Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Amédée Mallock : interview pour Les larmes de Pancrace | Page d'accueil | Bilan du Prix Moustaki 2014 : résultats, photos, vidéos et commentaires »

10 mars 2014

Amel Bent : interview pour Instinct

amel bent,instinct,interview,mandor

Amel Bent, j’avoue, est une artiste que j’apprécie. Bien sûr, ce n’est pas ma musique de référence et je ne passe pas ma journée à l’écouter (c’est le moins que je puisse dire), mais j’aime beaucoup sa voix et aussi sa personnalité. Franche, directe et sans complexe. C’est rare dans le métier. Amel Bent est donc passée ici régulièrement (en 2007 , en 2008 ici et encore , en 2011). Je l’accueille une nouvelle fois à l’occasion de la sortie de son nouvel album Instinct.

Avant de lire l’interview qu’elle m’a accordée dans un bar parisien le 27 février dernier, voici ma chronique sur ce nouvel opus publiée dans Le magazine des loisirs culturels Auchan (daté des mois de février et mars 2014).

amel bent,instinct,interview,mandor

 

amel bent,instinct,interview,mandorInterview :

Vous avez dix ans de carrière et cinq disques au compteur. Un disque tous les deux ans, c’est le rythme idéal ?

C’est le rythme qui me permet de prendre assez de recul entre deux albums et deux tournées. J’en ai besoin pour me ressourcer.

Votre précédent album était profondément varié, celui-ci est un disque plus énergique à tendance R’nB.

Grâce à ma participation à « Danse avec les stars », j’ai pu montrer d’autres facettes de ma personnalité. Cette émission m'a aidé dans le sens où je me suis rendu compte qu'il y avait une différence entre faire sa star et faire le show. Ce sont deux choses vraiment complètement différentes. J'ai appris à m'octroyer le droit de faire du show, tout en restant la personne que je suis. Pour ce disque, j’avais envie de m’éclater et de complètement me libérer. Donc, nous avons écrit des chansons sur lesquelles je pouvais me laisser aller. Je veux donner beaucoup plus à mon public, tout en gardant ma patte Amel Bent. Avant, j’étais trop timide. Et puis, je ne suis pas une photo. Je ne veux pas jaunir. Il faut évoluer d’album en album, mais en restant soi.

Clip de "Regarde-nous".

Dans la chanson « Regarde-nous » ou « Instinct », vous chantez différemment. Vous en rendez-vous compte ?

J’avais une énergie complètement différente, cela doit influer sur la façon d’interpréter. J’ai dû parfois remuscler la voix tant il fallait que j’aille dans des directions vocales inhabituelles pour moi. Par contre, dans les ballades « En silence» et « Les temps qui courent », je chante plus posément. Je trouve que cet album est le plus équilibré de tous.

« Les temps qui courent » est une chanson très forte.

C’est celle qui me bouleverse le plus de toutes mes chansons. Quand j’interprète ce titre sur scène, je ne peux pas m’empêcher de pleurer. Dans un album dans lequel il y a de nouvelles choses très pêchues et originales, je trouve curieux d’être attachée aussi fortement à la chanson qui est certainement la plus mélancolique de mon répertoire. On ne se refait pas.

Il paraît que pendant l’enregistrement de vos albums, vous avez toujours la même équipe, le même studio, le même micro. Pourquoi ?

Depuis mon premier album, effectivement, j’ai le même micro. Il a été fait pour moi, pour ma tessiture de voix. Il capte toutes mes harmoniques. Je ne peux pas chanter dans un autre micro. Ce n’est pas du fétichisme, c’est technique. Quand je fais de la scène, c’est la même chose, j’ai le même ingénieur du son depuis ma première tournée.

"En silence", version acoustique.

C’est rassurant de travailler avec des gens qui vous connaissent ?

Ce sont surtout des gens qui m’aiment. Volodia, mon réalisateur, c’est un bonheur de travailler avec lui. C’est quelqu’un qui a un fort caractère et une personnalité pas très facile. Il ne s’entend pas avec tout le monde, mais lui et moi, ça a fonctionné immédiatement. C’est inexplicable, mais c’est comme ça. Il a compris tout de suite ce dont j’avais besoin et nous n’avons pas besoin de nous parler pour nous comprendre.

Cherchez-vous un tube aussi fort et durable que « Ma philosophie », quand vous concevez un album ?

Non, pas du tout. Je veux faire des chansons qui me plaisent. Quand j’ai débuté, j’ai imposé « Ma philosophie» comme premier single. J’avais 18 ans, je n’avais aucune notion de ce qu’était un tube, mais je trouvais que c’était la chanson qui me parlait le plus et je voulais que les gens l’entendent. Depuis le début de ma carrière, de toute façon, quand il y a un tube, c’est un accident. Pareil pour «Où je vais ». Personne ne souhaitait voir ce titre en premier single d’un album. J’ai insisté, le titre a cartonné. C’est un métier où il faut imposer ses convictions.

amel bent,instinct,interview,mandor

Avez-vous peur que le succès s’en aille ?

Pas du tout. Là, je suis en tournée, il y a du monde partout. Je suis reconnaissante d’être à dix ans de carrière et de sortir un cinquième album. Aujourd’hui, je veux durer et garder ce succès, au moins d’estime, que j’ai. Je ne suis plus une petite nouvelle, mais je ne suis pas non plus une grande dame de la chanson française confirmée. Je suis entre les deux.

Amel Bent, justement, en tournée, ça donne quoi ?

Les concerts se découpent en trois parties. “Danse Avec Les Stars” m'a vraiment donné envie de créer des ambiances différentes, d'ajouter de la danse, du show, de changer de tenues... On a beaucoup taffé en termes de lumières par exemple. Et au final, on propose trois tableaux complètement différents. Le premier, je suis un peu en lionne, avec mes danseuses, on fait les morceaux ambiance tribale, un peu africains, tout ça. Dans les thèmes, c'est ambiance warrior. Et on revisite tous les albums. Le deuxième tableau, c'est tout en noir et blanc, c'est acoustique, j'ai la grande robe, Aurélien et son piano qui sont devant, et on reprend les morceaux mélancoliques. Et la troisième partie, c'est celle un peu festive, où je reviens encore en dansant, plein de couleurs, plus pop. Et tout ça dure une heure trente.

amel bent,instinct,interview,mandor

Selfie de et avec Amel Bent après l'interview, le 27 février 2014.

Commentaires

j ai trouver amel super bien en concert.

Écrit par : sylvie | 10 mars 2014

Concert de maromme le 8 mars trop classe. Amel donne beaucoup a son publique un grand merci bisous et bonne continuation pour la tournée

Écrit par : cordier | 10 mars 2014

Je savais que tu allais faire feu, mais sache que la route est longue pour ceux qui veulent avancé, alors fonce ma grande

Écrit par : TALL Amadou | 10 mars 2014

bonjour j'aimerai avoir les date de vos concert en Normandie

Écrit par : auger | 11 mars 2014

À compter de maintenant, je figurerai parmi vos fidèles lecteurs. En effet, je constate qu’il aborde parfaitement le thème dans le fond. On se donne rendez-vous à très bientôt. Solaine

Écrit par : lloyd | 17 avril 2014

Écrire un commentaire