Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Robi : interview pour L'hiver et la joie | Page d'accueil | Da Silva : interview pour Villa Rosa »

11 février 2014

Nilda Fernandez : interview pour Basta Ya!

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandor

Révélé par "Madrid Madrid", puis par « Nos fiançailles » et encore « Mes yeux dans ton regard », Nilda Fernandez a rapidement affiché sa double culture franco-espagnole. Au cours des années, il a exploré des univers musicaux différents qui l'ont emmené du Québec, à la Russie en passant par l'Amérique du Sud. Personnage atypique, il n'a jamais réellement intégré le milieu du show-biz français.

Et c’est pour cela, aussi, que j’apprécie le personnage.

Le 5 février dernier, le troubadour est passé par l’agence pour me parler de son nouvel album et son passage au New Morning

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandorMini biographie officielle :

Nilda Fernandez a toujours tendu à fuir les projecteurs trop violents. Avec sa recherche d’une existence nomade, il passe d’une langue à l’autre et provoque une forte adhésion de la part de ses admirateurs dans les différents pays où il passe. Sa trajectoire revendique en permanence une responsabilité totale de l'artiste face à sa création.

Lucide par rapport à son art et au rôle ambigu que l'artiste peut jouer dans les sociétés contemporaines, il réussit le tour de force d'exister aujourd'hui en s'étant affranchi des limites étrangères à son art et aux aspirations de ceux qui le suivent.

Ce chanteur talentueux, plein d'intégrité artistique, hostile à toute routine, n'en finit pas d'être à la recherche de nouvelles aventures musicales, de nouveaux lieux ou de nouveaux visages qui lui fournissent une riche source d'inspiration pour des chansons merveilleusement originales.

Son dernier album, Basta Ya ! composé puis enregistré dans la pure tradition folk-rock, en témoigne une fois de plus. Pour le vendre, Nilda Fernandez a choisi de s'appuyer uniquement sur son site internet avec un système original. L'acheteur précommande le disque au prix de 6 euros, mais il ne reçoit les chansons qu'une par une, à intervalle irrégulier.

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandor

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandorInterview :

On ne peut pas dire « Nilda Fernandez revient ». Vous êtes toujours pas monts et par vaux. Vous passez votre temps à partir et à revenir… c’est une constante.

C’est une technique de vie que j’ai adopté. Aussi dans ma vie personnelle et affective. Je ne veux pas me créer de lassitude et d’usure. L’usure, ça m’a beaucoup préoccupé.

Vous sentez qu’il y a de l’usure en vous ?

Non, mais j’ai senti que cela pouvait arriver. Je pense que lorsqu’on atteint l’usure, c’est trop tard.

C’est bien d’avoir la lucidité de se dire qu’elle est en train d’arriver.

Je crois que tout le monde est capable de cette lucidité. Après, c’est la peur qui fait que l’on ne réagit pas.

Il faut du courage pour partir comme vous l’avez fait, en Russie, à Cuba, par exemple, pour tenter de nouvelles expériences personnelles et musicales.

Si le courage, c’est juste de maîtriser ses peurs, alors oui je suis courageux. La peur c’est une paralysie, le courage, c’est empêcher cette paralysie. C’est donc à la portée de tout le monde.

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandor

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandorVous sortez un nouvel album Basta Ya ! Pour se le procurer, il faut aller sur votre site.

Avec des amis, nous avons beaucoup travaillé sur mon site pour qu’il soit aussi une plate forme de téléchargement consacrée à ma musique uniquement. Pour obtenir mes nouvelles chansons, on télécharge ce qui est mis en ligne petit à petit. Celui qui achète dès le départ aura deux chansons directement, puis d’autres au fur et à mesure.

Pourquoi ce procédé ?

On a réfléchi au fait que lancer un album maintenant, comme ça, d’un coup, c’est une forme de galvaudage immédiat. On picore dedans, on prend ci, on prend ça… il n’y a pas vraiment un respect de l’ensemble. Pour moi, chaque chanson à sa raison d’être différente des autres.

Ce n’est pas un peu compliqué pour l’amateur de vos chansons?

Un peu parce que tout le monde est conditionné, de l’acheteur aux médias. C’est super dur de dire « on va faire autrement ». Cet « autrement » à autant de valeur que la démarche habituelle. En réalité, je fais des singles avec un album à la clef.

Ce qui est clair, c’est que vous êtes devenu producteur indépendant et que vous n’êtes plus attaché à l’industrie du disque. Pourquoi êtes-vous sorti de cette industrie ?

Disons que le dernier contrat que j’ai eu dans un gros label, c’était au moment où je suis parti en Russie. J’ai eu un choix à faire. On me demandait de faire un album ou de vivre ma vie en Russie comme il se profilait. Le type qui à l’époque tenait ce label m’a déconseillé de partir parce que ce n’était pas une bonne décision stratégique. Le best of venait de sortir et il m’a dit que « les médias étaient chauds ». Je lui ai demandé ce que cela voulait dire. Cette phrase m’a paru tellement stupide que je n’ai pas hésité une seconde. Je lui ai dit que je ne voulais pas faire l’album qu’il attendait et que je savais que par rapport à mon contrat j’étais en faute. Comme il avait besoin d’économiser sur les avances des artistes qui étaient budgétés, parce qu’il avait perdu du fric avec l’album de Michael Jackson, on a décidé de se séparer d’un accord commun. Ça nous arrangeait tous les deux. Tout ça, c’est du passé, je n’ai aucune rancœur.

Ça vous a fait du bien d’être indépendant ?

Oui. Je me suis servi de l’industrie du disque de manière très opportuniste. Elle m’a servi, mais je n’ai aucun état d’âme là-dessus. Ce n’est pas une fidélité à un individu, ce sont des actionnaires derrière. À un moment, ils étaient intéressants parce qu’ils investissaient réellement. Ce n’étaient pas des philanthropes, mais il y avait des gens avec une certaine fibre. Ils ont disparu peu à peu. Aujourd’hui, l’industrie du disque n’a aucun intérêt. Mais vraiment aucun ! Tous les artistes sont capables de s’en passer et de mener une carrière en dehors des structures.

Avez-vous fait parfois des concessions dans votre carrière ?

J’ai vraiment la fierté de dire que je n’en ai jamais fait, mais avec les conséquences que cela suppose. Quand tu mets le doigt dans le « je fais semblant», il est compliqué d’en sortir.

Vous comparez les artistes à un paysan métayer du moyen-âge. nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandor

C’est le système des avances. Nous les artistes, on ne sait pas ce que l’on gagne. On nous donne une somme et ensuite, on passe notre temps à rembourser des dettes. C’est une comptabilité de créances. J’ai eu la chance de côtoyer Nougaro (sur la photo, à droite, en compagnie aussi de Georges Moustaki), à Moscou au début des années 2000. Je l’ai fait venir pour le faire connaître au public de là-bas. Il était affecté par le fait qu’il commençait les répétitions avec des musiciens pour préparer sa tournée et qu’il devait déjà de l’argent. Il partait en tournée endetté. Psychologiquement, ce n’est pas rien.

Bon, j'avoue, je me fais plaisir. Je suis fan de Nino Ferrer (mandorisé ici)... le voir chanter "Le sud" avec Nilda Fernandez, c'est un véritable délice.

Ce que j’aime bien chez vous, c’est que vous n’avez pas la langue dans votre poche. C’est rare.

Je suis prudent parfois, parce que je me demande si j’ai raison ou si j’ai le droit d’affirmer des choses qui ne seraient pas totalement juste. Quand je suis convaincu de quelque chose, je ressens le besoin de le dire parce que ça fait du bien. Je ne veux plus être dans le gris et de ménager Pierre ou Paul. Si on n’est pas méchant, on ne sait pas qu’on est bon. Si on n’est pas dur, on ne sait pas qu’on est doux. Pour moi, il y a des choses à dire parce que les gens sont paumés.

Est-ce que vous montrez l’exemple en jetant à la face du monde votre liberté ?

L’artiste se doit de donner l’exemple de quelqu’un qui ne se laisse pas piquer sa liberté et sa liberté de faire.

Êtes-vous plus engagé que lorsque vous avez commencé ?

Dans ce monde-là, bien confus sur le plan des idées et des valeurs, je crois qu’il est bon de glisser quelques messages dans des chansons. J’aime le faire avec discrétion dans être moralisateur.

Le regretté Grégory Lemarchal reprend en 2006, à l'Olympia, l'un des plus grands succès de Nilda Fernandez, "Nos Fiançailles".

Vous n’aimez pas parler de vos textes en interview.

Quand on commence à parler d’un texte, c’est qu’il est raté.

Au New Morning, vous allez jouer l’intégralité de Ya Basta ! ?

Oui, pour la première fois de ma vie, je peux dire que je joue tout mon dernier album. Je vais le mélanger avec des anciens titres…

C’est frustrant de savoir que le public n’attend que des chansons comme « Nos fiançailles » ou « Madrid Madrid » ?

C’est un plaisir parce que c’est la serrure de toutes les autres. J’ai toujours de la reconnaissance pour des chansons qui ont ouvert les portes. Quand je les ai écrites, j’espérais qu’elle me suivrait toute la vie. Je me suis aperçu que quand une chanson atteint quelque chose de profond chez des gens, elle peut accompagner leur vie dans de grands moments. Il y a des gens qui se sont mariés sur « Nos fiançailles ».

Nilda Fernandez "Mes yeux dans ton regard" à Taratata.

Qu’est-ce que c’est être artiste pour vous ?

Je ne sais pas. J’ai plus réfléchi sur la notion de l’art.

Alors, qu’est-ce que l’art ?

C’est ce qui ne sert à rien et qui n’a aucune utilité. On ne peut pas l’utiliser pour autre chose que ce qu’il est. C’est quelque chose d’indispensable, mais qui est irrécupérable. L’art sert à se rendre compte qu’on est humain et à absorber des émotions et des sentiments. Il ne sert à rien d’autre. J’en veux beaucoup à ceux qui le détournent pour en faire de l’utilitaire.

Comment vivez-vous la célébrité ? Est-ce facile de garder la tête froide ?

Oui, c’est parfois difficile. Il est facile de se prendre pour ce que tu n’es pas. Si tu te regardes que dans le regard des autres, tu es perdu. Si tu ne t’aimes pas, tu vas chercher dans les yeux des autres leur amour pour t’aider à t’aimer toi.

Vous aimez-vous ?

Oui.

"Sinfanai Retu"

Vous aimez ce que vous êtes devenu ?

Oui. Je ne veux pas mettre de bémol à ce constat, ça voudrait dire qu’on n’arrive jamais à rien. S’aimer c’est le contraire d’être narcissique. Je ne suis pas narcissique. Narcisse, ce n’est pas quelqu’un qui s’aime, c’est quelqu’un qui cherche son image en permanence et pour qui les autres n’existent pas. S’aimer, c’est aussi accepter que l’autre ait le droit de s’aimer.

Et s’accepter avec ses propres défauts.

Et accepter de se dire que ses défauts sont des débordements de qualités. Le défaut, c’est une qualité qui va trop loin.

Menez-vous la vie dont vous aviez rêvé enfant ?

Oui. Quand j’étais gamin, je me rêvais à l’arrière des tramways. À Barcelone, quand j’étais petit, je voyais le mec qui recevait les billets. Ils discutaient avec tout le monde, il était tranquille, tout le monde le payait (non, parce que je croyais que l’argent était pour lui). Les rêves de l’enfance sont les projections de l’avenir et moi je me projetais comme receveur de billets dans le tram, mais aussi comme voyageur. J’ai commencé à découvrir qu’il existait une rue devant chez moi, qu’il existait d’autres rues autour de la mienne, qu’il existait une ville dans laquelle était incluse ma rue et les rues avoisinantes et petit à petit, le monde s’élargit. Et l’enfant que j’étais se demandait « ça va jusqu’où ? » J’ai très vite eu envie de voir autre chose pour corriger ma vision des choses et du monde.

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandor

Après l'interview le 5 février 2014.

Cadeau bonus:

Amusons-nous un peu... voici une photo des mêmes protagonistes, il y a 20 ans, à 10 jours près (le 1er février 1994, à Top Music à Strasbourg).

Personne n'a changé, je sais. 

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandor

 

Commentaires

j ai adorer c etais magique j en avais les larmes au yeux quand je vous est ecoutee en plus vous etes toujours aussi beau et j ai acte de vous entendre 'votre nounelle albonne qui ce nomme AMOUR AMOUR et que j ai entendue et CAFE c est magnifique et GENIAL BRAVO gros bisou a vous et a toute l equipe merci de vous entendre

Écrit par : pignard marie | 14 février 2014

Artiste vous avez toujours été, artiste vous resterez!
Ne jamais vous oublier!

Virginie

Écrit par : COROT DORLOT | 16 février 2014

Bonjour
Tout d'abord merci Nilda pour ce concert au New Morning il y avait une quinzaine d'années que je ne t'avais pas vu et tu m'as dit que tu l'avais noté mais je ne peux pas me rendre a tes concerts ailleurs qu'a paris ou en banlieue proche du 92 je n'ai pas de véhicule.
En ce qui concerne cette nouvelle façon d'obtenir tes chansons tu m'as convaincu ce soir la en m'expliquant ta façon de voir et je me suis empressée d'acheter cet album, mais as-tu pensé aux personnes qui n'ont pas internet il y en a encore beaucoup c'est cela qui pose problme.
Merci aussi pour cet interview et des ces clips Le sud avec Mr Nino Ferrer est magnifique je me souviens l'avoir vu dans taratata .
Enfin tu es toujours resté le même et ce nouvel album est toujours aussi beau j'ai eu quelques larmes en te retrouvant et en écoutant certaines chansons alors
MERCI NILDA ET REVIENS AVANT 15 ANS STP MERCI ENCORE josette

Écrit par : charaix josette | 16 février 2014

Document très interessant qui confirme les qualités artistiques, humaines et l'independance de NILDA que nous apprécions tant !
Son talent magnifique, cette sensibilité , cette voix unique forment un ensemble extrêmement subtil et attachant inimitable , qui nous touche en plein cœur !
Je n'ai aucun doute quant à son succès lors du passage au NEW MORNING !
Sa discographie et ses livres nous accompagnent pendant ses trop longues absences ; personnellement , une journée sans l'avoir écouté
ça n'existe pas !
A quand les images du NEW MORNING et les concerts en province ?
Je ne dirai pas amicalement , mais plutôt "avec respect " affectueusement .

Écrit par : welter | 16 février 2014

Bonjour , du "haut "de mes 63 ans (bien que "jeune " papa ) ,des montagnes qui m' entourent , de mes années parisiennes où j'ai été "sous-maitresse " pour rapprocher des marques de Haute-Couture de l'horlogerie suisse , je garde une affection profonde pour l'élé
gance ,la vraie ! Celle qui conjugue le talent , la modestie indissociable du ce dernier , et un résultat " à tomber" Dès lors qui ,mieux que Nilda ,m'a apporté depuis des années la conjugaison de tout ça ? En outre ,je tiens à vous remercier pour la gentillesse dont ZE STORE a fait preuve lors de ma premiére commande . Merci de me dire comment je peux vous soutenir . Je vous embrasse .P.Winteler

Écrit par : patrick winteler | 17 février 2014

concert près de Vernon dans l'Eure daté du 7 Février dernier émouvant et d'une qualité étincelante. Guitare-voix chaleureuse et super souvenir
En bonus artiste très disponible pour le public présent ce soir-là
Sincères Amitiés
Lionel et Viviane

Écrit par : neveu | 17 février 2014

Merci Nilda pour être ce que tu es, c'est à dire presque quelqu'un de toutes les familles, un citoyen du monde, voyageur rêveur que tes ailes n'empêchent jamais de garder les pieds sur Terre. Merci de m'avoir -et peut-être même de NOUS avoir- aidé à nous aimer, pauvres créatures terrestres que nous sommes; mais pourtant si riches! si passionnants! Les voyages que tu fais me servent à tenir bon ici, avec mes convictions et l'envie toujours plus forte de partager l'Humanité. Tu peux être fier de ton art, Nilda. Bons voyages ;)

Écrit par : Franck Lefèvre | 17 février 2014

Bonjour,tout simplement vous commenter ma profonde deception...le 3 juillet,je suis descendue a Bcn au concert de Marina Rosell avec l' esperance de vous voir et jouir de vos chansons,je ne vous avais jamais vu sur scene,je vous ai toujours suivi et j' ai toujours achete vos disques...frustree a nouveau car je ne pourrais pas avoir Basta ya...Enfin,Nilda,la seule chose que j' espere est de pouvoir assister a un recital a Bcn peut-etre? No dejare de seguirte por eso,la verdad es que me encanta oirte...aunque sean viejos discos...un abrazo fuerte


.

Écrit par : julia esteban | 06 juillet 2014

Les commentaires sont fermés.