Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Patrick Fiori : interview pour ses 20 ans de carrière et l'album Choisir | Page d'accueil | Romain Lateltin (et un peu Théophile Ardy) : interview pour Pas de chichi entre nous »

09 mai 2014

Miossec : interview pour l'album Ici-bas, ici même

miossec,ici-bas,ici même,interview,mandor

Miossec, je suis très amateur. Nous sommes nombreux dans ce cas. C’est ma deuxième mandorisation du monsieur. C’est dans le même hôtel que la maison de disque me donne rendez-vous, le 11 mars dernier. Toujours aussi souriant, disponible et sincère. C’est un vrai plaisir d’interviewer cet artiste-là.

Avant de lire l’entretien, je vous propose ma chronique de son nouvel album, Ici-bas, ici-même, publié dans Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc (daté du mois d’avril 2014).

miossec,ici-bas,ici même,interview,mandor

miossec,ici-bas,ici même,interview,mandorInterview:

L’année prochaine, vous allez fêter vos vingt ans de carrière. Avez-vous vu le temps passer ?

Non, ça passe à une allure extraordinaire, c’est dingue. Malheureusement, plus tu vieillis, plus ça s’accélère. On a tous un temps imparti, c’est la règle du jeu et je l’accepte.

Êtes-vous inquiet du succès ou non d’un album ?

Ça dépend de la situation dans laquelle on est. Si financièrement on dépend de cet album, il en découle votre vie entière. Si le disque se retrouve rejeté et que personne n’en veut, il faut changer de métier. Je connais plein d'artistes qui vivent ce cas de figure et là, c’est terrible. Pour le moment, moi, j’ai la chance de pouvoir concevoir un disque sans penser au succès commercial et aux radios.

Ici-bas, Ici même est une phrase tirée de la chanson Qui nous aime. Pourquoi l’avoir choisie comme titre de l’album ?

Pour souligner que ce disque est quelque chose de profondément athée et qu’il n’y a absolument rien de spirituel dans ces propos. Il n’y a pas à chercher Dieu, ni le paradis, encore moins le pardon.

Vous avez conçu cet album à trois, avec Albin de la Simone et Jean-Baptiste Brunhes. Étiez-vous le chef de la bande ?

On était tous les trois les chefs de la bande, sans distinction. On avait la possibilité d’intervenir dans le domaine de l’autre. Nous nous sommes bien emmêlés. Rien n’était hiérarchisé et chaque parole entre nous avait son importance.

Vous avez travaillé tous les trois dans l’humanité la plus totale.

Je suis à la recherche de ça dans mon métier de musicien. Quand on m’a proposé de travailler avec Albin, je ne voyais pas ce qu’il pouvait m’apporter. Nous n’avions pas les mêmes goûts musicaux, à priori, mais finalement, on s’est rendu compte que si. Le jazz et la musique black des années 70 par exemple nous ont rapprochés. Quelque chose entre nous est passé.

Clip de "On vient à peine de commencer".

Tout le monde s’accorde à dire qu’Ici-bas, ici même rappelle vos premiers albums.miossec,ici-bas,ici même,interview,mandor Êtes-vous d’accord ?

Je ne sais jamais quoi répondre à ce genre d’affirmation. J’avais juste envie de tout composer dans mon coin avec une guitare. Je souhaitais que tout se tienne debout. Je suis moins allé dans la virtuosité des choses. Je pense que la simplicité et l’épure permettent d’aller plus droit au cœur. J’avais mon cadre bien déterminé qui imposait l’interdiction de faire des couches, des arrangements superposés. On était peu nombreux à faire cet album, mais j’ai l’impression que tout le monde a donné tout son cœur et ses tripes. C’était beau à voir. La notion d’effort et de travail est très importante. Quand je vois Albin de la Simone travailler, je suis très impressionné. Et il est l’un des rares artistes à se mettre complètement au service de la personne pour laquelle il collabore.

Cet album a été conçu et réalisé très rapidement.

On a fait des stages de trois fois trois journées et trois nuits. Entre les différentes sessions, chacun a fait un chemin. Nous nous sommes aperçu que lorsque les choses se reposent, c’est idéal. A la base, on a procédé ainsi parce que l’agenda d’Albin était très chargé. Ce qui était au départ une contrainte s’est avéré un avantage. Cet artiste, au sens large du terme, est vraiment bluffant.

La chanson  Répondez par oui ou par non  a été coécrit par Sophie Calle et l’écrivain Grégoire Bouillier. Pourquoi cette collaboration ?

On avait travaillé ensemble sur cette chanson avec Sophie et finalement, j’ai trouvé que ce que j’avais écrit n’était pas bon. Parfois, ça me fait du bien de ne pas me retrouver en position d’auteur. Du coup, on devient uniquement musicien et interprète. C’est agréable.

Est-ce qu’au bout de neuf albums, on ne vient pas à bout de ce qu’on a envie de dire ?

Je ne me pose pas ce genre de question tant que l’inspiration est toujours là. D’ailleurs, j’aimerais bien savoir comment une chanson arrive. C’est un mystère…


Miossec - Nos morts en live dans le Grand... par rtl-fr

« Les touristes » et « Nos morts » parlent du même sujet. La mort…

J’ai 50 ans et je vois autour de mois des cancers partout. J’ai perdu dans l’année deux copains de 51 ans. Je suis marqué par ces disparitions.

Si on vous dit que vous avez du talent, vous dites quoi ?

A mon goût, je n’ai rien de suffisamment solide sur mes neuf disques. Je suis toujours en train de travailler dans le but de me prouver que je fais de la qualité. Mais, je ne parviens jamais à me satisfaire.

miossec,ici-bas,ici même,interview,mandor

Vous écrivez aussi pour Juliette Gréco, Melody Gardot, Johnny Hallyday ou Nolwenn Leroy, qui sont de formidables interprètes. Vous ne vous interdisez aucune collaboration ?

J’ai aussi travaillé avec Baptiste Trotignon sur son disque de jazz, Song, song, song. On n’est pas là pour s’emmerder. J’adore devoir me confronter à l’écriture quand je dois écrire pour quelqu’un d’autre. C’est une sorte d’obligation d’aller au combat et de devoir se battre avec mes propres armes : des registres de vocabulaire différents. Quand on écrit pour Gréco ou pour Hallyday, on n’utilise pas les mêmes dictionnaires. Il ne faut pas être raide et ne pas avoir un ego trop fort.

Vous habitez dans le Finistère, ça vous aide à ne pas donner trop d’importance à ce métier ?

En tout cas, je ne sais pas si c’est normal de rester chez soi à regarder l’océan (rires). C’était mon fantasme quand j’étais adolescent. Le fait que via la musique, j’arrive à être là sur cette falaise est ma plus grande réussite. Si je ne fais pas de bon boulot avec tout ça, c’est que, vraiment, je suis le roi des cons.

miossec,ici-bas,ici même,interview,mandor

Après l'interview, le 11 mars 2014.

Les commentaires sont fermés.