Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Michel Bussi: interview pour N'oublier jamais | Page d'accueil | Jean-Pierre Pasqualini : interview pour Platine, 100 tubes variété française »

21 juin 2014

Thierry de Cara : interview pour The Little Home Tour

JC Marmara-Le Figaro.jpg

(Photo : JC Marmara/Le Figaro)

Quelle initiative originale que ce The Little Home Tour ! Trois ans après un premier ­album, Une vie entière, produit par My Major Company, le chanteur Thierry de Cara crée un concept qui consiste à se produire gratuitement chez les gens. Une ville, un sac à dos avec une barre de fer d'un mètre de long munie d’une minicaméra dirigée vers son visage et une autre dirigée vers le public. Ensuite, il aborde les gens pour être invité le soir même chez l'un des passants où il donnera gratuitement un concert.

thierry de cara,my little home tour,interview,mandorThierre de Cara est venu à l’agence le 3 décembre dernier pour me parler de ce projet qui en était à son balbutiement. C’était il y a six mois, juste après avoir tourné les deux premiers numéros à Arras et à Lille. Il était convenu que je mette en ligne cette mandorisation, quand lui-même aura mis son premier numéro de The little Home Tour. Voilà qui est fait.

Concept :

The Little Home Tour est une web-série dans laquelle un chanteur-auteur-compositeur, Thierry de Cara, parcourt les villes de France et propose, au hasard de ses rencontres, des home-concerts « chez l’habitant ».

Équipé de ses caméras, ce multi-instrumentiste arrive le matin dans une ville de France et se doit de trouver au cours de sa journée un ou des habitant(s) qui accepteront de l’accueillir à leur domicile pour une soirée. C’est d’un exceptionnel concert privé et improvisé dont fera profiter le jeune chanteur-auteur-compositeur- à ses accueillants.

Biographie officielle de Thierry de Cara :

Né à Marseille, Thierry de Cara est initié au piano classique dès son plus jeune âge. Il thierry de cara,my little home tour,interview,mandors’intéresse très vite à l’écriture de chansons et c’est vers l’âge de 15 ans qu’il s’y essaie pour la première fois.

En 2002, il est sélectionné pour participer à un tremplin d’auteurs-compositeurs-interprètes à l’Olympia, la Rose d’Or, qu’il remporte. A la suite, Mireille Darc lui consacre un portrait d’une vingtaine de minutes lors d’un reportage France 2 intitulé « De l’ombre à la lumière ».

Après un premier single produit par Charles Talar (Cabrel, « Notre-Dame de Paris »…), il signe chez My Major Company et devient le deuxième artiste produit par les internautes en France. Son premier album, enregistré à Londres par le producteur Martin Terefe (Jason Mraz, Cat Stevens, Zaz), sort chez Warner quelques mois plus tard. Ce premier disque est soutenu par les radios (NRJ, Chérie FM). Thierry de Cara devient même l’une des « révélations de la chanson francophone France Bleu ».

Depuis quelques mois, il prépare son deuxième album et a repris le chemin de la scène. Partout, sa pop fraîche et tendre, ses textes pleins d’humour et profonds à la fois sur ses mélodies imparables, enflamment le public.

Voici le teaser de The Little Home Tour.

thierry de cara,my little home tour,interview,mandorInterview :

Si je comprends bien, la base de ce projet est : « que puis-je inventer d’original pour me faire remarquer ? »

Je ne me suis pas levé un matin en me disant ça. Ça s’est fait un peu de fil en aiguille. Il y a deux ans, un  ami s’est marié. J’étais témoin et il a fallu que quelqu’un fasse un petit film. Comme je suis l’artiste de la bande, je me suis proposé. Pour ce film de mariage, j’ai commencé à faire du montage vidéo. J’en ai bavé pendant un mois et demi, mais le film a plu et moi, j’ai aimé m’en occuper presque de A à Z. Du coup, ça m’a incité à  réaliser le clip de ma chanson « C’est pas mal déjà ». Autour de ce clip, j’ai eu envie de faire des concerts. J’ai donc décidé d’organiser un jeu autour du clip. Le but était de trouver une énigme. Le gagnant remportait un concert de moi chez lui. J’ai fait deux home concerts et j’ai très vite voulu récidiver. Le projet The Little Home Tour est lié à tout ça.

Ce genre d’initiative remonte-t-il le moral quand son premier disque n’a pas marché ?

Oui, c’est certain. Mais si mon disque n’a pas marché, j’ai eu de jolis résultats radios. J’ai quand même fait des choses sympas autour de ce premier album. Mais, bon, je n’ai pas effectué de tournée. C’était mon rêve d’enfant de parvenir à faire mon métier dans les meilleures conditions. Il n’y a pas eu de signature de deuxième album, donc, j’ai dû tout recommencer de zéro. La création, j’adore ça, mais à un moment donné, on a envie de capter l’énergie des gens.

Ton dixième home concert s’est déroulé à Lille et c’est là que l’idée de ce projet à germé dans ta tête.thierry de cara,my little home tour,interview,mandor

Oui, le lendemain de ma prestation, je me balade dans la grande place de Lille. Des jeunes étudiantes avec une caméra sont venues me poser des questions, souvent saugrenues, voire même complètement barrées. J’ai répondu de manière décalée. Après leur départ, j’ai eu la certitude qu’il fallait que je fasse des choses avec la vidéo. J’ai pensé au concept d’Antoine de Maximy, J’irai dormir chez vous. De fil en aiguille, j’ai regardé sur internet et j’ai acheté le matériel adéquat immédiatement. Il y a eu pas mal d’investissement, mais je savais que le jeu en valait la chandelle. Quand on a une idée dans la vie, il faut foncer.

Ensuite, tu as bossé sur le visuel.

Tout est parti de là pour mon imaginaire. C’est la première fois de ma vie qu’une idée germe et éclot aussi rapidement. Je suis en ce moment dans une espèce d’énergie super positive. Je suis ravi de cette expérience.

Comment as-tu vécu ce premier épisode à Arras ?

C’était deux jours exceptionnels. Je ne pensais pas que ça allait être aussi bien. Il me tarde de repartir. C’est une aventure humaine extraordinaire.

Voici le premier épisode de The Little Home tour (tourné à Arras).

Comme tu es compositeur, évidemment, tu as composé toi-même le générique de The Little Home Tour.

C’est ça qui me plait dans ce projet et qui en fait sa force. Je tout fais moi-même, de A à Z. Tournage, montage, générique…. Le côté « home made » me plait vraiment.

Tu bosses seul, mais par contre, tu vois plein de gens.

J’arrive en solitaire dans les villes et je repars avec plein d’amis le lendemain. Que te dire à part que c’est merveilleux.

Tu ne vas pas échapper aux comparaisons avec Antoine de Maximy.

Je le sais bien, mais ça ne me gêne pas. Je l’aime beaucoup. À la base, j’arrive dans les villes. Je sors de ma voiture, je mets mes caméras, je commence à marcher et je vais où le vent me mène. Je rencontre des gens, je parle de mon projet, je leur montre mon premier album pour les rassurer sur le fait que je suis bien chanteur. À la différence d’Antoine de Maximy, mon but à moi, c’est de faire un concert chez les gens, pas de dormir chez eux. Même si ça m’arrive de le faire quand ils me le proposent, mais ce n’est pas le but.

thierry de cara,my little home tour,interview,mandor

La trame, c’est la musique, mais il se passe plein d’autres choses.

À Arras, par exemple, j’ai visité le beffroi à 80 mètres de hauteur et je suis allé dans les Boves (réseau de galeries s’étendant sous toute la ville qui a servi d’abri et de lieu de rassemblement aux troupes alliées, en 1917, dans l’attente d’une offensive décisive : "la Bataille d’Arras") pour visiter les souterrains. À partir du moment où j’ai trouvé l’endroit où je vais faire le concert le soir, j’ai le temps de visiter la ville. Tout cela est filmé et est visible dans le premier épisode.

Au niveau du concert en lui-même, tu chantes combien de temps ?

Une heure, mais on en voit que quelques minutes par épisode. Dans celui d’Arras, on en entend juste une en quasi intégralité.

thierry de cara,my little home tour,interview,mandor

A l'agence, il y a des gens mystérieux...

En profites-tu pour vendre tes deux albums ?

Ça m’arrive, mais ce n’est l’endroit pour cela. Si des personnes présentes m’en réclament, évidemment, je leur en vends. Pour moi, c’est déjà un cadeau que les gens m’ouvrent leur porte. C’est énorme d’ouvrir sa porte à quelqu’un, de trouver du public et de se mouiller pour remplir son salon en une après-midi.

Comment se comporte le public présent ?

Ça dépend des soirs. À Arras et à Lille, par exemple, le public était complètement différent. Ils n’avaient pas le même âge et venaient d’univers qui n’avaient rien à voir. Des jeunes ne réagissent pas de la même façon que des cinquantenaires. Ce que je relève, c’est qu’ils sont tous surpris quand je monte la scène. Les gens s’imaginent voir débouler un chanteur avec sa guitare acoustique et point barre. Il y a en fait une vraie scène, un kakemono de deux mètres avec le logo, des néons, un clavier, trois micros sur pied, une grande table de mixage, des guitares… ça devient rapidement une vraie salle de concert chez l’habitant.

1468913_10152402229973056_1848012859_o.jpg

Et quand tu joues, ça se passe comment ?

Ils sont toujours agréablement surpris parce que je donne autant d’énergie là que j’en donnerais dans une vraie salle.

Finis-tu par oublier que tu es dans un appartement ?

Oui. Mais tu sais, un concert dans un appartement est plus difficile que dans une vraie salle. Il faut savoir gérer cette proximité immédiate. Au début, les gens sont dans leur salon en train de me regarder avec curiosité et très vite tout le monde se détend. Ils finissent par oublier ce détail et moi aussi. J’aime que mes concerts soient un évènement où que je me produise. J’ai envie que le public vive un vrai moment, alors je donne tout, même s’il n’y a que huit personnes.

C’est un concept qui te ressemble ?

Oui. Je suis un garçon qui aime beaucoup le contact et parler. Se balader dans la rue, trouver des gens qui veuillent bien accueillir mes concerts chez eux, c’est un vrai challenge, mais ce n’est pas impossible. Je suis quelqu’un qui aime prendre des risques et qui me lance dans ce genre d’initiative sans crainte particulière. C’est vraiment un concept qui me colle à la peau.

thierry de cara,my little home tour,interview,mandor

Pendant l'interview.

Tu as eu pas mal de presse alors que personne n’a encore vu le résultat. Tu l’expliques comment ?

Je ne l’explique pas. Ça arrive peu de fois dans une vie de sentir qu’un projet est le bon. Ça me permet de rester cool et de ne pas paniquer. Depuis que j’ai commencé les tournages, je reprends confiance en l’humain. Je sais que je vais continuer à rencontrer des gens incroyables et qu’il va se passer encore des choses dingues.

Crois-tu en ta bonne étoile ?

Tu veux dire, si je crois que quelque chose me protège et veille sur moi pour m’emmener au bon endroit ?

Par exemple.

Je crois surtout en ma passion pour ce métier. Il faut être obsessionnel pour être un artiste. Ce métier, c’est toute ma vie, toutes mes pensées, depuis toujours.

DSC08587.JPG

Avec Thierry de Cara, le 3 décembre 2013, après l'interview.

Les commentaires sont fermés.