Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2014-11 | Page d'accueil | 2015-01 »

29 décembre 2014

Lou Marco : interview pour Sous la peau

lou marco,sous la peau,interview,mandor

(Photo : Youri Lenquette)

La musique de Lou Marco est un mélange de rock et d’électro : une musique hybride, tout commelou marco,sous la peau,interview,mandor elle à vrai dire. Son premier album, Sous la peau, est sorti il y a quelques mois… il m’avait échappé. Séance de rattrapage obligatoire parce que je ne peux passer sous silence ce disque à la fois grave, intense et lumineux. Un recueil de chansons d’une joliesse mélodique dans un écrin électro-pop. Une belle entrée sur scène pour cette trentenaire longtemps restée dans l’ombre.

Et la voix de Lou…

La jeune femme est venue à l’agence le 19 novembre dernier…

lou marco,sous la peau,interview,mandorBiographie officielle (par Laurence Romance) :

Partout chez Lou Marco, et même dans l'air respiré, règne la musique. Les charmes surannés du passé côtoient des audaces inédites. Ici, John Carpenter rencontre les Gorillaz et l’éclatant Prince frôle l’oubliée Bobbie Gentry ; Johnny Cash unit sa voix immémoriale aux loops synthétiques d'Aphex Twin tandis que les Specials troussent joyeusement Nancy Sinatra. Surf music et dub emplissent l'atmosphère de guitares claires et de basses grondantes.

La fille qui orchestre cette orgie sonique refusera toujours de choisir entre « les trucs sauvages et primitifs, les chansons sophistiquées et les climats étranges ». Elle-même, curieusement contrastée, a poussé telle une herbe folle au milieu des percussions et autres instruments de son père. Là est née sa fascination pour les vieux synthés, pédales d'effets et « machines en tous genres ». 

Lou Marco a d’abord œuvré avec le regretté Nikola Acin, critique rock et musicien lui-même, qui signe la moitié des textes de cet album. En 2008, elle compose la musique de la pub du parfum L'Homme d'Yves Saint Laurent: "Everything Can Go", et il en écrit les paroles.lou marco,sous la peau,interview,mandor

Peu après la sortie de son EP en avril 2013, elle rencontre Arthur H (mandorisé et), qui l’encourage à écrire en français. Lou lui propose alors de reprendre « India Song », fameuse chanson du film éponyme de Marguerite Duras, qui en signa les paroles. Leur duo, empreint d’une précieuse alchimie, donne le ton: les titres de Sous la Peau agissent comme des mantras qui ont le pouvoir d’apaiser les tourments et d’exalter les sens.

Ritournelles disloquées ou rengaines de cabaret à la Tom Waits, les douze chansons de cet album, envoûtant jusqu’au vertige, vibrent d’invocations d’une impérieuse évidence.

lou marco,sous la peau,interview,mandorInterview :

C’est grâce à ton papa que la musique est entrée dans ta vie.

Je n’ai pas été élevée dans le milieu de la musique. Mon père n’en faisait pas son métier, mais il avait une collection de percussions importante. Aussi loin que je m’en souvienne, je crois que j’ai toujours aimé la musique, mais j’ai mis un certain temps à découvrir que j’avais des facilités pour m’y adonner.

Ta mère était aussi passionnée de musique ?

Elle en écoutait beaucoup. Lou Reed, Janis Joplin, Kate Bush… des artistes de cet acabit.

Et pendant ton adolescence, tu es allée vers quoi spontanément ?

J’écoutais pas mal d’électro, puis je suis passée au rock’n’roll, à la musique folk et aux chansons.

Clip de "Sous la peau".

D’après ce que j’ai compris, tu as commencé par la composition et le son avant le chant.lou marco,sous la peau,interview,mandor

Oui, j’ai très vite eu mon Home Studio, mais je ne chantais pas vraiment. Et à un moment donné, comme je gagnais ma vie avec ma voix en faisant de la pub, je me suis mise à chanter. Si ma voix « parlée » plaisait, pourquoi pas tenter une voix « chantée ».

Quand as-tu songé réellement à en faire une carrière ?

J’ai eu une commande pour une musique de pub diffusée dans le monde entier pour Yves Saint Laurent. C’est comme ça que je suis rentrée à la SACEM en tant que compositrice. J’ai commencé à me professionnaliser officiellement à partir de ce moment.


L'Homme Yves Saint Laurent - Olivier Martínez par tvspot

lou marco,sous la peau,interview,mandorCette musique de pub est ta première collaboration avec Nikola Acin (disparu en 2008) qui ensuite a travaillé avec toi sur ton premier EP.

Oui, du coup, dans ce premier album, il y a pas mal de chansons qui ont été écrites à cette époque-là. Ce disque est un mélange de chansons très anciennes et de chansons récentes. Je les aime toutes comme je pourrais aimer mes enfants. Avec Sous la peau, je clos un chapitre pour en ouvrir un autre.

Es-tu déjà sur l’écriture d’un nouvel album ?

Oui et je dois dire que cela m’effraie un peu. Il y a des chansons que j’ai écrites seule, d’autres qui sont des co-écritures. Je travaille avec Olivier Rocabois et également avec Boris Bergman que je ne vais pas te faire l’affront de te présenter. (Pour en savoir plus sur lui, lire sa mandorisation ici)

Dans ce disque, il y a beaucoup de musiques différentes et tu chantes en anglais et en français.

Pour un premier disque, j’ai trouvé que c’était bien d’ouvrir le compas de manière large. Les gens et les journalistes ont été plutôt bienveillants avec moi, donc, je me dis que j’ai bien fait.

Je sais que tu préfères chanter en anglais. Est-ce à cause de la sonorité de la langue ?lou marco,sous la peau,interview,mandor

La langue anglaise est très musicale et la langue française est très chargée de sens. Certains ont réussi à écrire des chansons très belles en français, mais c’est plus difficile. Quand je chante en français, pour moi, c’est à chaque fois un défi parce que je suis très exigeante et je veux exceller dans ce domaine.

As-tu l’impression de faire des progrès depuis tes débuts?

Je travaille beaucoup et quotidiennement, alors j’espère. Par exemple, j’ai découvert il n’y a pas longtemps, grâce à une prof de chant du Studio des Variétés,  que j’étais beaucoup plus alto que ce que j’imaginais, ce qui change beaucoup de choses en terme d’écriture.

Clip d'"India Song" par Lou Marco et Arthur H

lou marco,sous la peau,interview,mandorTu interprètes avec Arthur H « India Song » de Marguerite Duras. La petite histoire explique que vous vous êtes rencontrés au bord d’une piscine chez des amis communs… Les rencontres ont été primordiales pour l’avancée de ta « carrière ».

C’est vrai que j’ai bénéficié de la magie des rencontres assez souvent. Est-ce que ça vient de soi ou est-ce le cosmos qui nous guide ? Je n’en ai pas la moindre idée (rires).

Tu as déjà trois clips de chansons tirées de ce disque. Ils sont tous différents.

A chaque fois, ça a été des collaborations où j’ai été très impliquée. C’est bien de penser à l’image que l'on veut projeter.

Quand on te dit que sur certaines chansons, comme "Don't Care", ta voix fait penser à celle de Prince, tu dis quoi ?

Que veux-tu que je réponde à un truc pareil ? On n’arrête pas de me le dire et je le lis dans plein de chroniques sur mon album. Je suis fan de Prince, certes, mais je ne pense pas avoir sa voix. C’est flatteur en tout cas.

Clip de "Don't Care"

C’est difficile de se faire connaître ?

Le métier n’est pas toujours facile, son économie est assez bancale en ce moment. Mais ce que je sais, c’est que je ne pourrais pas vivre sans faire de musique. Qu’elle devienne populaire ou qu’elle reste confidentielle.

Es-tu confiante pour l’avenir ?

Je ne sais pas. Il faut surtout continuer à produire. Si je ne rencontre pas le succès public avec cet album, j’espère que ce sera avec le prochain.

lou marco,sous la peau,interview,mandor

Après l'interview le 19 novembre 2014.

26 décembre 2014

Chico : interview pour Chico & The Gypsies & International friends

chico,chico & the gypsies,interview chico & the gypsies & internatioanal friends,interview,mandor,manitas de plata,kendji girac

(Photo : Carole Mathieu)

A priori, rencontrer Chico Bouchikhi de Chico & The Gypsies n’était pas, dans ma vie professionnelle, une priorité immédiate. Disons que la musique de cette  formation ne me touche pas beaucoup. Mais très vite, je me suis rendu compte que tous les gens autour de moi appréciaient son groupe et me prodiguaient des commentaires élogieux à son encontre. J’entendais des mots comme festif, chaleureux, bonheur, positif…

Je me suis soudain rendu compte que cette musique gitane faisait du bien aux gens. Une arme anti-morosité finalement.

Alors, j’ai accepté ce rendez-vous avec Chico, le jeudi 27 novembre à l’hôtel de Sers. Et je ne le regrette pas. On m’avait dit qu’il était un vrai gentil. Il l’est. Et qu’il avait des choses à dire. Je valide aussi cette deuxième affirmation.

chico,chico & the gypsies,interview chico & the gypsies & internatioanal friends,interview,mandor,manitas de plata,kendji giracArgumentaire officiel de l’album :

Véritable légende de la musique, ex-leader des Gypsy Kings et co-auteur d’hymnes planétaires tels que « Djobi Djoba » ou « Bamboléo », Chico, a vendu plus de 20 million d’albums.

Depuis plus de 20 ans, avec son groupe Chico & The Gypsies composé de Mounin, Joseph, Kema, Babato, Tané, Kassaka et Rey,  ils parcourent le monde et transmettent partout où ils passent des valeurs de fête et de partage.

Fier ambassadeur de la musique gitane, et également envoyé spécial pour la paix de l’UNESCO, Chico œuvre en faveur du rapprochement entre les peuples.

Avec un rayonnement international, et une carrière ponctuée de belles rencontres, pour ce nouvel album, Chico & The Gypsies & International friends, Chico & The Gypsies chantent aujourd’hui avec plusieurs de leurs amis du monde entier, comme Billy Paul, Kim Wilde, Kassav, Idir, Tony Carreira, Nuno Resende, Jessy Matador, Collectif Métissé et bien d'autres encore…

Spot télé de l'album Chico & The Gypsies & International friends.

Ils seront bientôt sur les routes avec notamment un beau rendez-vous le 28 avril 2015 à l'Olympia. 

chico,chico & the gypsies,interview chico & the gypsies & internatioanal friends,interview,mandor,manitas de plata,kendji girac

(Photo : Carole Mathieu)

chico,chico & the gypsies,interview chico & the gypsies & internatioanal friends,interview,mandor,manitas de plata,kendji giracInterview :

Qui a eu l’idée de cet album de reprises de chansons internationales ?

Moi. J’ai proposé à ma maison de disque et elle a adoré l’idée. Parfois, les choses se font simplement. On avait déjà fait un premier album sur le même concept, mais en reprenant uniquement des chansons françaises. Ça a très bien marché. Comme on a la chance d’avoir une carrière internationale, les gens nous connaissent dans le monde entier, on a voulu aller encore plus loin. Du coup, on a lancé quelques invitations d’artistes internationaux et tout le monde a répondu présent.

Il y a des rencontres improbables dans ce disque.

Pour moi, il est comme une mosaïque d’amitiés, de cultures et de musiques différentes. Ce disque est un peu comme l’UNESCO, dont je suis l’ambassadeur depuis des années. Ce disque reflète tous les continents et les différences qui en résultent… mais qui sont complémentaires.

On a l’impression que votre musique peut se fondre dans n’importe quel genre musical. Comment avez-vous travaillé avec les artistes ?

On leur a proposé des titres. Lorsque l’artiste a validé, on lui a envoyé une maquette de ce que l’on souhaite faire. Ainsi, il comprend dans quelle direction nous comptons nous rendre. Après, nous avons carte blanche et nous nous retrouvons en studio pour enregistrer… et là, on envoie le bois !

Savez-vous pourquoi tout le monde a accepté de participer à cette aventure musicale ?

Parce qu’apparemment ces artistes apprécient notre travail depuis des années. Dans l’EPK, chacun explique pourquoi il a dit oui à ce projet. Par exemple, j’étais le premier surpris de savoir que Billie Paul adore notre musique. Il raconte qu’il écoute nos disques dans sa voiture avec sa femme. Il suit ce que je fais depuis les Gipsy Kings.  Je trouve ça dingue. Si « Me and Mrs Jones » a été repris de nombreuses fois, c’est la première fois que l’artiste original l’a reprend en lui-même en duo.

EPK Chico & The Gypsies & International friends.

chico,chico & the gypsies,interview chico & the gypsies & internatioanal friends,interview,mandor,manitas de plata,kendji giracVous n’avez pas peur de vous attaquer à des chansons monumentales… comme Hôtel California des Eagles.

C’est une chanson que l’on chante sur scène depuis longtemps. Pour nous, elle fait partie des évidences musicales.

Franchement, ce disque, Chico, c’est aussi une affaire de business, non ? On sait bien que les albums qui se vendent le mieux en ce moment, ce sont les albums de reprises.

C’est d’abord une affaire de musique, d’artistes et de partages… c’est pour ça que dans cet album, on a voulu que l’on ressente tout ceci. Il y a beaucoup d’amour, de chaleur et de sincérité dans ce disque et j’espère que les gens vont sentir que l’on s’est régalé à le faire. Sinon, évidemment, l’idée que cet album se vende bien n’est pas anodine.

Le partage dans la musique, c’est ce que vous faites depuis des années.

L’idée de partage est dans ma nature. J’adore les fusions  et tenter des expériences musicales à priori pas évidentes. Longtemps, je me suis occupé d’un festival qui s’appelait « Mosaïque gitane » en Arles et à Nîmes, dans les arènes. L’idée, c’était de jouer de la musique gipsy avec la participation d’artistes incroyables. J’ai fait venir WillieColón ou Khaled quand il n’était pas connu. Des artistes de tous horizons jouaient notre musique. Quelque part, avec ce disque, je continue cette même ligne.

Chico & The Gypsies avec Billy Paul interprètent Me and Mrs Jones.

Votre disque fait du bien. Un peu de gaité dans ce monde si négatif, c’est plaisant.chico,chico & the gypsies,interview chico & the gypsies & internatioanal friends,interview,mandor,manitas de plata,kendji girac

C’est exactement ça ! On veut donner une bonne énergie pour contrer ce monde si triste actuellement. En vrai, ici, j’ai l’impression de manquer d’air. Ma musique est mon oxygène et je tente d’en donner aux autres.

Votre récompense la plus importante, finalement, c’est de donner du bonheur aux gens?

Vous avez dit le mot. Les gens qui m’arrêtent en général, dans la rue ou ailleurs, me disent : « merci pour le bonheur que vous nous donnez ! » Mon cadeau de Noël, c’est ça.

Vous êtes connus dans le monde entier. Comment gardez-vous la tête sur les épaules ?

Si on doit péter un câble, on le pète vite. Moi, je suis toujours resté zen et lucide. Ça fait 40 ans que je fais de la musique et je n’ai jamais pris ce métier au sérieux. C’est d’ailleurs ce qui m’a valu la séparation d’avec les Gipsy Kings à l’époque.

Comment ça ?

Un jour, alors que c’était une formation que j’ai fondé, j’ai osé demander des comptes à notre producteur de l’époque. Ça m’a valu l’éviction du groupe. Au final, il y a eu un partage. Eux ont gardé le nom, moi j’ai gardé l’âme (sourires).

Avec cette histoire, dans le métier, vous faites figure d’ovni en matière de reconversion immédiate.

Quand vous tombez d’un TGV en pleine marche qui s’appelle Gipsy Kings, normalement vous y laissez quelques morceaux. Moi, j’ai fondé assez vite Chico & The Gypsies. 20 ans après... je ne suis pas mécontent du résultat.

Chico & The Gypsies interprètent un extrait de l'album Chico & The Gypsies & International friends,  "Hotel California", une reprise du groupe Eagles dans Acoustic sur TV5MONDE.

chico,chico & the gypsies,interview chico & the gypsies & internatioanal friends,interview,mandor,manitas de plata,kendji giracVotre longévité est due à quoi ?

Au travail. Et aussi, je garde les pieds sur Terre. Je sais ô combien j’ai de la chance de vivre confortablement d’une telle passion.

J’ai l’impression que la vie est belle pour vous.

Très. Je me régale. Je remercie tous les jours le bon Dieu de m’avoir donné cette chance de faire ce que je fais. Je garde le même enthousiasme et la même passion que depuis le début…  c’est peut-être pour cela que je suis encore là aujourd’hui.  J’ai toujours la flamme. Je dois avoir une belle étoile au-dessus de moi. Elle me guide et m’accompagne dans la vie.

Pourtant, vous avez eu aussi des moments tragiques dans votre vie. Ce qui est arrivé à l’un de vos frères, par exemple.

C’est la blessure de ma vie.Il a été assassiné par le Mossad. Des membres du service secret israélien l’ont confondu avec quelqu’un d’autre. Ils l’ont pris pour un terroriste qui a participé à l’attentat des JO de Munich. Ceux qui ont tué mon frère ont été arrêtés et condamnés en 1973 à Oslo. C’est une tragédie incroyable. Il n’avait que 30 ans. Je ne m’en suis toujours pas remis.

Ce frère-là est celui qui vous a offert votre première guitare, c’est ça ?

Oui. Il n’était pas musicien, mais adorait la musique. C’est lui m’a fait découvrir toutes sortes de musiques. Billie Paul, ça me parle beaucoup, parce que la soul, le blues, c’est mon frère qui m’a fait découvrir et aimé. Je tiens à dire que ni Israël, ni le Mossad, ni le gouvernement, ne se sont excusés de la bavure. Je voulais que quelqu’un s’excuse tant que ma mère était vivante. Aujourd’hui, c’est trop tard.

Parlons de Manitas de Plata (mandorisé là) qui vient de disparaitre. Vous le connaissiez bien ?chico,chico & the gypsies,interview chico & the gypsies & internatioanal friends,interview,mandor,manitas de plata,kendji girac

Je le connaissais depuis toujours. Si Manitas n’avait pas existé, nous ne serions pas là à discuter. Il était l’exemple et notre patriarche musical. Son chanteur était José Reyes qui était mon beau-père. Avec les enfants de José Reyes on a fait Los Reyes, puis les Gipsy Kings. Tous les musiciens qui jouent aujourd’hui dans cet esprit-là, je dois vous dire qu’ils leur doivent beaucoup.

C’est une lourde perte en somme.

Immense ! Tout petit, j’ai grandi avec Manitas de Plata.  C’est lui qui m’a fait faire ma première scène lors de ses dix ans de carrière au Théâtre des Champs-Elysées. Et ma première télé, toujours pour l’accompagner, en 1974, chez Danièle Gilbert. J’avais 20 ans. Je lui dois beaucoup et j’ai essayé de lui rendre ce que je pouvais. Des années après, avec Chico & The Gypsies, je l’invitais avec nous pour des tournées en Amérique du Sud, en Europe, au Moyen-Orient et bien sûr dans toute la France…  Nous avons fait des spectacles extraordinaires. Pour moi, le regarder sur scène était une chose fascinante. C’était un mythe, Manitas.  

(Chico me montre sur son iPhone une série de photos de différentes époques avec le maître).

Chico & The Gypsies et Kendji Girac interprètent Camisa Negra à la fête de la musique 2014.

Aujourd’hui, que pensez-vous du succès de Kendji Girac ?

C’est super ce qu’il fait.  Il ne se prend pas la tête et laisse libre cours à sa belle énergie. Je suis ravi. Depuis le temps que je dis que dans ce peuple et cette culture, il y a un vivier de talent incroyable.

Cette génération, vous l’aidez ?

Pas uniquement la jeune génération. L’année dernière, on a fait deux Olympia où j’ai invité cinquante guitaristes et chanteurs. On s’est retrouvé presque soixante sur scène. C’est ma manière de partager.

chico,chico & the gypsies,interview chico & the gypsies & internatioanal friends,interview,mandor,manitas de plata,kendji girac

Après l'interview, à l'Hôtel de Sers, le 27 novembre 2014.

chico,chico & the gypsies,interview chico & the gypsies & internatioanal friends,interview,mandor,manitas de plata,kendji girac

23 décembre 2014

Matthias Vincenot : interview pour L'almanach insolite et pour Le mot et la note

906402_790931224282435_3548018393068600632_o.jpg

(Photo : Nicolas Rabot)

Matthias Vincenot est quelqu’un qui m’impressionne.

Avec l’air de ne pas y toucher, ce poète est toujours en mouvement. Il crée en permanence. Poèmes, festival, tremplin, livres… C’est la deuxième fois que je le mandorise. La première, c’était pour un recueil de poèmes, cette fois-ci, c’est pour un almanach et pour un essai. Points communs entre les deux ouvrages : les mots, la poésie, la littérature, la chanson…

Le 3 décembre dernier, Matthias Vincenot est venu à l’agence pour évoquer ses deux nouveaux ouvrages.

L’auteur :

Matthias Vincenot, né en 1981, a publié 12 recueil de poèmes, depuis Un autre ailleurs (Lettres du Monde, 1998), jusqu’au plus récent, Les Choses qui changent (Mines de rien, 2013, avec des photos de Pascal et Nicolas Rabot). Président de l’association Poésie et Chanson Sorbonne et fondateur et Directeur artistique du Festival DécOUVRIR de Concèze, il organise de nombreux moments autour de la poésie et de la chanson. Il est Sociétaire de l’Académie Charles Cros et membre d’honneur du Comité du P.E.N. Club français (Poètes Essayistes Nouvellistes). Créateur, avec Thierry Cadet, du Prix Georges Moustaki de l’album indépendant et/ou autoproduit, il est aussi le Directeur artistique de Poésie en liberté. Par ailleurs Docteur ès Lettres, il est professeur aux Cours de Civilisation française de la Sorbonne.

almanach-insolite.jpgL’Almanach insolite (éditions Mines de rien, 2014) :

Un Almanach qui ne ressemble à aucun autre. Des inédits, des nouveautés, mais pas du déjà-vu. Avec parfois des textes très courts. Du sérieux et de l’humour. Avec des personnalités de différents horizons, dans une diversité harmonieuse.
Chaque dimanche, une recette est proposée par un chef cuisinier ou des passionnés de cuisine.
Un Almanach de plus ? Non. Un nouveau type d’Almanach, avec de l’allure et du fond. Qui donnera du plaisir, qui fera rêver et réfléchir, avec lequel les lecteurs seront surpris, émus, bousculés. Un Almanach qu’on n’attend pas, un Almanach original.
En résumé, un Almanach insolite.

Interview :

C’est toi qui as eu l’idée de créer un nouvel almanach plus original que les autres ?

Oui. Je me suis dit : si je faisais un almanach comme j’ai envie d’en lire ? L’almanach a une image un peu particulière, un peu vieillotte et désuète.  On pense qu’on y lit des blagues par forcément drôles, des espèces d’astuces bidons…  moi, j’avais envie de partir de l’image qu’a cet ouvrage populaire, mais en y mettant des choses que j’aurais envie de lire moi-même.

almanach-insolite2.jpg

C’est très intellectuel alors ?

Mais, je ne lis pas et ne fais pas que des choses intellectuelles. Ce que je propose est très varié. Il y a 300 personnalités, une recette de cuisine par des chefs ou des passionnés de cuisine. Parmi les chefs : Gérard Baud, Michel Del Burgo, Jean-Luc Rabanel, Philippe Gardette et Francis Tessandier (de « Chez Francis » à Brive). Pour ce qui est des gens qui ont envoyé des textes, c’est une diversité qui va de CharlElie Couture à Monseigneur Di Falco par exemple. Je ne me suis pas cantonné à un style. On découvre les gens sous un autre jour. Quand Dave écris sur la mort, on n’imagine pas forcément qu’il écrirait sur ce sujet. 

10644234_892272804130607_4353827005784129088_o.jpg

As-tu donné des indications aux contributeurs ?almanach-insolite4.jpg

Non, car je voulais que les participants à cet almanach se sentent libres et, se sentant libres, certains décident d’écrire des choses différentes de ce que l’on pourrait attendre d’eux. De ce côté-là, j’ai été servi.  Ici, Smaïn propose une chanson. Pour Noël Mamère et Jean Glavany, c’est un poème, de même que pour Pierre Rochefort, Arthur Dreyfus, Arno Klarsfeld, Daniel Lavoie, Alice de Lencquesaing et Jeane Manson. Guy Konopnicki évoque Dada et Alain Bauer quelques criminels mythiques. Pour le rugbyman Wenceslas Lauret, c’est l’importance de la chance. Bernard Ménez fait un plaidoyer pour l’athéisme et la laïcité. Marielle de Sarnez parle d’Europe et Bernard Combes des pendus de Tulle. De la mémoire à la perte de mémoire… par Florence Duprat, qui évoque la maladie d’Alzheimer. Frédérique Deghelt rend hommage à son oncle, François Deguelt, l’évoquant publiquement pour la première fois. On trouve aussi de nombreux textes souriants, comme celui d’Hervé Chabalier sur les marronniers dans la presse, de Christophe Girard qui s’amuse de certaines expressions courantes, de François Rollin, ou de Francis Lalanne avec une fable. Également, des nouvelles inédites, de Philippe Jaenada, et, plus étonnant, de Sophie Mounicot, de Muriel Combeauet de Céline Caussimon.Valérie Vogt, en plus d’un texte, fait découvrir une recette. Des chanteurs proposent un extrait d’une de leurs chansons, comme Liane Foly, Gérard Lenorman et Arno. CharlElie Couture écrit en prose, et s’interroge : Si j’étais une femme

Il y a aussi des éphémérides originales signées Christophe Tastet, animateur sur France Bleu Limousin.

Ces éphémérides sont ce qui se rapprochent le plus d’un almanach sauf que les siens sont très savants et, apparemment, légers. On apprend plein de choses en s’amusant. Il y a de l’humour mélangé à du fond.

1922121_10203613051744590_64922451520922035_n.jpg

10608666_738581709546050_1201113732284525704_o.jpgEn quoi cet almanach est-il insolite ?

Parce que l’on ne s’attend pas à trouver autant de personnalités, autant de textes différents, autant de textes différents de ces personnalités, associés à cette belle mise en page, ces magnifiques photos à chaque page, les éphémérides et les recettes de cuisine. Non, franchement, c’est un almanach unique, inattendu et original.

Avec tes activités, tu connais beaucoup de monde dans la chanson française. Nombreux sont les artistes qui y participent.

Les chanteurs, nous les entendons chanter, mais parfois on oublie qu’ils savent aussi écrire.

Il y aussi pas mal de poètes.

Oui, mais je n’ai pas souhaité assommer les gens de poésies. Je voulais montrer dans un ouvrage, avec des textes différents, qu’un poème pouvait se lire avec naturel.

DSC09626.JPG

Matthias Vincenot à l'agence, le 3 décembre.

couv_le_moet_et_la_note.jpgLe mot et la note (éditions de l’Amandier, 2014) :

« Tout au long de cet ouvrage, avec minutie et érudition, Matthias Vincenot traque les différences et les ressemblances entre les deux cousines. Il révèle les processus de création à travers l’analyse des figures et les œuvres maîtresses dans les deux disciplines », écrit Georges Moustaki dans son prologue. Après une introduction présentant un historique des rapports entre la poésie et la chanson, cet ouvrage tente de déterminer d’abord ce qui peut faire poésie, en s’arrêtant sur la mise en musique des poèmes, étudiant notamment comment un poème peut devenir une chanson ; ensuite, il est question de la chanson, de la façon dont on peut la définir comme de son pouvoir évocateur, qui n’est pas sans conséquences dans la culture et la mémoire populaires. Puis ce travail s’arrête sur la musique des mots, et donc sur l’utilisation du son, dans la poésie comme dans la chanson, avant de présenter le rapport des chanteurs à la poésie. Enfin, cela amène à déterminer la nature et la place du slam.

Interview :

Dans ce livre, tu as réuni tes deux passions, la chanson et la poésie.

On entend beaucoup de simplifications sur la poésie et la chanson. Soit c’est totalement différent, soit c’est totalement la même chose. Ce n’est ni totalement différent, ni totalement la même chose. Il fallait se poser un peu pour parler de tout ça. En fait, la source de ce livre est ma thèse de Doctorat que j’ai faite à la Sorbonne. J’ai voulu partager mon point de vue sur la question au-delà du cercle universitaire, c’est pour cela que j’ai transformé la thèse en livre. Je voulais élaborer un livre grand public qui puisse se lire facilement.

Allain Leprest par exemple, c’est un chanteur, mais c’est aussi un poète, non ? La leprest3.jpgfrontière entre les deux est mince en tout cas…

Pour moi Leprest est d’abord un chanteur, même s’il est aussi un poète. Mais en général, ça fait du mal à la poésie de dire que dès qu’un chanteur écrit bien, c’est un poète. Un poète quand il écrit un texte, il écrit juste pour être lu et pour être publié dans des livres. Un chanteur, quand il écrit un texte, il écrit pour être chanté. Ce n’est pas le même objectif d’écriture, ni la même façon d’écrire. Il faut être très prudent avec ça parce que la poésie est malade de cet amalgame. Dès qu’il y a un chanteur qui a des textes très riches, on dit que c’est un poète. Pendant très longtemps, on a imaginé que la poésie, c’était Brel, Brassens, Ferré et que ce n’était rien d’autre. Il n’y a rien de plus faux.

Et toi, en tant que poète, as-tu essayé d’écrire des chansons ?

J’ai tenté d’écrire des chansons, mais ça n’a pas marché. Là où il y a de très bons résultats, c’est quand des chanteurs prennent un de mes poèmes et le chantent.

Le prologue de ton livre est signé Georges Moustaki.

Je me suis dit que sur ce sujet Moustaki avait des choses à dire. Le soir de ma thèse, quand je suis arrivé chez moi, je lui ai envoyé un message et il m’a répondu tout de suite. Pour ce livre, il a écrit ce petit texte et il était déjà très fatigué, donc, ça m’a beaucoup touché.

bandeau-prix.jpgTu es aussi le co-fondateur du Prix Georges Moustaki avec Thierry Cadet. Peux-tu nous annoncer quelques nouvelles pour le prix 2015 ?

La présidente est cette année la chanteuse Rose et le parrain est le groupe Archimède. Le Prix Moustaki reste une très belle expérience, d’autant plus que nous avons de nouveaux partenaires pour cette édition, comme le FestiVal de Marne et Catalyse. Et nous avons le soutien de l’Université Paris-Sorbonne.

DSC09629.JPG

Après l'interview, le 3 décembre 2014.

22 décembre 2014

Ingrid Desjours (et un peu Myra Eljundir) : interview pour Tout pour plaire

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview

Tout pour plaire, le nouveau livre d’Ingrid Desjours est un magistral thriller psychologique, avec une intrigue à couper le souffle. Elle nous décrit un monde où règne la noirceur humaine. La nouvelle reine du roman noir ne nous épargne pas un instant. Perversité, manipulation, calcul, vengeance, sont les maîtres mots qui animent tous ses personnages. On se demande constamment qui veut le bien ou le mal, qui est honnête et qui ment. Au programme : victimes consentantes, pervers narcissiques ou frappadingues de l'amour vache. Je me suis rarement autant fait balader.

C’est la troisième fois que je mandorise Ingrid Desjours (voir la première et la seconde). Et puis aussi, quand elle n’avait pas encore avoué qu’elle était la fameuse Myra Eljundir. Elle m’avait réservé l’exclusivité de sa première interview…

Ingrid Desjours est venue à l’agence le 11 décembre dernier pour évoquer ce très grand roman noir qu’il est impossible de lâcher. Tout pour plaire devrait en toute logique devenir un standard de ce genre littéraire.

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview4e de couverture :

Rien n'est plus suspect qu'une personne qui a tout pour plaire.

Voilà, vous y êtes. Arrivés au point de rupture. Depuis longtemps déjà, votre couple dérange. Parce qu'une belle et brillante jeune femme n'a pas pu renoncer à tout pour se consacrer à son riche mari comme ça, sans être influencée. Ou vénale.
Parce qu'un séducteur avide de pouvoir n'a pu obtenir la totale dévotion de son épouse que par la tyrannie et la manipulation. Comme tous les pervers narcissiques.
Oui les ragots vont bon train.
Alors quand s'installe chez vous un deuxième homme, aussi attirant que sulfureux, les esprits s'échauffent davantage. Et la disparition pour le moins suspecte de sa femme n'arrange rien.
Bien au contraire.
Pour vos voisins sont désormais réunis tous les ingrédients d'un drame conjugal qui pourrait bien vous mener à la mort. Vous aurez été prévenus.
Voilà, vous y êtes. Arrivés au point de rupture...

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview

L’auteur :ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview

Ingrid Desjours est psychocriminologue. Après avoir exercé de nombreuses années auprès de criminels sexuels en Belgique, elle décide en 2007 de se retirer en Irlande pour écrire son premier thriller. Depuis, elle se consacre entièrement à l'écriture de romans et de scénarios pour des séries télévisées. Les nombreux psychopathes qu'elle a profilés et expertisés l'inspirent aujourd'hui encore. Outre ses tableaux cliniques pertinents, l'auteur excelle dans l'art de lever le voile sur la psychologie humaine et de faire ressentir au lecteur ce que vivent ses personnages, pour le meilleur et surtout pour le pire?
Ses trois premiers romans, Écho (Plon, 2009), Potens (Plon, 2010) et Sa vie dans les yeux d'une poupée (Plon, 2013) ont été très remarqués et plébiscités, tant par le public que par la presse et les libraires. Elle a également animé l'écriture de Connexions, un polar interactif édité en partenariat avec l'émission « Au Field de la nuit » (TF1). Son dernier-né, Tout pour plaire, a été pensé et conçu comme une série télévisée. Ingrid Desjours vit actuellement à Paris. Très engagée dans la défense de la cause animale, ses autres passions dévorantes sont le krav maga et le piano.

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interviewInterview :

Depuis ton précédent roman Sa vie dans les yeux d’une poupée et celui-ci, Tout pour plaire, n’as-tu pas l’impression que ta carrière littéraire commence à prendre une belle tournure ?

Je ne m’en rends pas bien compte. Je suis toujours à fond dans le livre suivant. Je ne prends pas trop le temps de réaliser ce qui m’arrive et je ne me rends pas compte de ce qu’il se passe autour de moi. Tout est abstrait parce que, quand j’écris, je suis complètement ermite.

Lorsque tu fais des salons, cela te sort de ta bulle, non ?

Oui, ça me fait du bien de voir des gens, de les écouter, de leur parler… mais parfois, ils t’aspirent complètement. C’est extrêmement fatiguant parce que beaucoup ont une attente, notamment celle de leur donner ce que tu leur as déjà donné dans le bouquin. Et puis, certains lecteurs ont le sentiment de te connaître. Moi, je ne les connais pas, donc c’est un rapport très déséquilibré. Si j’adore ces rencontres, elles me laissent lessivée.

Je ne comprends pas. Aimes-tu participer à un salon du livre, alors ?ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview

J’aime et je n’aime pas à la fois. Le problème c’est que plus ça va, moins j’aime parler. En fait, ce que j’ai à dire, je l’écris. Pour le reste, j’estime que ce n’est pas super intéressant, ni très important. Je ne vois pas en quoi ce que je pense passionnerait les gens. Et puis en bonne écrivain caricaturale, c’est-à-dire solitaire, j’ai besoin d’une grande plage de calme.

Depuis notre première rencontre en 2010, tu as écrit trois autres thrillers et les trois romans signés Myra Eljundir… ça commence à faire pas mal !

Je me suis fait traiter de graphomane par Mazarine Pingeot à Brive (rires).

Y a-t-il une différence d’écriture quand tu es Ingrid ou quand tu es Myra ?

Je passe de l’une à l’autre de manière très naturelle. Je ne change pas ma façon d’écrire. Même quand je suis Myra qui écrit pour les ados, je ne fais aucun compromis, ni n’édulcore quoi que ce soit.

Et ça marche de ne pas prendre les jeunes pour des cons ! Ta trilogie Kaleb a cartonné.

Oui… et on m’a dit que ça continuait à pas mal se vendre.

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview

Tu vas poursuivre l’œuvre de Myra Eljundir ?ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview

Oui. Je sors d’abord un prochain thriller d’Ingrid en mai 2015… je vais donc officiellement décéder (rires) et en octobre, j’enchaîne sur le premier tome de la prochaine trilogie de Myra.

As-tu déjà tes nouvelles histoires en tête ?

Pour le thriller oui, il sort dans peu de temps, mais pour Myra, grosso modo.

Tu dis Ingrid et Myra quand tu te cites… ne deviens-tu pas un peu schizophrène ?

J’ai plus un syndrome de personnalité multiple (sourire). J’écris aussi dans un journal féminin, Question de de femmes, sous le nom d’Astrid Leviateur. J’y fais le psycho test et les papiers psycho-sociaux.

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interviewTu m’as permis de t’interviewer en exclusivité quand personne ne savait que tu étais Myra Eljundir. Peu de temps après, tu as dévoilé ton identité. Le regrettes-tu ?

Au départ, quand j’ai créé Myra Eljundir, c’était pour ne jamais avouer qui était derrière. Nous avions des clauses de confidentialité. Les gens qui m’interviewaient signaient des papiers jurant que jamais ils ne diraient qui j’étais. Mais quelqu’un à commencer à dire que Myra était une auteure française de thriller, alors des gens se sont amusés à chercher avec beaucoup de sérieux qui était cette intrigante auteure. La photo que tu avais faite de moi de dos pour ta chronique a été pas mal reprise et comme j’avais un chapeau, beaucoup ont pensé que c’était Amélie Nothomb. D’autres ont pensé que c’était Maxime Chattam. Moi, ça m’amusait énormément jusqu’au moment où mon nom est arrivée dans les possibilités. Il y a des jeunes lecteurs de Kaleb qui ont fait un vrai travail d’enquêteur. Ils sont allés jusqu’à comparer les interviews, les silhouettes des photos et ils ont fini par être convaincu que c’était moi. Plus ça allait, plus mon nom revenait avec insistance. A un moment donné, cela devenait ridicule de nier.

C’est au salon international du livre au format de poche de Saint Maur que tu as révélé officiellement ton identité.

Je flippais parce que je me suis dit qu’au final les gens allaient être déçus que ce ne soit que moi. Certains journalistes en avaient rajouté des caisses en prétendant que j’étais un super auteur très connu.

Le mystère se lève sur Myra Eljundir à Saint-Maur en poche (juin 2014).

Tu es donc désormais exposée deux fois. Te connaissant, ça ne doit pas te plaire desingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview masses.

J’ai un gros problème avec le fait de m’exposer. Je suis tellement consciente à quel point on peut être vulnérable et à quel point ça te peint une grosse cible sur le front physiquement et moralement. Plus tu es exposé, plus tu es la proie d’adoration disproportionnée et étouffante ou au contraire de détestation qui peut aller jusqu’au harcèlement. J’en ai déjà fait les frais.

Tu es désormais chez Robert Laffont, c’est un changement conséquent pour toi ?

Ça change absolument tout pour moi. Que les choses soient claires, je suis très reconnaissante à Plon et à mon éditeur de l’époque de m’avoir découverte et de m’avoir donné ma chance. On a juste atteint la limite de notre relation. J’ai vite compris que Plon n’avait pas vocation à faire du thriller et que moi je n’avais pas vocation à rester chez eux. Cela étant dit, aller chez Robert Laffont est un changement radical et positif. J’ai fait une vraie rencontre humaine et professionnelle avec mon nouvel éditeur, Glenn Tavenec. J’ai commencé a travaillé avec lui sur Kaleb et maintenant je travaille avec lui sur les thrillers. Il est bosseur, sérieux et intègre. Il dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit. Il met la main dans le cambouis avec moi si le besoin s’en fait sentir. Il est là à chaque étape de la création du livre. Je me sens hyper soutenue par lui et par toute l’équipe de la maison.

Revenons à Tout pour plaire, je peux te dire que tu m’as baladé du début à la fin.

Intellectuellement, ce roman a été monstrueux à écrire. A chaque chapitre, il y a des retournements. Il fallait que je tienne le rythme sur 520 pages.

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interviewTout pour plaire, à l’origine, était un projet de série télé.

J’ai donc eu des problèmes de structures parce qu’un scénario n’est pas un roman. On ne raconte pas les choses de la même façon. En plus, je me suis donnée comme contrainte supplémentaire de ne pas mentir.

C’est-à-dire ?

Je ne raconte que la réalité. Par exemple, mon héroïne Déborah, à un moment donné, dit à son mari qu’elle est enceinte, alors qu’en fait, elle ment. Elle dit ça pour obtenir quelque chose. J’aurais pu faire croire aux lecteurs qu’elle était enceinte et, après coup, faire comprendre qu’elle ne l’était pas. Je montre aux lecteurs qu’elle ment, donc, je dis la vérité. Je veux qu’ils voient les personnages tels qu’ils sont réellement. Je ne veux pas prendre le lecteur pour un con. Je lui montre tout.

J’ai lu quelque part que ton roman était un « thriller domestique ». C’est une appellation que  je ne connaissais pas.

C’est du suspens de foyer. Ce sont des livres où les intrigues sont placées chez monsieur et madame tout le monde. On met des personnes normales dans un contexte anormal. C’est une manière de faire en sorte que le lecteur se sente concerné et qu’il se dise que la situation aurait pu lui arriver.

Avant de lire Tout pour plaire, j’avais compris que cela évoquait un pervers narcissique.ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview Or, à sa lecture, j’ai l’impression qu’il y en a plusieurs dans ton roman.

Ils ne sont pas tous pervers narcissiques, mais ils ont tous un pet au casque. Sur la dénomination de « pervers narcissique », il n’y a réellement qu’une personne concernée. Le terme « pervers narcissique » date des années 90. Il a été créé pour expliquer une forme de perversion.

La perversion, c’est quoi ?

C’est pervertir une relation à l’autre, instrumentaliser l’autre pour se servir soi. En gros, l’autre n’est plus un sujet, mais un objet. Le pervers narcissique détourne et corrompt la relation pour sauvegarder son narcissisme. Il a besoin de se valoriser en dévalorisant l’autre. C’est une façon pour lui de ne pas retourner son agressivité contre lui-même. Il va donc utiliser quelqu’un d’autre, une espèce de bouc-émissaire qui va devenir une décharge publique de toute la merde qu’il a dans la tête. Il va l’utiliser pour se sentir mieux, se conforter, avoir un petit pouvoir.

Ce sont souvent des gens dont on ne peut pas s’imaginer qu’ils sont pourris à l’intérieur.

Ce sont de grands séducteurs, des personnes qui maîtrisent parfaitement tous les rouages de la psychologie humaine et de la séduction. Ils savent toujours quoi te dire et comment souffler le chaud et le froid. Ce sont souvent des personnes charmantes. Pire encore, parfois, ce sont des personnes qui se font passer pour des victimes.

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interviewY a-t-il de plus en plus de pervers narcissiques ?

A chaque époque, on a notre bouc-émissaire, notre coupable désigné. En ce moment, c’est le pervers narcissique notre ennemi intime. Avec lui, on se pose de nombreuses questions. Et si le danger venait de l’intérieur ? Est-ce que je peux faire confiance ? Où est mon individualité dans l’histoire ? Ne me fais-je pas manipuler ? Je trouve que finalement, c’est à l’image de la façon dont on fonctionne dans notre société. On se met toujours en scène sur Facebook ou Twitter, nous parlons avec le monde entier, nous offrons notre vie en pâture à la planète entière. Où sont les limites et qu’est-ce qui protège le moi ? Je pense que l’on parle de plus en plus des pervers narcissiques est révélateur de cette crainte d’être dévoré par tout le monde.

En croises-tu beaucoup et les reconnais-tu facilement ?

Oui, je les reconnais et pour autant, ça ne m’empêche pas de me faire avoir. C’est ça qui est terrible. Cela m’est arrivé d’identifier une personne comme potentiellement problématique, d’y aller à l’affect et de laisser une relation malsaine s’installer. Mais, j’ai les outils pour les sortir de ma vie définitivement, si besoin. Je ne suis pas psy au quotidien et je reste un être humain avec des périodes où je suis plus fragile qu’à d’autres. On est tous vulnérables.

Pourquoi écris-tu des livres qui montrent la face laide des gens ?

J’écris ce que je vois, ce que je connais, ce que je ressens. Ce qui est commun à tous mes livres, c’est que l’on va au-delà des apparences. Il y a les apparences et il y a la vraie nature des gens… et elle n’est pas toujours très jolie jolie à voir.

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview

Après l'interview, le 11 décembre 2014.

20 décembre 2014

Sandra Martineau : interview pour Les blessures du silence

sandra martineau,les blessures du silence,interview

Cela faisait trois années de suite que je rencontrais Sandra Martineau au Salon du livre de Provins. Elle y participait en tant qu’auteure et moi en tant qu’animateur. Il m’arrivait de l’interviewer, mais je n’avais jamais rien lu d’elle. Il fallait donc remédier à cela.

Elle m’a fait parvenir son dernier roman, Les blessures du silence. Un vrai bon thriller psychologique qui n’a rien à envier à bien des livres de romanciers à succès. Au fil des pages, le rythme ne laisse de répit ni aux lecteurs, ni aux protagonistes du livre. Sandra Martineau malmène tout le monde avec, on le sent, une certaine jubilation.

La jeune femme est venue à l'agence le 18 novembre dernier pour une première mandorisation.

sandra martineau,les blessures du silence,interviewRésumé de Les blessures du silence :

Yohann, jeune journaliste ambitieux à l’appétit sexuel grandissant, s’inquiète de ses migraines de plus en plus fréquentes et de ses cauchemars récurrents : il se noie.
Alice décide de quitter son petit ami volage Samuel et part chez sa mère à Lavernat. Elle n’arrivera jamais à destination et c’est Samuel qui fait part de sa disparition.
Antonia, inspectrice de police, enquête sur Florence Ouvrier retrouvée morte en forêt du côté de… Lavernat. Mort, disparition, les affaires sont-elles liées ?
Yohann, de son côté va voir un guérisseur pour ses maux de tête et celui-ci lui conseille de demander à sa mère s’il n’a pas eu un accident en relation avec l’eau. Tout en menant l’enquête pour comprendre ce qui le hante, il alimente le journal avec des révélations surprenantes sur la mort de Florence Ouvrier…
Sa quête personnelle, son enquête sur le meurtre et la disparition l’emmènent sur des routes non parcourues depuis très longtemps. Pourquoi ?

Biographie officielle :sandra martineau,les blessures du silence,interview

L’histoire démarre en Juin 1978 à St-Brieuc. Malgré un prix Louis Guilloux pour une nouvelle écrite au lycée, Sandra ne prend pas tout de suite conscience de l’importance qu’ont les mots dans sa vie. Au fil des années, le dessin, la photographie, les études supérieures viennent rythmer son existence sur un ton différent mais l’écriture n’est jamais bien loin.

1998, les projets s’allongent dans sa tête avec le besoin de les coucher sur papier. C’est le début des scénarii, solution intermédiaire entre les nouvelles et le roman. Un premier manuscrit tente de prendre forme. ¨Pas assez pertinent, elle veut frapper plus fort pour se démarquer des autres. C’est là, qu’un flash vient changer toute la donne : son personnage confronté à d’horribles scènes de crimes, sans jamais les voir, sans jamais prendre conscience du danger qu’il encoure. L’héroïne venait de perdre la vue en quelques secondes et cet élément apporterait de la consistance à son histoire. Entre sa vie de famille et la gestion d’une entreprise,  il lui faudra près de cinq ans, pour achever ce premier roman « Confiance Aveugle » sorti en avril 2010.

D’autres idées pour de futurs manuscrits viennent alourdir ses journées, ou plutôt ses soirées. Promotion en Enfer, verra le jour en mai 2012. Son troisième manuscrit, un roman policier, Les blessures du silence est sorti récemment.

sandra martineau,les blessures du silence,interview

sandra martineau,les blessures du silence,interviewInterview :

Les blessures du silence est ton troisième livre, te sens-tu auteure aujourd’hui ?

C’est difficile, car je ne suis jamais satisfaite complètement. Il va me falloir du temps pour m’estimer « auteure ». Quand mon deuxième livre est sorti, j’ai choisi délibérément une thématique différente du premier. Je suis partie sur du thriller au lieu d’écrire un autre polar. Je ne voulais pas que l’on compare les deux livres et, surtout, je souhaitais surprendre.

C’est un vaste sujet, mais la frontière est mince entre le thriller et le polar, non ?

Pour moi, un polar est une enquête policière et un thriller est plus une histoire à suspens.

Les blessures du silence, c’est quoi alors ?

Un thriller psychologique.

Depuis quand écris-tu ?

Depuis le collège. Quand la maîtresse nous faisait faire une rédaction, j’étais la seule contente. J’aimais déjà beaucoup écrire des histoires.

Comment as-tu commencé cette activité ?sandra martineau,les blessures du silence,interview

En écrivant quelques nouvelles, puis un scénario. J’ai vu que ça ne fonctionnerait pas pour moi dans ce registre. J’ai donc décidé d’attaquer un roman. Le cinéma me faisait un peu fantasmer, donc je me disais que mon livre pourrait être éventuellement adapté.

Te souviens-tu quand tu t’es lancée réellement ?

Quand j’étais enceinte de ma fille. J’ai donc accouché deux fois à peu de jours d’intervalle : d’un enfant et d’un livre.

Un roman, c’est un exercice compliqué pour toi ?

Tu es obligé de détailler énormément et de creuser au fond de toi-même. Je n’avais pas forcément envie de gratter. Il en est sorti Confiance aveugle. C’est un livre très violent. Je ne pouvais pas aller plus loin dans la violence, il me semble. La petite fille qui est égorgée au début du roman, c’était peut-être aussi tuer la petite fille qui est en moi.

sandra martineau,les blessures du silence,interviewTu n’as pas aimé ton enfance ?

Pas du tout. Ma scolarité a été très difficile, mais j’ai quand même réussi.

L’écriture, aujourd’hui, est-ce une forme de thérapie ?

Oui, je le reconnais. Après Confiance aveugle, du coup, j’avais envie d’autre chose que de violence. A la base, j’étais partie pour faire une longue thématique sur les tueurs en série, mais je me suis soudainement sentie vidée. Je n’avais plus ce désir de tuer, d’assassiner et de terroriser. J’ai donc décidé d’introduire plus de psychologie. On ne cherche plus à savoir comment et qui a tué, mais pourquoi. Je trouvais que c’était aussi intéressant d’emmener le lecteur sur une touche qui n’était pas sanguinaire.

Un de tes films cultes est Seven. Cela se ressent dans ton livre.

Oui, ça permet de comprendre vers quelle logique je vais. Pas vers Alice au pays des Merveilles, en tout cas.

Tu es quelqu’un d’avenant, on a du mal à s’imaginer que tu sois capable de sortir tant sandra martineau,les blessures du silence,interviewd’horreur.

A cause de mon image, plutôt douce et souriante, d’après ce que l’on me dit souvent, les gens pensent que j’écris des choses avec la sensibilité inscrite sur mon visage. Beaucoup s’imaginaient avant de me lire que j’avais un côté fleur bleue.

Au fond, pourquoi écrire ?

Parce que les idées foisonnent en moi. J’ai cinq-six carnets à la maison et dès que j’ai une idée, je l’inscris. J’ai toujours besoin d’évacuer ce qui est en moi. Je tire un peu la chasse d’eau à chaque fois que j’écris, c’est-à-dire que je me libère de ce que j’ai dans la tête. L’écriture, c’est un exutoire.

Quand écris-tu?

Je travaille avec mon mari dans son garage. On se voit toute la journée, donc le soir, je n’ai pas d’état d’âme à m’isoler pour écrire. Il sait que j’ai besoin de ces moments-là. Je suis capable d’écrire juste quatre lignes dans une soirée, mais le maximum, c’est une bonne page.

sandra martineau,les blessures du silence,interviewQuels sont tes modèles ?

En salon, je deviens comme une adolescente dès que je croise Franck Thilliez. Quand j’ai fini La chambre des morts, j’ai compris ce que je voulais produire comme émotion en matière de littérature. Avant cette lecture, je ne savais pas encore dans quoi j’allais me lancer. Ça a débloqué complétement ma situation littéraire.

Tu lui as dit ?

Oui, plusieurs fois. La première, il a été très touché… Aujourd’hui, j’essaie de m’émanciper et je pense avoir trouvé mon style, même si j’essaie de ne pas être trop éloignée de l’ambiance du « maître ».

Les personnages de Les blessures du silence sont tous attachants. Ils ne sont pas manichéens.

C’est ça qui m’intéresse. Je m'attache aujourd'hui à créer des personnages qui soient plutôt des anti-héros. Même les « gentils » peuvent avoir des défauts de la vie quotidienne... qui sont agaçants.

Pour le moment, tu es chez Sixto, une maison d’édition encore plutôt « confidentielle ». sandra martineau,les blessures du silence,interviewQuand tu es dans un salon, est-ce que tes collègues te le font ressentir ?

Au début, franchement, oui. Certains auteurs me faisaient comprendre que mes romans n’étaient tirés qu’à 1000 exemplaires. Après, ils ont compris que j'étais déterminée à faire mon trou. Je le fais gentiment. Je ne marche sur la tête de personne et j’avance petit à petit. Parfois, dans des salons, je vends plus que certains « grands » auteurs. J’en ai tiré une grande fierté parce que c’est grâce à une façon de communiquer avec les gens. Il faut les intéresser et les amener à vouloir découvrir ton univers.

Le monde du polar est quand même un monde très masculin, non ?

Oui, complètement. On m’appelait « la jeunette » parfois, avec une certaine condescendance. Il faut savoir se faire respecter. Tu es jeune, tu arrives timidement avec ton premier roman, tu es forcément un peu raillée. Dès le début, je ne me suis pas laissé faire. C’était le seul moyen pour qu’ils me respectent très vite.

Parle-moi de ton quatrième roman. Je sais que tu es en train de le terminer actuellement.

Il se déroule lors d’une croisière. C’est la croisière de la dernière chance pour mon personnage principal, un type dont on peut penser qu’il est parfait et gentil… et bien, on va vite se rendre compte que pas tant que ça. Il y a un enchaînement de péripéties qui indiquent que cette traversée va finir "en live".

sandra martineau,les blessures du silence,interview

Après l'interview le 18 novembre 2014.

17 décembre 2014

MTatiana : interview pour l'EP Psyché-Délice et pour sa participation à Rising Star

mtatiana,psyché-délice,rising star,interview

J’ai découvert MTatiana comme la plupart des gens. En regardant Rising Star.

Je l’ai vu chanter « Jalouse » de Mademoiselle K (voir là) et j’ai flashé. Sur sa voix et son interprétation. Puis la semaine suivante, elle a interprété « Comme un boomerang » de Gainsbourg (voir ici). Pareil. Encore une fois bluffé…

Donc, je lui ai envoyé un message par Facebook, un peu curieux d’en savoir un peu plus sur sa carrière et ses ambitions  futures.

Elle m’a répondu rapidement.

Rendez-vous fut pris dans un bar à côté de mon boulot, le 30 octobre dernier…

Et j’ai vite compris que la demoiselle ne débutait pas dans le métier.

mtatiana,psyché-délice,rising star,interviewBiographie :

À 25 ans, cette jeune mezzo, MTatiana s’impose doucement mais sûrement dans le paysage musical. Originaire d'Orléans, fille d'une maman accordéoniste et un père guitariste bassiste, Tatiana Matre, chanteuse récemment découverte ou redécouverte lors de l'émission Rising Star sur M6, a sorti récemment un EP remarquable, Psyché-Délice.

MTatiana a été choriste de Sinclair, premier rôle dans les comédies musicales Peau d'Âne et Footloose, doublure aussi dans « 1789, Les Amants de la Bastille ». La formidable interprète qui a adoré Piaf, Janis Joplin, Brel, Ella Fitzgerald, Billie Holiday, et qui voue une tendre admiration à l'Irlandaise Imelda May est une délicieuse pin-up du rock doublée d'une délicieuse poétesse piquante.

mtatiana,psyché-délice,rising star,interview

(Photo : Yann Herve)

mtatiana,psyché-délice,rising star,interviewInterview :

Je t’avoue que je ne te connaissais pas avant Rising Star. Comment es-tu arrivée dans cette émission ?

On m’a contacté parce que j’avais fait auparavant des comédies musicales à Paris. Sur 1789, les amants de la Bastille, pendant deux ans, j’étais comédienne et doublure de trois chanteuses et je dansais dans quelques tableaux. J’ai aussi été l’héroïne principale des comédies musicales Peau d’Âne et Footloose. J’avais déjà un EP et je préparais mon premier album.

Tu as accepté immédiatement ?

Au départ, j’étais hyper réticente parce que, quand tu fais ce genre d’émission, il y a toujours des aprioris et des étiquettes qui s’installent. En fin de compte, j’ai considéré que c’était un bon tremplin et une bonne visibilité pour lancer mon projet et me faire connaître.

Et aujourd’hui, penses-tu toujours que c’était une bonne idée de faire cette émission ?

Oui, parce que même si je n’ai eu que deux passages, ce sont deux passages qui ont marqué les téléspectateurs.

mtatiana,psyché-délice,rising star,interview

Avais-tu, toi-même, quelques aprioris ? mtatiana,psyché-délice,rising star,interview

Un peu. J’avais peur d’avoir les étiquettes Rising Star, M6, télé crochet collées à moi. Comme j’ai fait plein d’autres choses avant cette émission, ça m’ennuyait que l’on me réduise à ça. Après réflexion, j’ai compris qu’il fallait être médiatisé artistiquement pour concrétiser un projet.

Cela dit, ce sont souvent les perdants qui se font plus remarquer que les gagnants.

C’est ce que l’on m’a dit souvent. Je viens d’Orléans, donc pour le moment, j’ai eu pas mal d’interviews dans la Région Centre.

Dans Rising Star, on ne chante pas son propre répertoire. J’imagine qu’il y a un côté un peu frustrant de ne pas montrer ce que l’on sait faire, musicalement et textuellement.

Oui. La production préférait que l’on passe d’abord par un répertoire connu afin que les personnes s’intéressent aux chansons. Le principe est simple : plus on va loin, plus ils nous laissent la possibilité de faire nos chansons personnelles. Moi, je ne suis pas allée assez loin.

mtatiana,psyché-délice,rising star,interviewAs-tu été déçue de partir si vite ?

Sur le coup, oui. Lors des duels, il était clair que l’univers de ma concurrente était beaucoup plus actuel que le mien. Je peux comprendre le choix de ceux qui ont voté. Mon public était peut-être un peu plus âgé.

Ton amour de la musique vient sans doute de tes parents, non ?

Mon père avait un groupe de hard rock quand il était plus jeune. Il était guitariste bassiste dans les Hell’s Stress (voir photo ci-dessous). Ils ont fait les premières parties de Trust et de Téléphone. Maman, elle, faisait de l’accordéon et a eu tous ses prix de Conservatoire. Mes sœurs et moi, on a grandi là-dedans, mais je suis la seule à avoir pris ce chemin pour en faire mon métier. Ma voix a muri relativement vite et on a pris conscience qu’il y avait peut-être des choses intéressantes à faire. Mes parents ont créé une association de théâtre qui a duré dix ans et ont été très encourageants avec moi. J’ai été prise dans un café-théâtre à Orléans et tout a débuté-là. J’ai fait du théâtre d’impro, de la comédie musicale, du cabaret… Je suis vite devenu pluridisciplinaire.

mtatiana,psyché-délice,rising star,interview

De Gauche à Droite : Hakim Sersar (guitare), Serge Matre, le papa de MTatiana (basse), François Ibanez (chant), Bruno Luccioni (guitare), Franck Dauphin (batterie).

Quand es-tu arrivée à Paris ?

Après mon bac, j’ai pris une année sabbatique pour voir si c’était possible de percer. J’ai fait l’école Richard Cross pendant deux ans et c’est là que j’ai été vraiment formée en technique vocale.

Faut-il faire ce genre d’école pour réussir ?

Je pense que c’est important d’acquérir de la technique. Sans elle, on fatigue plus vite et on gère moins bien le stress. Prendre des cours me parait important, mais chacun fait comme il le sent. 

Clip de "Brune Blonde"

Tes chansons personnelles racontent ta vie personnelle.mtatiana,psyché-délice,rising star,interview

Oui, elles racontent mes histoires. « Brune Blonde », le premier single, c’est moi en audition. Je raconte avec humour ce qu’il se passe et comment j’agis.

Ton EP a un côté swing pop, un peu manouche.

J’aimerais que l’on soit plus rock. Mon projet est appelé à évoluer de toute façon. Cet EP est très propre, mais je sais que ces chansons-là, en live, seront beaucoup plus pêchues.

Es-tu confiante ?

Oui, parce que j’en ai marre d’être toujours dans le doute. Là, j’y ai mis tout mon cœur. S’il y a des choses à modifier, je le ferai avec plaisir, mais je crois en ce projet.

mtatiana,psyché-délice,rising star,interviewQui aimes-tu dans la jeune génération ?

Emilie Simon, Camille, Olivia Ruiz. Des gens qui ont une personnalité musicale et vocale forte.

Et dans l’ancienne génération ?

Jacques Brel. J’adore ses textes et la passion avec laquelle il interprétait ses chansons. Ma maman était fan de Piaf, du coup, elle m’a beaucoup touché.

Qu’écoutais-tu principalement quand tu étais jeune ?

Beaucoupde jazz. En fait, dans ma jeunesse et mon adolescence, je n’écoutais pas beaucoup de musique de mon temps. Je me suis ouverte à l’actualité musicale, il y a peu.

Tu écris des textes souvent ?

Oui. Mais pas que des chansons. Des poèmes, une pièce de théâtre aussi… Les mots sont ma passion.

Pour toi, quelle serait la carrière idéale ?

Celle d’Imelda May. Je m’en inspire énormément. J’adore son univers rockabilly à fond. Je suis allée voir ses concerts. Je m’inspire beaucoup d’elle, visuellement et musicalement parlant.

mtatiana,psyché-délice,rising star,interview

Après l'interview, le 30 octobre 2014 (photo : Stella Alquier)

15 décembre 2014

Salon du Livre d'Ozoir-La-Ferrière 2014 : bilan et photos

Affiche recto salon 2014.jpg

C'est la sixième année consécutive que j'anime le Salon du livre d'Ozoir-la-Ferrière (Voir là en 2009, ici en 2010, en 2011, en 2012 et l’année dernière). Toujours aussi fatigant, mais toujours aussi exaltant, dis-je chaque année. Plus de 20 interviews, deux débats de 45 minutes (l’un avec Didier Daeninckx, l’autre avec Nicolas Peyrac, un quizz littéraire et je ne sais pas combien de kilomètres parcourus...

Comme chaque année, je rapporte de ce salon quelques souvenirs photographiques (merci à la mairie d'Ozoir-la-Ferrière pour certains clichés de cette année...)

Commençons avec un article du Parisien Seine-et-Marne publié la veille du salon.

Le Parisien.jpg

Comme chaque année, le salon commence avec un quizz littéraire (concocté par l'organisateur du salon, Luc-Michel Fouassier, présent sur la photo ci-dessous) auxquels participent le public, mais aussi les auteurs et les éditeurs présents. Cette année, il s'agissait de découvrir les anagrammes d'auteurs mondialement connus. Gros succès ! Nous nous sommes franchement bien amusés !

Salon livre (4).JPG

Une participation active de la jeunesse ozoirienne... :)

Salon livre (8).JPG

L'effet magique du Salon du livre d'Ozoir... les livres poussent sur les arbres (photo réalisée sans trucage, évidemment).

IMG_6517.JPG

A un moment donné, il y a eu la foule des grands jours...

10431461_10203007007960908_2291566705857068904_n.jpg

Stand Quadrature : l'auteure Pascale Pujole et deux de ses éditeurs, Catherine Nyssens et Jean-Louis Dufays.

Pascale Pujole catherine Nyssens Jean louis Dufays ses éditeurs.jpg

Moi aussi, j'achète des livres. Hum!

IMG_3900.JPG

J'ai eu deux Carole Zalberg pour moi tout seul... et oui! (Voir là toutes ses mandorisations).

IMG_6519.JPG

Et une xième interview de Carole...

Salon livre (58).JPG

Carole Zalbert, l'une des trois invités d'honneur, reçoit la visite du maire d'Ozoir-la-Ferrière, Jean-François Oneto et de l'organisateur du salon, Luc-Michel Fouassier.

10435912_731851536892561_2158040106535453148_n.jpg

Ici, Carole discute avec un autre invité d'honneur, le romancier Didier Daeninckx.

fouassier2.jpg

Un café littéraire avec Didier Daeninckx, quand on aime le polar français, ça ne se refuse pas! Avant de se consacrer à son métier d’écrivain, il a exercé pendant une quinzaine d’années les métiers d’ouvrier imprimeur, d’animateur culturel et de journaliste localier. C’est le livre Meurtres pour mémoire, publié en 1984 qui l’a révélé au grand public et pour lequel il a obtenu le Prix Paul Vaillant Couturier. Dès ses débuts littéraires, Didier Daeninckx a placé au centre de ses polars les perdants et les oubliés de l'histoire et élargi ce travail en faisant resurgir sur le devant de la scène des épisodes refoulés, ou carrément occultés. Il dit écrire de vrais-faux romans policiers pour évoquer ce qui s'est trouvé interdit d'existence dans les différents récits de l'histoire. De tout cela nous avons parlé, mais de bien d'autres choses encore.

DSC09615.JPG

Ce café littéraire passionnant faisait figure d'évènement, car Didier Daeninckx a précisé que c'était le dernier auquel il participerait. Il a aussi annoncé officiellement que ce salon serait l'ultime pour lui. Il préfère désormais se concentrer sur l'écriture de ses livres et des enquêtes qui en découlent. Fierté pour moi (qui suis fan du monsieur) d'avoir été le dernier à débattre avec lui.

IMG_6521.JPG

Mon amie Jennifer Murzeau (mandorisée récemment) et Franck Balandier.

fouassier 1.jpg

Pour sa septième édition, le Prix Ozoir'elles 2014 a été remis lors du salon à Pablo Melher (ici avec son éditrice, Virginie Paultes) pour son recueil Derrière les grilles du Luxembourg (Editions Moires). Ce prix a la particularité d'être attribué par un jury de lectrices ozoiriennes.

Pablo Mehler et son éditrice fouassier 5.jpg

Pablo Melher lors de la remise officielle du Prix Ozoir'Elles 2014.

10438984_731851453559236_4409374124428633535_n.jpg

DSC05598.JPG

Et soudain, Nicolas Peyrac... ici lors de la cérémonie de bienvenue orchestrée par le salon et plus particulièrement le maire d'Ozoir, Jean-François Oneto.

10155213_731851400225908_9124498484879933862_n.jpg

L'écrivain et chanteur Nicolas Peyrac, en pleine séance de dédicaces avant...

Fouassier 6.jpg

...de se livrer à moi (comme l'indique cet autre article du Parisien Seine-et-Marne).

parisien 2.jpg

Quelques photos de cette jolie rencontre où Nicolas Peyrac s'est livré comme rarement. Je regrette juste de ne pas avoir enregistré cet entretien.

DSC09596.JPG

DSC09598.JPG

Un public attentif...

Salon livre (33).JPG

fouassier4.jpg

DSC09613.JPG

DSC09607.JPG

Affiche verso salon 2014.jpg

Et après le salon, nous avons diné/bu chez Luc-Michel Fouassier (l'organisateur du salon et néanmoins ami) en compagnie notamment de Nicolas Peyrac. Et c'était un chouette moment...

IMG_6525.JPG

14 décembre 2014

Ottilie [B] : interview pour Histoires d’O Deux [live]

10322446_654890131244289_1945018253801605608_n.jpg

10404105_744515545642830_8415760718074310611_n.jpgOttilie [B] revient un an après la sortie de son premier album Histoire d’O2. Je ne vais pas revenir sur sa biographie et son premier album, car l’artiste a été le sujet d’une longue mandorisation explicative sur son œuvre et sa démarche (à lire ici). Cette fois-ci, elle revient avec un EP Live, Histoires d’O Deux [live], contenant quatre titres de son album et deux inédits. Et le résultat est magistral. J’ai donc décidé de l’accueillir une seconde fois pour en savoir plus sur ce deuxième disque et sur l’évolution de sa carrière naissante. Rendez-vous dans un bar de la capitale, un beau jour d’octobre dernier…

ottilie-b-photo-presse-c2a9rodolphejulienne.jpeg

Ottilie [B] avec Didier Simione et Pascal Colomb (photo de Rodolphe Julienne).

Argumentaire de l’EP :10714297_148754741961563_6856475991457435982_o.jpg

Ottilie [B] poursuit sa démarche d’innovation artistique et d’affirmation de son projet en intégrant de nouveaux musiciens et un nouveau directeur artistique à son projet initial Histoires d’O2.

Le groupe, formé par Didier Simione aux machines/clavier/basse et Pascal Colomb à la batterie/guitare/clavier, s’approprie les chansons d’Ottilie [B] sous la co-direction artistique de Nicolas Repac du label No Format dans cet EP de 6 titres Live.

Ensemble, ils proposent au public une performance live dont la qualité d’orchestration et l’arrangement n’ont d’égal que les folies numériques avant-gardistes du collectif Adrénaline-Dopamine (projections vidéo/multimédia pour le dernier live de Stromae).

1962642_744515595642825_2905885009485313849_n.jpg

IMG_6057.JPGInterview :

Cet EP live sort un peu plus d’un an après ton premier album.

J’avais envie de montrer ce que donnaient certaines de mes chansons en live. Je trouvais mon album assez retenu, assez conceptuel. Ce n’est pas une question d’esthétique, mais de dynamique. Il y a eu un travail de direction musicale avec Nicolas Repac qui m’a beaucoup apporté en termes de liens. Son regard extérieur m’a apporté une richesse que je ne pouvais pas laisser au placard. Aujourd’hui, il est en playlist sur France Inter et je suis ravie.

Je trouve que réunir vos deux univers est une sacrée bonne idée. Ils ne sont pas aux antipodes l’un de l’autre.

Nous sommes, il me semble, de la même famille d’artistes. Nous mettons en lumière des choses sombres. Je suis allé le voir parce que j’adorais sa façon d’utiliser les samples, de travailler la matière organique, d’utiliser des beats electros pas clinquants mais texturés…  On a eu tout de suite un échange artistique hyper prolifique dans une atmosphère particulièrement intéressante. Ça a duré une bonne dizaine de jours et ensuite, nous avons mixé ensemble.

Live Concept "Donne tes elles"
Histoires d'O.deux (IN/EX Music 2014 / L'Autre Distribution)
Réalisation : Transfuges

Qu’est que Nicolas Repac aime chez toi ?10403420_744515482309503_7677936459111018419_n.jpg

D’après ce qu’il m’a dit, la voix et l’écriture. Il m’a dirigé et c’était délectable. J’ai pu me concentrer plus particulièrement sur l’interprétation. Il m’a permis de déployer ma voix. C’est comme ça, en tout cas, que je le ressens.

C’est un EP live, mais nous n’entendons aucun applaudissement.

Il existe la version avec les applaudissements, mais on a préféré les shunter. C’est un choix permettant d’être diffuser en radio.

Tu écris de nouvelles chansons en ce moment ?

Oui. Je suis quelqu’un de très maniaque. Je suis capable de ciseler un texte très longtemps ou d’en pondre dans l’urgence et la rapidité. C’est un peu au cas par cas. S’il y a une méthodologie, il n’y a pas de recette miracle.

10 novembre 2014, Froggy's Session de Ottilie [B], Le Chêne, Villejuif.
Titre : Au Bord des Lèvres
Cette session a été enregistrée par Froggy's Delight avec l'aimable autorisation des artistes.

10264322_744515678976150_737810954950320245_n.jpgTon nouvel album avance, alors ?

Petit à petit. Il évoquera le passage de la vie à la mort… la traversée. Ça ne va pas être un disque plombant et triste, je te rassure. Ça parle juste d’un changement d’état et son voyage. A priori, ce sera un double album : une partie en studio et une partie en voyage. Je mettrai en avant le côté world music qui est en moi et le chant originel. Je vais être dans le rétro futur. Je cherche en permanence le lien avec le futur, tout en restant le plus moderne possible.

Tu as un lien très fort avec les ancêtres, les origines et avec le futur. As-tu l’impression d’établir un trait d’union entre le passé et le modernisme le plus absolu ?

Oui, par quelque chose de l’ordre de l’instant. L’absolu présent c’est le désir premier d’être ensemble et de se rencontrer. Le lien, c’est ce qui résume le passé et le futur. Mon propos est de questionner sur ce qui est réel ou sur ce qui est virtuel. Dans mes concerts d’ailleurs, il y a un hologramme. En voyant un hologramme commencer un morceau et moi qui arrive en chantant en vrai implique, j’espère, que les gens se demandent ce qui est vrai et ce qui est faux… A qui et à quoi on donne du crédit ?

Depuis la dernière fois que nous nous sommes vus, tu as été sélectionné dans pas mal de prix prestigieux. Sélection Meilleur Premier Album France Inter/Télérama et Coup de cœur Académie Charles Cros, notamment.

Ce qui est bien c’est quand tu ne t’y attends pas et que tu ne vas pas à la cherche d’un prix. Ce n’est pas un concours, ni un tremplin, ça te tombe dessus comme ça.

DSC09515.JPG

Après l'interview, en octobre 2014.

12 décembre 2014

Fred de Mai : interview pour Flic de rue

fred de mai,flic de rue,rouge sang éditions,interview,mandor

Pas besoin d’exercer le métier de policier pour apprécier Flic de rue (Rouge Sang éditions), le premier livre publié du flic/auteur/photographe/blogueur Fred de Mai. Une écriture sensible, émouvante, lucide et percutante souvent. Pas de doute, l’homme sait raconter son vécu de manière littéraire, voire poétique. Les joies, malheurs et absurdités de son métier sont racontés sans aucune concession au style et à la vérité. De passage à Paris, Fred de Mai est passé à l’agence le 24 octobre dernier, pour évoquer son livre et son métier.

fred de mai,flic de rue,rouge sang éditions,interview,mandor4e de couverture:

Ce livre est un recueil de sentiments et ressentiments sous forme de textes mêlant poèmes, slams et témoignages.

Que ce soit en tenue ou en civil, à Paris, Lyon ou Marseille, en Police-Secours ou en BAC, il a toujours été un « Flic de rue » qui a vécu chaque mot de ce livre.
Il est l’auteur de toutes les photos publiées dans cet ouvrage.

L’auteur :

Fred de Mai est le pseudonyme d’un policier en activité, auteur et photographe. Il a choisi l’anonymat pour des raisons de discrétions professionnelles.fred de mai,flic de rue,rouge sang éditions,interview,mandor

Il était un des blogueurs les plus actifs au début des années 2000. En 2006, dans un des classements en vogue sur Internet, il fut même référencé 53ème parmi les 100 blogueurs Français les plus influents.

En 2010 il remporta un concours de slam organisé pour les 10 ans de la Francophonie par le Ministère de la Culture et TV5 Monde.

Après une période de silence,  et avant la ré-édition de son livre Flic de rue chez Rouge Sang éditions, il revient aussi en réactivant son blog.

Toutes les photos de cette chronique mandorienne sont signées Fred de Mai (sauf celles prises lors de l'interview).

fred de mai,flic de rue,rouge sang éditions,interview,mandorInterview :

Tu es en France l’un des précurseurs des blogs. Je t’ai d’ailleurs connu de réputation à cette époque-là. Tu étais un blogueur « influent ».

Je suis devenu blogueur grâce à mon épouse. C’était une période où j’étais hors travail. Disons, que je travaillais déjà dans la police, mais elle m’avait mis dans un placard. J’ai commencé à écrire un roman et ma femme m’a parlé des blogs, « le gros truc à la mode ». J’ai pris un pseudo, car je n’étais pas en odeur de sainteté dans la police et je ne voulais pas que cette nouvelle activité me nuise encore plus.  J’ai donc fait un blog d’un auteur pour que l’on parle de lui.

Tout au départ, il y avait même deux blogs.

Oui, celui de Fred de Mai et celui de Paul Vachard, le roman que je vais sortir bientôt.Paul réagissait aux propos de Fred.

C’est schizo ton truc !fred de mai,flic de rue,rouge sang éditions,interview,mandor

Oui, on est très nombreux dans ma tête.Bref, ces deux blogs m’ont bien canalisé et  m’ont fait du bien. J’ai surtout compris que je savais écrire.

Et c’est le manque de police qui t’a fait écrire le blog « Flic de rue » ?

Quand tout le monde a su que j’étais flic, j’ai voulu montrer quel genre de flic j’étais. C’était facile pour moi d’écrire des petites histoires que j’avais personnellement vécues.

Flic de rue, le livre, est une réédition.

Oui, en 2009, une agence de com’ est venue me voir pour me proposer de faire une version papier de ce que j’écrivais sur le blog. Ils voulaient prouver que même les blogueurs pouvaient publier sur papier. C’est sorti mal imprimé et il y avait pas mal de coquilles. Du coup, je n’ai pas fait trop de promo… Par la même occasion, j’ai aussi arrêté le blog et je me suis mis à l’écriture de mon roman, Vachard.

Teaser du livre Flic de rue.

fred de mai,flic de rue,rouge sang éditions,interview,mandorFlic de rue est un recueil de nouvelles « vécues » réalistes et littéraires.

Sans prétention, quand j’écris, j’ai l’impression d’être un gamin doué qui ne s’en rend pas compte. Ça me vient naturellement, même s’il y a un travail de retouches après. J’aime épurer au maximum. Avec ces textes, j’ai fait du tweet avant l’heure. Je déteste tout ce qui dépasse. Il faut couper avec acharnement. L’écrivain Thierry Serfati m’a dit un jour que dans l’écriture, le plus dur était de couper.

Il y a des textes très durs et d’autres assez drôles.

Il faut avoir beaucoup d’humour et de recul pour faire notre métier. Si tu prends tout au sérieux, tu es foutu ! Si tu n’es pas bien dans ta tête, tu ne te sens pas bien au boulot et que l’on te fait voir toute la misère du monde, tu prends ton pétard et tu t’arrêtes là. Même dans les cas les plus graves, je t’assure qu’on arrive à trouver de quoi rire.

J’ai compris en lisant Flic de rue qu’il y avait trois situations difficiles quand tu fais ce métier : voir des morts, garder son self control par rapport aux provocations… et l’administration. Et il y en a des pages sur l’administration.

J’étais en colère à cette époque-là. L’administration n’est pas rancunière, car aujourd’hui, elle me fait ma publicité.

Quelle relation as-tu avec elle maintenant ?

Très bonne. Comme quoi, chez nous, rien n’est immuable. Aujourd’hui, j’ai un discours complètement différent qu’à l’époque où j’ai écrit le livre. La police a évolué, c’est clair !

Tu t’interroges sur le fait d’être un bon chef dans le livre…fred de mai,flic de rue,rouge sang éditions,interview,mandor

C’est la pire expérience que j’ai connue. Je suis un chef qui aime fonder une équipe et souder les gars. C’est dur parce qu’on n’a pas les mêmes motivations. Chef, tu devrais être le tampon, mais tu ne l’es pas. Certains t’utilisent comme marteau, d’autres comme bouclier. Tu es donc celui qui prend tous les coups. Mes pires comme mes meilleurs moments sont en tant que chef.

Il y a des scènes très émouvantes dans ton livre, celles où il y a des enfants impliqués dans les « affaires ».

Tu sais, je chiale quand j’écris des textes comme ça. Ce sont des actions que j’ai vécues à une époque où j’étais séparé géographiquement de mon fils. Pendant cinq ans, je l’ai vu trois fois par an pendant les vacances, donc forcément, il me manquait. Je ne pouvais donc absolument pas comprendre que l’on puisse faire délibérément du mal à un gamin.

Tu en es où dans la police ? Appartiens-tu toujours à la BAC ?

Non, j’ai fini ce qui était anti criminalité pure. C’est un travail génial, mais je vieillis. Aujourd’hui, je suis l’un des responsables d’un service qui s’occupe du plus grand centre commercial d’Europe. On y fait tout : on traite, on appelle la justice et on clôture. Je travaille encore plus qu’avant et je m’éclate.

Tu es flic dans un centre commercial, si je comprends bien ?

Oui, c’est le seul cas en France. On est la police nationale. Il y a 100 000 passages jour et il faut gérer cela. C’est un énorme trafic. Sur 1200 interpellés à l’année, tu as 1000 affaires résolues. Pour la police c’est hypra intéressant. Ça prouve qu’elle est très efficace.

fred de mai,flic de rue,rouge sang éditions,interview,mandorJ’en ai déjà parlé à ton éditeur et ex flic lui aussi, Marc Louboutin (mandorisé là), je ne comprends pas comment on peut vivre normalement quand on fait ce métier.  La vie de famille, par exemple… c’est compliqué.

Il faut laisser le boulot au vestiaire. Si tu ne le fais pas, tu es mort. Parfois, c’est tellement dur que je rentre chez moi brisé…

Tu te traites toi-même d’alcoolique dans le livre. Boire aide aussi à oublier ce qu’il s’est passé dans la journée.

Aujourd’hui, je ne bois plus d’alcool fort, mais pendant un moment, ça m’arrivait d’être no limit. Tu as toujours quelque chose à oublier. Et puis, il y a un autre phénomène. Quand tu es avec une bonne équipe, tu fais des pots. Ça te permet de parler et de gérer les problèmes plus tranquillement, sans gravité. On fait un métier où il faudrait presque un soutien quotidien à ce niveau-là. Nous ne l’avons pas… on se démerde pour le trouver.

Ton livre devrait bien se vendre dans le milieu de la police.

Il a déjà un bon bouche à oreille. Quand un flic fait un bouquin sur les flics et qui est approuvé par les flics, on peut estampiller l’ouvrage d’un « lu et approuvé ». Beaucoup de mes collègues l’achètent, mais d’autres qui n’ont rien à voir ce métier aussi, ce qui m’a beaucoup surpris.

Aimerais-tu être conseillé sur un film ou une série sur la police ?fred de mai,flic de rue,rouge sang éditions,interview,mandor

Oui, la plupart de ceux qui officient dans ce rôle ne sont plus flics. Ce sont des anciens. Par exemple, Olivier Marchal. J’aime bien ce qu’il fait, mais c’est une police qui n’existe pas. Il invente la police de ses rêves. Avec lui, le flic se drogue, il est forcément violent, forcément tout seul, forcément alcoolique, il va forcément tuer quelqu’un et il est un peu bandit. Super l’image de la police ! Et puis d’un autre côté, on a Pinot simple flic. Deux extrêmes. Il y a peut-être un juste milieu à évoquer, non ?

Je reviens sur ton prochain roman, Vachard. De quoi va-t-il parler ?

Paul Vachard est le fils du meilleur flic de France,  mais son père ne l’aime pas. Sa mère est partie, il ne reçoit donc pas d’amour du tout. Pour obtenir l’amour de son père, le gamin a tout essayé, parfois de façon très maladroite. Pour faire plaisir à ce paternel, il va devenir flic lui aussi. Mais contrairement à son géniteur, c’est un flic pitoyable. Mais il va trouver un moyen pour que son père s’intéresse à lui. Devenir tueur en série.  Je ne te dis pas ce qu’il se passe après, mais ça part en live !

fred de mai,flic de rue,rouge sang éditions,interview,mandor

Pendant l'interview le 24 octobre 2014.

11 décembre 2014

Retour sur les principaux prix littéraires 2014

prix littraires 2014,prix goncourt,lydie salvayre,prix renaudot,prix goncourt des lycéens,david foenkinos,prix nobel de littérature,patrick modiano,prix médicis,antoine volodine,prix fémina,yanick lahens,grand prix du roman de l'académie française,adrien bosc

Nobel, Goncourt, Goncourt des lycéens, Femina, Renaudot, Médicis, Roman de l’académie française... Toutes ces distinctions donnent un coup d’accélérateur aux ventes de livres. Ils donnent aussi des idées. Si votre choix pour Noël n'est pas fait, les livres recommandés ci-dessous feront d’excellents cadeaux à offrir, et à lire…de quoi rendre auteurs, éditeurs et libraires heureux.

Pour Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc (daté de décembre 2014/Janvier 2015), je suis revenu sur deux pages sur tous les prix littéraires principaux. Faites votre choix !

(Mais, je tiens à rappeler que sur ce blog, je mets en avant également des livres largement moins médiatisés).

NEW LM62 - P18a.jpg

NEW LM62 - P18d.jpg

NEW LM62 - P18b.jpg

NEW LM62 - P18c.jpg

NEW LM62 - P18e.jpg

NEW LM62 - P19B.jpg

NEW LM62 - P19A.jpg