Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Marcel et son Orchestre : pourquoi le groupe s'arrête! | Page d'accueil | Laurent Balandras : interview pour L'intégrale Nougaro-l'histoire de toutes ses chansons »

01 juin 2014

David Carreira : interview pour son début de carrière en France

david carreira,interview

Il y a quelques mois, j’ai rencontré un jeune artiste, superstar au Portugal. La maison de disque française de l’artiste (Warner) m’a incité à le rencontrer en me disant qu’elle misait beaucoup sur lui. Curieux, je suis allé voir sur Internet de qui il s’agissait. Effectivement, David Carreira semblait mettre le public (pas mal féminin, d’ailleurs) en transe, dans son pays. Affirmer que ce qu’il joue et chante est ma tasse de thé serait prendre les habitués de ce blog pour des pignoufes. Il n’en reste pas moins que je m’évertue à ne pas porter d’œillères et à m’intéresser aussi, parfois (mais à dose homéopathique), à des artistes calibrés pour des gens plus jeunes que moi aux goûts peu similaires aux miens. Ici, j’ai déjà ouvert la porte à Tal, Keen V, M Pokora et autres Maître Gims et je n’en suis pas mort.

David Carreira m’a donc reçu dans un grand hôtel parisien. Un jeune artiste souriant, simple, chaleureux, voire drôle parfois (juste un peu trop beau) avec lequel il a été très agréable de converser…

Biographie officielle (Copyright 2014 Music Story François Alvarez) :david carreira,interview

David Carreira est né le 30 juillet 1991 à Dourdan. Il est le fils du chanteur Tony Carreira et le frère de Mickael Carreira, lui aussi artiste. David Carreira se dirige d'abord vers le football et joue dans les catégories de jeunes du Sporting Clube du Portugal. Une blessure lui ferme définitivement la porte du football en 2002. David Carreira s'essaye ensuite avec succès au mannequinat en 2008.

Finalement, le virus familial de la musique le rattrape et David Carreira fait sensation au Portugal en 2011 avec l'album N. 1. Son style actuel de pop Latino mâtinée de dance et de R&B remporte les suffrages et le propulse à la première place des ventes locales avec comme tube le single « Esta noite » avec J-Mi Sissoko. Pour David Carreira, les frontières du Portugal sont bien étriquées et il démontre sa volonté d'internationalisation en invitant Snoop Dogg sur A Força Está em Nós en novembre 2013. Le succès est à nouveau important avec une deuxième place au top lusitanien. C'est avec le rappeur français Dry que David Carreira fait équipe en décembre 2013 pour son premier tube en France avec la chanson « Obrigado la famille ». Il vient de sortir un nouveau titre/clip, « Boom ».

david carreira,interview

david carreira,interviewInterview :

Tu es né à Dourdan, en France et tu es resté quelques années ici jusqu’à l’âge de 10 ans. Pourquoi es-tu reparti dans ton pays ensuite

On est reparti au Portugal à cette époque parce que mon père a commencé à avoir beaucoup de succès là-bas. Au départ, il a commencé à chanter ici, pour les petites communautés portugaises en France, puis l’un de ses titres a fait un carton au Portugal. Les gens voulaient le voir sur place. Il a décidé de revenir dans son pays avec toute sa famille.

Et le fait de revenir en France de temps en temps, ça te fait du bien ?

C’est un peu comme revenir aux origines. Je reviens en France pour produire mes albums portugais. Je suis très attiré par la culture musicale française. Le rap français, la variété et la pop française me touchent beaucoup. J’ai produit le premier album en France avec Tefa.

Mais c’est quoi ta culture de base ?

Je suis très pop française et très rap comme Mc Solaar, Doc Gynéco, Mafia K’1 fry.

Tu me cites des gens qui sont balèzes au niveau de l’écriture. Tu écris toi-même ?

Je suis toujours très actif dans le choix de ce dont je veux parler. Sur mon premier album portugais, j’ai écrit un petit peu, sur le deuxième, beaucoup plus, et sur celui qui va sortir en français, j’essaie d’être présent sur l’écriture de presque tous les titres. Tunisiano m’a donné un sacré coup de main.

Ton premier album portugais est sorti en 2011 et il a bien marché.

J’ai été surpris, car, à la base, je ne voulais pas être chanteur. Je souhaitais devenir comédien. J’ai d’ailleurs tourné dans deux séries au Portugal. Dans la première, il fallait que je chante aussi. J’ai commencé à aimer la musique et à écrire quelques petites chansons grâce à cette aventure télévisuelle. J’étais dans un état d’esprit d’amusement, donc je n’étais pas prêt à tout ce qu’il s’est passé musicalement pour moi. Tout est allé si vite…

Le deuxième album portugais, sorti l’année dernière, avec les participations de Snoop Dogg, Boss AC, Anselmo Ralph, Diana Chaves et la chanteuse française Léa Castel, s’est bien vendu aussi. Snoop Dogg, mazette !

Oui, c’était comme un rêve de môme. Le premier album que j’ai acheté dans ma vie était un album à lui. J’aime bien tout ce qui est symbolique.

A Força Está em Nós (feat. Snoop Dogg)

Sur ton album français, il y aura des featuring internationaux et d’artistes d’ici.

Quand je fais un featuring, c’est principalement pour le plaisir. Dans mon disque français, il y en aura avec des gens très peu connus, mais dont j’aime la sensibilité artistique, dont j’apprécie le travail et qui me permettent d’évoluer. Les featurings, c’est aussi l’idée de partager. Je mets beaucoup de gens dans mon album, des producteurs et des compositeurs, alors que je pourrais plus ou moins tout faire. Je pense qu’en travaillant avec beaucoup de monde, on enrichit ses chansons. J’aime m’entourer de talents et partager nos savoir-faire.

Le marché du disque portugais et le français sont deux marchés complètement différents. Pourquoi aimes-tu passer de l’un à l’autre ?

Parce que je ne fais pas la même chose. Au Portugal, je suis plus hip-hop, funk, soul. Ici, je me lance dans quelque chose de plus punchy, urbain, mais aussi un peu variété. Dans les deux cas, c’est de la pop urbaine, mais vue sous deux angles différents.

Passer du Portugal à la France en permanence, tu le vis comment ?

C’est deux fois plus de travail, mais c’est aussi deux fois plus de fun.

Nouveau clip portugais : ABC (featuring BOSS AC)

L’idée de faire carrière en France te taraudait ?

Oui, mais je ne pensais pas que cela pouvait arriver. Cette aventure dans la musique est récente. Je ne chante que depuis quatre ans. Je tiens à te préciser que je ne vois pas la musique du côté commercial. Je ne veux pas spécialement faire ce que les gens veulent écouter à tout prix. Je veux faire ce que j’aime et peut-être qu’il y aura des gens qui vont apprécier le fruit de mon travail.

Tu ne fais pas de la variété pure, bien que tu aimes beaucoup ce style.

J’aime les Obispo, Goldman et Dion, par exemple, mais je ne fais pas ce genre-là. Peut-être que ma musique est légèrement imprégnée aussi de variété, parce que j’écoute un peu de tout et que j’essaie d’aller chercher dans chaque genre ce qui me plait. Ça devient mon style, mon univers.

Le nouveau clip français de David Carreira, "Boom".

Écrire de beaux textes sur de la musique pop urbaine en France, peu d’artistes y parviennent, je trouve. Relèves-tu le défi ?

Je vais essayer de changer ça alors. Pour moi, la musique pop urbaine doit avoir aussi de beaux textes. Depuis tout petit, je suis très rap littéraire. Je reviens à MC Solaar et Doc Gynéco. Ces gens-là écrivaient de vrais et magnifiques textes. À mon humble avis, je pense que, petit à petit, dans la musique urbaine en France, on avait perdu l’importance du texte. Mais, je trouve aussi que c’est en train de revenir. Dans ce pays, plus que n’importe où, les gens sont très attachés au propos et aux textes et je trouve ça bien. Je t’assure que je fais très attention aux textes. Je lance un appel… Un de mes souhaits serait de faire un duo avec MC Solaar.

david carreira,interviewParlons de ta famille. Outre ton père Tony, super star portugaise,  il y a aussi ton frère Mickaël qui chante et qui est également très populaire.  Ce sont eux qui t’ont donné envie de chanter ?

Non, je t’assure que ce n’est pas ma famille. Par esprit de contradiction, j’ai toujours voulu me démarquer et faire autre chose. Je voulais être joueur de foot. J’ai été en formation dans un club portugais de première division, le Sporting Clube de Portugal, le club où Cristiano Ronaldo a commencé. Bon, j’ai arrêté parce que je me suis blessé et, il faut être honnête, je ne jouais pas assez bien. Du coup, je suis devenu comédien dans des séries portugaises. Et grâce à l’une d’elles qui se passait dans le milieu de la musique, je me suis laissé prendre au jeu.

Mais, je reviens sur les membres de ta famille qui chantent. Malgré tout, tu as vécu dans cet environnement musical intense, ça t’a forcément influencé.

Oui, peut-être…

Il y a de la concurrence aujourd’hui entre ton père et ses deux fils ?

Oui, mais cette concurrence nous amuse.  On en rigole. Il est fréquent que lorsqu’un de nous sort un nouveau disque, il détrône l’autre. On est tous numéro un à chaque fois. On a tous les trois des styles différents, mais on se donne nos opinions entre nous et on essaie de s’aider. Il y a beaucoup de solidarité.

david carreira,interview

(Pendant l'entretien. Photo prise par l'attaché de presse.)

Vous retrouvez-vous parfois tous les trois dans le top portugais ?

Oui, c’est déjà arrivé. C’est un cas unique, je crois, même dans le monde. Trois membres de la même famille qui cartonnent musicalement dans leur pays en faisant, en plus, une musique différente.

Ton père est-il fier de toi ?

J’espère. Enfin, oui, parce qu’il me le dit. Moi, je suis plus timide pour dire ce que je pense à ceux que j’aime. Il attend avec impatience l’album français.

Tu as 22 ans, tu vis ta popularité de manière très classe, je trouve. Comment fait-on pour ne pas péter un câble ?

Il faut être bien entouré. Et ma famille m’a appris à rester humble et lucide sur ce métier. Je sais ce qu’il faut faire et ne pas faire. Rien ne dure toujours… pour le moment, je travaille et je m’amuse, c’est aussi simple que cela.

david carreira,interview

Après l'interview, le 5 décembre 2013.

Commentaires

Bonjour, la famille carreira !je suis AUGUSTO Thierry et je travaille chez jitrois et je connais très bien Tony Carreira et j'ai éguaré ces coordonnée de tony et josé et je vais organisée une grande soirée le samedi 27 juin 2015 a 18h au 5 bis place de L'Adjudant Vincenot 75020 PARIS interphone AUGUSTO et 100% fiesta et danser jusqu'au bout de la nuit avant les vaccances été pour tous renseignement et confirmer au 06 95 04 03 09

Merci de votre compréhension , MR AUGUSTO THIERRY

Écrit par : AUGUSTO | 03 mai 2015

Les commentaires sont fermés.