Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mascarade : interview de JNEB pour l'EP "Rien n'à foot" | Page d'accueil | Pic d'or 2014 : la recette du succès ! »

16 août 2014

André Fernandez : interview pour l'album Les doutes

photo Nathalie Tiennot.jpg

(Photo: Nathalie Tiennot)

André Fernandez est un peu ovniesque dans le paysage musical français. Il vient de sortir un premier album, Les doutes, mélange de pop rock des 70's et de textes souvent magnifiques et... malins. Le premier degré de ses chansons se métamorphose en subtil second degré. Je suis très étonné, car aucun confrère ne parle de ce disque pourtant très original. Il n’y a encore aucune critique, positive ou négative, un peu comme si ce disque n’existait pas. Or, il existe bel et bien. Je trouve très injuste que cet album soit ignoré de tous, car il est très original et intéressant sur bien des points (bien plus que certains albums de certains artistes qui ont pignon sur rue). J’ai donc décidé de recevoir cet artiste généreux à l’agence. C’était le 8 juillet dernier.

Photo 2 Nathalie Tiennot.jpgBiographie officielle :

Auteur-compositeur-interprète, ancien élève du cours Florent à Paris, batteur puis guitariste-chanteur de plusieurs groupes de rock. (Big Baang, Colère in Corti, Superstars).

En 2004 il écrit et compose « Voici mon pays » pour le 1er album de Jean-Sébastien Lavoie, Je me souviendrai (SonyBMG 2004).

Dès lors, il collabore à différents projets pour les éditions VK Production avec les paroliers Éric Chemouny, Sophie Gascon, Varda Kakon, puis à partir de 2006 avec les éditions Passport Songs Music et les paroliers Julien Melville, Hakan Lindgren, Axenn Raeyan et le compositeur Richard Jullien ?

En 2007 il cosigne avec Richard Jullien la musique de « Garder le feu », le 1er single inédit1383838_10151735985635835_593197720_n.jpg du double Best of de Roch Voisine, sur un texte de Julien Melville et Roch Voisine (SonyBMG-RV International 2007)

Parallèlement, André Fernandez planche sur des projets entre pop, rock et chanson française et se produit régulièrement sur la scène des bars parisiens.

En février 2013 débute l'enregistrement de son 1er album intitulé Les doutes en collaboration avec le guitariste Norbert Galo (Deep Forest, Jean-Louis Murat, Josh Groban...)

Le cd est disponible sur www.andre-fernandez.com

Je remercie Nathalie Tiennot pour toutes les superbes photos d'André Fernandez en concert.

DSC09170jj.JPG

Interview :

Ton parcours est curieux. Plus jeune, tu te destinais à devenir comédien…

Oui, j’étais dans ce trip-là. Ou comédien ou metteur en scène. Cela m’intéressait beaucoup. Avant de faire les Cours Florent à Paris, je faisais déjà du théâtre à Marseille, mais c’était plus du théâtre de rue et du théâtre d’impro. Arrivé à Paris, j’ai découvert les grands classiques. Mais les textes de ces grands auteurs, avec mon accent, ça posait quelques problèmes. Pour jouer du Racine, ce n’était pas évident. Un peu comme dans Madame sans gène, on m’a fait faire des exercices pour que je perde cet accent, mais rien n’y a fait.

Cela dit, avoir lu beaucoup de « classiques » enrichis toujours, surtout quand on écrit soi-même des textes, non ?

Je n’ai jamais pensé que j’avais perdu du temps. Il y a les classiques, en effet, qui m’ont appris beaucoup de choses, mais aussi la belle chanson française, celle qui est bien écrite et engagée, comme savait bien le faire Georges Moustaki ou Jean Ferrat. Toutes ces lectures et ces écoutes m’ont donné envie d’écrire moi-même.

Photo 3 Nathalie Tiennot .jpgQuand la musique est-elle arrivée dans ta vie sérieusement ?

Tout petit déjà, je chantais sur les 45 tours des artistes que j’écoutais. À cette époque-là, c’était surtout de la variété, comme Mireille Mathieu, Claude François et Patrick Juvet.

Tu reviens de loin dis donc ! C’était assez « paillettes » ce que tu écoutais.

Ce sont mes sœurs qui m’ont remis dans le droit chemin musical. Sans renier mes premiers amours musicaux, elles sont revenues de colo avec des chansons de Moustaki et Fugain, par exemple, et je me suis dit qu’il y avait autre chose.

Tu as réalisé qu’il y avait des chansons qui avaient du sens ?

Absolument !  Mais, je ne me suis jamais dit qu’il fallait que je choisisse entre la variété et la chanson à texte. J’ai toujours aimé l’un et l’autre et je l’assume parfaitement.

Le rock s’est pointé quand dans ton existence ?

Dans les années 80. J’ai découvert Kiss. Ça a été une révélation. Avec ce groupe, c’était le spectacle total. Des flammes et des explosions partout… ça me fascinait. On ne les appelait pas les Las Vegas du rock pour rien. Ils étaient les seuls à faire des shows si explosifs.

Ensuite, tu t’es intéressé au rock progressif.

J’ai découvert les Pink Floyd, Ange, Genesis, Magma, Gong… tout à un tas de groupe expérimental. Ça m’a ouvert un nouvel horizon et d’autres perspectives musicales.

10350350_514468332018323_5576849487884409342_n.jpg

(Photo: Nathalie Tiennot)

Ton album Les doutes, musicalement,  c’est quel genre ? Moi, je dirais pop rock seventies. Es-tu d’accord ?

Ce premier album est sûrement la synthèse de tout ce que j’ai aimé et écouté dans ma vie. J’ai mélangé le rock des années 70 avec des chansons à texte.  Les doutes m’a permis de boucler la boucle. Peut-être que je vais passer à autre chose à présent. M’ouvrir à d’autres styles musicaux.

Quand as-tu décidé de faire de la musique ton métier ?

À la fin des années 90. J’ai passé trois ans au Cours Florent. Pour le spectacle de fin d’année, je me suis lancé. Une copine m’a fortement incité à chanter avec ma guitare. J’ai donc interprété « Retiens la nuit », initialement interprété par Johnny Hallyday. Ce soir-là, j’ai compris que chanter était la meilleure chose que j’avais à faire.

Ensuite, qu’as-tu fait ?andré fernandez,les doutes,interview

J’ai commencé à écrire des chansons et j’ai poussé un peu mon apprentissage de la guitare. J’ai joué du Cabrel, des choses comme ça, et puis rapidement, je me suis dit qu’il fallait que je fasse mes propres chansons. J’ai décidé de m’occuper de moi. Je me suis perfectionné. Je me suis acheté du matériel pour pouvoir m’enregistrer. De fil en aiguille, j’ai commencé à avoir quelques chansons qui tenaient la route.

Tu en as fait quoi de ces chansons ?

Je les ai gardées pour moi. J’ai envoyé quelques maquettes à des maisons de disque. En gros, tout le monde me répondait que ce n’était pas encore prêt… et c’était vrai. Il fallait que je perfectionne le chant et la construction des morceaux. Pour devenir un chanteur crédible, l’apprentissage est long.

Photo 4 Nathalie Tiennot.jpg

(Photo: Nathalie Tiennot)

Ton premier « coup », c’est un texte pour le québécois Jean-Sébastien LaVoie.

Oui, j’ai écrit paroles et musique de « Voici mon pays ». Je connaissais Jean-Sébastien depuis le début des années 2000, bien avant sa participation remarquée dans A la recherche de la Nouvelle Star. On s’est connu sur un forum de musiciens, lui au Québec, moi à Paris. De mail en mail, ça a collé entre nous.

Ça fait quoi d’entendre une de ses chansons chantées par un autre artiste ?

C’est très étrange. Quand on écrit une chanson, on a une vision personnelle de son interprétation. C’était différent de ce que j’imaginais, mais franchement, c’était une bonne surprise. J’étais même très content du résultat.

andré fernandez,les doutes,interview

(Photo: Nathalie Tiennot)

Après, il y a la rencontre avec Varda Kakon.

C’est à ce moment que les collaborations vont commencer sérieusement. Varda m’a proposé de mettre en musique des textes qu’elle avait dans ses tiroirs. J’ai très vite travaillé sur des textes de Varda elle-même, d’Éric Chemouny et d’autres auteurs. C’est à partir de là que j’ai appris à construire une chanson carrée et efficace. De fil en aiguille, j’ai rencontré d’autres éditeurs, notamment Thierry Perrier de Passport Songs Music. Là, avec Richard Jullien, on a écrit une chanson, « Garder le feu ». Roch Voisine l’a écouté. Il a flashé et l’a mise sur son best of. On peut dire que c’est la Québec Connection qui m’a fait démarrer (rires).

Tu as pris ton temps pour enregistrer ton premier album.

Je pense qu’il fallait que je me libère de ce côté « standard » que j’avais acquis. Je ne dis pas qu’il n’y a pas des chansons « traditionnelles » ou « formatées », mais j’ai essayé de m’en éloigner le plus possible. Je ne voulais pas d’un disque trop conventionnel. Je voulais faire appel à mes convictions musicales, à mes envies et à mes goûts plus qu’à mes habitudes de création pour les autres.

Clip de "Mater les gonzesses".

Ce que j’aime beaucoup dans tes textes, ce sont les doubles sens. « Mater les gonzesses » est une chanson sur l’homosexualité, comme le titre ne l’indique pas, par exemple.

J’ai failli changer de titre à un moment. J’avais peur qu’il rebute pas mal de gens. Je craignais qu’on la prenne pour une chanson légère, fun, rigolote et qu’on n’écoute pas le texte.

Je trouve que la chanson « Des mots pour des maux » est une des chansons les plus importantes de ton disque. Elle explique pourquoi tu écris. C’est vraiment une forme de thérapie ?

Oui, un peu. J’écris rarement quand je suis super content, j’ai autre chose à faire (rires). J’écris toujours quand j’ai des doutes, quand j’ai besoin de mettre à plat ma vie, de dresser un ou des bilans. Je trouve que cette chanson allait parfaitement bien pour introduire l’album.

1559428_647455041984952_670602198_o.jpgIl est beaucoup question de doutes dans ton disque, comme le titre en témoigne d’ailleurs.

Moi, je suis quelqu’un qui doute beaucoup. Est-ce qu’on est vraiment fait pour vivre la vie que l’on vit ? Est-ce que l’on est vraiment fait pour vivre avec la personne avec qui on vit ? Est-on vraiment hétéro ou homo ? Est-on bien là où on est ? Est-on vraiment qui on voudrait être ? Est-on mieux dans l’ombre que dans la lumière ? Personnellement, je me cherche en permanence. À mon avis, les gens qui n’ont que des certitudes doivent s’ennuyer un peu.

Qu’attends-tu de ce métier ?

Je souhaiterais pouvoir en vivre, tout simplement. J’aimerais ne pouvoir faire que ça. La scène et les disques.

Serais-tu à l’aise avec le vedettariat ?

Je ne suis pas certain. J’aime la discrétion.

Ah bon ? Pourtant ton clip de « Mater les gonzesses » est très kitsch.

Oui, c’est vrai. Mais, les êtres humains sont tous paradoxaux.

"Hispanie", extrait de l'album Les doutes.

Tu t’appelles Fernandez. Tu es donc d’origine hispanique.

Oui, d’origine andalouse par mon papa et d’origine corse par ma maman. Je suis né dans le sud de la France, donc, je peux dire que je suis méditerranéen. Avec le mauvais caractère qui va avec. J'ai écrit une chanson qui est une sorte de clin d’œil à mes origines, "Hispanie"...

Concernant cet album, je suppose que tu es déçu du silence qu’il y a autour.

Disons que je trouve, en effet, que les choses ne vont pas vite. Je n’ai ni les codes, ni les clefs pour débloquer certains rouages. Mais, je suis patient et je continue d’y croire.

DSC09171.JPG

Avec André Fernandez, après l'interview, le 8 juillet 2014.

Commentaires

La patience est toujours gratifiante,laisse toi porté par la vie que tu te construis et tu en seras
recompensé !!!!! Quelqu'un me la dit !
Continue à nous ecrire des textes magnifiques et plein de sens et cela réveillera tous les endormis.

Courage,Chance et prospérité
ylsive

Écrit par : ylsive ferragno de birenz | 12 septembre 2014

Les commentaires sont fermés.