Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Arthur H : Interview pour L'or d'Eros | Page d'accueil | Marcel et son Orchestre : pourquoi le groupe s'arrête! »

27 mai 2014

Cantinero : interview pour la sortie de leur premier EP

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton homme

Un jour, j’ai reçu un single d’un groupe inconnu (de moi en tout cas), Cantinero, « La roue tourne ». La radio et la télé jouent ce premier titre régulièrement, mais je ne suis jamais chaud pour recevoir un artiste dont je n’ai écouté qu’un morceau. Comme j’ai beaucoup aimé ce titre, je me suis laissé influencer par leur attaché de presse, le redoutable Pierre-Henri Janiec (oui, j’aime citer les attachés de presse.) Leur premier album est prévu pour l’automne 2014, mais leur premier EP sort le 9 juin 2014.

Le 26 février dernier, Karim et Brice sont venus se présenter à l’agence.

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton hommeBiographie officielle (un peu raccourcie) :

C'est dans la moiteur des salles de boxe et sur les champs de battle de la scène hip hop que Karim Ebel (chant, textes), a appris l'art de l'esquive et de la remise qui fait mouche.
Sa rencontre avec Brice Chandler (composition, guitares) va donner naissance à Cantinero.

L’histoire du groupe a débuté comme dans un bon Sergio Leone, sous un ciel sans nuage.
Les deux gringos ont longtemps chevauché, depuis leur base dans le désert de l’Est parisien, à la recherche d’une nouvelle frontière musicale où le folk, la country et le rock indé défient en duel la musique du Mexique.

Repéré et produit par David Salsedo (Silmarils, Superbus, Run Fast Records), et signé sur le label Jo &Co, Cantinero mélange poésie urbaine et ambiances cinématiques, où l'on traverse villes fantômes, western moderne, suivant le road trip d'un homme désabusé.

Le tout servi par une voix grave et chaude, reconnaissable entre mille, qui n'est pas sans rappeler la profondeur d'un Everlast et qui deviendra sans doute le signe distinctif de Cantinero dans les années à venir.

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton homme

Interview :

Vous venez chacun d’un univers différent. Tu viens d’où Karim ?

Karim : J’ai fait du rap avant de connaître Brice, notamment dans un groupe qui s’appelle Neochrome. C’était un groupe du genre Les sages poètes de la rue. Ce n’était pas revendicatif, mais nous faisions très attention aux textes. Je suis allé vers le rap parce que c’était plus simple pour moi. À la base, je ne suis pas musicien.

Et toi, Brice?

Brice : Je viens du folk. Mais j’ai fait beaucoup de musique classique. Sur certains de nos titres, ça s’entend un tout petit peu.

L’idée de vous allier est venue comment ?

Brice : Nous avions des amis communs qui faisaient de la musique. À force de discuter « son » ensemble, on nous a conseillé de nous rencontrer, comme ça, tout à fait naturellement.

Karim : Nous nous sommes tout de suite bien entendus. On  s’est vu un an avant de travailler ensemble. On écoutait plein de musique ensemble.

Et un jour, vous avez décidé de monter un projet sérieux ?

Karim : C’est arrivé comme ça. On a fait une chanson, Sad Mariachi, un morceau assez épique avec des trompettes mexicaines. Et ça nous a donné envie d’aller plus loin.

Venir de deux univers différents permet des échanges fructueux ?

Brice : Oui, c’est très intéressant. Parfois, on fait aussi quelques concessions.

Karim : Brice prodigue de bons conseils. Quand je lui propose un texte, il me donne toujours son avis. J’écris l’intégralité des paroles, mais si Brice n’est pas d’accord, on ne le fait pas. Pareil pour la musique. Si je ne sens pas un truc, on l’arrête tout de suite.

Comment vous vivez ce projet ? J’ai l’impression que vous êtes zen…

Karim : C’est tout à fait ça. Enfin du stress, il nous arrive d’en avoir. Là, on est bien reçu, c’est pour ça que l’on te parait à l’aise.

Brice : On fait nos chansons et on essaie de se faire plaisir.

Clip officiel de "La roue tourne".

Votre premier single « La roue tourne » commence à bien fonctionner. On l’entend pas mal en radio et on voit le clip à la télé. Comment vit-on un début de carrière ?

Brice : Avec plein d’espoir. Nous sommes contents que notre musique arrive aux oreilles d’un plus large public.

Karim : C’est vrai que de s’entendre à la radio, c’est très bizarre.

Brice : J’imagine que ça l’est plus pour toi parce que c’est ta voix qu’on entend.

Le clip de « La roue tourne » à été conçu en Californie.

Karim : On a eu beaucoup de chance. Brice connaissait bien la région, moi, je l’ai découverte. Pour un premier clip, tourner dans le désert, c’était une sacrée chance.

Nous vous découvrons, mais quelle va être la suite de vos aventures ?

Brice : On veut jouer le plus possible. Ce n’est pas facile de trouver des dates. Nous n’avons pas encore de tourneur. On ne veut pas aller trop vite. Nous voulons faire des petites scènes pour débuter. Des endroits intimistes pour apprendre à sentir les gens. Nous ne sommes pas contre les premières parties d’artistes.

Nouveau single (sorti aujourd'hui), "Je suis ton homme".

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton hommeIl y a dans votre musique des influences « americana ».

Karim : Il y aura dans notre album, des titres à la Tom Waits, des morceaux un peu épiques à la Morricone. Il y a aura aussi un peu de rocks. On n’a pas de cahier des charges. Nous allons toujours là où l’inspiration nous porte.

Tes textes parleront de quoi Karim ?

Karim : En tant qu’ancien rappeur, je n’ai pas pu m’empêcher de faire de l’ego trip. Il y aura des chansons sur le temps qui passe. J’aime bien les gens comme Everlast ou Johnny Cash. Ils viennent de la rue et ont des trucs à dire. J’ai du mal à écrire des textes joyeux. C’est toujours un peu désabusé.

Brice : « La roue tourne », on a l’impression que c’est notre chanson la plus positive de l’album, bien qu’elle soit finalement assez mélancolique.

Ce que tu écris est-il au premier degré ?

Karim : Non, j’utilise beaucoup la métaphore. Je regarde énormément de DVD, c’est donc souvent le ciné qui me donne envie d’écrire et qui m’influence beaucoup. Je prends l’écriture très au sérieux. Je ne me sentirais pas de chanter des textes qui n’ont pas vraiment de sens.

Cover de la chanson des Brigitte, "Battez-vous".

Quand on forme un duo, veut-on impressionner l’autre ?

Karim : Bien sûr. Si je sens un doute sur un texte venant de Brice, ça me blesse un peu. Mon amour propre est touché.

Brice : Moi pareil, quand Karim n’aime pas une de mes compos, il y a 24 heures de « bouderie ». Et puis après on finit toujours par comprendre et constater que l’autre a raison.

Karim : On essaie mutuellement de tirer l’autre vers le haut.

Vous avez été repérés par David Salsedo, d’ailleurs l’ambiance générale de vos chansons n’est pas aux antipodes de son univers.

Karim : Il a découvert Cantinero par MySpace, il y a quelques années. Il est venu nous voir plusieurs fois en concert au Réservoir. Il nous a proposé une première partie au Nouveau Casino à l’époque de la sortie de son disque Wine & Pasta. Ensuite, on lui a fait écouter des maquettes, puis des morceaux plus aboutis. Il a fini par nous proposer de produire le disque. Ça s’est fait vraiment par étape et il s’est beaucoup investi. Ce grand artiste est une référence majeure pour moi.

Vous vous retrouvez sur certains artistes français ?

Brice : Je crois qu’on a en commun Thomas Fersen. Ce que j’aime chez lui c’est qu’il ne te raconte jamais une histoire standard. L’instrumentation derrière part vraiment dans tous les sens. On se rejoint aussi sur MC Solaar et NTM.

Vous allez bientôt sortir un EP ?

Oui, le 9 juin prochain et un album à l’automne 2014.

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton homme

Le 26 février 2014, après l'interview...

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton homme

Les commentaires sont fermés.