Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Eskelina : interview pour Le matin du Pélican | Page d'accueil | Mademoiselle K : interview pour Hungry Dirty Baby »

18 janvier 2015

Chardeau : interview pour Fauves et Pastels

chardeau,fauves et pastels,interview,mandor

Cet artiste, que peu de gens connaissent, n’en est pourtant pas à son coup d’essai. Il compte déjà une dizaine d’albums à son actif. Chardeau est aussi le descendant de Gustave Caillebotte, le chef de fil des impressionnistes. Son rock un peu fêlé, il le cultive depuis le tournant des années 90 dans des compositions aussi chaleureuses que fantasques. Pour réaliser ce Fauves & Pastels (sortie le 28 janvier 2015), il a recruté quelques squales de luxe, dont Robert Lamm, l’ex-Chicago, Jerry Goodman violoniste échappé du Mahavishnu Orchestra et Mark Andes bassiste de Canned Heat et de Spirit. Ce projet made in USA, aussi ambitieux que nostalgique, est surprenant, mais ne laisse pas indifférent.

J’ai reçu ce sympathique et curieux personnage, au look improbable, le 15 décembre dernier à l’agence.

chardeau,fauves et pastels,interview,mandorBiographie officielle :

Arty-rock progressif ou fusion pop-jazz baroque ?
L’irréductible se fout des étiquettes et poursuit depuis deux décennies ses délires créatifs aux antipodes du marketing et des buzz branchés.

Le personnage est singulier. Assurément décalé, il étonne et détonne dans le paysage. Son look évoque pêle-mêle le Buffalo Bill d’un western futuriste, un Gandalf cuir et rock, un aventurier SF moitié Zappa moitié Corto Maltèse ou un néo-druide égaré au XXIe siècle… Que dire d’autre pour situer cet hurluberlu sympathique qu’on croirait tout droit sorti de « Retour vers le futur », si ce n’est qu’il est – surtout – auteur, compositeur, interprète et qu’il joue aussi, parmi d’autres instruments, de l’autodérision et de la démesure.

Assurément décalé, Chardeau ne ressemble à personne. Capitaine Nemo d’un navire improbable, il livre depuis deux décennies une musique rétro-futuriste flamboyante et puissante, riche et colorée, quelque part entre Chicago, Magma, Spirit, Gotainer, Genesis (époque Peter Gabriel) et Stravinsky. Baroque, rock, jazz, classique... Chardeau puise dans toutes les sources pourvu qu’elles soient bonnes. Il nous embarque pour des périples ponctués d’escales à 20 000 lieux sur les airs, dans une odyssée symphonique et pulsionnelle, orchestrée à l’Américaine, excentrique et d’une musicalité incroyable.

L’album :chardeau,fauves et pastels,interview,mandor

Fauves et Pastels de Chardeau est réalisé par Hank Linderman (Chicago, America, Eagles). Ce nouvel opus comprend 12 titres, enregistrés outre-Atlantique avec des musiciens de premier choix, gravitant pour la plupart autour du groupe Chicago, LA référence de Chardeau.

On y retrouve Brian Auger (Rod Steward, Led Zeppelin, Billy Cobham), Jerry Goodman (Mahavishnu Orchestra) et John Van Eps mais aussi Mark Andes (Spirit), Drew Hester (Foo Fighters, Jewel, Joe Walsh), Jason Scheff (Chicago), Reggie Hamilton (Seal, Tina Turner), Nick Lane (Chicago, The Who, Etta James), Brandon Fields (Earth Wind & Fire, Quincy Jones, Toto, Babyface), Jeff Foskett (Beach Boys, Jeff Beck, Chicago, Eric Clapton), Lee Thornburg (Supertramp, Tower of Power, Tom Petty, Joe Bonamassa), ainsi qu'un big band de cuivres.

chardeau,fauves et pastels,interview,mandorL'album s'inscrit dans la continuité de son précédent album studio Résilience de 2010, poursuit l'ouverture amorcée l'an dernier avec les remixes de John Van Eps et s'annonce comme l'album majeur de la discographie de Chardeau.

Le disque a failli s'appeler Elles, en raison de ses thématiques très féminines mais a finalement été baptisé Fauves et Pastels. Une référence consciente ou inconsciente à la peinture, mais aussi parce que les chansons qui le composent sont des portraits, des tableaux instantanés et parce qu'il traduit les oppositions entre le côté « fauve » de certains titres et le côté plus doux pour d'autres. Le tout donne une musique très visuelle, sophistiquée, colorée, aux arrangements luxurieux et à la production impeccable.

Pour écouter quelques extraits de Fauves et Pastels, c'est ici.

chardeau,fauves et pastels,interview,mandor

chardeau,fauves et pastels,interview,mandorInterview :

J’ai essayé de calculer combien vous avez sorti d’albums en vingt ans de carrière. J’en ai comptabilisé une dizaine. J’ai bon ?

Entre ceux qui sont sortis officiellement et ceux qui ne sont pas sortis officiellement, je dirais qu’il y en a six ou sept.

Comment êtes-vous tombé dans la musique ?

Quand j’étais gamin, à ma communion, j’ai reçu un électrophone. J’ai découvert un coffre avec de vieux 78 tours. J’ai donc commencé mon éducation musicale en écoutant des vieilleries. Plus tard, dans la chambre d’un de mes frères, j’ai entendu « Eloïse » de Barry Ryan et « Nights in White Satin » des Moody Blues. Je me suis précipité pour acheter les 45 tours. Ensuite, j’ai découvert le premier 33 tours des Creedence Clerwater Revival et c’était fini pour moi… le virus de la musique m’avait atteint.

Puisque vous ne vous êtes pas soigné pour éradiquer ce virus, qu’avez-vous fait ?

J’ai continué à écouter beaucoup de musique et vers quinze ans, j’ai monté un groupe avec des copains d’école. Nous composions nous-mêmes ce que l’on jouait et nous chantions en français, ce qui à l’époque n’était pas fréquent. Ensuite, j’ai un peu lâché l’affaire pour suivre des études de droit. Je me suis aperçu très vite que ce n’était pas pour moi. Comme je n’avais pas de connaissance dans le milieu de la musique, j’ai trouvé le moyen de mettre un pied dans le show-biz en devenant présentateur à la télévision, sur Antenne 2.

Dans quelle émission?

Je faisais partie de la première équipe de Récré A2. J’y suis resté près de neuf ans, c’est à dire un peu plus longtemps que prévu (rires). Là, j’ai rencontré des musiciens et j’ai fini par faire des maquettes.

chardeau,fauves et pastels,interview,mandor

Chardeau avec quelques uns de ses musiciens Hank Linderman, Jerry Goodman, Nick Lane, Brandon Fields and Lee Thornburg...

chardeau,fauves et pastels,interview,mandorParlons de ce nouveau disque, Fauves et Pastels.  Il y a de sacrés musiciens. Beaucoup sont des requins de studios internationaux.

Je suis content. J’ai réalisé mon rêve. Certains d’entre eux ont fait partie de groupes légendaires qui m’ont donné envie de faire de la musique. C’est complètement dingue car je n’ai pas de formation musicale. J’ai appris la musique en l’écoutant. J’ai toujours rêvé de rencontrer ceux qui m’ont fait rêver. Ça a commencé avec Jerry Goodman de Mahavishnu Orchestra (voir photo de gauche). Il a travaillé avec moi depuis l’album Hors portée. J'ai réussi à trouver ses coordonnées et je lui ai envoyé des maquettes « honorables » de mon travail. Il a écouté et il a beaucoup aimé. Il devait jouer sur trois titres  et, de fil en aiguille, il a joué sur tout l’album. A la fin de l’enregistrement de ce disque, il m’a promis de produire le suivant et de m’emmener ses copains.

Et avec Robert Lamm (voir photo de droite), le clavier du groupe Chicago, ça s’est passé comment ?chardeau,fauves et pastels,interview,mandor

J’ai appris qu’il allait faire un petit concert improvisé avec les musiciens de Brian Wilson, dans la banlieue de Londres.J’avais envoyé au préalable à son agence artistique mon CD Hors portée. Je me suis arrangé pour être dans les coulisses du fameux concert londonien. Je frappe à sa porte. Là, ma bouche devient sèche et je n’arrive plus à parler. Bon, je tente quand même de lui expliquer que j’aimerais travailler avec lui…  Trois jours après, je reçois un mail, historique pour moi, dans lequel il dit tout le bien du disque qu’il a écouté.Lui aussi, après notre première collaboration, m’a présenté tous ses copains musiciens. En fait, ça a fait boule de neige.

C’est impressionnant de jouer avec des légendes ?

Oui et non. Pour  moi, le petit frenchie, c’est impressionnant, mais eux sont tellement humbles, simples et gentils que tu finis par oublier que ce sont des cadors de la musique. En France, le moindre musicien qui a un petit statut devient et se comporte comme une star. Aux États-Unis, rien de tout cela. Plus ils sont grands, plus ils sont simples.

chardeau,fauves et pastels,interview,mandorPour Pastels et Fauves, tu as rencontré un troisième musicien. Celui qu’il te manquait dans ce que tu appelles ta « Sainte-Trinité » : Mark Andes, bassiste de Spirit (voir la photo de gauche).

Ma Sainte-Trinité, c’est Chicago, Mahavishnu Orchestra et Spirit. Mark Andes nous a accueillis chez lui au Texas. Au bout de vingt secondes, j’ai eu l’impression que c’était mon ami depuis toujours.

Au fond, c’est quoi votre musique ? Non, parce que j’en ai vu des définitions à droite à gauche…

Au bout de vingt ans, j’ai fini par trouver la définition : art rock.

Vous vous situez où dans la chanson française ?

Nulle part. Même si je chante en Français, je ne me sens pas appartenir à la « chanson française ». Je n’en ai d’ailleurs jamais écouté. Ah si ! Magma et Claude Nougaro. Et puis Alain Chamfort. Je trouve qu’il est à part lui aussi. Mais, bon, je n’ai aucune influence liée à la chanson française.

Vous aimez qui et quoi dans la musique, à part les gens avec lesquels vous travaillez ?

Je suis très éclectique. Mes goûts vont vers la musique classique, la techno, le folk, le blues, le rock. Ce que j’aime, c’est l’excellence. J’aime ceux qui me font vibrer et qui ont un son à eux.

Dans vos disques, vous faites tout de A à Z.chardeau,fauves et pastels,interview,mandor

Très franchement, parfois, on n’a pas vraiment le choix, économiquement parlant…

Ce nouveau disque parle beaucoup des femmes. C’est même le sujet central.

Je me suis amusé à faire une série de chansons sur ce thème : l’amour romantique, l’amour incognito, l’amour au black, l’amour cybernétique… 

C’est plus un album destiné aux hommes qu’aux femmes, non ? Je trouve certains propos un peu machistes.

Je suis d’accord. Ce qui m’amuse c’est de traduire en chansons la vision de certains de mes contemporains. Moi, je ne suis pas du tout macho, mais je connais beaucoup d’hommes qui le sont. J’ai tourné tout ça en dérision. Il y a beaucoup de second degré dans mes chansons.

Vous avez des « périodes » dans vos albums.

Oui, il y en a trois. La période « autobiographie » avec les albums Hors Portée et Résilience.  Fauves et Pastels fait partie de la période « portraits », en l’occurrence, dans le cas présent, des portraits de femmes. Ensuite j’attaquerai la période « voyage ».

chardeau,fauves et pastels,interview,mandor

chardeau,fauves et pastels,interview,mandorCe que vous racontez dans Fauves et Pastels n’est donc pas autobiographique. 

Non, ce sont les histoires de gens que j’ai rencontré ou celles de mes amis. Il n’y a rien d’autobiographique dans ce disque.

Parlons de votre look. Il surprend quand on vous voit arriver…

Peut-être, mais il n’est pas étudié. J’ai toujours aimé les cheveux longs et je m’habille ainsi depuis longtemps.

Vous êtes un peu « à part » quand même…

Depuis tout petit, je me sens différent des autres. Je suis issu d’une famille très sérieuse. Tout le monde est dans le droit. Je détonne déjà dans ma propre famille. Je suis un peu le canard.

Vous êtes un descendant de Gustave Caillebotte.

Non, de son frère Martial. Gustave n’a pas eu de descendant. Ce qui m’intéresse, c’est que Martial était photographe. On vient de découvrir son œuvre photographique il n’y a pas longtemps. On a découvert aussi qu’il était musicien. C’était un type très intéressant qui faisait des trucs, peut-être pas révolutionnaires, mais très personnels. Il s’intéressait à la musique et à l’image. Comme moi. Entre Martial et moi, il n’y a aucun autre artiste… ce ne sont que des gens sérieux, je vous dis.

Peut-on comparer la peinture et la musique ? Cet album s’appelle Fauves chardeau,fauves et pastels,interview,mandoret Pastels, ce n'est sans doute pas pour rien...

Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que j’ai toujours aimé les mélanges des arts. Dernièrement, je suis allé à Londres et j’ai eu la chance de voir le concert de Kate Bush. Musicalement, c’était extraordinaire et elle chante divinement, mais ce qui a fait l’originalité de son show, c’est qu’elle a mêlé tous les arts. Peintures, danseurs, marionnettistes… c’était un vrai spectacle féérique et merveilleux. Moi, quand j’ai fait des spectacles à Montréal, je m’étais associé à un artiste qui était spécialisé dans les nouvelles technologies. J’ai donc fait un show multimédia.

Malgré votre inventivité et votre talent, vous n’êtes pas connu dans votre pays. Ça ne donne pas envie de baisser les bras ?

Cela m’est arrivé. C’est présomptueux de ma part, mais quand ça ne va pas bien,  je compare ma musique à celle des gens que j’aime. Je trouve que ça tient la route, alors cela me redonne un coup de fouet. Je me rassure seul (rires).

C’est dur de se faire connaître…

Oui. D’autant plus, quand on est comme moi pas facilement étiquetable. Je suis trop rock ou pas assez, trop jazz ou pas assez… bref, ma musique est un peu hors-norme. Et puis, au fond, je ne sais peut-être pas m’y prendre pour me faire connaître. Il est clair que je ne suis pas un surdoué de la communication.

chardeau,fauves et pastels,interview,mandor

Après l'interview, le 15 décembre 2014.

chardeau,fauves et pastels,interview,mandor

Les commentaires sont fermés.