Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2014-06 | Page d'accueil | 2014-08 »

20 juillet 2014

Ernest : interview pour Les Contes Défaits

ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandor

(Photo : Henri Gander)

Le Strasbourgeois Ernest vient de sortir Les Contes défaits, un premier album envoûtant et plaisant qui nous embarque dans un monde fantasmé où se croisent Andersen, Jules Verne et Tim Burton. Le personnage Ernest incarne le romantisme d’antan, chantre de l’évasion pour mieux s’exprimer dans le rêve et le sublime. Il exalte le mystère et le fantastique.

Le 12 juin dernier, j’ai reçu à l’agence celui qui incarne le personnage : Julien Grayer.

Explication officielle de qui est/sont Ernest ?ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandor

Ernest et ses complices n’ont pas la prétention d’inventer. C’est sûrement parce que leurs influences majeures sont Andersen et Gainsbourg qu’ils se plaisent à faire cohabiter cynisme et onirisme dans une « chanson française d’autrefois » remise au goût du jour.

Un vieux banjo, un piano désaccordé, quelques instruments de bois sombres, des percussions et des samples se font les ambassadeurs d’un bastringue groovy, grinçant, grincheux, mais aussi raffiné. Tantôt tendre et râleur, tantôt cynique hurleur, Ernest cherche à établir dans ses chansons un dialogue entre les doux épouvantails d’antan et ceux qui hantent les histoires d’aujourd’hui.

Ernest est avant tout le projet musical de deux musiciens-compositeurs strasbourgeois, Patrick Wetterer et Julien Grayer, qui, régulièrement amenés à travailler ensemble ont décidé d’élaborer un répertoire de chansons destiné à leur propre interprétation.

(Note de Mandor: toutes les photos publiées dans cette chronique sont signées Henri Gander, sauf celles prises à l'agence. Merci à lui!)

ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandorInterview :

Est-ce vrai que tu as commencé la musique à l’âge de 10 ans?

Suite à une histoire un peu rigolote, j’ai monté mon premier groupe. Quand j’étais gamin, j’avais les cheveux longs et ça ne plaisait pas aux gens du village. Un jour, en 1991, chez mon voisin, j’ai piqué un disque de Guns N’ Roses, Use Your Illusion 1. Je ne connaissais pas du tout, mais je me suis aperçu que ces types avaient également les cheveux longs. Je me suis donc dit que c’était de là que je venais. J’ai appelé mon ami d’enfance, Henri, qui est aujourd’hui le réalisateur de mes clips, et je lui ai annoncé que nous allions créer un groupe de hard rock.

C’est curieux comme transition, parce que tu as été aussi chef de chœurs dans des chorales alsaciennes.

Ca, c’était dix ans plus tard. J’avais vingt ans. Entre temps, je suis passé du hard au rock plus classique, puis au grunge en jouant du Nirvana, Pearl Jam, enfin, les groupes des années 90. Après, au lycée, je suis passé directement au reggae. J’étais très fan de Bob Marley. C’est à vingt-trois ans que je me suis retrouvé à faire de la chanson française.

Toutes ces musiques sont « populaires » et simples à jouer.ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandor

Ce sont des musiques qui fonctionnent en très peu d’accord. Je pense qu’en général, quand on est adolescent et qu’on débute la musique, on est intrigué, intéressé et très réceptif aux sonorités et aux harmonies que l’on entend dans les constructions des mélodies des groupes de rock. Après, on commence à faire le tour de la question, donc on développe le côté rythme. Ensuite, on en vient à considérer le texte et le champ devient alors beaucoup plus large. Pour ma part, dès que j’ai compris ce que la mélodie pouvait me procurer, je me suis intéressé aux paroles. Là, je suis passé de l’anglais que je ne maitrisais pas du tout, au français, que je maitrise un peu plus.

Tu es fils d’un père pianiste, ça aide ?

Oui, parce qu’il y avait un piano qui trainait chez nous. Très tôt, j’ai donc appris les rudiments. Quand, à douze ans, je suis rentré dans une école de musique, j’ai demandé à mon père quel instrument il fallait que j’apprenne, il m’a répondu qu’il avait besoin d’un saxophoniste. J’ai donc appris sérieusement cet instrument. Et puis après, je suis devenu chanteur un peu par la force des choses. Il n’y en avait pas dans les groupes dans lesquels je jouais.

Avec le groupe Color, tu jouais de la chanson française dite « impressionniste ». Là, tu commençais à te rapprocher de ce que fait aujourd’hui Ernest.

C’est en tout cas le projet que j’ai eu qui ressemble le plus à Ernest. Entre Color et Ernest, j’ai fait des groupes de chansons françaises plus satiriques, délurées et amusantes.

Clip officiel de "L'épouvantail".

Avec Ernest, on sent bien que l’harmonie est primordiale pour toi.

Je travaille souvent avec des jazzeux. Ces musiciens ont bouffé de l’harmonie et du solfège toute leur vie. Cela explique que nos chansons soient arrangées correctement, avec des petites surprises, des trouvailles qui interpellent l’oreille. Les musiciens qui jouent avec Patrick et moi sont pour la plupart de vieux amis. Ce sont des gens de la musique strasbourgeoise.

Ernest est-il ton double schizophrénique ?

Ernest est mon vrai troisième prénom. Je ne suis pas un artiste qui fait cavalier seul. Je travaille avec une bande de potes avec lesquels je suis tout le temps. C’est une vraie équipe, chacun bosse. Ernest, c’est donc un groupe et le nom du personnage.

Personnage que tu incarnes toi. Donc, Ernest, c’est toi.

C’est une partie de moi. C’est moi fantasmé.

Mais, en règle générale, un artiste est de toute manière schizophrène, non ?

Monter sur scène est un métier. Donc déjà, on joue un rôle. Je me permets de faire ou de dire des choses que je ne me permettrais pas dans la vie. Sur scène, je suis capable de me moquer gentiment et de provoquer. Dans la vie, je suis très pudique et respectueux. Ernest, lui, a un côté fleur bleue contrebalancé par une dose de cynisme et d’agressivité.

Ernest en live à l'Illiade en 2012.

(La chanson "Ernest" dans laquelle Julien Grayer explique qui est le personnage qu'il incarne. Lui, donc.)

ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandorDans les chansons d’Ernest, on ressent évidemment le cynisme et l’ironie dont tu me parles, mais jamais de la méchanceté.

Non, la méchanceté, c’est une volonté de nuire. Moi, je veux juste heurter le public, le provoquer, pas le faire fuir en le blessant.

Tu t’inspires des contes de Hans Christian Andersen pour écrire tes chansons. As-tu tout lu de lui ?

Oui, dans La Pléiade, s’il te plait. Ses histoires, mais aussi ça vie m’intéressent. Il avait l’air étourdi et mystérieux, un peu comme Érik Satie qui trimballait ses biens dans tout Paris dans une brouette.

Tu te sers de ces contes et tu les transposes dans la réalité d’aujourd’hui, c’est ça ?

C’est ça pour certains titres comme « La petite aux allumettes » et « Les cygnes sauvages ». Curieusement, ces histoires font référence à quelques éléments de ma vie. Mais ils sont bien dissimulés, bien masqués dans le texte.

ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandor

(Photo : Henri Gander)

Il y a différentes strates dans tes chansons. Il faut gratter un peu pour te découvrir ?

Il y a toujours une base de vérité, quelque chose de personnel, dans mes chansons. Des évènements qui me sont arrivés ou des faits qui me turlupinent. Après, je colle des couches dessus. J’ajoute une histoire qui n’a rien à voir avec moi, agrémenté d’humour et de cynisme.

Je vais te poser une question très clichée, mais fais-tu revivre la part d’enfance qui est en toi, voire même en nous tous ?

Ce n’est pas un but, mais une nécessité. On cherche tous l’enfant que l’on était. Quand on est jeune, on cherche à tout découvrir et on considère que tout est magique. L’onirisme, ça va bien avec l’enfance, parce que la féérie est en nous à cette période-là.

Un artiste, un chanteur, c’est souvent un grand enfant, non ?

Un chanteur reste un enfant, parce qu’il n’a pas compris qu’on ne pouvait pas vivre de la musique (rires). Les chanteurs mettent leur tête sur leurs albums, ils sont égoïstes, mégalos… de vrais gamins quoi !

ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandorAutre question clichée. Être dans l’imaginaire à un tel niveau, n’est-ce pas une fuite de la réalité ?

Tu as raison. Je fuis souvent la réalité. Je passe beaucoup de temps dans ma tête. Je passe même beaucoup temps à refaire la réalité. Étant notoirement à moitié autiste, je pense que je retranscris ce qu’il passe par ma tête pour en faire des chansons.

Quand tu dis que tu es à moitié autiste, tu parles au premier degré ?

Je parle au premier degré virgule cinq. La chanson, c’est idéal pour que j’en parle, pour soigner certaines choses, pour traduire des éléments qu’on ne comprend pas soi-même, pour prendre le dessus sur certaines situations.

Quand  tu écris, est-ce de l’écriture automatique ?

Non, c’est exactement l’inverse. Tout est très travaillé. C’est difficile de fixer une idée. Une idée, ce n’est pas quelque chose de précis, c’est même souvent quelque chose de très vaste. Chez moi, c’est souvent un sentiment, et il n’y a pas de mot pour décrire un sentiment. J’essaie de construire des histoires en tentant de ne pas trop perdre ce que j’avais dans le ventre quand j’ai ressenti ces choses. Je ne sais pas comment t’expliquer, c’est assez compliqué.

Quand un texte est terminé, le sais-tu immédiatement ?

J’ai l’impression qu’ils ne sont jamais terminés. Il y en a qui sortent d’un coup et je n’ai pas trop envie d’y toucher. Il y en a aussi dont je changerais bien un quatrain toutes les semaines.

Coup de cœur de BFM TV.

Comment travaillez-vous avec Patrick Wetterer ?

Notre fonctionnement est assez sain et cadré. Moi, j’écris des chansons guitare-voix. J’écris une mélodie et des brides de textes. Une fois que j’ai fait deux ou trois chansons, je vais au studio chez Patrick. On commence par maquetter, puis tout enregistrer et après, on retravaille les arrangements et tout ce qui fourmille autour du squelette de la chanson.

Ernest est-il un projet et un personnage fait pour durer ?

Oui, parce que c’est mon projet le plus personnel. J’y raconte des choses qui me touchent profondément. De toute façon, je ne sais rien faire d’autre. Je ne pourrais pas faire un autre métier. Aujourd’hui, il faut que je mange avec la musique. Je vais continuer à m’exprimer en tant qu’artiste.et à écrire des chansons. Ernest, c’est un peu moi. C’est comme ça que mes copains m’appelaient quand j’étais petit. Donc Ernest va continuer à écrire des chansons et à les chanter.

ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandor

A l'issue de l'interview, le 12 juin 2014, à l'agence.

15 juillet 2014

Eric Briones : interview pour La génération Y et le luxe

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper

Éric Briones, alias "Darkplanneur", est actuellement le Directeur du Planning Stratégique de l’agence Publicis EtNous (élue Agence de communication Luxe de l’année 2013) et le curateur des événements « Rencontre du Luxe » de M Publicité (régie publicitaire du journal Le Monde). Il est également connu sur la toile, pour être le créateur du blog Darkplanneur (blog référant dans le domaine des tendances et du planning stratégique, depuis 2005). Professeur en communication (chez MBA MCI et Moda Domani Institute), après avoir écrit un ouvrage intitulé Buzz Marketing en 2002, il continue à témoigner de son intérêt pour les thèmes propres à la génération Y, en tenant régulièrement une chronique média, Media Reboot sur Melty, le média référent sur la génération à laquelle il consacre aujourd’hui ce livre.

Voilà pour la version officielle. Pour ma part, Éric Briones est un ami. Je vais répéter ce queeric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper j’expliquais déjà dans ma première mandorisation du monsieur (pour son émission Le cabinet des curiosités) : « Éric Briones est un garçon dont j’apprécie le travail et avec lequel nous nous retrouvons depuis des années à déjeuner. On évoque nos métiers respectifs. Notamment. Nous avons une amitié discrète (dans le sens où nous ne passons pas nos soirées ensemble) et constructive (dans le sens où l’échange et les conseils sont permanents). »

Bref, je crois pouvoir dire que nous nous aimons bien et que le respect l’un pour l’autre est là.

Le 17 juin dernier, Éric Briones est venu à l’agence me parler de son nouveau livre, La génération Y et le luxe, coécrit avec Grégory Casper (conception-rédaction de 8 ans dans les grandes agences parisiennes (missions pour LVMH, PPR, Renault, Lancôme, Henessy, etc.), chroniqueur sur Influencia et intervenant à l'ISCOM Paris).

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casperNote de l’éditeur :

« 83 % des 18-30 ans ne trouvent pas choquant d’acheter un produit de luxe en période de crise » selon une étude Meltygroup de 2013.
Déjouant tous les a priori, la génération Y aime et achète du luxe. Mais en retour, elle exige que le luxe se transforme et s’adapte à elle.
Compulsifs et économes, fans et rebelles, classiques, mais aussi modernes, ces nouveaux consommateurs sont cruciaux dans l’avenir des secteurs du luxe, de la mode et de la beauté.
Mais comment les comprendre, les conquérir, les fidéliser ?
Répondre à cette question est tout le projet de ce livre qui s’adresse aux professionnels du luxe, de la mode, de la beauté et aux étudiants.
Chacun y trouvera :

-Un cahier de tendances illustré par de nombreuses études de cas ;
-22 outils stratégiques dédiés ;
-Des résultats d’études exclusives ;
-Une synthèse de 100 interviews.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casperInterview :

Ce livre est le fruit de combien d’années de travail ?

Trois ans… avec le sens du collectif. Pour être vraiment connecté, au-delà des études, je me suis doté d’un groupe de vingt Y (Note de Mandor : un Y est un jeune entre 18 et 35 ans). Ce groupe Y a été un gueuloir. Flaubert avait une salle où il gueulait ses phrases et si elles sonnaient juste, il les écrivait. Avec Grégory, nous gueulions nos concepts auprès de ses 20 Y. Si c’était bien, parfait, si c’était nul, ils nous les renvoyaient dans la gueule. Il y a dans ce livre, un sens aigu d’échanges et de participations. À tel point que la troisième partie est un cahier de tendances et que chaque tendance est introduite par un texte signé par les Y. Ce n’est pas un élément marketing, c’était la condition sine qua non pour que l’on soit juste.

Comment est composé ce livre ?

Il y a une première partie qui est une « enquête sociétale ». J’ai mené énormément d’interviews. Il en résulte qu’à chaque fois, les Y ne se retrouvent pas dans les portraits médiatiques que l’on fait d’eux. Ils ne sont pas d’accord avec l’idée qu’ils sont victimes de la crise. Ils ne sont victimes de rien et sont acteurs de tout. Il y a une méfiance de cette génération dès qu’on parle d’elle. Si la génération Y est caricaturée, nous, on la décarécaturise. Les jeunes de cette génération sont des rebelles. Des rebelles avec une cause. Ils rentrent dans le système pour essayer de le détourner à leur propre effet. Il y a un tel désir d’action chez eux qu’ils n’ont aucun problème à créer leur entreprise dans l’univers luxe, mode et beauté. Ils n’attendent plus de travailler chez l’Oréal pour qu’on leur donne tranquillement la place qu’ils méritent, ils vont directement au combat en osant créer leur start-up.  Leur désir d’action est remarquable.

Dans ce livre, j’ai l’impression que tu brosses dans le sens du poil cette génération.

Parce que je les aime. Les concernant, je suis dans un positivisme pratiquement béat et total. Dans la dernière partie du livre, je leur demande presque de prendre le pouvoir dans les maisons de luxe.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper

Eric Briones au côté notamment d'Alexandre Malsh et de Grégory Casper lors d'une conférence le 23 avril 2014 au Palais de Tokyo pour présenter le livre. 

Un garçon comme Alexandre Malsh (qui offre une page sur Melty.fr à ce livre), entrepreneur français cofondateur et directeur général du groupe média MeltyNetwork, est représentatif de cette génération.

Il y a 4 ans, il n’était pas grand-chose, aujourd’hui, il est à la tête d’un empire et devient l’égal de certains puissants économiques. Il ne se la raconte pas. C’est fondamental  pour  la génération Y. Maintenant, est-ce de l’humilité ou la peur d’un bashing ? Cette génération à la crainte du bashing intégré en eux et ils développent des anticorps qui sont extrêmement intéressants.

Revenons aux interviews, il y en a beaucoup dans ce livre ?

Énormément. Des Y, des pas Y, Jacques Séguéla aussi et plein d’autres. Les interviews  m’ont plus appris que n’importe quelle étude sur la question. Cette génération nous dit : « vous nous caricaturez !». En même temps, elle ne fait rien pour qu’on ne la caricature pas. Ce concept d’invisibilité est subit, mais construit.

Darketing S05E06- "La génération Y et le luxe" avec Eric Briones et Grégory Casper.

Avec Grégory Casper, vous vouliez démontrer quoi en faisant ce livre ?

Nous voulions lever et casser les a priori et les caricatures liés à cette génération. On a démontré que les Y adoraient le luxe.

80 % des Y interrogés pensent qu’il n’est pas choquant d’acheter du luxe, même en période de crise.

Ils n’ont absolument pas ce bon vieux réflexe judéo-chrétien qui honnirait le luxe. Il y a un rapport fusionnel entre le luxe et cette génération. Le luxe ne s’achète pas à crédit. C’est la médaille de cette génération.

La génération Y a une très grande culture générale par rapport à la mode et au luxe.

Autant ils aiment les objets de luxe, autant le mot luxe est devenu un mot marketing qui a perdu de son sens, qui a été détruit par tout ce qu’on a vu dans les années 2000, le luxe bon marché alias la masstige (Note de Mandor : né de la contraction de "mass market" et "prestige", le mot "masstige" désigne une association commerciale entre une enseigne de grande distribution et un nom prestigieux. Appliqué à la mode, ce concept évoque la collaboration d’un créateur avec une marque de prêt-à-porter de grande diffusion.) C’est une véritable arnaque. On a vendu des choses qui n’étaient pas luxe au prix du luxe. Aujourd’hui, cette génération demande au luxe de justifier son prix. On n’est plus dans le mystère. La génération Y remet presque en cause le fait que le luxe doit être cher. Ça met à mal les maisons de luxe.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper

Eric Briones avec la pornstar Anna Polina.

Tu fais chier le monde du luxe avec ce livre ?

Je ne sais pas si je fais chier le monde du luxe, mais en tout cas, les maisons en redemandent. J’en suis à la deuxième conférence dans un grand groupe. J’en déduis qu’il y a une énorme prise de conscience de leur part. En fait, derrière tout ça, la génération Y aime le luxe, mais ils veulent un nouveau luxe. Un luxe qui a une vision beaucoup plus saine de son prix, un prix moins cher, et une dimension de développement durable qui est fondamentale. Les jeunes d’aujourd’hui veulent associer l’acte d’achat luxe avec quelque chose de très concret : connecter l’achat à un mini projet. C’est un luxe qui devient généreux et qui pourrait éventuellement changer le monde.

La génération Y ne croit absolument pas aux politiques pour changer le monde.

Pour changer le monde, on enlève les politiques de sa vie et on mise sur la carte bleue. C’est effrayant. Du coup les marques doivent sortir du bois, ne plus se planquer et se mettre devant.

C’est donc du marketing.

Le marketing, c’est du bon sens. On va dire que c’est une nouvelle générosité.

Il y a une vidéo inspirée de tes conclusions et tes recherches pour ce livre.

C’est une vidéo collaborative à laquelle j’ai participé. J’ai bien compris que dans la promotion d’un livre comme celui que l’on sort, le marketing est un ghetto. C’est très difficile d’en sortir. Un bouquin marketing est difficile à placer dans les médias, donc, il faut trouver d’autres solutions pour qu’en en parle.

YDOLL, portrait d'une femme Y.

Doll, une jeune artiste, présente ses oeuvres à l’occasion de sa première exposition. Face caméra, des membres de son entourage dressent tour à tour son portrait : la meilleure amie (Kenza Sadoun El Glaoui), le boss (Oxmo Puccino), le psy (Ariel Wizman), le boyfriend (Aurélien Wiik), le pygmalion (Fabrice Brovelli) et le frère (Andrea Picci). Sur ce format de plus de cinq minutes en noir & blanc écrit par Stéphanie Edwards, l'ego prédomine. Seule cette jeune femme permet à son entourage d'exister.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casperPour ce film, tu as travaillé notamment avec ta muse, Anaïs Duquesne, qui est la jeune femme que l’on voit sur la couverture du livre.

J’ai eu l’idée de psychanalyser une jeune femme de sa génération, sans tomber dans des stéréotypes classiques. Je n’ai pas écrit le scénario, j’ai juste placé des éléments. Par contre, j’ai travaillé énormément sur le casting. Il y a beaucoup d’amis de Darkplanneur : Ariel Wisman, dans le rôle du psy qui incarne complètement les autres générations qui ne comprennent rien aux Y. Oxmo Puccino joue aussi un contre rôle. Celui d’un patron un peu con qui ne comprend pas grand-chose non plus. Ceeric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper que j’aime dans ce court-métrage drôle et sarcastique, c’est qu’il est ouvert. Il n’est ni putassier, ni marketing. Concrètement, ce n’est pas viral. 

Quelle sera  la prochaine étape ?

Une bande dessinée. Je veux faire comprendre cette génération par un bouquin marketing, un film, une bande dessinée… finalement par tous les moyens artistiques.

Comment se passe l’accueil du bouquin ?

De manière excellente. Je m’attendais à recevoir des critiques négatives, alors qu’il y  réellement un accueil bienveillant.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper

Après l'interview, le 17 juin 2014, dans la cour de l'agence.

06 juillet 2014

Moran : interview pour l'album Sans abri

moran,sans abri,interview,mandor

Ce qui m’a touché illico, chez Moran, c’est sa voix. Rauque, chaude, extrêmement présente et légèrement écorchée. 

Cet artiste québécois que je ne connaissais pas m’a impressionné. Il utilise la langue française avec une habileté et une poésie dignes des plus grands auteurs. Ses textes sont sensibles et sa musique a des sonorités particulières. Dans son troisième album, Sans abri, il est beaucoup question d’amour, celui pour sa douce et tendre (Catherine Major, mandorisées, là) et celui pour ses enfants ; mais pas seulement. Moran est un auteur qui mêle sentiment et réflexion. Des sujets parfois difficiles sont abordés : la schizophrénie, le Darfour, les sans-abris… Là où certains en seraient à donner des leçons, Moran ne fait que suggérer des impressions sur ce qui l’anime ou ce qui le trouble, avec pudeur et tact. C’est toute la subtilité et l’intelligence littéraire de Moran. Côté musique, l’album oscille ente folk et chanson ; entre rusticité et délicatesse.

Moran et ses deux musiciens, Thomas Carbou et Sylvain Coulombe, de passage express à Paris, on fait une petite halte à l’agence le 20 mars dernier. Il faisait tellement beau que nous avons fait l'interview dans la cour de l'agence. À la cool...

moran,sans abri,interview,mandorBiographie officielle, un peu raccourcie :

Moran nait en 1974 au Canada dans une campagne profonde. À la maison, la télé et la radio débitent de l’anglais, mais à table, on parle français. Aucun instrument de musique à l’horizon... 18 ans plus tard, il  quitte le nid familial pour la grande ville (Montréal). Le jeune Jean-François Moran se lance dans le théâtre d’impro et toutes sortes de petits boulots, dans la mode, les décors de cinéma, videur de boite de nuit…

Les mots sont depuis toujours la matière première de Moran, grand fan de Léo Ferré et de Bob Dylan qui caresse volontiers l’idée d’un mariage entre le folk américain et la chanson.

En 2000, Il rencontre la rockeuse Angel Forest. Elle lui demande de traduire des chansons en français. Le producteur, André Gagné, est tellement conquis par son écriture et son sens de la musicalité qu’il demande à Moran de réaliser l’album de la jeune chanteuse.

Pour son trentième anniversaire, ses amis lui offrent une guitare. Moran s’enferme une année entière pour apprendre à jouer, chanter, enregistrer. Et en 2005, il gagne son premier concours: « Ma première place des arts ». Un an plus tard, André Gagné produit son premier album  Tabac et Moran se taille rapidement une place de choix sur la scène musicale québécoise (prix Gilles-Vigneault, prix de l’Agence Québec Wallonie Bruxelles pour la Jeunesse, « Coup de foudre » de l’Académie Charles Cros…). Acteur aussi, il tient le premier rôle de « Victoria », un film écrit et réalisé par Anna Karina.

moran,sans abri,interview,mandorArgumentaire de l’album Sans abri :

2 ans après la sortie de Mammifères primé par l’Académie Charles Cros, le songwriter canadien prolonge sa lune de miel entre folk et chanson poétique. Moran, c’est d’abord une voix profonde, des guitares et percussions entêtantes qui servent de canevas à des textes ciselés presque sous le sceau de la confidence, où l’auteur arpente les paysages sombres et accidentés de la vie, de l’amour ou du désir avec une émotion qui touche parfois à l’incandescence. Ce troisième album est le résultat d’un travail de groupe : Moran a composé tous les titres avec Carbou (guitare) et Coulombe (batterie) à l’exception de "Sans Abri" et "Ourse" qui sont l’œuvre de sa compagne Catherine Major. Cet album vous emportera loin, très loin du train-train quotidien.

moran,sans abri,interview,mandor

Interview :

Moran, c’est un groupe où c’est toi tout seul ?

C’est un processus qui s’est fait naturellement en créant l’album Sans abri, un peu religieusement. On a décrété finalement qu’on était un « band ». Nous sommes déjà en train de travailler le prochain album tous les trois.

Justement, tu es venu avec tes musiciens. C’est rassurant d’avoir avec soi  ses amis qui sont aussi ses musiciens?

Je n’ai jamais eu d’autres ambitions que de bien faire mon travail, sans aucun compromis. Je me suis toujours juré de ne jamais être aveuglé par la popularité. Le fait de travailler avec de vrais amis facilite les choses et me permet de garder les pieds sur terre. On se retrouve à trois à créer, à porter le matériel, à être dans les mêmes joies ou les mêmes galères. Plus encore, nous sommes devenus nos propres filtres. Ça m’arrive de débarquer avec des idées que je trouvais géniales et d’être vite remis à ma place, avec diplomatie, par les deux autres.

C’est devenu un mode de vie plus qu’un métier, non ?

Voilà, tout à fait ! On est dans le même bateau et on s’en va vers la même direction. Nous sommes peinards, heureux, quoi qu’il arrive.

Vous écoutez énormément de musique, je suppose, quand vous êtes sur la route.

Oui, ça nous ouvre beaucoup musicalement. Sylvain vient du rock-blues, Thomas du jazz world et moi de la chanson. Du coup, chacun se réinvente en fonction des idées des autres. Cela nous permet d’aller plus loin ou d’aller ailleurs.

Extrait de l'album Sans abri : "Donne".

Le climat de ce nouvel album est plutôt calme, par rapport à Mammifères.

En ce moment, nous sommes fondamentalement zens, cela se transpose dans notre musique.

Dans ce nouvel album, Sans abri, les textes sont moins imagés que dans les précédents.

Ça a été long pour moi de trouver cette espèce de langage qui me permet aujourd’hui de ne fixer dans le temps aucune chanson. Même s’il y a des thèmes précis reconnaissables, ça reste « impressionniste ».

Le texte parfait n’existe pas ?

Il y en a quelques-uns quand même qui frisent la perfection. Un de mes préférés, c’est celui d’Aragon : « Est-ce ainsi que les hommes vivent ». Il y a de tout. Le premier degré, et le centième aussi. « La mémoire et la mer » de Ferré est aussi un chef d’œuvre. Il est difficile de passer après des textes comme ça. Ce sont mes références parce que c’est ce qui m’allume et qui me fait plaisir à lire. Je ne vais pas essayer de faire moins beau. Je ne parviendrais peut-être jamais à ce niveau de texte, mais il faut placer la barre haute et être exigeant envers soi-même.

Tu n’écoutes que des textes « pointus » ?

Non, heureusement. J’aimerais d’ailleurs être capable d’être plus simple, plus premier degré, moi-même. Par exemple, il y a des titres de Noir Désir absolument géniaux. L’album Des visages, des figures est un bijou subtil aux textes parfaits.

Extrait de l'album Sans abri : "Crazy".

Ton disque est un disque qui s’écoute. On ne peut pas se contenter de « l’entendre »…

Dans le processus d’écriture, j’essaie de plus en plus de ramener des passages à un niveau de langage direct. Par rapport aux chansons de l’album Mammifères, j’ai déjà évolué. C’est moins imagé, moins poétique. J’aimerais que mes chansons deviennent des standards de la chanson « comestible ». Je ne veux plus être considéré comme underground. J’essaie de trouver des façons de m’adresser directement aux gens sans négliger la poésie et le style.

Quand on chante des chansons aussi profondes, puissantes et intenses que les tiennes, ça demande beaucoup d’énergie de les interpréter sur scène ?

Oui, mais c’est le but. Cela dit, récemment, pour Radio Canada, j’ai rendu  hommage à Léo Ferré. J’ai interprété quatorze de ses chansons. Quatorze chansons de Léo Ferré, c’est beaucoup plus épuisant que vingt-deux chansons de Moran. J’ai trouvé finalement qu’à côté de lui, j’étais soft.

Extrait de l'album Sans abri : "Mêmes animaux".

Est-on objectif sur son propre travail ?

Je ne pense pas. Tu es un journaliste averti, tu sais que depuis plusieurs années, il y a beaucoup plus de chansons inutiles que de chansons « pratiques ». Il y a énormément de variété. Comme ce n’est pas du tout dans mon tempérament d’aimer la variété et d’avoir envie d’en faire, j’écris des chansons un peu exigeantes en réaction à tout ça. Moi, je prends la parole. Je prétends avoir quelque chose à dire. Il est hors de question que je monte sur scène pour dire que je préfère les voisins aux voisines. La chanson, il faut que ça aille plus loin que ça.

Moi, je pense qu’il faut les deux. Si on ne pouvait écouter que des chansons de Ferré et de Moran, ce serait quand même un peu triste, non ?

Je suis d’accord avec toi. Mais, je te rassure, sur scène, je fais aussi rigoler le public. Il y a souvent des moments de détente et d’humour pour rendre mes chansons comestibles.

J’ai souvent lu que vos concerts, toujours improvisés, étaient extraordinaires.

On travaille les chansons, mais nous ne les fixons jamais. Il n’y a rien d’écrit à l’avance. Je monte sur scène, je discute avec les gens, comme je le fais avec toi actuellement. Ça peut faire une soirée exceptionnelle, comme une soirée merdique. Tout dépend de la réaction des gens et de comment nous, nous sommes sur scène.

Extrait de l'album "Sans abri": Darfour.

Es-tu d’accord, si je dis qu’un artiste est pudique dans la vie et devient complètement impudique sur scène. Il se déshabille complètement.

En tout cas, quand je monte sur scène, je ne joue pas de jeu. Je suis vrai et authentique. De toute façon, je ne pourrais pas tricher parce que mes deux meilleurs amis sont avec moi. Avec eux, il est impossible que je frime.

C’est quoi chanter sur scène pour toi ?

C’est un moyen d’être honnête par rapport à ce qu’on est, par rapport au parcours que l’on a eu. Si tous les soirs, un chanteur raconte la même chose entre les chansons, ça m’emmerde. Ce n’est pas honnête. Il faut faire du théâtre à la place.

moran,sans abri,interview,mandor

À quel autre art pourrais-tu comparer la scène ?

Sans hésitation au cinéma. Quand je regarde un film, ce qui me fait plaisir, c’est que les acteurs soient honnêtes. J’aime bien rire, pleurer, ressentir des émotions, être surpris. J’aime que cela prenne son temps et que soudain, le rythme s’accélère. Et enfin, j’aime que la musique soit bonne. Tous les trois, c’est ce que nous essayons de procurer comme plaisir aux gens qui viennent nous voir.

Une question plus personnelle pour terminer. Tu vis avec Catherine Major, qui est une artiste que j’adore. Quand on est un couple d’artistes, est-ce qu’on essaie d’impressionner son conjoint ?

Sur son dernier disque, Le désert de solitude, je lui ai écrit cinq textes. Sur son prochain, il y en aura cinq autres. Comme elle est ma femme, à chaque fois que je fais un texte pour elle, je n’ai pas envie qu’elle me dise que ça ne lui parle pas. Quand elle m’écrit des musiques, comme elle l’a fait sur l’album Sans abri, je suppose que c’est la même chose pour elle. Je crois pouvoir affirmer que nous sommes très complémentaires.

moran,sans abri,interview,mandor

Pendant l'interview, le 20 mars 2014. Avec Moran, Thomas Carbou et Sylvain Coulombe. 

03 juillet 2014

Jean-François Zygel : interview pour le double DVD La leçon de musique Mozart et La musique classique expliquée aux enfants

zygel.jpg

ZYGEL_PRESSE2.jpgFormidable pédagogue, Jean-François Zygel est avant tout pianiste et compositeur.

Entré très jeune au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, il remporte dix premiers prix dans dix catégories différentes et entre rapidement comme pianiste soliste à Radio-France.

Grand spécialiste de l'accompagnement en ciné-concert de films muets, Zygel est très connu pour ses leçons de musique, prodiguées autour de la musique classique, au Théâtre du Châtelet, il s'est aussi attaqué aux musiques improvisées avec un brio inégalé.

Il a animé sur France 2 l'émission La Boîte à musique, qui se concentrait sur une œuvre, un genre musical ou un artiste, pendant plus d'une heure. Le succès de ces leçons en a permis une diffusion en DVD. Je l’ai interviewé récemment pour Le magazine des espaces culturels Leclerc(daté des mois de juillet et août 2014), justement à l’occasion de la sortie d’un coffret 2CD+DVD exclusivement réservé pour cet enseigne.

img016.jpg

img016h.jpg

img016l.jpg

img016m.jpg

Et pour finir un extrait du DVD La musique classique expliquée aux enfants.

01 juillet 2014

Jean-Pierre Pasqualini : interview pour Platine, 100 tubes variété française

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Jean-Pierre Pasqualini est une grande figure du journalisme musical en France. Il est le « Monsieur variété française ». Une sorte d’encyclopédie vivante consultée en permanence par les médias en quête d’un spécialiste de ce genre musical. Moi qui ne suis pas le dernier à apprécier la variété française, je m’incline devant lui et son savoir. Depuis quelques années, je le croise, le côtoie même (nous sommes tous les deux membres du jury du Prix Georges Moustaki et du Pic d’Or) et c’est toujours un réel plaisir de partager nos savoirs et opinions respectifs. J’ai un profond respect pour cet homme passionné.

Jean-Pierre Pasqualini est le créateur et rédacteur en chef du magazine Platine (la revue référence en matière de variété d'hier et d'aujourd'hui). Il officie aussi à Télé Melody en tant que présentateur, producteur et responsable des programmes en charge des contenus.

Je le reçois ici pour évoquer une compilation : Platine 100 tubes variété française (vendu à 8000 exemplaires et qui va être relancé cet automne avec un nouveau tirage conséquent).

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandorLa compilation :

Platine, fondé en 1992 par le spécialiste et passionné Jean-Pierre Pasqualini, est devenu en 20 ans le magazine n°1 de la variété française. Pour la première fois, et à l'occasion de ses 20 ans d'existence, Platine sort son premier coffret! Puisant au fond de sa mémoire et de ses connaissances Jean-Pierre Pasqualini vous offre une sélection de titres inédits des origines de la variété française, d'Édith Piaf à Françoise Hardy, de Jacques Brel à Claude François, en passant par Serge Gainsbourg, Sheila ou Gilbert Bécaud.

Vous pourrez retrouver ou (re)découvrir des chansons telles que "Les boutons dorés", "Le tourbillon de la vie", "Méditerranée", "Salade de fruits", "Domino", "J'attendrai", "Étoile des neiges", "Ne me quitte pas", "La ballade irlandaise", "Les comédiens", "Cigarettes, whisky et p'tites pépées"... pas toujours interprétées par leurs créateurs.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandorInterview :

Qui t’a proposé de sortir cette compilation ?

Depuis des mois, Wagram voulait sortir un projet avec le magazine Platine. De mon côté, je ne voulais pas faire une compilation comme les autres. Je ne souhaitais pas réunir des tubes évidents,  placés là dans le seul souci de vendre beaucoup d’exemplaires. Il a fallu beaucoup de temps pour que le label me dise : « tu fais ce que tu veux !» J’ai donc conçu un coffret, non pas de titres inconnus, mais de tubes oubliés, ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

C’était de vrais tubes à l’époque, mais ils n’ont pas affronté les années. C’est ça ?

J’en ai parlé récemment à un ex de Nostalgie, Stéphane Bosc, qui est aujourd’hui directeur des programmes à Lagardère Active Radio International. Il m’a expliqué pourquoi à l’époque, il ne passait pas sur Nostalgie tous les tubes dont je parlais. Simplement parce que ces artistes étaient sur de petits labels qui ne les ont pas réédités en CD. S’ils ne sont pas en CD, ils ne sont pas numérisés. Voilà comment un tube ne rentre pas sur cette radio et passe à la trappe des souvenirs. Dans cette compilation, il y a par exemple des chansons de Mireille et de Jean Nohain que chante Sophie Darel. On n’avait pas de CD, on est donc parti des vinyles. Il y a dans ces cinq disques, pleins de chansons qui n’existaient pas en CD.

Tu rétablis des vérités sur le succès ou non de tel ou tel tube.

Oui,  par exemple, en 1958, sortait « Le poinçonneur des Lilas » de Gainsbourg. Tout le monde est persuadé que ça a été un succès parce que Gainsbourg a eu la chance de traverser le temps et le talent de créer une œuvre remarquable. Mais ce titre n’a pas marché du tout à l’époque de sa sortie. Les Frères Jacques et Jean-Claude Pascal ont donné une première vie à cette chanson. Si tout le monde pense que la version de Gainsbourg a été un succès, c’est que l’histoire l’a magnifié. Il y a plein d’artistes oubliés des années 50 qui, malheureusement, n’ont pas franchi la barre des yéyés, mais qui ont fait des énormes tubes avant cette période musicale.

Si je comprends bien, tu veux les réhabiliter aujourd’hui?

Je pense qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise chanson, il y a des chansons pour chaque moment de la vie. Après, dans chaque style musical, il y a de la merde.  Il y a des chansons pour faire la fête au mariage de la cousine. On peut danser sur « La chenille » de La bande à Basile et quand on a le blues, on peut écouter Léo Ferré. Dans ce disque, il y a des chansons pour toutes les situations.

Le style, la faconde Pasqualini, sur Télé Mélody, c'est ça!

Comment expliques-tu qu’un artiste parvienne à franchir les années et plaire à plusieurs générations et d’autres, pas du tout ?

Il y a des gens qui sont en avance sur leur temps, comme Gainsbourg. Quand tu es en avance sur ton temps, tu as donc un peu de marge parce que le temps te rattrapera moins vite. Il était auteur compositeur à une époque où ce n’était pas essentiel. C’est après mai 68 qu’on a considéré qu’il fallait écrire ses œuvres. Un interprète pur et simple, ce n’était plus crédible. Dans le cinéma, on ne demande pas aux acteurs d’écrire leur film. Je trouve cela injuste.

Dans cette compilation, il y a cinq CD et 100 chansons. Comment as-tu fait la sélection ?

C’est comme Platine, c’est un mélange de passion et de marketing. Je sais que si je fais la couverture avec Olivia Ruiz, ça va mieux marcher que si je fais la couverture avec Lucienne Delyle, pourtant, je préfère Lucienne Delyle.  Là, c’est pareil, je me dis Wagram, il leur faut un minimum de tubes donc je place Nougaro qui chante « Le cinéma » et une autre chanson de Nougaro, « Le jazz et la java », mais interprété par Yves Montand, une version moins connue. Aujourd’hui, dans la nostalgie, on a tendance à prendre la version du créateur, alors que parfois, ce sont les versions chantées par d’autres qui ont mieux marché. En tout cas, il n’y a pas une seule chanson dans ces cinq CD où tu ne connais pas au moins le titre ou l’interprète.

Il n’y a pas deux fois le même artiste ?

Non, sauf s’il est en duo. Je ne voulais pas deux fois la même chanson, ni deux fois le même interprète. Quand l’interprète était un peu « faible » en notoriété, comme Simone Langlois, je choisis une chanson très forte, comme « Ne me quitte pas » qu’elle a interprétée un mois avant Brel. Historiquement, c’est elle la créatrice de cette chanson, Brel le reconnaissait.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Pour Platine (et la Sacem), Monsieur Variété Française organise aussi des interviews croisées d'artistes de la scène française (ici Jeanne Cherhal et Emily Loizeau).

Tu aimes susciter la curiosité. C’est une grande partie de ton travail.

Ce qui est certain, c’est que je n’aime pas enfoncer les portes ouvertes. Quand j’ai créé Platine, j’ai souhaité créer un nouveau titre de presse avec un concept qui n’existait pas. Un journal intelligent sur la variétoche.

Ce que j’aime beaucoup chez toi, c’est que tu assumes tout. Notamment, aimer ce qui pourrait passer pour être ringard.

Je me fous totalement de ce que pensent les autres. J’aime provoquer. J’étais au collège entre 1970 et 1974. C’était les grandes années post-soixante-huitardes. Il ne fallait pas aimer Cloclo. Moi j’adorais et je le disais. Avec mon physique de petit gros, il fallait que je me distingue par quelque chose. Il fallait que j’existe aux yeux des autres pour qu’on arrête de m’appeler Babar. Comme je fais de la psychanalyse aux artistes que j’interviewe, de temps en temps, il est bon de faire la sienne soi-même (rires).

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandorDans Platine, je suis impressionné par la longueur de tes interviews d’artistes. C’est très rare dans un journal de « faire » si long.

Je ne vois pas pourquoi je n’écrirais pas tout ce qui est intéressant. C’est complètement kamikaze dans un magazine, j’en ai pleine conscience, mais je m’en moque. J’ai la chance d’avoir quelques milliers de lecteurs qui suivent, qui sont super fidèles, beaucoup sont abonnés. Ils me permettent de continuer le journal à ma guise. À part chez Mandor, les interviews longues, ce n’est pas la tendance sur Internet ou dans les magazines.

Pourquoi as-tu créé Platine ?

A l’époque, j’étais dans le tourisme. J’ai passé beaucoup d’années à ramener des disques français des pays dans lesquels j’allais. J’en ai trouvé dans le monde entier. J’ai eu l’idée de faire un magazine de discographie comme Juke Box magazine, mais en montrant les carrières des Français à l’étranger. Les interviews, c’est ce que je faisais en plus en pensant que ça n’intéresserait personne. Et finalement, tout le monde ne me parlait presque plus que de ça. Les gens n’en avaient rien à foutre des discographies. Les interviews ont pris le dessus sur le reste.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Tu es très franc avec les artistes que tu interviewes. Tu n’hésites pas à les bousculer.

J’ai de la franchise, mais avec beaucoup de tendresse.

Mais quand dans Platine, tu évoques avec Zaz sa supposée homosexualité, ne franchis-tu pas la limite ?jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Pour moi, le sexe fait partie de la vie. Je ne vois pas ce qu’il y a de choquant.

Tu te permets tout.

Je ne sais pas si je peux, mais je veux tout me permettre. Il y a des gens avec lesquels ça ne s’est pas bien passé. Je pense par exemple à François Feldman. Je lui ai demandé comment il vivait le fait d’avoir été une énorme star pendant quatre ans et être retombé dans l’anonymat,  voire même être considéré comme ringard.

Ce n’est quand même pas très diplomate. Personnellement, je n’aurais pas demandé cela de la même façon.

Je ne suis pas diplomate, je suis psychologue. J’ai aussi une heure de cartonnage sur une cassette avec CharlElie Couture. Il n’a pas du tout aimé mes questions et il m’a répondu violemment. Au bout d’un moment, il m’a mis dehors. C’est vrai que quand tu es un personnage et que tu veux le rester, il n’est pas évident de s’entendre poser des questions un peu indiscrètes. J’ai voulu creuser pour voir ce qu’il y avait derrière, il n’avait pas du tout envie. Il faut que les réponses correspondent au personnage. Dave, par exemple, ressemble à son personnage, je préfère nettement cela.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Dès qu'il faut parler d'un chanteur de variété, Jean-Pierre Pasqualini est au combat.

Quand tu fais une interview, considères-tu que c’est un travail de psy et est-ce que c’est pour ça que tu fais de longs entretiens ?

Je suis comme ça dans mes rapports humains dans n’importe quelle circonstance de ma vie. Je cherche toujours à en savoir plus que ce que l’on me dit. Depuis longtemps, j’ai le défaut de ne pas savoir faire des conversations de salon.

Tu attaques directement. Moi, contrairement à toi, j’ai tendance à « endormir » un peu les artistes avant d’aller là où je veux aller. Ce sont deux méthodes. Toi, tu es plus frontal.

Je suis frontal dans tout ce que je fais. La vie est courte. Nous sommes des poussières dans l’histoire du monde et on a intérêt à ne pas perdre de temps et à prendre du plaisir dans tout ce que l’on fait. C’est un peu handicapant d’être comme ça dans la vie, parce que beaucoup considèrent que je suis inquisiteur, que je fouille trop, que je me mêle de ce qui ne me concerne pas... Pas que dans les interviews, dans la vie aussi.

Croisière Rivages du Monde et Télé Mélody, du 18 au 26 septembre 2014, avec Jean-Pierre Pasqualini.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandorAimes-tu la notoriété ? On voit pas mal ton visage dans Platine, on le voit aussi au dos du disque…

J’ai deux réponses. La première, c’est qu’à la base, je faisais de la radio libre. J’adorais ma voix à la radio. Par contre, quand j’ai commencé la télé, j’ai détesté me voir. Mais, j’ai travaillé avec Karine Le Marchand sur France 3, dans une émission qui s’appelait « Music Musique »,  il y a 15 ans. Un jour, elle m’a dit : « Tu es rédacteur en chef de l’émission, moi je suis présentatrice, mais il faut que tu montres ta gueule, sinon, tu ne seras jamais considéré comme Monsieur Chanson Française. Il y a Sevran, si un jour tu veux exister, il faut que tu sortes du bois. » Je lui ai répondu que je me trouvais gros, que je n’aimais pas mon image et que je n’étais pas fait pour la télé. Elle m’a fait chier longtemps, tant et si bien qu’elle m’a même imposé de faire une rubrique à la fin de l’émission, « J’assume, j’assume pas ». C’est comme ça que j’ai commencé à me montrer.

Mais, j’insiste un peu, dans Platine, on voit beaucoup ton image.

Au début, je ne me suis pas posé la question de savoir si ça me faisait bander ou pas de mettre des photos de moi avec des artistes. Mais si le but était uniquement de frimer, je mettrais uniquement ma gueule avec Michael Bublé, pas forcément mes photos avec Gloria Lasso.

Quand tu es dans une soirée, aimes-tu que l’on te reconnaisse, que l’on vienne vers toi ?

C’est encore plus prétentieux que ça. Ça fait vingt ans que j’essaie de dire que la variété française n’est pas ringarde et quand on me reconnait dans une soirée et qu’on me place bien dans un concert, je me dis que, quelque part, on respecte un peu plus la variété française. Comme personne dans les médias n'a jamais voulu prendre cette place de "Robin des Bois" de la chanson populaire, de porte-parole de la variété française, j'ai pensé que je devais le faire.

Jean-Pierre Pasqualini, seul contre tous (Christophe Conte (Les Inrocks), Marc-Olivier Fogiel et Guy Carlier) pour défendre la tournée "Age Tendre et tête de bois". Pour ça aussi, je l'admire.

En 2014, la variété française est-elle bien représentée ?

Non. Pas du tout. Pour moi, il n’y a pas une bonne nouvelle chanson dans l’année, ni chez les vieux, ni chez les jeunes. C’est quand même catastrophique, une année comme ça.

On dit du bien des nouveaux Obispo et Pagny

Non, non, non. Le dernier Obispo est catastrophique, alors que j’avais adoré « Comment veux-tu que je t’aime » qui était l’inédit de la compilation. Le Pagny, tu as raison, il est pas mal. Moi, cette année, le seul que j’adore est belge. C’est Stromae. Ce n’est pas très original, je sais. Ça, c’est de la bonne variété, parfaitement fédératrice.

D’où te vient ce goût pour la variété française ?

J’ai eu mon premier pickup en 1966, j’avais huit ans. On m’a offert trois 45 tours avec. Un de Cloclo, « Le jouet extraordinaire », un de Monty et un de Nino Ferrer, « Mirza ». Je me souviens que pour moi, le monde a basculé. J’ai immédiatement regardé les pochettes dans tous les sens pour voir qui écrivait les chansons. J’ai toujours aimé les gens de l’ombre.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

As-tu un côté midinette avec les artistes que tu rencontres ?jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Midinette, je ne sais pas, mais fan, sûrement. Je suis un peu triste que les artistes ne le sentent pas.

C’est de ta faute, tu ne le montres pas.

Je dois dégager un truc très sérieux, très cassant, très ours. Aujourd’hui, j’en suis beaucoup plus conscient qu’avant. Quand Platine est né, je voyais que les attachées de presse se foutaient de ma gueule parce que je faisais un magazine de variété. En 1992, elles se demandaient quel était ce gros ringard qui voulait leur faire croire que la variété était mieux que le rock. Je me suis construit une armure et je n’ai rien voulu montrer de mon côté fan. Fan de metal, à la limite, mais fan de variété, ça faisait double peine (rire). Avec mon magazine, je ne voulais pas passer pour un petit rigolo, un petit fan de chanteuse ringard. J’ai joué à l’homme sérieux. Du coup, on me prend pour un journaliste très distant, qui analyse sans cesse, sans jamais lâcher prise.

C’est quoi pour toi, une bonne chanson ?

J’ai beau être auteur, je rejoins ce que dit Goldman : « On vient à une chanson pour la mélodie, on y reste pour le texte. » Moi, s’il n’y a pas une mélodie, je n’écouterais pas un bon texte. Dans les jeunes artistes d’aujourd’hui, il y en a qui ne savent pas ce qui peut les convenir. Une bonne chanson ne l’est pas pour tout le monde. Certains chanteurs peuvent la porter, la sublimer et d’autres non. Une bonne chanson, ce n’est pas interchangeable, elle doit coller à un interprète.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor