Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Zachary Richard : interview pour Le fou | Page d'accueil | Dyne : interview pour son EP "A la tombée des nues" »

29 mars 2014

Danakil : interview express pour Entre les lignes

danakil,entre les lignes,interview,mandor

danakil,entre les lignes,interview,mandorDanakil est depuis plus de dix ans l'un des fers de lance du reggae français. Le succès de ce combo ne doit rien au hasard tant il a su faire siennes les inspirations et les influences musicales jamaïcaines en leur ajoutant ce que les textes de chanson française ont de meilleur. Leur quatrième album, Entre les lignes propose une fois de plus, des textes engagés et conscients parlant de l'actualité comme peu sont capables de le faire.

Conversation, le mois dernier, avec Das aka Mathieu Dassieu, saxophoniste, compositeur, manager et coach du groupe.

Interview:

Êtes-vous nombreux à faire partie de la scène française reggae française ?

Nous sommes une ribambelle de groupes à arpenter les routes de France avec cette musique qui est pourtant boycottée par la plupart des grands médias. Nous avons très peu de visibilité médiatique, mais sur la route, dans les salles de concert, il y a un vrai engouement.

Il y a beaucoup de clichés autour des groupes de reggae. Lesquels entendez-vous le plus souvent ?

On réduit le reggae à des textes faibles, qui ne sont que dans la dénonciation et l’anti système. Le reggae est un vrai mouvement qui compte beaucoup d’amateurs qui savent que ce n’est pas que ça. Nous prônons aussi la pensée positive.

Clip de "Hypocrites".

Danakil est un groupe engagé et conscient à l’écriture très poétique. Vous faites attention à écrire de cette manière ?

Nous savons que nous n’avons pas le droit à l’erreur. Nous sommes conscients de nous être adonnés à quelques facilités dans le passé. Aujourd’hui, il faut faire attention aux styles des textes pour ne pas nuire à notre mouvement. L’écriture et les messages que l’ont fait passer sont primordiaux. Il faut tourner les choses le mieux possible.

Vous dénoncez dans vos chansons, mais vous ne franchissez pas la frontière de la démagogie. C’est compliqué ?

On compose tous ensemble, mais c’est Balik, notre chanteur, qui écrit les textes. Il puise son inspiration dans les faits d'actualité qu'il dénonce avec poésie et détermination. Les autres membres ne s’interdisent pas de faire des remarques s'ils estiment que c’est mal tourné ou que telle partie a plus sa place à tel endroit. On est dix à réfléchir dessus, donc, on ne laisse pas passer grand-chose qui ne serait pas honorable. Du coup, on assume à 100% ce qui est écrit et chanté par Balik. Nous ne sommes pas uniquement dans la revendication. Nous faisons aussi des chansons légères qui ne sont pas prises de tête. Il faut aussi savoir se laisser aller et être positif.

Clip de "Le rêve".

Les membres du groupe se connaissent depuis près de 15 ans, vous avez 10 ans de carrière, vous sortez un quatrième album… est-il compliqué de se renouveler ?

Quand on s’est rencontré, on était un groupe de lycéen. Nous avions 18 ans. Nous sommes arrivés à la professionnalisation de notre métier de musicien très progressivement. Chaque album a marqué une progression musicale du groupe. Aujourd’hui, nous avons 30 ans et je trouve que nous ne sommes jamais allés aussi loin de la production d’un album. Entre les lignes est l’album le mieux produit et dont les arrangements sont les plus fouillés.

Il y a des guests dans votre album. C’est le plaisir de partager avec d’autres musiciens avant tout ?

Dans cet album, on a choisi des featurings affectifs. Ce n’est pas le feat avec les Twinkles Brothers qui va nous permettre de vendre 50 000 albums de plus. C’est juste la volonté de travailler avec des gens qu’on écoute depuis qu’on est mômes. Pareil pour Groundation. On a partagé la route avec eux pendant une année, on a donc noué des liens humains avec eux. Ils font vraiment l’unanimité au sein de Danakil. Ce sont des musiciens exceptionnels qui sont de vraies sources d’inspiration pour nous. Il y a aussi Ky-Mani Marley, une vraie référence ultime en reggae pour nous. On l’écoutait quand nous étions jeunes et le fait de jouer avec lui dans un album à nous nous montre que les choses avancent. 

danakil,entre les lignes,interview,mandor

Commentaires

Merci pour cet article fort intéressant (comme c'est toujours le cas) qui me permet d'en savoir plus au sujet d'artistes qui font la une de l'actualité dans ma région. Pour l'occasion c'est FESTICOLOR dont Danakil est lune des têtes d'affiche!

Écrit par : Clodelle | 05 mai 2015

Les commentaires sont fermés.