Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ernest : interview pour Les Contes Défaits | Page d'accueil | Guillaume Jan : interview pour Traîne-savane, vingt jours avec David Livingstone »

06 août 2014

Julien Jouanneau : interview pour L'effet postillon et autres poisons quotidiens

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandor

Dans son nouveau livre, L'effet postillon et autres poisons quotidiens (chez Rivages), Julien Jouanneau liste les (petits) tracas et autres poisons qui gangrènent son quotidien. Et la liste est très longue (voir plus bas, dans l’interview).
Vous l'aurez compris, Julien Jouanneau est un râleur. Un vrai de vrai. Je connais cet énergumène depuis des années, je ne suis donc pas surpris qu’il écrive un tel ouvrage.

Et en bon râleur, il force le trait à la moindre occasion, considérant que la source de ses emmerdements vient forcément d'autrui. Si on se dit que certains des « enfers ordinaires » présentés sont observés avec justesse, on ne peut s'empêcher de déceler (souvent) beaucoup de mauvaise foi dans les arguments avancés. Et la mauvaise foi, nous sommes nombreux à la pratiquer et à l’apprécier à sa juste valeur. N’est-ce pas ?

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandor4e de couverture :

La vie est belle. Enfin ça, c'était avant. Avant que le Diable ne déclenche l'effet postillon sur Terre. Qui n'a jamais reçu en pleine assiette cette satanée gouttelette de salive, projetée par un voisin de table ? Qui n'a jamais vu ses narines crispées par l'haleine gaz moutarde d'un collègue de bureau ? Qui n'a jamais essayé de retenir le gargouillis inconvenant né d'un repas trop nourri ? Difficile alors pour Dieu de faire avaler au commun des mortels la possibilité du bonheur, tant le chaos habite les détails du quotidien. L'heure est venue de crucifier tous les bâtons mis dans les roues, tous les tracas et poisons du jour, qui ont depuis des lustres réussi à faire en sorte que plus personne ne les remarque. Les repérer et les démasquer, à travers des récits singuliers de désillusions cocasses, s'avère la meilleure manière de les combattre. Pour au final se rassurer : que celui qui n'a jamais été ennuyé, agacé, désabusé, jette la première pierre. Voici l'Évangile selon Saint-Râleur, pèlerinage au royaume des gênes éternelles.

L’auteur :julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandor

Julien Jouanneau est né en 1980. Passionné de cinéma et télévision, il est actuellement chef des infos du site de L'Express. Il a publié quatre livres, dont son premier roman aux éditions du Cygne en 2008, Confessions d'un pigiste.

La revue de presse :

Marine de Tilly - Le Point du 26 juin 2014

Chacun ses tocs, ses manies, ses petits et gros sujets d'énervement et/ou d'écœurement. Dans un réjouissant "emmerdarium" littéraire, Julien Jouanneau lâche les chevaux, c'est le grand déballage. Avec grâce, philosophie, et une sophistication jouissive, il les liste et les dissèque, tous ces trucs qui nous rendent nerveux, pour ne pas dire hystériques, il s'énerve à notre place. Son livre, c'est du Delerm renversé. Après La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, voici "Le premier pas pied nu dans le bac de la piscine et autres poisons majuscules". Tout y est. Tout...
À qui l'offrir ? Aux maniaques, aux psychopathes, aux hypocondriaques. Et aux fans de Stéphane De Groodt, Jouanneau en est un digne disciple.

Roger-Pol Droit - Le Monde du 29 mai 2014

Il y dissèque les catastrophes intimes que déclenchent, dans son quotidien, les négligences foisonnantes des autres, leurs goujateries répétées, leurs kyrielles de sécrétions crasses et d'effluves offensants. À table, il y a toujours un autre pour balancer un postillon dans son Tartare. Dans le métro, quantité d'autres ont mauvaise haleine, fortes aisselles et cheveux gras...
Cette irritation est entretenue par quantité de pièges, habilement dissimulés un peu partout dans le quotidien le plus banal. Cet apéritif paraît innocent et paisible, ce n'est qu'un leurre : les olives dissimulent des noyaux dont on ne sait que faire, une fois évité, de justesse, de s'y casser les dents. Les tomates cerises giclent au-delà de toute attente...
Bref, le monde, selon Jouanneau, est une cascade d'emmerdements dont les autres, et eux seuls sont la cause. Cet enfer des détails qui tuent est assez loin de Dante, on s'en doute. Il fait plutôt songer à quelque ronchonnement schopenhauerien, revu par Groucho Marx et mâtiné de Supercondriaque.

Christophe Barbier - L'Express, mai 2014

Le livre de Julien Jouanneau part avec humour, philosophie et exigence littéraire, à la rencontre des tracas de la vie quotidienne, qui nous énervent tous...
L'enfer, on le sait, c'est les autres. Mais on est toujours l'autre de quelqu'un et, parfois, de soi-même. Ainsi, ceux qui ont "une haleine de caribou ivrogne" ne s'en rendent jamais compte. Ne reculant devant aucune expérience extrême, Julien Jouanneau part à la rencontre des tracas et fracas de la vie en société, jusqu'à en débusquer la forge infernale : le centre de recherches sur l'énervement maximal.

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandorInterview :

L’effet postillon et autres poisons quotidiens est déjà ton 5e livre. Cela commence à constituer une petite œuvre. Mais chaque livre et aux antipodes du précédent. Comment expliques-tu cela?

J’aime écrire des choses différentes à chaque fois. Je n’ai pas de ligne directrice. Pour moi, la littérature, c’est la variété. Je vais toujours vers là où on ne m’attend pas.

Moi qui te connais un peu, je trouve que ce livre te va comme un gant. J’ai l’image de toi d’un éternel bougon. Un vrai râleur même.

Je ne voulais pas faire un livre autobiographique, mais quelque part, il doit l’être pas mal. Des livres sur ce qui fait râler, je ne suis pas le premier à en écrire. En revanche, pour me dissocier des autres, je voulais qu’il soit très littéraire. Je voulais que ce soit de belles petites nouvelles, joliment écrites. Stylistiquement, je crois qu’il est d’un meilleur niveau que mes autres livres. Il y a des figures de styles, des jeux de mots, des textes qui pourraient se chanter… bref, je me suis amusé à l’écrire, mais en étant vigilant et exigeant sur ma prose.

Pour écrire ce livre, comment as-tu procédé ?

J’ai observé tout ce qui m’agaçait au quotidien. J’y ai passé de nombreuses heures. Et ça a continué après. Mais on ne sait jamais, il y aura peut-être un tome 2. À partir du moment où j’étais dans la conception du livre, j’ai eu un petit côté autiste. Je scrutais constamment chaque détail de ce qui m’ennuyait.

On se reconnait pas mal dans plein de situations parce que sont des agacements julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandoruniversels.

On vit tous plus ou moins la même chose, alors je suppose que nos agacements sont similaires. Les déjections flottantes  humaines qui voguent paisiblement, la photocopieuse qui ne se laisse pas maîtriser, les olives non dénoyautées, la fragrance de sandwich au poulet industriel dans la climatisation du TGV… j’en passe et des meilleurs. Non, j’en passe et des moins bons.

Tu évoques aussi la pendaison de crémaillère (« un gang bang d'emmerdements »), la bronzette à la plage, les notices de médicament, le convive assis en face de vous au restaurant qui postillonne dans votre assiette, les toilettes publiques, les jours de pluie où il faut éviter les baleines de parapluie pour ne pas finir éborgné, les cheveux gras, les gargouillis gastriques, les supermarchés, les livres de bibliothèque crades et bourrés de bactéries, les mouches, les chocolats visuellement engageants qui cachent en leur sein un alcool au goût immonde… et la piscine.

Oui, parlons en de la piscine, ses vestiaires saturés de l'odeur froide et mouillée de Moon Boots fraîchement retirées, ses types body-buildés plus "luisants que du parquet poncé, bronzé et garni d'un slip léopard interdit de port depuis les années 1980", et qui nagent le crawl, alors que, vous, vous nagez une brasse approximative, ces maîtres-nageurs qui font toujours des gestes indéchiffrables à on ne sait qui dans le bassin… tu vois, la liste est longue.

Il n’est pas exagéré d’affirmer que tu n’es pas un homme très zen.

C’est le moins que l’on puisse dire, mais j’étais pire avant. Aujourd’hui, je me dis qu’il y a des cas plus désespérés que le mien.

Roger-Pol Droit dit dans Le monde des Livres en évoquant ton livre « le monde est une cascade d’emmerdements dont les autres et eux seuls sont la cause ».

Les autres, ce sont les êtres humains et les objets. Je suis un citoyen de l’emmerde.

Tu ne vois que ça toute la journée ?

Oui. Je vois le verre, même pas à moitié vide, mais complètement vide. Ce qui est bien quand tu es comme ça, c’est que tu es toujours surpris de manière positive. Par contre, quand tout va bien, je me demande quand va arriver la prochaine emmerde. Chez moi, le bien-être n’est pas normal. J’admire les gens optimistes. Je suis plus à l’aise pour râler que pour être dans la positive attitude.

On te compare à Stéphane De Groodt. Ça te plait ou ça t’irrite ?

Je ne vois pas en quoi. Il y a quelques jeux de mots, certes, mais j'aimerais davantage arriver au petit orteil de Jean Yanne ou Desproges.

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandorPatrice Leconte a fait la préface.

Je le connais parce que je l’ai interviewé souvent et le contact est bien passé. Il avait rigolé à mon premier livre, donc je lui ai soumis celui-là. Et très généreusement, gratuitement, il a accepté d’en faire la préface.

Tu travailles sur un nouveau livre ?

Oui, j’écris un roman positif pour faire plaisir à ma fiancée. Elle trouve que je suis trop négatif. Et aussi, j’avoue que j’ai envie d’en vendre plein à un moment donné pour voir ce que cela fait. Écrire des livres confidentiels n’est pas ma vocation.

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandor

Avec Julien Jouanneau, le 9 juillet 2014, après l'interview.

Les commentaires sont fermés.