral qui explore la difficulté à trouver sa place au sein du clan, les chagrins et la culpabilité, mais aussi et surtout la force de l’amour sous toutes ses formes.

L’auteur :

Valérie Tong Cuong a travaillé huit ans en entreprise avant de se consacrer à l’écriture et à la musique. Elle a publié plusieurs romans, dont les très remarqués Providence et L’Atelier des miracles ainsi que des nouvelles. Elle écrit également pour le cinéma et la télévision. Pardonnable, Impardonnable est son dixième roman.

valérie tong-cuong,pardonnable,impardonnable,interview,mandorInterview :

Nous nous sommes vus pour L’Atelier des miracles, ton précédent roman. Nous ne savions pas encore qu’il allait devenir un énorme succès.

Mon chemin s’est fait par strates successives. J’ai la chance d’être un auteur qui a toujours été défendue par les libraires, les lecteurs et depuis quelques années par les blogueurs. C’est une force de frappe qui est dans une construction plus lente que lorsque tu fais partie des auteurs qui sont élus par le système médiatique que l’on connait (sourire). Ce système qui fait que l’on voit ressortir les mêmes auteurs à chaque rentrée littéraire. Finalement, la construction dont je bénéficie est plus lente, mais elle est plus solide. Si cette base est enchantée particulièrement par un livre, elle va vraiment se déployer et le porter. L’atelier des miracles a bénéficié d’un formidable bouche-à-oreille. Ce livre a touché les gens. Comme son nom l’indique, il s’est produit autour de lui quelque chose de miraculeux.

Tu travailles toujours autour de l’être humain et de tout un chacun.

Du coup, je pense que les lecteurs peuvent s’identifier facilement puisque je parle de chemins de vie qui nous concernent tous. L’Atelier des miracles s’est attaché en plus à la notion d’entraide, de solidarité, de nécessité et de partage. Nous sommes dans une époque où nous réalisons qu’on ne peut pas avancer seul. On a besoin de se tenir la main, de vision collective, même si, en aucun cas, cela nie les individualités.

Comment as-tu vécu ce succès ?

Cela m’a conforté dans un certain engagement viscéral que j’ai dans l’écriture. Travailler sur l’être humain et ses failles… et surtout sur ses moyens de rebondir et ses possibilités d’avancer. J’aime travailler sur les prises de conscience. Ce sont des sujets qui me passionnent. L’accueil qu’a eu L’atelier des miracles m’a confirmé que j’étais à ma place en prenant ce chemin.

Quand on sort d’un succès, ce ne doit pas être évident de s’attaquer au livre suivant.valérie tong-cuong,pardonnable,impardonnable,interview,mandor

Je me suis juste dit que mon socle de lecteurs s’est considérablement agrandi et l’attention générale envers moi, largement accrue. J’ai beaucoup de chance parce que je suis dans une position bien meilleure pour m’adresser aux lecteurs. Par contre, je ne suis pas quelqu’un qui raisonne en termes d’objectif et de succès. Ce qui était important pour moi, c’était d’écrire ce livre. J’en avais un réel besoin. C’était une nécessité.

Est-ce un livre ambitieux ?

La construction est ambitieuse. Il était assez complexe à écrire parce qu’il impliquait d'aller explorer des parties très noires des uns et des autres. C’est amusant parce que L’atelier des miracles a reçu « le Prix du Livre Optimiste 2013»…

Portais-tu en toi Pardonnable, impardonnable depuis longtemps ?

Je portais en moi certains des aspects qui sont développés dans ce livre, certaines observations aussi, mais la décision de travailler sur le pardon est arrivée après L’atelier des miracles. Un jour, je me suis réveillée et j’ai su qu’il fallait que je travaille sur le pardon. C’est un thème qui me préoccupe depuis toujours, mais qui me préoccupait de plus en plus ces derniers temps. Je me suis sentie enfin prête à l’aborder. C’est un sujet qui est compliqué, difficile, intime, aussi bien pour mes personnages que pour moi-même.

Au fond, après lecture, je trouve que ce livre est un peu optimiste quand même.

Il est optimiste dans le sens où c’est un livre qui montre un chemin. Un chemin sur lequel les gens vont avancer. Dans sa forme, ce roman est plus noir parce que ce chemin-là est semé d’épreuves. Il va falloir que chacun les surmonte et ça va être difficile. J’ai voulu montrer comment le chemin vers le pardon était possible, même s’il semblait inenvisageable.

valérie tong-cuong,pardonnable,impardonnable,interview,mandorC’est une chute de vélo qui va faire voler en éclat toute une famille.

C’est ce qui va aussi lui permettre de se reconstruire. Je crois qu’on vit beaucoup d’émotions dans ce livre, mais on en ressort soulagé et confiant sur cette possibilité qu’on a tous en nous de pardonner.

Il y a cinq personnages principaux, les cinq membres de cette famille. Tu t’es donc glissée dans la peau de chacun d’entre eux.

C’est ce qui me passionne depuis toujours. C’est pour cela que de, plus en plus, j’écris des livres sous la forme de roman choral. Pour chaque personne les angles diffèrent et chacun à sa vérité, son histoire, ses fractures et ses désirs… C’était très intéressant de montrer comment des gens d’une même famille, qui ont vécu parfois les mêmes choses il y a vingt ou trente ans, les ont vécues de manières très différentes. Ce sont ces différences-là qui les ont conduits à ce qu’ils vivent aujourd’hui.

Ils ont tous leur part d’ombre et de lumière.

Comme toi et moi. Comme nous tous. Mais tout le monde croit bien faire. Même le pire des salauds croit toujours bien faire quand il agit. A un moment, tous les membres de cette famille vont devoir se remettre en question. Ils vont tous comprendre qu’ils n’ont pas toujours été dans le vrai, dans le juste.

Le lecteur finit même par s’interroger sur ses propres comportements et sa propre valérie tong-cuong,pardonnable,impardonnable,interview,mandorexistence…

C’était aussi le but de ce livre. Je voulais démontrer qu’on a vite fait de juger quelqu’un sur un évènement ou un acte et que, finalement, si on détricote la personne, on peut avoir une vision tout à fait différente. J’ai essayé de faire en sorte que le lecteur nuance ses jugements sur chaque membre de cette famille.

Est-ce compliqué de construire des personnages possédant de nombreux travers ?

Mais pas du tout. On en a tous, alors il n’y rien de plus simple. Je puise chez moi, chez les autres, chez tous ceux que je croise. Lequel d’entre nous n’est pas un être humain qui, à un moment donné, à accepter de tricher, de mentir ou de faire des choses malhonnêtes. On a tous eu des réactions dont nous n’étions pas fiers. Nous nous sommes tous trompés sur les autres. L’important dans la vie, c’est d’être capable de regarder cela et d’avancer en essayant d’être meilleur.

Quand tu écris, est-ce que cela règle des choses qui sont en toi ?

Je dirais que j’ai pu écrire ce genre de livre parce que j’ai réglé des choses avant. Moi, ça y est, j’ai pardonné. J’ai pardonné à tous ceux qui m’ont fait du mal. Et il y eu du mal. De forte amplitude. Pardonner ne veut pas dire oublier. Mais, aujourd’hui, je me sens libérée.

valérie tong-cuong,pardonnable,impardonnable,interview,mandor

Pendant l'interview (photo : Eva Gomez).

Comme dans L’atelier des miracles, il y a un personnage masculin qui est un peu le « sauveur ».

Parfois, on a besoin d’un tiers pour débloquer une situation parce qu’il est souvent difficile de sortir de son angle de vue personnel. Si personne ne vous aide à vous déplacer pour regarder les choses différemment, la situation peut rester bloquée ad vitam aeternam. L’ambivalent Jean de L’atelier des miracles ou Gustavo, le médecin de Pardonnable, impardonnable, sont des êtres lumineux. Ce sont des personnes qui veulent réparer les autres. Ils veulent remettre les gens sur pied, pas seulement physiquement… moralement également.

Je sais que tu aimes inventer des vies à tes personnages.

C’est comme dans les bons films. Pour que les personnages que tu vois à l’écran aient des comportements justes et cohérents, il faut savoir ce qu’ils ont vécu avant. Le spectateur ou le lecteur n’a pas besoin de connaître ces détails. Pour mes personnages principaux, c’est pareil. Il y a énormément de choses que je sais d’eux que mes lecteurs ne savent pas. J’ai vraiment pris le temps de vivre avec, c’est sans doute pour cela qu’à un moment donné, ils vont toucher le lecteur.

Tu as le sentiment que les personnages que tu inventes existent ?

Oui, et aussi qu’ils viennent me raconter leur histoire.

valérie tong-cuong,pardonnable,impardonnable,interview,mandorCe livre sort juste après un gros succès. Comment vis-tu cette situation ?

Je n'y pense pas vraiment. Cette sortie-là est particulière parce qu’elle se fait un jour de drame national (le 7 janvier 2015 étant le jour du massacre à Charlie Hebdo). J’ai envie de te parler de comment je le vivais avant 11 heures 30 du matin hier (interview réalisée le 8 janvier 2015). En fait, c'est très compliqué de faire de la promo aujourd'hui parce que je n'ai pas du tout pas le cœur à ça.

Moi, c'est la même chose. Je n'ai pas trop la tête à interviewer, mais il faut bien que la vie continue. Parle-moi de tes personnages qui sont donc en liberté depuis hier.

Ce sont pour moi comme des membres de ma famille. J’ai vécu et je vis encore avec eux. C’est comme si ils avaient été confinés chez moi pendant deux ans et que soudain, on leur ouvre la porte et ils sortent dans la rue. J’attends de savoir comment ils vont être reçus. J’ai envie, et sans doute besoin, qu’ils soient aimés, parce que je leur ai donné beaucoup d’amour et j’ai envie de partager ce sentiment-là.

valérie tong-cuong,pardonnable,impardonnable,interview,mandor

Après l'interview, le 8 janvier 2015 (photo : Eva Gomez).

Les commentaires sont fermés.