Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Thierry de Cara : interview pour The Little Home Tour | Page d'accueil | Jean-François Zygel : interview pour le double DVD La leçon de musique Mozart et La musique classique expliquée aux enfants »

01 juillet 2014

Jean-Pierre Pasqualini : interview pour Platine, 100 tubes variété française

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Jean-Pierre Pasqualini est une grande figure du journalisme musical en France. Il est le « Monsieur variété française ». Une sorte d’encyclopédie vivante consultée en permanence par les médias en quête d’un spécialiste de ce genre musical. Moi qui ne suis pas le dernier à apprécier la variété française, je m’incline devant lui et son savoir. Depuis quelques années, je le croise, le côtoie même (nous sommes tous les deux membres du jury du Prix Georges Moustaki et du Pic d’Or) et c’est toujours un réel plaisir de partager nos savoirs et opinions respectifs. J’ai un profond respect pour cet homme passionné.

Jean-Pierre Pasqualini est le créateur et rédacteur en chef du magazine Platine (la revue référence en matière de variété d'hier et d'aujourd'hui). Il officie aussi à Télé Melody en tant que présentateur, producteur et responsable des programmes en charge des contenus.

Je le reçois ici pour évoquer une compilation : Platine 100 tubes variété française (vendu à 8000 exemplaires et qui va être relancé cet automne avec un nouveau tirage conséquent).

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandorLa compilation :

Platine, fondé en 1992 par le spécialiste et passionné Jean-Pierre Pasqualini, est devenu en 20 ans le magazine n°1 de la variété française. Pour la première fois, et à l'occasion de ses 20 ans d'existence, Platine sort son premier coffret! Puisant au fond de sa mémoire et de ses connaissances Jean-Pierre Pasqualini vous offre une sélection de titres inédits des origines de la variété française, d'Édith Piaf à Françoise Hardy, de Jacques Brel à Claude François, en passant par Serge Gainsbourg, Sheila ou Gilbert Bécaud.

Vous pourrez retrouver ou (re)découvrir des chansons telles que "Les boutons dorés", "Le tourbillon de la vie", "Méditerranée", "Salade de fruits", "Domino", "J'attendrai", "Étoile des neiges", "Ne me quitte pas", "La ballade irlandaise", "Les comédiens", "Cigarettes, whisky et p'tites pépées"... pas toujours interprétées par leurs créateurs.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandorInterview :

Qui t’a proposé de sortir cette compilation ?

Depuis des mois, Wagram voulait sortir un projet avec le magazine Platine. De mon côté, je ne voulais pas faire une compilation comme les autres. Je ne souhaitais pas réunir des tubes évidents,  placés là dans le seul souci de vendre beaucoup d’exemplaires. Il a fallu beaucoup de temps pour que le label me dise : « tu fais ce que tu veux !» J’ai donc conçu un coffret, non pas de titres inconnus, mais de tubes oubliés, ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

C’était de vrais tubes à l’époque, mais ils n’ont pas affronté les années. C’est ça ?

J’en ai parlé récemment à un ex de Nostalgie, Stéphane Bosc, qui est aujourd’hui directeur des programmes à Lagardère Active Radio International. Il m’a expliqué pourquoi à l’époque, il ne passait pas sur Nostalgie tous les tubes dont je parlais. Simplement parce que ces artistes étaient sur de petits labels qui ne les ont pas réédités en CD. S’ils ne sont pas en CD, ils ne sont pas numérisés. Voilà comment un tube ne rentre pas sur cette radio et passe à la trappe des souvenirs. Dans cette compilation, il y a par exemple des chansons de Mireille et de Jean Nohain que chante Sophie Darel. On n’avait pas de CD, on est donc parti des vinyles. Il y a dans ces cinq disques, pleins de chansons qui n’existaient pas en CD.

Tu rétablis des vérités sur le succès ou non de tel ou tel tube.

Oui,  par exemple, en 1958, sortait « Le poinçonneur des Lilas » de Gainsbourg. Tout le monde est persuadé que ça a été un succès parce que Gainsbourg a eu la chance de traverser le temps et le talent de créer une œuvre remarquable. Mais ce titre n’a pas marché du tout à l’époque de sa sortie. Les Frères Jacques et Jean-Claude Pascal ont donné une première vie à cette chanson. Si tout le monde pense que la version de Gainsbourg a été un succès, c’est que l’histoire l’a magnifié. Il y a plein d’artistes oubliés des années 50 qui, malheureusement, n’ont pas franchi la barre des yéyés, mais qui ont fait des énormes tubes avant cette période musicale.

Si je comprends bien, tu veux les réhabiliter aujourd’hui?

Je pense qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise chanson, il y a des chansons pour chaque moment de la vie. Après, dans chaque style musical, il y a de la merde.  Il y a des chansons pour faire la fête au mariage de la cousine. On peut danser sur « La chenille » de La bande à Basile et quand on a le blues, on peut écouter Léo Ferré. Dans ce disque, il y a des chansons pour toutes les situations.

Le style, la faconde Pasqualini, sur Télé Mélody, c'est ça!

Comment expliques-tu qu’un artiste parvienne à franchir les années et plaire à plusieurs générations et d’autres, pas du tout ?

Il y a des gens qui sont en avance sur leur temps, comme Gainsbourg. Quand tu es en avance sur ton temps, tu as donc un peu de marge parce que le temps te rattrapera moins vite. Il était auteur compositeur à une époque où ce n’était pas essentiel. C’est après mai 68 qu’on a considéré qu’il fallait écrire ses œuvres. Un interprète pur et simple, ce n’était plus crédible. Dans le cinéma, on ne demande pas aux acteurs d’écrire leur film. Je trouve cela injuste.

Dans cette compilation, il y a cinq CD et 100 chansons. Comment as-tu fait la sélection ?

C’est comme Platine, c’est un mélange de passion et de marketing. Je sais que si je fais la couverture avec Olivia Ruiz, ça va mieux marcher que si je fais la couverture avec Lucienne Delyle, pourtant, je préfère Lucienne Delyle.  Là, c’est pareil, je me dis Wagram, il leur faut un minimum de tubes donc je place Nougaro qui chante « Le cinéma » et une autre chanson de Nougaro, « Le jazz et la java », mais interprété par Yves Montand, une version moins connue. Aujourd’hui, dans la nostalgie, on a tendance à prendre la version du créateur, alors que parfois, ce sont les versions chantées par d’autres qui ont mieux marché. En tout cas, il n’y a pas une seule chanson dans ces cinq CD où tu ne connais pas au moins le titre ou l’interprète.

Il n’y a pas deux fois le même artiste ?

Non, sauf s’il est en duo. Je ne voulais pas deux fois la même chanson, ni deux fois le même interprète. Quand l’interprète était un peu « faible » en notoriété, comme Simone Langlois, je choisis une chanson très forte, comme « Ne me quitte pas » qu’elle a interprétée un mois avant Brel. Historiquement, c’est elle la créatrice de cette chanson, Brel le reconnaissait.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Pour Platine (et la Sacem), Monsieur Variété Française organise aussi des interviews croisées d'artistes de la scène française (ici Jeanne Cherhal et Emily Loizeau).

Tu aimes susciter la curiosité. C’est une grande partie de ton travail.

Ce qui est certain, c’est que je n’aime pas enfoncer les portes ouvertes. Quand j’ai créé Platine, j’ai souhaité créer un nouveau titre de presse avec un concept qui n’existait pas. Un journal intelligent sur la variétoche.

Ce que j’aime beaucoup chez toi, c’est que tu assumes tout. Notamment, aimer ce qui pourrait passer pour être ringard.

Je me fous totalement de ce que pensent les autres. J’aime provoquer. J’étais au collège entre 1970 et 1974. C’était les grandes années post-soixante-huitardes. Il ne fallait pas aimer Cloclo. Moi j’adorais et je le disais. Avec mon physique de petit gros, il fallait que je me distingue par quelque chose. Il fallait que j’existe aux yeux des autres pour qu’on arrête de m’appeler Babar. Comme je fais de la psychanalyse aux artistes que j’interviewe, de temps en temps, il est bon de faire la sienne soi-même (rires).

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandorDans Platine, je suis impressionné par la longueur de tes interviews d’artistes. C’est très rare dans un journal de « faire » si long.

Je ne vois pas pourquoi je n’écrirais pas tout ce qui est intéressant. C’est complètement kamikaze dans un magazine, j’en ai pleine conscience, mais je m’en moque. J’ai la chance d’avoir quelques milliers de lecteurs qui suivent, qui sont super fidèles, beaucoup sont abonnés. Ils me permettent de continuer le journal à ma guise. À part chez Mandor, les interviews longues, ce n’est pas la tendance sur Internet ou dans les magazines.

Pourquoi as-tu créé Platine ?

A l’époque, j’étais dans le tourisme. J’ai passé beaucoup d’années à ramener des disques français des pays dans lesquels j’allais. J’en ai trouvé dans le monde entier. J’ai eu l’idée de faire un magazine de discographie comme Juke Box magazine, mais en montrant les carrières des Français à l’étranger. Les interviews, c’est ce que je faisais en plus en pensant que ça n’intéresserait personne. Et finalement, tout le monde ne me parlait presque plus que de ça. Les gens n’en avaient rien à foutre des discographies. Les interviews ont pris le dessus sur le reste.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Tu es très franc avec les artistes que tu interviewes. Tu n’hésites pas à les bousculer.

J’ai de la franchise, mais avec beaucoup de tendresse.

Mais quand dans Platine, tu évoques avec Zaz sa supposée homosexualité, ne franchis-tu pas la limite ?jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Pour moi, le sexe fait partie de la vie. Je ne vois pas ce qu’il y a de choquant.

Tu te permets tout.

Je ne sais pas si je peux, mais je veux tout me permettre. Il y a des gens avec lesquels ça ne s’est pas bien passé. Je pense par exemple à François Feldman. Je lui ai demandé comment il vivait le fait d’avoir été une énorme star pendant quatre ans et être retombé dans l’anonymat,  voire même être considéré comme ringard.

Ce n’est quand même pas très diplomate. Personnellement, je n’aurais pas demandé cela de la même façon.

Je ne suis pas diplomate, je suis psychologue. J’ai aussi une heure de cartonnage sur une cassette avec CharlElie Couture. Il n’a pas du tout aimé mes questions et il m’a répondu violemment. Au bout d’un moment, il m’a mis dehors. C’est vrai que quand tu es un personnage et que tu veux le rester, il n’est pas évident de s’entendre poser des questions un peu indiscrètes. J’ai voulu creuser pour voir ce qu’il y avait derrière, il n’avait pas du tout envie. Il faut que les réponses correspondent au personnage. Dave, par exemple, ressemble à son personnage, je préfère nettement cela.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Dès qu'il faut parler d'un chanteur de variété, Jean-Pierre Pasqualini est au combat.

Quand tu fais une interview, considères-tu que c’est un travail de psy et est-ce que c’est pour ça que tu fais de longs entretiens ?

Je suis comme ça dans mes rapports humains dans n’importe quelle circonstance de ma vie. Je cherche toujours à en savoir plus que ce que l’on me dit. Depuis longtemps, j’ai le défaut de ne pas savoir faire des conversations de salon.

Tu attaques directement. Moi, contrairement à toi, j’ai tendance à « endormir » un peu les artistes avant d’aller là où je veux aller. Ce sont deux méthodes. Toi, tu es plus frontal.

Je suis frontal dans tout ce que je fais. La vie est courte. Nous sommes des poussières dans l’histoire du monde et on a intérêt à ne pas perdre de temps et à prendre du plaisir dans tout ce que l’on fait. C’est un peu handicapant d’être comme ça dans la vie, parce que beaucoup considèrent que je suis inquisiteur, que je fouille trop, que je me mêle de ce qui ne me concerne pas... Pas que dans les interviews, dans la vie aussi.

Croisière Rivages du Monde et Télé Mélody, du 18 au 26 septembre 2014, avec Jean-Pierre Pasqualini.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandorAimes-tu la notoriété ? On voit pas mal ton visage dans Platine, on le voit aussi au dos du disque…

J’ai deux réponses. La première, c’est qu’à la base, je faisais de la radio libre. J’adorais ma voix à la radio. Par contre, quand j’ai commencé la télé, j’ai détesté me voir. Mais, j’ai travaillé avec Karine Le Marchand sur France 3, dans une émission qui s’appelait « Music Musique »,  il y a 15 ans. Un jour, elle m’a dit : « Tu es rédacteur en chef de l’émission, moi je suis présentatrice, mais il faut que tu montres ta gueule, sinon, tu ne seras jamais considéré comme Monsieur Chanson Française. Il y a Sevran, si un jour tu veux exister, il faut que tu sortes du bois. » Je lui ai répondu que je me trouvais gros, que je n’aimais pas mon image et que je n’étais pas fait pour la télé. Elle m’a fait chier longtemps, tant et si bien qu’elle m’a même imposé de faire une rubrique à la fin de l’émission, « J’assume, j’assume pas ». C’est comme ça que j’ai commencé à me montrer.

Mais, j’insiste un peu, dans Platine, on voit beaucoup ton image.

Au début, je ne me suis pas posé la question de savoir si ça me faisait bander ou pas de mettre des photos de moi avec des artistes. Mais si le but était uniquement de frimer, je mettrais uniquement ma gueule avec Michael Bublé, pas forcément mes photos avec Gloria Lasso.

Quand tu es dans une soirée, aimes-tu que l’on te reconnaisse, que l’on vienne vers toi ?

C’est encore plus prétentieux que ça. Ça fait vingt ans que j’essaie de dire que la variété française n’est pas ringarde et quand on me reconnait dans une soirée et qu’on me place bien dans un concert, je me dis que, quelque part, on respecte un peu plus la variété française. Comme personne dans les médias n'a jamais voulu prendre cette place de "Robin des Bois" de la chanson populaire, de porte-parole de la variété française, j'ai pensé que je devais le faire.

Jean-Pierre Pasqualini, seul contre tous (Christophe Conte (Les Inrocks), Marc-Olivier Fogiel et Guy Carlier) pour défendre la tournée "Age Tendre et tête de bois". Pour ça aussi, je l'admire.

En 2014, la variété française est-elle bien représentée ?

Non. Pas du tout. Pour moi, il n’y a pas une bonne nouvelle chanson dans l’année, ni chez les vieux, ni chez les jeunes. C’est quand même catastrophique, une année comme ça.

On dit du bien des nouveaux Obispo et Pagny

Non, non, non. Le dernier Obispo est catastrophique, alors que j’avais adoré « Comment veux-tu que je t’aime » qui était l’inédit de la compilation. Le Pagny, tu as raison, il est pas mal. Moi, cette année, le seul que j’adore est belge. C’est Stromae. Ce n’est pas très original, je sais. Ça, c’est de la bonne variété, parfaitement fédératrice.

D’où te vient ce goût pour la variété française ?

J’ai eu mon premier pickup en 1966, j’avais huit ans. On m’a offert trois 45 tours avec. Un de Cloclo, « Le jouet extraordinaire », un de Monty et un de Nino Ferrer, « Mirza ». Je me souviens que pour moi, le monde a basculé. J’ai immédiatement regardé les pochettes dans tous les sens pour voir qui écrivait les chansons. J’ai toujours aimé les gens de l’ombre.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

As-tu un côté midinette avec les artistes que tu rencontres ?jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Midinette, je ne sais pas, mais fan, sûrement. Je suis un peu triste que les artistes ne le sentent pas.

C’est de ta faute, tu ne le montres pas.

Je dois dégager un truc très sérieux, très cassant, très ours. Aujourd’hui, j’en suis beaucoup plus conscient qu’avant. Quand Platine est né, je voyais que les attachées de presse se foutaient de ma gueule parce que je faisais un magazine de variété. En 1992, elles se demandaient quel était ce gros ringard qui voulait leur faire croire que la variété était mieux que le rock. Je me suis construit une armure et je n’ai rien voulu montrer de mon côté fan. Fan de metal, à la limite, mais fan de variété, ça faisait double peine (rire). Avec mon magazine, je ne voulais pas passer pour un petit rigolo, un petit fan de chanteuse ringard. J’ai joué à l’homme sérieux. Du coup, on me prend pour un journaliste très distant, qui analyse sans cesse, sans jamais lâcher prise.

C’est quoi pour toi, une bonne chanson ?

J’ai beau être auteur, je rejoins ce que dit Goldman : « On vient à une chanson pour la mélodie, on y reste pour le texte. » Moi, s’il n’y a pas une mélodie, je n’écouterais pas un bon texte. Dans les jeunes artistes d’aujourd’hui, il y en a qui ne savent pas ce qui peut les convenir. Une bonne chanson ne l’est pas pour tout le monde. Certains chanteurs peuvent la porter, la sublimer et d’autres non. Une bonne chanson, ce n’est pas interchangeable, elle doit coller à un interprète.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Les commentaires sont fermés.