Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Dyne : interview pour son EP "A la tombée des nues" | Page d'accueil | Kyo : interview pour la sortie de "L'équilibre" »

04 avril 2014

Jean-Christophe Rufin de l'Académie française: interview pour Le collier rouge

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie française

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie françaiseAnnée du centenaire de la Première Guerre mondiale oblige, c’est avec un roman sur l’après-guerre que Jean-Christophe Rufin fait son retour.Un jour, un ancien poilu anarchiste et antimilitariste décide de décorer son chien de sa médaille militaire. En 1919, cet acte est considéré comme un signe de rébellion. Dans Le collier rouge, l’Académicien Jean-Christophe Rufin met en lumière trois destins qui se croisent : celui d’un ancien héros de la guerre (notre poilu anarchiste), retenu prisonnier au fond d’une caserne, celui de son chien, posté devant la porte, qui aboie jour et nuit, et celui d’une femme qui attend et espère, non loin de là. Ce livre aussi réjouissant qu’émouvant interroge sur la loyauté et la fidélité.

Le 27 février dernier, je suis allé à la rencontre de Jean-Christophe Rufin dans un bureau de chez Gallimard pour une heure d’interview.

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie française

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie françaiseInterview :

Le collier rouge est un roman très court. Est-ce que c’est un « entre deux livres » ou chaque livre a autant d’importance ?

Le poids, pour le poisson, c’est important… pour les livres, on peut considérer qu’il n’est pas proportionnel à l’intérêt qu’on peut lui trouver. Ce livre est petit en volume, mais c’est un livre complet parce qu’il a été longuement porté et il traite de sujets importants qui me touchent profondément. Il est dense et à beaucoup de niveaux de lecture. Il a pris cette forme courte parce qu’il n’y avait aucune raison que j’en mette plus. Pour moi, Le collier rouge a autant d’importance que les autres.

Je crois savoir que vous avez écrit ce livre dans des conditions particulières.

Contrairement à d’habitude, je ne savais pas vraiment où j’allais. Je n’ai pas fait de plan. Je voyais devant moi s’ouvrir des portes les unes après les autres au bout de chaque chapitre. La rédaction du livre s’est faite très vite, de façon à vivre l’aventure comme si j’étais dedans, presque en temps réel.

Vous aviez hâte d’en sortir ?

Oui, parce qu’à un moment, on ne sait plus trop comment on va s’en tirer. C’est même un peu angoissant. J’ai une amie romancière canadienne qui dit : « il n’y a qu’une seule intrigue dans tous les livres, c’est comment l’auteur va se sortir de la panade dont il s’est mis ». Moi, pour Le collier rouge, je n’ai pas toujours tout maitrisé. Par exemple, la dimension sur tout le mouvement ouvrier de l’époque, je ne l’avais pas prévue.

Ce livre terminé, avez-vous eu le sentiment du devoir accompli ?

Généralement, tant que j’écris, je suis guidé par une boussole assez précise. Je n’ai aucun doute de rien. Mais une fois que le livre est fini, c’est le contraire. Je me dis que ce que je viens d’écrire est nul. Dès qu’on arrive au stade où il vit sa vie, où il est publié, où il appartient aux autres, où il est lu par des critiques, puis par des lecteurs, je panique, parce que j’ai pris de la distance… je ne suis plus dedans. Après, c’est le succès ou l’échec qui finit par vous rassurer ou vous démoraliser.

Ça fait 15 ans que vous faites ce métier. Vous habituez-vous à la sortie d’un livre ?

Non. D’ailleurs quand je vois les jeunes qui démarrent, qui ont un grand succès avec un livre et qui deviennent immédiatement sûrs d’eux, j’ai envie de leur dire de se calmer. Tout se joue sur la durée. Une carrière d’écrivain, c’est une course de fond. C’est long, il faut donc accepter l’idée qu’il y a des hauts, des bas, des succès et des échecs. Moi, j’ai fait un livre d’anticipation qui n’a pas marché auprès de mon public initial, Globalia. Les jeunes ont plutôt apprécié, mais mon public habituel a bloqué. Cela dit, j’essaie de ne jamais faire la même chose. J’aime bien l’idée de ne pas être là où l'on m’attend. Je n’aime pas être enfermé, je suis claustrophobe.

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie française

Écrire un livre sur la Première Guerre Mondiale quand on fête ses 100 ans, est-ce de l’opportunisme ?

J’avais envie d’écrire sur la guerre de 14 depuis très longtemps. Le grand-père qui m’a élevé a fait cette guerre. J’ai beaucoup de souvenirs liés à elle comme dans beaucoup de familles françaises. J’ai écrit le livre sans me rappeler que c’était le centenaire. Quand je m’en suis rendu compte, j’ai été très gêné parce que je ne voulais pas que les gens pensent que c’était un livre de circonstance. Du coup, j’ai même pensé attendre pour le publier plus tard. À cause du succès de mon livre sur Compostelle, Immortelle randonnée, Compostelle malgré moi, on n’a pas pu sortir le livre avant. Pour moi, cette date est plutôt un inconvénient. Ça m’ennuie de rajouter un document de plus sur cette guerre.

Dans votre roman, la guerre n’est abordée que de façon extérieure. Est-ce un roman sur « comment on s’en sort après avoir vécu ça » ?

Ce livre ne célèbre pas de guerre, encore moins une victoire puisque je considère qu’il n’y a pas eu de victoire. C’est une guerre de vaincus de tous les côtés. Ce livre est très en marge des autres ouvrages sur le sujet. Le collier rouge est plus un livre sur « qu’aurait-il fallu faire pour éviter la guerre ? » L’univers de la guerre est un univers animal, d’où la comparaison avec le chien. Il faut dépasser le sentiment animal d’attaquer l’autre pour défendre les siens. C’est respectable, mais c’est une impasse. Je veux faire prendre conscience que ce qu’ont vécu ces soldats n’était pas humain, mais animal. Le chien est au centre de la vision que je voudrais donner de cette guerre.

Tous vos personnages ont cessé d’être obtus après la guerre.

C’est une guerre qui a transformé profondément tout le monde. Tous ceux qui l’ont vécue ont perdu toutes leurs certitudes. Il y a eu beaucoup de croisements sociaux et intellectuels. Les tranchées, c’était des lieux de mélange. Des lieux où l’aristocrate pouvait rencontrer l’ouvrier ou le paysan et vivre la même chose : le danger et la mort.

Votre héros ne fait rien pour s’en sortir parce qu’il a des convictions et qu’il s’y tient.

Le juge veut faire sortir le prisonnier de prison, mais ce dernier veut y rester. Il veut affirmer haut et fort ses convictions sur la guerre. On comprendra aussi que derrière les actes de l’ancien soldat, derrière ses décisions, il y a une femme. Il n’ose pas l’aborder pour lui demander des explications sur son comportement… et pour éviter ça, il va s’enfermer dans quelque chose de spectaculaire où il va se donner le beau rôle. Mais au fond, c’est un appel pour elle. Il veut renouer avec elle sans oser le faire.

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie française

Le chien nous apprend beaucoup sur l’homme dans ce livre. C’est un peu lui le héros du roman ?

Je le pense. J’adore ce chien. À travers lui, j’ai voulu rendre hommage aux dizaines de milliers d’animaux qui se sont retrouvées dans les tranchées. C’est un phénomène très peu connu.

On les utilisait pour déminer, pour chasser les rats… ils avaient une réelle utilité.

Il y a ceux qui étaient là parce qu’ils avaient suivi leur maître. Ceux-là, les poilus les utilisaient directement en fonction des problèmes qu’il pouvait y avoir dans les tranchées. Mais, il y avait aussi des chiens acheminés par l’état major pour une utilisation vraiment militaire. Il y avait aussi des pigeons qui ont bien servi pendant cette guerre. Saviez-vous que des pigeons ont  réussi à faire passer des messages à travers les lignes et qu’ils ont été décorés après la guerre ?

Vous ne trouvez pas cela ridicule ?

Vous savez, les pigeons, c’était le Facebook de l’époque, la communication ultime. C’est comme les chiens… aujourd’hui, on utilise des robots pour déminer. On a une vision archaïque des choses aujourd’hui. Après cette guerre, ce que je trouve très touchant, c’est l’attendrissement de ces hommes pour la souffrance animale.

Dans ce livre, y a-t-il un personnage qui vous ressemble ?

On doit mettre de soi dans chaque personnage. Pour décrire le travail de chaque auteur, on peut dire que c’est une autobiographie éclatée, une autobiographie sous forme de fragments. Les éclats sont présents dans tous les personnages et dans toutes les situations. Mettre de soi dans tous les personnages, c’est ce qui les rend vivants.

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie française

Vous êtes membres de l’Académie française. Est-ce que cela met de la pression quand on écrit ?

L’Académie est l’institution la plus ancienne de la nation. Elle a été créée sous la monarchie et elle n’existe que par ceux qui la font vivre, c'est-à-dire nous, les quarante académiciens. Pour la faire vivre, chaque génération reprend le flambeau et porte ce défi. Il faut être vivant, faire preuve d’initiative, être très présent. Je me réjouis quand Hélène Carrère d’Encausse, Éric Orsenna, Max Gallo et Jean-Marie Rouart publient des livres. Nous ne sommes pas tenus au succès et au génie en permanence, mais on fait ce que l'on peut. Nous sommes là, bien décidés à faire bouger cette Académie.

Vous avez eu plusieurs vies et vous avez été décorés de nombreuses fois. Récemment, vous avez reçu l’insigne d’Officier de la Légion d’honneur. Savez-vous pourquoi vous avez reçu cette récompense ?

Je l’ai eue au titre des affaires étrangères et de la francophonie. En tant qu’ambassadeur, j’ai travaillé pour le pays dans des conditions pas toujours faciles. J’accepte que l’on m’honore parce que j’ai un profond respect pour les institutions et la nation. Mais, je ne veux pas que ces décorations me transforment en statut. Il faut rester vivant et actif. C’est pour ça que j’écris beaucoup et que j’essaie d’être à la hauteur.

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie française

A l'issue de l'entretien, chez Gallimard, le 27 février 2014.

Commentaires

J'aime particulièrement ce livre de J.Christophe Rufin . Le style m'évoque "L'étranger".La chaleur , le personnage emmuré ,le détachement des uns et des autres, les longs aboiements du chien dans la torpeur de l'été .
La guerre de 14 est là en filigrane, elle a changé les hommes , ils ne seront plus jamais pareils. L'année 1917 marquée par les rébellions, et les déserteurs m'interpelle d'autant plus que mon grand-père est mort en avril 1917 . Je travaille sur ses Carnets de Guerre que je retranscris dans le but de les éditer.J'y retrouve les analyses de Mr Rufin sur les ordres et contre-ordres absurdes des gradés par exemple," leur morgue et leur incompétence"...
C'est un petit bijou ce livre !

Écrit par : Brigitte Lebard | 08 septembre 2014

Les commentaires sont fermés.