Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Hervé Le Corre : interview du Prix Landerneau Polar 2014 | Page d'accueil | Fabien Martin : interview pour l'EP Littoral »

08 juin 2014

Stéphanie Hochet : interview pour Eloge du chat

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor

Toulouse, le chat de l'auteure Carole Zalberg. Le livre est dédié à ce regretté matou.

J’ai déjà dit par deux fois, ici, tout le bien que je pensais de l’œuvre de Stéphanie Hochet. Jestéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor l’ai reçu pour Les éphémérides et pour Sang d’encre. Je ne vais donc pas répéter qu’elle est l’une des plus brillantes, insolentes et incisives plume de la littérature française.

Stéphanie Hochet revient avec un essai, un éloge sans concession sur les chats. J’ai commencé ce livre avec appréhension tant l’intérêt du sujet ne me sautait pas aux yeux. Et puis, je me suis fait piéger. Une nouvelle fois. Happé par le style, le ton et le propos. Elle a réussi à me fasciner sur ce petit animal que j’ai toujours su éviter tant je suis allergique à lui. Un exploit !

Le 24 avril dernier Stéphanie Hochet est venue une nouvelle fois à l’agence pour évoquer cet essai superbement écrit et passionnant.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorMot de l’éditeur :

Stéphanie Hochet quitte exceptionnellement le genre du roman pour nous raconter, dans un essai tout littéraire, comment le chat, animal jugé cruel, sournois et hautain est devenu l’un de nos préférés. Véritable dieu pour les Égyptiens, qui lui donnèrent les traits de la déesse de la virginité, Bastet, aussi dangereuse que protectrice, le chat a vu son image évoluer au fil des siècles. En particulier en Occident, où il est passé du statut d’ami des sorcières, banni de la société, à l’utile chasseur de souris, pour finir en potentat domestique, adulé et sublimé dans de nombreuses œuvres d’art. Animal flexible, qui a compris que la souplesse et la ruse étaient plus efficaces que la force, le chat a une position unique : mi-sauvage, mi-domestique, il profite autant de sa liberté naturelle que du confort de nos habitations modernes… À la fois indépendantet séducteur, sauvage et affectueux, le chat est paradoxal,tout comme le rapport que nous entretenonsavec lui. Ne symbolise-t-il pas autant la sensualitéque la mort – Éros et Thanatos –, suscitant ainsiun comportement toujours excessif, que ce soitl’opprobre ou l’idolâtrie ?

Mot de l’auteure : stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor

« Je voudrais vous parler d’un personnage omniprésent dans la littérature. Un personnage discret et remarquable, connu de tous et mystérieux; arriviste peut-être, il sait aussi séduire et fasciner. Le chat est ce personnage aux formes multiples, infiniment flexible.

Comment se douter qu’un être si petit, si familier, avait investi les listes des dramatis personae?

Son animalité, les masques variés avec lesquels il se déplace dans les œuvres ne le rendent pas moins prépondérant dans les romans que dans la poésie ou le cinéma.

Prépondérant, mais si délicat à cerner qu’il me fallait en faire un livre. Je n’étais pas au bout de mes découvertes. Se pouvait-il, pour paraphraser Rilke, que je prétendisse connaître les chats avant d’avoir écrit sur eux ?  »

L’auteure :

Stéphanie Hochet est née en 1975. Elle est l’auteure de neuf romans, dont Combat de l’amour et de la faim (Fayard, Prix Lilas 2009), La Distribution des lumières (Flammarion, Prix Thyde Monnier de la SGDL 2010) et Sang d’encre (Editions des Busclats, 2013). Éloge du chat est son premier essai.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorInterview :

L’éloge du chat est ton premier essai. Pourquoi t’es-tu lancée dans cette aventure littéraire ?

Je suis une exploratrice. J’aime découvrir des domaines variés en littérature et "prendre des risques". Prendre des risques littéraires, c’est envisager différentes formes de romans, mais également partir vers des genres qui ne sont plus le roman. Par ailleurs, l’éloge est un genre littéraire qui remonte à l’antiquité, avec ses codes et ses exemples prestigieux (je pense à Lucien de Samosate ou Erasme) c'est un exercice d'admiration exigeant, particulier. On essaie d'être à la hauteur...

Il ne faut pas confondre éloge et hagiographie, si j’en juge ton essai.

Tu as raison. D’entrée de jeu, dans l’avant-propos, j’ai récapitulé un ensemble d’à priori plutôt négatif, en tout cas, une somme de clichés sur le chat, de manière à développer peu à peu les qualités de cet animal. Je ne voulais pas aboutir à une hagiographie, mais je souhaitais que l’on parte de tous ces lieux communs pour arriver vers une démonstration de sa divinité, ce qui n’est déjà pas mal (rires).

On n’écrit pas de la même façon un roman et un essai. Est-ce que ça a été compliqué pour toi de trouver le bon ton ?

En amont, il faut beaucoup travailler quand on commence un essai littéraire. J’ai lu et relu une somme considérable d’ouvrages, notamment des romans où il était question des chats. Le ton est venu naturellement parce que c’est le mien et c’est aussi ce que le chat m’inspire. J’ai bien cerné que le chat était l’animal que l’on avait mille fois décrit et je ne voulais pas du tout en faire quelque chose de mièvre. Je voulais lui rendre sa magnificence. Je souhaitais aussi que mon écriture soit joueuse, comme peut l’être un chat. Je n’ai pas eu à me forcer parce que mon style est déjà comme ça, un peu ironique…

Le chat te ressemble ?

De plus en plus de gens me disent que je ressemble aux chats.

A la fois indépendant et séducteur, sauvage et affectueux, le chat est paradoxal… tu es stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorcomme ça ?

Quand tu me dis tout ça, je me reconnais pas mal. L’indépendance, par exemple, ça me concerne totalement. Je ne supporte pas d’être agrippée à quelque chose ou à quelqu’un ou que l’on m’enferme, même de façon métaphorique. La meilleure façon de me faire fuir, c’est de vouloir m’enfermer. Après, je ne me crois pas cruelle, sauf peut-être dans mon écriture.

Le chat aime le confort que lui offre sa vie près de l’humain, mais reste jaloux de sa liberté. Ça peut expliquer que cet animal nous fascine ?

Le chat est une projection de notre idéal. Les auteurs ont beaucoup parlé du chat, car il est une métaphore de l’artiste : indépendant, mystérieux, énigmatique. On ne refrène pas la liberté d’un chat et, en même temps, il reste un animal lié à nous. Il a besoin d’amour, d’affection et de choses matérielles, comme la nourriture et un certain confort.

Le poète TS Eliot, Maupassant, l’écrivain japonais Natsume Sôseki (et son livre Je suis un chat), Le Chat botté de Charles Perrault, Balzac dans les Peines de cœur d’une chatte anglaise, Baudelaire, Colette, Marcel Aymé et Les Contes du chat perché, Pascal Quignard, Amélie Nothomb dans Le Fait du prince et bien d’autres auteurs font la part belle aux chats. Sais-tu pourquoi ?

Parce qu’ils se reconnaissent en lui, j’imagine. L’image du chat a beaucoup hanté la littérature et cela depuis longtemps. Ce qui est intéressant à savoir, c’est que le chat est arrivé dans le pays qui a inventé l’écriture, l’Égypte. Au moment où on invente l’écriture, le chat apparait. Ce n’est pas un hasard, je pense. C’est mystérieux, en tout cas. Le chat a traversé la littérature comme aucun autre animal.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorIl y a eu beaucoup de livres sur les chats. En quoi ton essai apporte-t-il quelque chose de nouveau sur la question ?

Il y a eu beaucoup de livres sur les chats, certes, mais ce sont des livres sur « Comment nourrir son chaton », sur une expérience personnelle avec son chat, mais je n’ai jamais lu d’essai sur ce sujet. Mon livre, j’ai voulu que ce soit un exercice de plaisir littéraire, que ce soit même une jubilation littéraire pour les lecteurs, ainsi qu’une rencontre avec la littérature et les grands écrivains. (Amusée). Il n’en reste pas moins que la démonstration que le chat est Dieu, il n’y a que moi qui l’aie faite.

Est-ce qu’en écrivant cet essai tu as plus souffert que quand tu écris tes romans ?

Ce n’est pas une question de souffrance. Ce n’est juste pas le même exercice. C’est comme comparer la course de fond et le sprint. C’est simplement beaucoup de travail. D’ailleurs, le terme de travail, je l’utilise beaucoup moins quand j’écris un roman. Moi qui milite pour la professionnalisation du métier d’écrivain, pour autant, il y a une étrangeté à appeler ça « travail ». Il y a une telle liberté, de telles possibilités, un tel rapport à soi et une telle immersion en soi-même que ce terme me parait bien étrange… ça vaut pour tous les métiers artistiques, je crois. Je trouve que le terme travail est beaucoup plus justifié pour l’essai. Je m’appuie sur des textes, c’est une autre forme de rigueur. Pour répondre à ta question précisément, je n’ai pas souffert, car  le sujet est jubilatoire et me convenait parfaitement.

Avais-tu une fascination toi-même pour cet animal ?

J’ai toujours vécu avec des chats. Il y a sept ans, mon chat absolu est mort. Je n’ai pas pu le remplacer, donc aujourd’hui, je n’en ai plus. J’ai de l’admiration pour les chats. Ce que j’aime chez eux, c’est qu’ils nous mettent face à nos frustrations, un peu comme les autres êtres humains. J’ai toujours été une pessimiste, j’ai l’impression que l’autre être humain nous met face à nos frustrations. Chez moi, les moments de complétude avec l’autre sont rares. Le chat n’accepte pas tout de suite la caresse, c’est lui qui décide. Il y a un moment de séduction entre lui et toi. C’est comme une espèce de dialogue amoureux. Parfois, il refuse. Il te dit non. Il s’agace. Il te donne un coup de griffe. Je ne suis pas gâteuse du chat, je le respecte vraiment. C’est un animal exceptionnel.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor

Après l'interview, le 24 avril 2014.

Les commentaires sont fermés.