Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Pascal Boniface : interview pour Géopolitique du sport | Page d'accueil | Gilles Paris : interview pour L'été des lucioles »

15 mai 2014

Olivier Py : interview à propos du Festival d'Avignon 2014

7111479-olivier-py-a-avignon-une-programmation-qui-decoiffe.jpg

(Photo: Bertrand Langlois/AFP)

La jeunesse, la pensée, la littérature, la poésie, la fête, des créateurs venus de 17  pays, dont beaucoup du sud : ce sont les grandes couleurs du prochain Festival d’Avignon, dont le nouveau directeur, Olivier Py a présenté la 68e édition, qui se déroulera du 4 au 27 juillet

Olivier Py est le directeur du Festival d'Avignon depuis septembre 2013, mais aussi auteur, metteur en scène et acteur. L’ancien directeur du Centre dramatique national d’Orléans de 1998 à 2007, puis de l’Odéon Théâtre de l’Europe de 2007 à 2012 est le premier artiste à la tête de cette manifestation culturelle mondialement réputée depuis Jean Vilar.

Il répond à mes questions sur notamment le renouvellement des artistes, les tarifs réduits pour les jeunes et la délocalisation proche.

Cette interview filmée a été réalisée le 21 mars dernier dans un bureau du Théâtre de la Ville de Paris.

Pour voir l’interview, dans son contexte, c’est ici !

py-tt-width-604-height-398.jpgC’est par un clin d’œil à Jean Vilar que débutera cette 68e édition le 4 juillet avec Le Prince de Hombourg de Kleist dans la mise en scène de Georgio Barberio Corsetti, dans la Cour d’honneur du Palais des Papes ; là aussi qu’elle se clôturera en musique avec Les Têtes raides le 27 juillet. On se réjouit d’y retrouver Claude Régy, Ivo Van Hove, Alain Platel ou Emma Dante et l’on est curieux d’y découvrir des artistes venus du Chili, du Brésil, de Grèce ou des mondes arabes, à travers le programme musical Cinq chants. Fidèle à ses passions, Olivier Py accorde une large place à la poésie, à la littérature et à un axe Nord-Sud pour interroger le politique, l’intime et la place de l’art et de l’artiste.

Enfin, les Ateliers de la pensée se dérouleront chaque jour de 10 h du matin jusqu’à la nuit dans un nouveau lieu, la cour de la Faculté des sciences, et l’on verra s’y succéder des rencontres, débats et conférences. Tout simplement parce que “la pensée est un programme en soi”…

Le programme complet est à voir ici.

DSC09051.JPG

Après l'interview, le 21 mars 2014.

Les commentaires sont fermés.