Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Chardeau : interview pour Fauves et Pastels | Page d'accueil | Juliette : interview pour ses spectacles au Théâtre du Châtelet (notamment) »

21 janvier 2015

Mademoiselle K : interview pour Hungry Dirty Baby

mademoiselle k,hungry dirty baby,interview,mandor

(Photo : Iris Della Roca et Lou Levy)

Mademoiselle K a sorti hier son nouvel album, Hungry Dirty Baby, tout en anglais.Une surprise de la part de l’artiste qui préférait, jusqu’à maintenant, la langue de Molière pour chanter. Ce choix de s’exprimer en anglais n’a pas été du goût de tout le monde… Sa maison de disque a en effet refusé le projet. Résultat, l’artiste au fort tempérament a préféré partir et fonder son propre label. La nouvelle Katerine Gierak interprète donc des morceaux forts, puissants, tendres parfois et tout simplement efficaces. . Entre rock, punk et fusion, Hungry Dirty Baby promet de secouer sur scène. Il m’a paru évident qu’il fallait que je la mandorise. Ainsi fut fait le 19 décembre dernier dans un bar de Pigalle, Le Pile ou Face.

mademoiselle k,hungry dirty baby,interview,mandorBio officielle (mais raccourcie) :

« J’ai fait un album en anglais parce que j’ai rien à dire, comme mes héros : David Bowie, The Cure, Radiohead. » « Pour la gloire je préfère lécher des barreaux plutôt que des culs. » C’est ainsi que Mademoiselle K présente son quatrième album. Autant que la langue, c’est le flegme qu’elle emprunte aux britanniques. De la genèse de Hungry Dirty Baby, une idée simple : sortir de sa zone de confort. Cela se traduit par changer de langue, changer de musiciens, jouer soi-même de la basse, partir à trois en tournée. Et pour conséquences de se faire virer de sa maison de disques, choisir l’autoproduction et monter son propre label, Kravache: ça claque! En anglais ou en français Mademoiselle K a des sujets qui lui sont chers: le genre, l’identité, la relation avec l’autre/les autres. L’amour, la sexualité et leur lot de manque et de frustrations. Et toujours ce parfum de romantisme exacerbé, désespéré qui plane en filigrane entre ces mots crus qu'elle se plaît à balancer. Mademoiselle K ou le désir farouche de s’affirmer encore et encore, comme si tout venait juste de commencer. Et de durer, maintenant qu’elle est la dernière officielle de la lignée des Mademoiselle.

mademoiselle k,hungry dirty baby,interview,mandor

Interview :

Cet album est l’album de la liberté, c’est ça ?

Ma maison de disque n’a pas voulu produire un album en anglais Ce qui m’a un peu étonné, c’est que cela faisait deux ans qu’ils étaient au parfum. En général, quand je fais un choix, je m’y tiens et je préviens tout le monde au préalable. Depuis le troisième album, de toute manière, je les sentais un peu à deux de tension avec moi. J’ai l’impression que nous étions rentrés dans une routine. Il n’y avait plus de passion entre nous.

Ta maison de disques t’a signé pour les mêmes raisons qu’elle t’a virée.

C’est exactement ça. Je suis restée ce que j’ai toujours été. J’ai toujours fait ce que j’aie voulu. Les gens de ma maison de disques n’ont plus suivi à partir du moment où j’ai souhaité chanter en anglais.

C’est un mal pour un bien finalement.

Plus que jamais, sur cet album, je ne sais pas combien de fois je me suis dit « c’est un mal pour un bien ». C’est marrant que tu utilises cette expression précise.

Tu n’avais plus aucun soutien…

Depuis trois ans, je fais tout avec mes propres économies. Je suis allée dans une école d’anglais à New York et à Londres pour travailler l’accent. Au bout d’un moment, j’ai demandé si la maison de disque me suivait. Le directeur marketing m’a appelé en me disait que le boss ne voulait même pas écouter les nouveaux titres. C’est grave, je trouve, mais je ne veux surtout pas polémiquer. On m’a expliqué qu’il considérait que si je chantais en anglais, c’était une erreur par rapport à mon public. Il y avait sans doute trop de communications à faire… je peux comprendre.

mademoiselle k,hungry dirty baby,interview,mandor

Tu t’es donc organisée.

Oui, j’ai monté ma structure, Kravache, avec mon manager. Nous avions les mêmes envies tous les deux. C’est en distribution avec Believe pour le digital et PIAS pour le physique.

De toute manière, tu as toujours fait ce que tu voulais, j’ai l’impression.

Du premier album jusqu’à celui-là, je revendique tout. Quand je fais une chanson, c’est que je la sens comme ça. J’écoute ce que l’on me dit, mais je reviens rarement sur mes premières idées.

Chantes-tu de la même façon en anglais qu’en français ?

Non. Selon les langues, la sonorité de la voix change. Ce ne sont pas les mêmes résonateurs. Dans la bouche, le français est beaucoup plus dans l’avant. Chez les anglais, c’est dans l’arrière. Enfin, je ne sais pas trop comment expliquer cela. Bref, ça change le son, ça change la manière de chanter et la manière de faire des mélodies. Quand tu travailles l’accent anglais, tu te rends compte que la mélodie est déjà dans le parlé.

Clip de "Glory", extrait de l'album Hungry Dirty Baby.

Cet album fait-il partie d’un nouveau cycle ?

Les trois premiers albums étaient sur une période de 2006 à 2011. Là, c’est un premier album en anglais, mais ce ne sera pas le dernier. Pour moi, c’est comme une première fois. Tout est décuplé. C’est comme un premier baiser.

On dit souvent que les paroles en anglais sont moins importantes que celles en français.

J’ai entendu ça, en effet, mais je ne suis pas du tout d’accord. A mon avis, c’est ce que disent certains groupes français pour se rassurer. Les grandes chansons que kiffent les anglo-saxons, je t’assure, il y a toujours un texte derrière, il y a toujours une putain d’histoire, c’est toujours très bien écrit.

mademoiselle k,hungry dirty baby,interview,mandor

Lors de l'entretien.

Tu avais beaucoup de choses à dire ?

Comme à chaque fois que je fais un album. Si je n’ai rien à dire, je ne fais pas de disque. Là, juste, j’avais envie de l’exprimer différemment. Et j’avais envie de me mettre en danger en chantant dans une langue qui n’est pas la mienne. Il y a une fragilité dans ce projet qui m’a amené à un autre  niveau d’exigence. Si j’ai fait cet album ainsi, c’est que j’ai vraiment pensé ces chansons-là en anglais. Mes mots venaient en anglais. Il y a une démarche artistique que tu provoques. Le but est de s’approprier ce nouveau choix artistique. Quand tu commences un croquis, à un moment, tu comprends que tu tiens ton tableau.

Un tableau ? Tu compares la musique à la peinture ?

Dans mon clip de R U SWIMMING?, tu as certainement remarqué l’importance de la peinture. On a fait ce clip avecDavid Tomaszewski qui est connu pour avoir fait pas mal de clip d’Orelsan. Je trouve que ce qu’il réalise est très moderne. Ce type est un grand fan d’art contemporain, de peinture, d’art plastique et il se tient tout le temps au courant de ce qu’il se passe. J’ai beaucoup aimé comment il s’est adapté à mon univers. Il a trouvé cette idée de peinture avec les masques. On a bossé avec un atelier d’effets spéciaux… des gens adorables.

"R U SWIMMING?", clip réalisé par David Tomaszewski. Extrait du nouvel album Hungry Dirty Baby.

Mais pour toi, la peinture est importante ?

Depuis le lycée, je vais dans les musées pour admirer les œuvres des peintres. Quand j’ai vu les peintures de Francis Bacon et celles de Lucian Freud pour la première fois, ça m’a bouleversé. J’aime être interpellée par des œuvres d’art.

Es-tu féministe ?

Non, je suis profondément pour l’égalité des sexes. Toutes formes de dominations entre homme et femme me cassent les couilles. J’aime vraiment l’égalité. Des salaires, des droits, des considérations.

Es-tu rassurée sur ce que pensent les médias de ton disque ?

Je reste prudent et en même temps, je n’ai pas envie de l’être. J’ai été choisie pour être l’album de la semaine sur Canal + et c’est un truc énorme pour moi. Je n’ai jamais été diffusée sur Canal, donc je ne boude pas mon plaisir.

mademoiselle k,hungry dirty baby,interview,mandor

Pendant l'interview.

Dès que tu chantes en anglais, les portes s’ouvrent.

Disons qu’il y en a qui s’ouvrent et d’autres qui se ferment.

J’ai compris une chose : c’était vital que tu sortes de ce que tu faisais.

C’est tellement ça. Il fallait impérativement que je chante et joue de la musique autrement sinon j’allais crever artistiquement et j’allais me détester.

Moi, par exemple, l’idée que tu chantes en anglais me déplaisait. Et au final, j’ai adoré ton album.

C’est cool. Je sais que tu reçois beaucoup de CD d’artistes et que tu les écoutes. Pour moi, c’est important de savoir cela. Tu n’as pas été obtus. Il semblerait que ceux qui ont fait la démarche de découvrir cet album n’ont pas été déçus. C’est déjà une grande victoire pour moi.

mademoiselle k,hungry dirty baby,interview,mandor

Le 19 décembre 2015.

Commentaires

Coucou, je suis un grand fan de Mademoiselle K. Cette chanteuse est très talentueuse et elle a son propre univers musical. J’aimerais beaucoup assister à l’un de ses concerts.

Écrit par : Caroline | 22 janvier 2015

Les commentaires sont fermés.