Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Philippe Torreton : interview pour Mémé | Page d'accueil | Nilda Fernandez : interview pour Basta Ya! »

09 février 2014

Robi : interview pour L'hiver et la joie

robi,chloé robineau,l'hiver et la joie,interview,mandor

(Photo : Franck Loriou)

Robi aime le minimalisme. Quelques notes de synthé, une rythmique asséchée, lancinante. L’hiver et la joie est un disque réellement envoutant. On l’écoute, une fois, deux fois… on ne peut plus s’en passer. Un effet addictif.

C’est de la chanson française, mais une fois que j’ai dit ça, je n’ai rien dit… vous comprendrez en lisant la suite.

Avant son passage à la Gaieté Lyrique, le 12 février prochain, la jeune femme est passée à l’agence pour une longue interview aussi chaleureuse que passionnante.

J’aime les artistes qui ont un discours sur leur œuvre.

robi,chloé robineau,l'hiver et la joie,interview,mandor

Argu de l’album :

L’hiver et la joie, le premier album de Robi, s’annonce comme une partie de cache cache entre ombre et lumière, où l’on croise l’électropunk cramé de Suicide (Où Suis-Je), la new-waverobi,chloé robineau,l'hiver et la joie,interview,mandor spectrale de Young Marble Giants (Belle Et Bien), ou encore Dominique A, venu donner, en chair et en os, la réplique sur Ma Route, chemin de traverse aux arrangements obsédants. Entre l’immédiateté de On Ne Meurt Plus D’Amour, la chevauchée stroboscopique de Tout Ce Temps et la confession troublante de Cherche Avec Moi, Robi reprend le groupe Trisomie 21 (Il Se Noie), et donne le vertige, ambassadrice d’un minimalisme habité, qui fait du bien là où ça fait mal. Avec une assurance fragile, elle égrène ses chansons, comme destinées à la piste de danse d’un bar paumé, où il ferait bon noyer sa mélancolie à deux pas du dance floor.

Robi vu par les Inrocks :

La chanteuse oscille entre l’obscurité et la lumière, la force et la délicatesse. Sorte de Dominique A au féminin, Robi sort des sentiers battus avec des textes ciselés, précis et cascadeurs. Les chansons sont changeantes. Robi passe du rire aux larmes, de la chaleur à la tristesse de l’hiver sans jamais s’arrêter. Le résultat est noir, poétique, mais terriblement entêtant et efficace.

robi,chloé robineau,l'hiver et la joie,interview,mandor

(Photo : Franck Loriou).

robi,chloé robineau,l'hiver et la joie,interview,mandorInterview :

Je t’ai vu pour la première fois en première partie d’Arman Mélies à La Maroquinerie. J’ai l’impression qu’il y a quelques artistes qui t’adoubent plus ou moins.

Arman Mélies, je ne le connaissais pas. C’est lui qui a tenu à ce que je participe à son clip « Le plus bel incendie », sur lequel il y a un certain nombre d’autres artistes. Je suis d’ailleurs l’outsider de ce clip, personne ne sait qui je suis. Ça m’a flatté d’autant que j’aime ce que fait Arman. Ensuite, il m’a proposé de faire la première partie de sa Maroquinerie. C’est étrange parce qu’on ne se connait pas plus que ça. Je ne sais absolument pas comment il est tombé sur mon travail. J’ai l’impression que je suis acceptée du milieu d’une certaine chanson un peu tendue, un peu rugueuse, un peu rock. Il n’y a pas tellement de monde sur ce terrain-là.

J’aime bien savoir comment un ou une artiste en arrive à décider de faire ce métier. La musique a commencé comment pour toi ?

Il y a toujours eu de la musique à la maison, mais comme il y en a dans toutes les maisons. Je n’ai pas l’impression que mes parents m’ont orientée vers la musique. J’ai toujours été une amatrice de chanson parce qu’effectivement, on écoutait beaucoup Brel, Brassens, Ferrat, Ferré, mais on écoutait aussi les Rolling Stones, beaucoup de jazz vocal, de blues. La véritable source, elle est plus à l’endroit de l’écriture. Depuis l’âge de 14, 15 ans, comme toute adolescente qui se respecte, je me suis mise à écrire et je n’ai pas su m’arrêter.

Tu écrivais quoi ?

Plutôt de la poésie. Et la poésie implique une musicalité. Suite à certaines rencontres, j’ai pu mettre mes écrits en musique. C’est ce que j’ai fait à 18 ans, arrivée à Paris, dans un cadre très intime au départ. Petits cafés concerts entre copains.

Au départ, tu étais venue pour la musique ?

Non, j’étais venue faire des études de Lettres et un peu de théâtre. Très vite, je me suis aperçue que la Fac n’était pas faite pour moi et que le métier de comédienne non plus. Cette nécessité d’écriture a pris de plus en plus de place dans ma vie et à l’intérieur de moi.

"Ma route" feat. Dominique A.

Pendant très longtemps, tu as travaillé avec des compositeurs.robi,chloé robineau,l'hiver et la joie,interview,mandor

Oui, ils étaient dans des veines très « chansons » dans lesquelles je ne me reconnaissais pas forcément. Moi, j’avais très peu de connaissance musicale. Je n’arrivais pas à me faire comprendre, ni à donner l’impulsion de l’endroit où j’avais envie d’aller, c'est-à-dire vers quelque chose de beaucoup plus brut et tendu. Je me reconnaissais davantage dans des Dominique A, des Murat ou des Bertrand Belin. Des artistes pour qui l’exigence musicale et l’exigence textuelle sont aussi importantes. Ils ne sont pas dans une démarche de chansons forcément narratives avec un début, un milieu et une fin. Comme eux, je préfère quelque chose de plus opaque, mystérieux et étrange.

As-tu mis longtemps à composer toi-même ?

Oui, parce que pendant très longtemps, je ne me suis ni sentie légitime, ni à la hauteur. Je ne me sens pas bonne praticienne de la musique. Le processus a donc été relativement long. Une bonne dizaine d’années. 

À 30 ans, te sens-tu en phase avec toi-même ?

Oui, tout à fait. J’ai lâché un certain nombre d’idées préconçues, de tentatives de ressembler à quelqu’un d’autre.

Il faut se libérer de ses influences ?

Il faut accepter d’être ni Rimbaud, ni Barbara pour n’être que soi et le vivre bien. Il faut se dire que se trouver soi, c’est déjà pas mal. Ça m’a pris du temps pour accepter cette dualité en moi. J’étais très attirée par la musique anglo-saxonne tout en n’ayant absolument pas envie d’écrire en anglais, ne serait-ce que parce que j’en serais bien incapable et parce que ce qui m’intéresse, c’est la langue française. La langue pour moi, c’est vraiment la patrie. J’ai vécu en Afrique toute mon enfance. La seule chose qui me reliait à la culture française c’était la radio sur laquelle on écoutait France Inter, France Culture ou RFI en longues ondes.

"On ne meurt plus d'amour".

robi,chloé robineau,l'hiver et la joie,interview,mandorTu parles de l’Afrique. J’ai l’impression que tes influences liées à ce pays ne viennent pas de la musique.

Ce que j’ai ingurgité bien inconsciemment, c’est le goût de la répétition, le goût de la scansion, le goût de décharner le mot. On approche la dimension organique de la dimension spirituelle. Il en découle une compréhension plus sensitive que cérébrale. C’est ma démarche en tout cas.

Le rythme aussi t’intéresse ?

Je construis tous mes morceaux sur une tournerie rythmique. Je fais pareil pour mes mélodies. Ça a clairement à voir avec mon enfance en Afrique.

Ton album est très épuré, il n’y a pas un mot de trop.

Je ne suis pas dans quelque chose de bavard. J’ai besoin que les choses viennent directement faire écho. Je ne suis pas là pour raconter une histoire. J’essaie d’être au plus près d’un ressenti et de l’épouiller le plus précisément possible. Je dénude l’émotion et les sentiments. La démarche de simplicité est primordiale. Je ne cherche pas à être forcément lisible. J’espère que ça touche et que ça parle quand même à certaines personnes.

Assez rapidement après la sortie de ton EP, tu as été finaliste du Lab 2011 des Inrocks. Ça fait du bien ce genre d’encouragement quand on débute?

Évidemment. C’était une première déclaration d’intention. Ça m’a libérée. Je n’attendais rien, mais quand on commence avoir des signes de gens qui ont l’air de comprendre l’endroit où on est et où on a envie d’aller, c’est une reconnaissance nécessaire. Même si on a besoin d’être au plus près de soi pour créer, sans la peur du regard des autres, on ne crée pas pour chanter dans sa salle de bain. Même si ça part d’une démarche intime, c’est un mouvement vers l’autre. C’est un appel au partage et à la résonance.

"Où suis-je?"

Je trouve que la contradiction est ce qui te caractérise le plus. Le titre de ton album :robi,chloé robineau,l'hiver et la joie,interview,mandor L’hiver et la joie. Tristesse, rire, larmes, joie, bonheur… c’est tout ça ton album.

Moi, je suis profondément comme ça. J’ai l’impression que chaque joie contient une détresse terrible. Chaque bonheur aussi, à l’idée même qu’il se termine, contient un désespoir terrible. A contrario, à l’intérieur de toutes nos grandes peines naissent de belles choses, même si elles sont infimes. Moi qui ai vécu en Afrique toute ma jeunesse, je n’ai connu que l’été éternel.  J’ai appelé mon album L’hiver et la joie parce que, 15 ans plus tard, l’hiver reste pour moi une douleur immense. Mais en même temps, c’est dans cette douleur, dans cette dureté de l’hiver que j’arrive à écrire. C’est dans cette difficulté de vivre que nait en moi la nécessité d’écrire. Tout contient son inverse et la vie même porte ça en elle. Pour être honnête, je n’arrive pas à me remettre de l’absurdité d’être sur Terre et de l’absurdité de devoir mourir un jour. La création m’aide à tenir, mais elle n’est que le reflet de mon rapport au monde.

Comment écris-tu ?

J’écris toujours en marchant. C’est le mouvement, le balancier qui m’aide à me concentrer, je crois. Sinon, je suis un peu trop digressive. J’écris dans ma tête.

Tu retiens comment ?

Je retiens et si je ne retiens pas, ça veut dire que ça ne valait pas le coup. Quand je suis relativement contente, j’enregistre.

"Cherche avec moi" (live à La Boule Noire - mars 2013).

robi,chloé robineau,l'hiver et la joie,interview,mandorLa scène, ça représente quoi pour toi?

Un endroit magique. Je suis extrêmement traqueuse et donc encore un peu sauvage dans mon rapport avec le public. La scène, c’est à la fois un endroit de pudeur et d’impudeur. On livre une intimité très forte dans le cadre d’une scène avec des projecteurs sur soi. Là encore, c’est un énorme paradoxe.

As-tu pris des cours de chant ?

Oui, j’en prends pour la première fois de ma vie. Je me suis retrouvée en tournée et je n’avais jamais chanté à cette fréquence-là, j’avais donc besoin d’apprendre à gérer certaines choses, dont la fatigue.

Ça t’apporte beaucoup ?

Ça me sensibilise sur des choses dont je ne m’apercevais pas forcément. Ma prof de chant me disait récemment que toute la difficulté pour un auteur compositeur c’est de lâcher le texte et de se repenser interprète. Autre difficulté : se laisser traverser par ce qu’on est en train de raconter plutôt que de l’intellectualiser. Pourquoi essayer de surjouer ou de surligner un texte qui se suffit à lui-même ? Il faut arriver à redevenir un passeur.

robi,chloé robineau,l'hiver et la joie,interview,mandor

Pendant l'interview...

Tu fais de la chanson française, mais peu conventionnelle. Ta musique rock, trip hop, un peu electro, ça déstabilise un peu les journalistes qui parlent de toi, non ?

Cette très belle exigence autour du texte est typiquement française, on ne la trouve pas dans les autres pays. Quand on chante en français, on fait de la chanson française, qu’on le veuille ou pas. J’ai tourné autour de cette question, puis j’ai arrêté.

Disons qu’il y a plein de chansons françaises.

Oui, et surtout, il y a plein d’artistes différents. Que fait un Bertrand Belin ? Il fait du Bertrand Belin. Que fait un Dominique A ? Il fait du Dominique A. Si on accepte de renoncer à se battre contre un moulin qui n’arrêtera jamais de tourner, il faut parvenir à être soi-même et faire du soi-même. Ce qui m’intéresse, c’est d’être en tension sur un fil. Je veux faire ce que j’entends et ce que j’ai besoin de faire. Je veux rester centrée sur la pulsion première.

Es-tu souvent dans le doute ?

Tout le temps. En fait, je bascule de l’un à l’autre. Je suis à la fois très entière et à la fois complètement habitée de multiples doutes et de peurs. Je suis terrifiée en permanence. Mais c’est aussi un moteur, parce qu’il faut trouver des réponses à son état. Bizarrement, ça me donne de l’énergie. Ne serait-ce que pour l’espoir vain de me sortir de tous ces doutes.

robi,chloé robineau,l'hiver et la joie,interview,mandor

Après l'interview, le 20 janvier dernier.

robi,chloé robineau,l'hiver et la joie,interview,mandor

(Photo : Franck Loriou).

Merci à Franck Loriou pour sa sélection des photos de Robi. Et merci de m'avoir permis de les utiliser ici.

(Les deux seules qui ne sont pas de lui sont celles prises à l'agence, évidemment... mais parfois, il est bon que les choses soient dites).

Commentaires

très chouette interview vraiment, merci ;)

Écrit par : nesto | 10 février 2014

Les commentaires sont fermés.