Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Gaëlle Vignaux : interview pour J'aime tes ex | Page d'accueil | Richard Gaitet : interview pour Découvrez Mykonos hors saison »

17 septembre 2014

Ben l'Oncle Soul : interview pour À coup de rêves et pour Platine

Jeremy Esteve.jpg

(Photo : Jeremy Esteve)

10552370_10152214390107596_5973907305630271411_n.pngOriginaire de Tour, Ben l’Oncle Soul (mandorisé là une première fois) revendique comme influence majeure la soul des sixties, celle des mythiques labels Motown et Stax. Après le succès de son 1er opus (plus de 400.000 ventes), le chanteur est de retour avec À Coup de Rêves enregistré à San Francisco avec le groupe de soul-funk californien Monophonics. Grâce à ce combo et le chanteur, l’ombre d’Otis Redding plane sur toutes les plages de ce disque. Les textes français et anglais parlent d’amour, de musique et d’amour de la musique et navigue entre jazz, blues et gospel. "Ça a été à la fois douloureux à sortir et plaisant à faire, précise la chanteur. « Ce disque prend plus aux tripes, parce que je me suis mis un peu à poil." En tout cas, l’énergie communicative, la musique live et énergique et la voix exceptionnelle de Ben l’Oncle Soul nous offrent un voyage puissant et vibrant au cœur de la soul.

Voici la version longue de l’interview qu’il m’a accordée chez lui pour le site des espaces culturels Leclerc.

10500460_10152208503107596_3058930914953819350_n.jpg

DSC09195jj.JPGVous avez testé vos nouvelles chansons sur scène avant de les enregistrer. Comment le public a-t-il accueilli ces nouveaux titres ?

La musique, c’est fait pour être partagé en live, pour passer un bon moment, mais aussi pour être dans l’écoute. C’est agréable de voir des gens découvrir des chansons et de sentir comment elles fonctionnent. Quand on sent qu’elles touchent les gens, c’est jubilatoire. Il semblerait que pour pas mal d’entre elles, ce soit le cas. De toute manière, si on a le courage de monter sur scène avec des morceaux, c’est que l’on se dit qu’ils ne sont pas trop mal.

Il s’est passé quatre ans entre le premier et le second album. Vous avez eu un flash en découvrant sur scène les Monophonics. Ce sont eux qui vous ont donné envie de revenir sur scène et d’enregistrer un disque ?

J’ai découvert leur musique il y a des années sur Internet. Je suis tombé amoureux de ce groupe dont j’étais persuadé qu’il était des années 70. Quand j’ai commencé à me renseigner sur eux, je me suis rendu compte que les membres de cette formation avaient mon âge. Je me suis dit qu’un jour j’aurais peut-être la chance de croiser ces types-là, parce que j’avais la sensation que nous étions sur la même longueur d’onde musicale. Le destin a fait en sorte que l’on se rencontre assez vite. Ils sont passés à Paris au Nouveau Casino et je suis allé les voir. Nous avons eu une connexion immédiate et nous avons eu envie de travailler ensemble.

Ben L'Oncle Soul and Monophonics performing Hallelujah !!! (J'Ai Tant Besoin De Toi)

Qu’est-ce que ce groupe vous a apporté concrètement ?563538_10151296501412596_324048571_n.jpg

Les rencontres créent des tensions. Eux, c’était la première fois qu’ils travaillaient avec quelqu’un de l’extérieur. Entre eux, comme ils se connaissent depuis l’enfance, il y a quelque chose de très familial et de très protecteur. Ils m’ont laissé entrer dans  leur bull, moi et ce que j’avais dans ma besace en termes de vécu, d’expériences et d’idées. On a fait des pas les uns vers les autres, puis nous nous sommes rencontrés à un endroit pour trouver l’équilibre entre la musique qu’ils aiment et la mienne.

Vous devez avoir sensiblement les mêmes goûts, non ?

Oui, bien sûr. C’est la même musique, mais nous n’avons pas écouté exactement les mêmes disques. À l’intérieur de la soul, il y a tout un tas de différentes sensibilités. Eux sont très axés Stax et seventies à la Jimmy Hendrix. Ils ont quelque chose dans l’approche du son qui est très brutal. Ça me plait beaucoup.

Vous avez enregistré en live avec du matériel de l’époque. Les magnétos à bande par exemple, j’imagine que c’est la première fois que vous les utilisiez ?

Oui, mais justement, je rêvais de faire un album comme ça. Ça capture des images, des moments de ce que l’on est, des émotions. Ça capture aussi toute la légèreté et la simplicité qui règnent lors de l’enregistrement. On a travaillé dans leur studio donc on a passé le temps que l’on voulait. Ça change tout, je vous assure. Le plaisir est plus présent.

« You Got My Back », interprété par Ben L’Oncle Soul & Monophonics @ La Cigale – 16.12.2013

Votre album s’intitule à coup de rêves. Avez-vous atteint vos rêves de jeunesse?

J’étais un grand rêveur quand j’étais petit, donc j’ai encore beaucoup de rêves à réaliser. Mais évidemment, tout ce que je vis pour la musique, c’est un rêve énorme qui se concrétise. J’avais envie de voyager sur la terre de mes pères spirituels, voir les studios d’enregistrement de l’époque et en fait, j’ai fait mieux que d’être simple touriste, je me suis imprégné. Maintenant je vis à Los Angeles la plupart du temps. J’essaie de comprendre cette culture dans laquelle j’ai grandi par procuration. C’est très enrichissant.

De quoi pouvez-vous rêver aujourd’hui ?

J’ai la volonté de faire de la musique pour les autres. J’aimerais produire, faire de la musique de film, faire fonctionner toute une famille artistique autour de moi. Ma prochaine étape, c’est aussi de voyager encore plus et d’essayer de toucher musicalement beaucoup plus de monde.

Finalement, la musique ce sont les voyages  intérieurs et extérieurs ?10620766_10152302841232596_8424528480965142861_n.jpg

C’est un grand voyage, mais aussi une quête identitaire et spirituelle. Moi, notamment avec la voix, je peux transmettre toutes les émotions et je trouve ça magique d’avoir ce don.

Votre référence absolue, c’est Otis Redding ?

Dans certaines sonorités, ma voix évoque cette musique, il me semble. Moi, je me contente d’essayer de suivre sa trace, je n’ai aucune autre prétention. Quand on fait un morceau, on donne toutes nos tripes. Il y a juste la volonté de transmettre cette musique et de refaire briller tous ces disques qui sont dans l’ombre aujourd’hui.

Avez-vous réalisé l’album idéal ?

Je vais vous dire pourquoi il est idéal. Parce qu’il m’a enrichi, parce que j’ai eu énormément de plaisir à le faire et que je suis très fier de cet album. Il m’a rendu heureux, alors, oui, je crois qu’il est idéal.

Reprise de Ben L’Oncle Soul du morceau « Please Please Please » de James Brown à l’occasion de la sortie du film Get On Up.

10599195_10152651874529250_3354950867778821144_n.jpgA la fin de l’interview, je lui ai posé d’autres questions plus spécifiques. Il s’agissait d’évoquer son rapport avec la variété. En effet, à partir de ce mois-ci, pour le magazine Platine, le magazine de la variété, j’interrogerai des personnalités du monde de la musique aux antipodes de ce genre musical sur ce sujet. Une nouvelle collaboration qui m’enchante. Je lis ce journal depuis des lustres et son rédacteur en chef, Jean-Pierre Pasqualini, est devenu un ami ces dernières années. C’est donc Ben l’Oncle Soul qui ouvre les festivités.

ben 1.jpg

ben 3.jpg

ben 4.jpg

ben 5.jpg

Les commentaires sont fermés.