Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Radio Elvis : interview pour son premier EP | Page d'accueil | Pierrot panse : interview pour La chamade »

25 avril 2014

Daphné : interview pour l'album Fauve

daphné,fauve,interview,mandor

daphné,fauve,interview,mandorJ’ai rencontré pour la première fois Daphné dans un café parisien à l’occasion de la sortie de son premier disque L’émeraude, en 2005. Il en avait résulté une longue interview pour le journal des magasins Virgin. Deux ans plus tard, deuxième interview  (mandorisée, par la même occasion) pour évoquer l’album Carmin dans un salon de thé. Nous ne nous sommes plus jamais revus, jusqu’au 12 mars dernier. Je me suis cette fois-ci rendu dans les locaux de sa maison de disque, Naïve, pour évoquer la sortie de son quatrième album, Fauve. Comme à chaque fois, avant de commencer l’interview, elle m'a demandé des nouvelles de ma fille Stella. Et comme à chaque fois, ça m'a touché qu’après autant de temps, elle se souvienne d’elle. Et comme à chaque fois, je ne lui ai pas parlé de sa maladie orpheline… parce qu’on n’est pas là pour ça.

Biographie officielle (signée Sophie Delassein), coupée à la machette (la bio, pas l’auteure de la bio) :

Après L’émeraude, après Carmin, la lauréate du Prix Constantin sortait, Bleu Venise, où les hommes semblaient littéralement transpercés par les flèches décochées par Cupidon. Ces figures masculines énigmatiques, sensuelles, éprises, cruelles, peuplent depuis le début les chansons de Daphné.

Il y a eu aussi en 2012, Treize chansons de Barbara.

2014, Daphné inscrit ses nouvelles chansons aux teintes fauves, comme ces mélanges daphné,fauve,interview,mandorincandescents qui font apparaître une danse sur une toile de Matisse ou des arbres mouvants dans un tableau signé Maurice de Vlaminck. D’emblée, on retrouve ce grain si chaud dans son chant, qui s’enfonce dans les graves ou tutoie les aigus avec le même sentiment d’intimité, ce timbre reconnaissable entre tous, mélange de langueur assumée et d’exaltation retenue.

Voici donc quatorze nouvelles chansons signées Daphné, paroles et musique. Elles illustrent deux notions chères à l’artiste : la beauté et sa demi-sœur la liberté. Deux notions perceptibles dans les orchestrations, légères et savantes, fruit de discussions entre la chanteuse et David Hadjadj, de nouveau.

Daphné traite de la beauté et de la liberté, donc, et ces deux notions s’appliquent à l’amour. L’amour dans tous ses états. Et, quand elle retrouve Benjamin Biolay, celui-là même qui lui fit la courte échelle à ses débuts, c’est pour un duo, un dialogue entre deux enfants d’assassins qui le deviendront à leur tour, leur descendance aussi.

Ici tout est pensé, senti, inspiré. C’est Daphné.

daphné,fauve,interview,mandor

daphné,fauve,interview,mandorInterview :

Cinq albums, neuf ans de carrière. Trouvez-vous que le temps est vite passé ?

Que le temps passe vite, on le sait et on n’a pas le choix. Je ne dirais pas que c’est un combat perdu d’avance parce que ce n’est pas un combat. Je prends les choses comme elles viennent.

Si le temps qui passe n’est pas un combat, ce métier l’est-il ?

Oui. Il y a plein de choses sur lesquelles il faut vraiment se battre. Il faut aimer énormément chanter, faire des chansons, aller sur scène, pour faire ce métier aujourd’hui. À côté de ça, il y a beaucoup d’énergie dépensée pour ce métier, mais qui n’ont rien à voir avec le fait de chanter.

Quoi par exemple ?

Je suis quelqu’un qui n’aime pas subir les choses. Quand on est chanteuse dans une maison de disque, il y a un cadre bien défini, même si, personnellement, j’ai la chance qu’on me laisse faire ce que je veux artistiquement. Je ne veux pas rentrer dans les détails des coulisses, des contrats, des choses comme ça, mais il faut savoir que la musique est une industrie. Nous, artistes, on est vu comme un produit.

Clip de Flores Negras.

La musique, c’est une industrie qui provoque aussi du rêve à ceux qui écoutent les daphné,fauve,interview,mandorartistes.

Je ne sais pas si mon intention est de faire rêver les gens. C’est plus concret que ça. Mon intention est de les faire voyager. Avec des images, avec des sensations… Je suis moi-même embarquée par la musique et j’ai beaucoup d’images qui viennent à moi quand j’écoute des chansons que j’aime.

D’album en album, vous suivez votre chemin avec audace et cohérence.

C’est un plaisir de me positionner comme une chanteuse qui raconte des histoires ou des sensations. Je suis un fil qui me vient naturellement. Appeler  mes albums du nom d’une couleur, c’est un jeu. Je m’amuse. Mon parcours est ludique. Écrire des chansons est un plaisir. Je ne me dis pas : « je vais faire ça parce que c’est cohérent dans ma carrière », je le fais parce que j’en ai envie. Une chanson n’est pas du tout intellectuelle, c’est quelque chose de très spontané, même si je les travaille beaucoup les textes pour qu’elles sonnent naturellement. Pour moi, les chansons, ce sont comme des personnes. Elles ont leur indépendance et sont aussi totalement indisciplinées. Elles arrivent comme elles veulent et elles s’imposent. Quand on est chanteur, quand on écrit, il faut une capacité d’accueil. Il faut s’abandonner à ce que raconte une chanson.

Vous n’êtes pas maître de la situation quand une chanson arrive.

Si, parce que j’y prends beaucoup de plaisir. Un de mes plus grands plaisirs, c’est d’écrire des chansons, de jouer avec le son des mots, d’imaginer comment elles vont être habillées, notamment avec quels instruments. Pour moi, le plaisir de la création des chansons est le cœur de ce métier.

daphné,fauve,interview,mandorCet album s’appelle Fauve. Comme la couleur et aussi comme un animal sauvage. Êtes-vous quelqu’un de sauvage ?

Dans la chanson « Tout d’un animal », j’explique que je suis quelqu’un qui a besoin d’espace, de liberté et qui le revendique. J’ai une part sauvage en moi et je trouve qu’il est important de la préserver.

Est-ce facile de rester sauvage de nos jours ?

Ça, c’est un travail. Et je crois que le combat, finalement, il est là. Pour rester sauvage, il faut se battre.

Vous utilisez votre voix comme un instrument de musique… et chaque chanson à sa façon de l’utiliser.

C’est en fonction de l’émotion de la chanson. Prenons une chanson d’amour,  j’en ai fait beaucoup dans tous mes albums. Je ne me verrais pas chanter comme une dingue une déclaration d’amour. Pour moi, c’est l’intime, il y a une douceur. Pour des chansons qui évoquent la liberté, j’utilise ma voix de manière plus frondeuse. Je n’ai jamais considéré le chant comme une démonstration. Tous les gens qui me touchent dans la chanson ne sont jamais dans la démonstration. Pour moi, le chant n’est pas un exercice. La voix est là pour être au plus près possible de l’émotion. Je ne me dis jamais : « Tiens ! Je vais montrer que ma voix peut monter sur plusieurs octaves ! »

Votre album et la tournée d’un an où vous avez chanté des chansons de Barbara ont été loués par tous. Que retenez-vous de cette expérience ?

Outre les souvenirs que cette expérience musicale a engendrés, ça m’a donné encore plus d’assise dans ma liberté, parce que c’était une femme sans concession. C’est très important parce que sa façon d’être correspondait parfaitement à mon tempérament depuis que je suis toute petite.

Clip de "Où est la fantaisie".

daphné,fauve,interview,mandorDans « Où est la fantaisie », vous chantez le manque de fantaisie dans la vie. C’est important pour vous cette légèreté d’être?

Il faut arrêter de se faire des nœuds avec des choses qui ne sont pas si graves. Bien sûr, il y a parfois des choses dramatiques qui arrivent dans nos vies. Mais, même dans ces choses-là, on peut y trouver une forme de surréalisme, de l’absurdité, de l’humour. Moi, même quand il m’arrive des choses vraiment pas drôles, j’ai une capacité à rebondir. Ça rend la vie plus gaie. Je vois beaucoup de gens qui n’osent pas montrer leur fantaisie à cause du regard des autres. Beaucoup pensent que pour paraître intelligent, il faut être sérieux. Moi, je pense exactement le contraire. Plus on est en paix avec soi même, plus on peut raconter des bêtises, s’amuser et profiter de la vie. La fantaisie, c’est comme si c’était montrer une de ses failles.

Vous, vous n’avez jamais freiné votre fantaisie.

A chaque fois que j’ai fait un travail normal dans ma vie pour gagner ma vie avant d’être chanteuse, il fallait toujours que j’amène ma touche. Par exemple, j’ai travaillé un moment à la Samaritaine. J’ai refait toute la décoration de mon rayon. Du coup, j’ai été virée parce que ce n’est pas ce que l’on m’avait demandé. Quand je fais quelque chose, j’aime le faire selon mon ressenti. Je déplore le fait qu’on ne peut pas toujours suivre son cœur et ses élans.

Il y a un duo avec Benjamin Biolay, Ballade criminelle. Il a toujours été là, avec et pour vous.

Ça fait maintenant 10 ans que l’on s’est rencontré. Je lui avais donné une maquette et trois mois et demi après j’ai signé avec ma maison de disque de l’époque. Benjamin, c’est mon parrain, mon ange gardien. C’est un artiste que j’aime beaucoup, à qui je dois beaucoup. Et, en plus, nos voix s’accordent très simplement.


Daphné - Ballade Criminelle - La Fauve 2014 par MaudClifton

Les commentaires sont fermés.