Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mountain Men : interview pour Mountain Men chante Georges Brassens | Page d'accueil | Annabelle et Grégory Mouloudji : 20e anniversaire de la disparition de Marcel Mouloudji »

24 août 2014

Sarah Olivier : interview pour Pink Galina

sarah olivier,pink galina,interview,mandor

sarah olivier,pink galina,interview,mandor« Sarah Olivier est une diva, une diva excentrique, une pin'up baudelairienne. C'est une tornade de voix, une giboulée de folie, un incendie sur scène... une nature, un feu bouillonnant! » N’en jetez plus, la coupe est pleine ! Voilà, en tout cas, quelques exemples d'articles de presse. Quand on lit ça, c’est sûr, on a envie de s’intéresser à son travail… et de faire sa connaissance.

C’est ce que j’ai fait. Dans ses chansons, elle parle de prostitution, de suicide, d'amour, de lycanthropie, d'alcool, de mélancolie, de sexe toujours avec une autodérision étonnante, un humour décapant et une sensualité envoûtante.

J’apprends aussi qu’elle « s'inspire autant de jeux respiratoires Inuits que de la chanson à gouaille, que du vieux blues ou du punk des années 80 ». D'une rare liberté, sa voix est puissante et maîtrisée, elle couvre plusieurs octaves et passe de graves inquiétants aux aigus purs et mystiques du chant grégorien.

Le 3 juin dernier, la chanteuse est venue à l’agence évoquer son album Pink Galina… et bien d’autres choses.

Argumentaire de l’album :

Pink Galina est le premier opus de Sarah Olivier. Elle compose, écrit, et interprète avec la sarah olivier,pink galina,interview,mandorparticipation de ses amis de toujours: Babx au piano et Roland Topor pour le texte de « Bloody Mary ». Stephen Harrison et Brad Scott à la contrebasse, la voix de Fantazio sur « Panique »,  Nico Duportal à la guitare, Jo Doherty et Michel Schick aux saxophones, Relu Merisan au cymbalum, Élisabeth Keledjian à la batterie. Sarah navigue entre rock, blues, punk, indus et chanson réaliste.

L’écriture de Sarah Olivier est une fantaisie absolue et délicieuse où la vie et la mort se mêlent dans une sorte de transe. Quant à sa voix, elle se fait tour à tour hypnotique sur « Ophélie », tendrement mélancolique dans « Matin d’été »,  canaille pour « Voleuse » et rageusement drôle sur « Miss Coquette ». La poésie est partout, même dans ses mots les plus crus. Les paroles reflètent un monde merveilleux où se dessine une vision pourtant très réelle, bestiaire fantastique entre loups qui s’entrechoquent, mollusques volants, ailes de visons et poulette en perdition. Mais tout à ses divagations, cet album n’en dégage pas moins une étonnante sérénité. Et si sur scène Sarah Olivier force le respect tout en assumant un sex-appeal déluré, elle défend sur cet album les mêmes valeurs qui l’ont toujours accompagnée: féminité, indépendance et liberté. 

Elle a collaboré à la réalisation de l’album auprès de Bob Coke, producteur et ingénieur du son pour Ben Harper, Noir Désir, Bashung, Black Crows... Pink Galina est un bijou à écouter et à voir. Olivier.O.Oliver a dessiné de très belles encres de chine pour chacun des morceaux, juste avant sa disparition.

sarah olivier,pink galina,interview,mandorInterview :

Tu as vécu dans un environnement particulièrement propice à un épanouissement artistique.

Mon père, Olivier O. Olivier, était artiste peintre. Il faisait partie du groupe « Panique » avec notamment Topor, mon parrain, et Fernando Arrabal, qui m’a offert mon premier nounours. Toute cette clique-là était tout le temps fourrée à la maison. Je les considérais comme mes tontons.

Et ta maman, elle faisait quoi ?

Elle était galeriste dans ce milieu de l’art contemporain.

Donc chez toi, tout était lié à l’art.

On écoutait beaucoup de musique, on sortait au théâtre. Nos amis étaient des poètes, des comédiens, des musiciens, des metteurs en scène, des illustrateurs, des chroniqueurs et j’en passe. On peut dire que j’ai baigné là-dedans. J’aurais pu me destiner à une carrière d’art graphique ou d’art plastique, mais ce n’était pas mon truc. Depuis toute petite, j’ai été attirée par le chant, la musique et le théâtre.

J’ai lu que tu avais commencée à chanter à l’âge de quatre ans.

J’ai fait le conservatoire. J’ai joué dans des spectacles avec des troupes de toutes sortes. J’ai l’impression que j’ai toujours été sur scène. D’une manière ou d’une autre, je me démerdais toujours pour trouver une place quelque part.

Tu te cherchais ?

Non, c’était une curiosité et une dévoration de tout. Je voulais tout faire et être partout. Je ne voulais pas me cantonner à la musique, je suis allée dans tous les sens.

Extrait du concert du 12 février 2014 à L'Atelier à Spectacle de Vernouillet (28). Avec Sarah Olivier, Stephen Harrison, Joseph Doherty et Elisabeth Keledjian.

J’imagine que tes parents t’ont soutenu ?

De toute façon, je ne crois pas qu’ils auraient pu m’imaginer en rat de laboratoire (rires). Je pense qu’ils n’auraient pas compris que je ne parte pas dans une direction artistique.

sarah olivier,pink galina,interview,mandorTu étais proche de ton père ?

Beaucoup. J’étais aussi très proche de son univers et de la façon dont il créait. J’ai d’ailleurs beaucoup posé pour lui.

Est-ce que, quand on a des parents dans l’art, cela met une pression dans son propre cheminement et développement artistique ?

Un petit peu. On veut leur faire plaisir parce que ce sont des êtres qui sont dans l’excellence et qui sont eux-mêmes entourés de gens extraordinaires. Il faut être quand même un peu à la hauteur parce que, dès qu’on est médiocre, on nous le fait sentir. Un jour, j’avais fait un dessin dont j’étais super fière. Je l’ai montré à mon père et il m’a dit avec beaucoup de tendresse et de franchise : « non, il ne faut pas que tu poursuives dans cette voie-là ». Ça ne m’a pas traumatisé, mais ça a calmé mes ardeurs aux dessins. Dans ma famille, il faut être bon dans ce que l’on fait.

sarah olivier,pink galina,interview,mandor

Parle-nous de ta rencontre avec ton contrebassiste, Stephan Harrison.

Si je ne l’avais pas rencontré, je n’aurais pas fait cet album. Il est l’élément déclencheur de mon retour à la musique après dix ans d’absence. Les textes étaient déjà écrits et l’univers commençait à se mettre en place, mais lui est quand même le déclic qui m’a permis d’aller au bout de ce projet. Il y a entre nous une circulation d’énergie et une complicité incroyable. C’est jubilatoire de rencontrer son alter ego  professionnel. On nous compare souvent à Laurel et Hardy parce que sur scène, on a un rapport un peu comique de dominant dominé qui s’inverse.

Tes spectacles sont de vrais shows.

Je mouille ma chemise. Sur scène, je ne m’imagine pas du tout comme je peux être dans la vie. Je ne suis pas assez intéressante pour ça. Et puis, je n’ai pas envie de chanter ma vie, d’interpréter des chroniques de la petite Parisienne trentenaire. J’ai envie de transcender un personnage et d’être dans une expression surréaliste et onirique. Je travaille donc mon personnage de diva très excentrique.

J’adore rencontrer des artistes parce qu’ils sont différents de ce que l’on voit d’eux sur scène. C’est bizarre, parfois.

Heureusement, sinon, tu n’auras pas pu faire l’interview. Ça aurait été insupportable pour toi (rires).

Au New Morning à Paris le 5 juin 2013 pour la sortie de l'album Pink Galina. Réalisation: Extermitent Production.

Quand tu montes sur scène, tu te métamorphoses en diva immédiatement ou il te faut une préparation psychologique un peu avant ?

Un peu des deux. Il y a quelque chose de très naturel et spontané qui m’envahit, mais en même temps, il y a toujours un petit moment où je souhaite être seule pour « m’en(lady)r ». Ça se passe, notamment, quand je me maquille, que je prépare les accessoires ou que je mets mes costumes de scène.

Monter sur scène te provoque quoi ?

C’est le rêve absolu. Sans prétention, j’ai vraiment l’impression d’être née pour ça. Quand on arrive à faire ce pour quoi on pense qu’on est missionné sur Terre, on rentre dans une grande plénitude intérieure.

Tu te sens missionnée sur Terre pour divertir les gens?

Je suis plein de démons et de brèches, alors si je me sens investie d’une mission, elle n’est pas du tout divine. Je me sens vraiment un tube d’air traversé par des ondes.

Cette mission viendrait d’où, alors ?

Je ne sais pas. Du cosmos ? Plus sérieusement, c’est une image pour dire que je me sens « passeuse » de quelque chose. Ma carcasse a le don de transmettre, par ma voix et mon jeu, l’émotion. Je me sens l’héritière de plein de gens qui étaient là avant. Je tente de m’inscrire dans une certaine continuité.

"Miss coquette", extrait du concert de Sarah Olivier en duo avec Stephen Harrison le 19 mars 2013 à la Maroquinerie (Paris) en première partie de Sanseverino.

Tu te sens héritière de qui ?

De Nina Hagen par exemple, ou de cette mouvance de femmes punk rock. Mais ça peut être de la poésie médiévale de Hildegarde de Bingen. Je me sens proche aussi de Diamanda Galás et même de Simone de Beauvoir, voire George Sand, Anaïs Nin ou Colette. J’aime les femmes qui expriment des choses qui peuvent déranger.

Il y a des thèmes plutôt graves dans tes chansons : la prostitution, l’alcool, la drogue, le suicide…

On est tous les jours confronté à la vie, la mort, la joie, la peine, le deuil, la naissance. J’ai un peu l’âme slave. Dès qu’il se passe quelque chose dans ma vie, je vais faire la fête, m’arsouiller à la vodka. Quand je vis un truc très fort, j’ai besoin de le transcender, de le sortir de moi. J’ai des rituels pour cela. Je suis aussi touchée par les choses euphoriques de la vie que par les choses sordides et macabres, parce que je les ressens très fortement. Je ne me voile jamais la face, je sais bien que la vie n’est pas toute rose, mais encore une fois, je transcende ce qui me bouleverse.

Dans la chanson française, as-tu l’impression d’appartenir à une famille ?

Non, mais par contre, je me sens des liens très forts avec certains artistes comme Babx ou Fantazio.

Babx, tu le connais depuis longtemps ?

Oui, je l’ai connu quand il était jeunot. Je faisais partie de l’école de sa maman, Martina Catella. Elle était ma prof de chant. Babx est comme moi, il a baigné dans l’art toute sa vie. Je me sens très proche de lui.

Et si je compare ton travail à celui de Claire Diterzi ou de Camille ?

J’aime beaucoup ce qu’elles font, mais je ne me sens pas du tout de la même famille. On a toujours tendance à comparer les uns avec les autres, ça rassure un peu les gens. Moi plus on me met dans les bacs d’objet musical non identifié, mieux je me sens.  

sarah olivier,pink galina,interview,mandor

Tu écris de quelle manière ? Travaillée ou à l’instinct ?

Les deux. Certains textes sont très instinctifs, spontanés, voire automatiques. D’autres sont très travaillés. Je peux mettre des milliards d’années à me prendre la tête pour trouver la bonne phrase ou simplement le bon mot.

Tu n’aimes pas la facilité ?

C’est exactement ça. Je n’aime pas le confort dans ce métier. Généralement, quand tu sens qu’il y a un truc qui marche, tu as tendance à l’étirer. Moi, j’évite. Sur scène, c’est pareil. Dès que je suis dans quelque chose qui est agréable, « paf »,  je casse et j’essaie d’aller ailleurs.

À la sortie de ton album, il y a plus d’un an maintenant, tu n’as reçu que des critiques dithyrambiques.

Je suis très heureuse. Il ne m’est arrivé que de belles choses. J’ai reçu pas mal de prix, les salles, même si elles ne sont pas très grandes, sont toujours remplies, les critiques sont très bonnes... Je gravis les échelons bien tranquillement et ça, ça me plait. Le deuxième album est quasiment prêt. Nous l’enregistrons en décembre. Tout cela est très euphorisant pour moi, tout en restant lucide et calme.

Peux-tu nous en dire plus sur ce prochain album ?

Je pense qu’il sera différent de Pink Galina, mais dans une certaine continuité. Ce qui est sûr, c’est que ce sera plus rock et qu’il y aura un son de groupe beaucoup plus tenu, du début à la fin. Mais il y aura quand même des surprises, des cassures, des choses qui perturbent. Je ne peux pas m’empêcher de surprendre.

Le 10octobre 2013 @ Canal 93 Bobigny (avec David Lafore, Sarah Olivier et Fantazio)
Sarah Olivier en quartet avec Stephen Harrison, Élisabeth Keledjian et Joseph Doherty.

Comment est ton rapport avec le public?

Je pense qu’un public doit se dompter. Et chaque public est un étalon particulier. Parfois j’arrive à le maîtriser, parfois non. Parfois, j’ai envie que ce soit eux qui me maîtrisent. Chaque soir est différent. Tout dépend dans quelle énergie tu es et dans quel état d’esprit sont les gens qui viennent te voir. J’aime être dans  l’instinct quand j’arrive sur scène et agir en conséquence.

Cette année, tu as fait partie des dix artistes qui ont reçu « le coup de cœur de l’Académie Charles Cros ».

J’en suis flattée, c’est une sorte d’encouragement, mais ça ne change pas grand-chose au succès d’un artiste. Ce qui ne m’empêche pas d’être ravie.

J’ai l’impression que tu n’as pas un ego surdimensionné.

Je pense que j’en ai un parce que je suis totalement exhibitionniste. Avec mon disque et mon spectacle, je suis au contraire dans un egotrip total. En même temps, je ne me prends pas au sérieux, j’ai envie de rigoler. J’essaie de canaliser cet ego surdimensionné pour l’emmener à quelque chose de drôle et le métamorphoser en autodérision.

sarah olivier,pink galina,interview,mandor

Avec Sarah Olivier, après l'interview, le 3 juin 2014.

Les commentaires sont fermés.