Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Henri Loevenbruck : interview pour Le Mystère Fulcanelli | Page d'accueil | Spécial Les aventures du concierge masqué, l'exquise nouvelle saison 3 »

08 janvier 2014

Pierre Lapointe : interview pour PUNKT

pierre lapointe,punkt,interview,mandor

(Photo: David J.Romero)

Je ne vais pas passer par quatre chemins, Pierre Lapointe est un de mes artistes préférés… Il a même été un des premiers mandorisés en 2006 pour son album La foret des mal-aimés (que j’estime être le meilleur album francophone de cette année-là). Ses albums suivants ne m’ont pas tous emballés. Parfois, j’ai été déconcerté, parfois charmé, mais toujours impressionné quand même. Pierre Lapointe est unique, et ce n’est pas son nouvel album PUNKT (fruit d’une collaboration passionnée entre Francis Beaulieu, Philippe Brault, Guido Del Fabbro, Michel Séguin et Pierre Lapointe) qui va me contredire. Insondable, fascinant, ludique et franchement épatant.

Je suis allé à la rencontre de Pierre Lapointe lors de son dernier passage parisien (le 20 novembre dernier), dans les bureaux de son attachée de presse française, Brigitte Batcave (merci à elle!)

pierre lapointe,punkt,interview,mandorBiographie officielle :

La carrière de Pierre Lapointe a vraiment pris son envol en septembre 2001 lorsqu'il a remporté le grand prix du Festival international de la chanson de Granby. Presque quatre ans plus tard (mai 2004), il lançait son premier CD éponyme. Depuis, il en a produit plus d'une dizaine, dont certains ont été distribués en France et en Belgique. Au Québec, les ventes de CD totalisent près de 500 000 exemplaires en 10 ans de carrière.

Il a présenté ses spectacles dans le cadre de plusieurs festivals et événements, au Québec, en France et en Belgique, notamment les FrancoFolies de La Rochelle, de Montréal et de Spa. Il a aussi créé plusieurs spectacles inédits : Pépiphonique, La Forêt des mal-aimés avec l'Orchestre métropolitain de Montréal, qui fut présenté devant plus de 100 000 personnes sur la grande scène des FrancoFolies de Montréal ; Mutantès présenté à Montréal et Québec.

Amateur d'art contemporain, il a travaillé avec David Altmejd pour présenter le Conte crépusculaire. Il a aussi collaboré à l'exposition Big Bang du Musée des beaux-arts de Montréal, avec l'architecte Jean Verville.

Pierre Lapointe a reçu des récompenses de toutes sources : Lauréat du Festival international de la chanson de Granby en 2001 ; gagnant de plus de 13 Félix, le Prix Félix-Leclerc, le Prix Rapsat-Lelièvre, le Prix Charles-Cros, le Prix Raoul-Breton-Sacem. pierre lapointe,punkt,interview,mandor

Aujourd’hui, en France, il sort PUNKT. Avec ce disque sans compromis, Pierre Lapointe affirme son goût prononcé pour la provocation douce, les mélanges éclectiques et les mélodies accrocheuses. On ne peut passer sous silence la dextérité dont il fait preuve en jouant ainsi avec les mots et les musiques. Tantôt troublant, tantôt amusant, PUNKT est un album d'une grande finesse, composé de chansons « pop », oui, mais de chansons « pop » tordues, rigoureuses et résolument personnelles. Avec l'aide de ses amis Philippe Brault et Guido Del Fabbro, à la réalisation et aux arrangements, Pierre Lapointe en arrive à nous suggérer une expérience chansonnière totalement nouvelle et extrêmement accessible.

pierre lapointe,punkt,interview,mandor

(Photo : François Pesant-Le Devoir)

pierre lapointe,punkt,interview,mandorInterview :

Si je dis que PUNKT est un disque conceptuel, je ne sais pas si ça va vous plaire.

Pourquoi pas ? Je suis auteur-compositeur interprète avant tout, mais je suis aussi directeur artistique. J’aime beaucoup créer des équipes. À chaque projet ou album, j’utilise tout ce que je peux comme prétexte pour créer des univers, si possible singuliers, si possible inspirés de mille trucs qui normalement ne devraient pas êtres mariés ensemble. Mon but et d’essayer de trouver un équilibre entre ces mariages incongrus pour arriver à des objets qui, je l’espère, sont inimitables et qui, je l’espère aussi, amène l’auditeur complètement ailleurs.

En faisant ce disque, j’ai l’impression que vous avez songé à ce qui pouvait faire le lien entre la culture pop et des chansons  dites « classiques ».

Il y a une façon d’aborder les thèmes et le vocabulaire très contemporaine. Je n’aurais pas pu utiliser ces mots-là il y a 15, 20 ans. Je fais de la chanson classique, pas forcément sur de la musique actuelle ou expérimentale. Je vous le répète, dans mon travail ce qui est relativement nouveau et unique, c’est de créer des mariages incongrus et de passer d’un univers à l’autre avec une grande liberté. Je pense que le médium de la chanson est un médium qui tourne en rond depuis longtemps.

Clip de "Plus vite que ton corps" (Réalisation: Alexandre Grégoire).

Vous essayez de mettre un coup de pied dans la fourmilière donc ?

Le but, effectivement, c’est de foutre un peu la merde là-dedans. J’utilise un vocabulaire à la limite du bon et du mauvais goût… à la limite du politiquement correct ou du politiquement incorrect.

Moi qui suis sensible aux textes, je trouve ce disque beaucoup plus provocant que les précédents, plus crûs, avec des thèmes comme l’homosexualité et/ou l’amour charnel.  Le terme « enculé », on ne l’emploie pas beaucoup dans les chansons par exemple…

Surtout dans un contexte où c’est une chanson poétisante, avec des arrangements qui font écho à la musique des années 50. Ce mélange-là est très étrange, je vous l’accorde. Je parle aussi d’infanticide. Là, c’est un clin d’œil à la chanson réaliste d’après-guerre et aussi un clin d’œil à un des sujets les plus pop de l’histoire de l’humanité, c'est-à-dire la mort.

Ce disque-là est-il finalement une réflexion sur la culture pop ?

Oui. Mon écriture a évolué et devient de plus en plus réaliste. Il y a beaucoup de choses qui sont autobiographiques et beaucoup de choses qui ne le sont pas. J’essaie d’écrire un certain sentiment universel. Pour y arriver avec l’impact que je voulais avoir, sans vouloir tomber dans la provoc’, il fallait que j’y aille avec un langage plus crû et plus direct. J’ai fait de la poésie très vaporeuse pendant des années et j’en ai fait le tour. Je suis en pleine transition…

Vous n’aviez jamais traité de ces sujets-là ?

Si. Depuis toujours je traite du sexe, de l’amour, du rejet et de la mort. Ce sont des thèmes qui obsèdent  tout le monde. Je pense que le besoin d’être aimé, le fait de consommer, de fonder une famille, découle de la conscience refoulée face à l’idée qu’on a que nous sommes éphémères. On a besoin de "saouler" (NDLR: expression québecoise, je suppose) notre passage ici en occupant le temps. L’amour est la plus belle de façon de se saouler jusqu’à ce que la mort vienne nous chercher. Quand on est créateur, l’important est de laisser une trace. On veut laisser une trace pour essayer de se convaincre qu’on va vivre encore après notre mort.  

Clip de "La sexualité" avec Random Recipe. (Réalisation: Jérémie Saindon)

La question inutile et idiote. Pour vous, qu’est-ce qui est le plus fort, l’amour ou la musique ?

Depuis que je fais ce métier, j’ai utilisé l’enrobage qui vient avec le métier de chanteur, c'est-à-dire la scène et la pression sociale que j’ai au Québec du fait de ma notoriété, pour trouver un équilibre. À un moment, cette volonté-là s’est étendue jusqu’à créer une confusion entre mon travail, ma vie quotidienne, mes amitiés et mon environnement. Mon habitacle est vraiment une espèce d’œuvre d’art très complexe que la majorité des gens aborderaient avec beaucoup de malaises (rire). Il y a chez moi une certaine forme de confusion entre la création musicale, l’amour, les relations amicales, le tout dans une espèce de sérénité presque spirituelle (rire)… et tout ça finit par être amené sur le même plan d’importance. Il sort de moi ce que j’ingère.

Ce qui est certain, c’est qu’on sent chez vous un monde intérieur incroyable. Vous êtes vous créé votre monde parfait ?

Non. La perfection ne m’intéresse pas. Je trouve ça même emmerdant. Je me suis créé un monde où tout pouvait être stimulant. Même ce qui peut être chiant à première vue peut créativement ou humainement devenir intéressant. Je communique aux autres, presque dans une forme d’impudeur, ce que je peux observer pour réussir à toucher l’universel.

C’est bien parce que, si vous êtes malheureux, si vous avez un chagrin d’amour prononcé, vous savez que cela peut se transformer en art. Ça amoindrit la douleur ?

À plusieurs reprises dans ma vie, j’ai eu des moments très difficiles physiquement et émotivement. J’ai la chance d’être bien entouré et c’est ce qui m’a sauvé. Même quand je vis ces moments-là, je suis le premier à rire de cette tristesse, parce que je sais très bien qu’elle va disparaitre et que je pourrai m’en servir. Je suis capable de mettre des mots sur mes maux.

"Nu devant moi" (à Belle et Bum le 12 octobre 2013)

Vos chansons ne parlent pas que de vous…

Mais il y a toujours une part autobiographique parce qu’un artiste se base toujours sur son ressenti. Quand j’écoute les autres et que je transforme leur propos en chanson, j’amplifie. Chanter, je le dis depuis toujours, c’est du théâtre.

Quand vous êtes sur scène, après les concerts, vous demandez au public de rester s’il veut discuter.

C’est vrai et je ne signe pas d’autographes. J’aime juste parler avec eux.

Vous ne signez pas d’autographes ?

C’est très rare. Je trouve ce geste insipide. Je ne comprends pas que l’on me demande d’écrire mon nom sur un bout de papier ou une photo, je préfère discuter. On prend 20 minutes, le rideau est fermé, je m’assois sur scène et les gens me posent toutes les questions qu’ils souhaitent. Là, il y a un lien réel.

La scène est pour vous un espace de jeu.

Je ne suis pas journaliste, je ne raconte pas des évènements. J’écris des histoires dans lesquelles je parle de ce que je vis en amplifiant les choses pour en faire de l’art.

pierre lapointe,punkt,interview,mandor

Punkt est-il le disque le plus équilibré de votre œuvre ?

Oui, vous avez raison, même s’il va dans les extrêmes. J’ai trouvé un équilibre entre quelque chose de très touchant, très vrai, mais très théâtral en même temps. Sur scène, on dirait que j’ai trouvé un équilibre entre le côté très cabotin, très acoustique, très rock, très placé et en même temps spontané. Ça fait plus de 12 ans que je fais ce métier et je pense trouver un équilibre efficace.

Faut-il prendre du plaisir pour en donner aux autres ?

Je pense que oui. Je me suis créé un terrain de jeu partout dans ma vie, où je peux me laisser aller tout le temps. Je m’entoure toujours de créateurs qui sont dans le même genre de recherche, même si elles sont esthétiquement différentes que la mienne. Quand je travaille avec des architectes sur ma musique, on a vraiment des liens forts. Je veux arriver à un « produit » qui touche les gens. Je ne suis pas très ésotérique, mais c’est une sorte d’énergie. Je pense vraiment qu’on communique par la parole et par ce que les gens voient dans notre langage corporel. Il y a 90% de la communication qu’on fait qui est totalement en dehors de ces considérations.

J’ai la conviction depuis toujours que les artistes sont des gens à part. La transmission évidente, l’inspiration, le charisme, le petit supplément d’âme… ça vient bien de quelque part.

Je ne peux pas vous répondre précisément, en tout cas, il y a une capacité et un besoin extrême à communiquer, ça nous amène à faire des choses que les autres n’ont pas besoin de faire. Il y a comme un muscle qui s’installe et qui se met à prendre la puissance. Moi, j’ai toujours dit que je suis né musicien et créateur. Enfant, j’avais le besoin de sortir des trucs.

pierre lapointe,punkt,interview,mandor

(Portrait : Joe Becker)

Vous sentez-vous différents des autres ?

Tout le monde se sent différent. Tout le monde vit la même chose, mais tout le monde à l’impression que c’est différent pour lui. Tout le monde est à part.

Mais quand on est connu, il est légitime de se sentir un peu plus à part que les autres, non ?

On est dans une société où les visages connus peuvent exhiber leur particularité à tout le monde. C’est drôle parce que c’est mon métier, mais j’ai eu la chance de démystifier tout ça à l’âge de 24 ans, j’en ai 32 aujourd’hui. J’ai compris que c’était complètement futile de croire ça. La réalité d’un fonctionnaire est probablement aussi compromettante et difficile que celle d’une personne connue.

Vous êtes un peu à contre-courant en parlant comme ça.

Je m’estime être un artisan. Tous les artistes le sont, je crois. Mais tout autour de nous, quand on a du succès, nous incite à nous mettre dans une position où on a vraiment l’impression d’être à part, voire exceptionnel.

Mais, vous, vous abusez de cela. Je vous ai interviewé plusieurs fois et vous n’hésitez pas à dire que vous voulez révolutionner la musique. Sur le dos de la pochette du disque PUNKT,  vous expliquez que c’est un album magistral…

(Rire) C’est le principe de la pub. Si on nous présente tous les jours un savon en disant que c’est le meilleur, partout à la télé ou à la radio, on finit par s’attacher à ce savon. On arrive à l’hystérie si on ne le trouve pas à l’hypermarché. Ça me fascine de voir à quel point ces principes sont hyper faciles et hyper cons. La meilleure chanson qui décrit cela, c’est celle d’Alain Souchon, « Foule sentimentale ». L’être humain n’a pas changé depuis des milliards d’années. On est tous attirés par les mêmes choses, celles qu’on nous martèle. Ces principes-là, je sais qu’ils marchent, donc je joue avec, comme tout le monde. Je ne cache aucunement mon jeu.

pierre lapointe,punkt,interview,mandor

Cela vous apporte quoi de travailler avec un autre créateur?

Quand je dis que je fais de la chanson, je me sens comme un poseur de feuilles d’arbre à côté de quelqu’un qui travaille avec une imprimante 3D. Je m’allie avec des architectes, avec des artistes en art visuel qui eux poussent les limites plus loin et sont dans la constante réflexion. Mon but est d’arriver avec une image forte qui va imprégner les esprits. On en a marre des images aseptisées, on veut des images fortes.

Vous vous êtes inspirés de Cendrars pour un morceau…

Tout est post-moderne en ce moment. Aujourd’hui, on fait du patchwork, on fait des associations de vieux avec du récent. En art contemporain, ça fait longtemps que c’est arrivé, mais pas en chanson. Dans mon travail en tout cas, j’utilise beaucoup ce procédé. Dans « Les enfants du diable », c’est un clin d’œil à Jean Cocteau et à Jean Genet. Je chante un érotisme d’une autre époque qui n’existe plus aujourd’hui. Pour moi, cette chanson-là, c’est du Pierre et Gilles. Je fais de la recherche artistique qui est appuyée par des arrangements, des mélodies et des mots.

Cette œuvre, qui se situe entre le film d'art et le vidéo-clip, a vu le jour dans une installation immersive de Dominique Pétrin au centre d'artistes AXENÉO7. On y voit et entend Pierre Lapointe chanter une version épurée de sa chanson NOS JOIES RÉPÉTITIVES dans un contexte visuel saisissant.
Cette vidéo est une réalisation de Philippe Craig et Pierre Lapointe sous la direction artistique de Dominique Pétrin et Pierre Lapointe. Ce projet est présenté grâce à la collaboration d'Audiogram, du Musée d'art contemporain de Montréal, des Francofolies de Montréal, des Productions 3PM et d'AXENÉO7.

J’adore « Nos joies répétitives » qui est une chanson classique en piano-voix.

C’est une de mes fiertés en tant qu’auteur. J’ai atteint une dextérité d’auteur de chansons qui me permet de me sentir bien.

C’est rare qu’un artiste dise cela franchement.

Il y a dans ce métier une certaine forme d’hypocrisie, de fausse modestie. Je ne suis pas comme ça, la vie est trop courte. Je sais que j’ai fait aussi des chansons légères, un peu nunuches comme « L’étrange route des amoureux », je les assume tout autant parce qu’elles ne sont pas mauvaises.  « La sexualité » aussi est une chanson qui est complètement conne, mais elle a donné naissance à un clip qui est superbe. Je trouve ça inutile de jouer les faux culs.

pierre lapointe,punkt,interview,mandor

Pendant l'interview...

Considérez-vous que PUNKT est votre meilleur album ?

Ce disque-là est extrêmement lié à tous les autres et tous les autres sont inter reliés. D’ailleurs, je ne comprends pas le métier de critique. Pour moi, on a le droit de juger une œuvre qu’après la mort de l’artiste. Si on réécoute ce disque-là dans 30 ans et qu’on le remet dans son contexte, on va avoir un vrai regard objectif sur la réelle portée que ce disque avait par rapport au courant de l’époque. Quel impact il a eu 10 après ? Est-ce qu’il prend de l’importance ou pas ? L’exemple le plus connu, c’est Melody Nelson de Gainsbourg. Gainsbourg, on a le droit de le juger aujourd’hui parce que cela fait 20 ans qu’il est mort.

On ne peut juger qu’en comparant un disque à l’ensemble de l’œuvre, c’est ça ?

C’est ça. Le spectacle que j’ai fait, Mutantes, a fait naître l’album Sentiments humains. J’ai écrit cet album en 10 jours dans un sentiment très fort d’urgence. Si on ne sait pas qu’il y a eu un spectacle avant, on ne peut pas comprendre ce disque avec exactitude. Et puis, j’ai travaillé avec des artistes d’art contemporain qui sont connus dans ce milieu, mais qui dans 30 ans seront extrêmement connus par tout le monde. Quand dans quelques années on se demandera avec qui j’ai travaillé pour tel spectacle, tel disque, tel évènement, là on pourra juger si mon travail a de la valeur ou pas.

Après 12 années de chansons en tant que professionnel, vous sentez-vous compris ?

Je ne comprends pas tout de mon œuvre moi-même, alors je ne vais pas demander aux gens de tout comprendre de ce que je fais. Je ne m’attends pas à ce qu’on fasse une thèse de mon travail, non plus. Cela dit, j’ai l’impression d’être compris. Mes disques se vendent bien et beaucoup de personnes viennent voir mes shows.

Il paraît que vous ne vous droguez pas ! Je suis surpris.

(Rire) Je n’ai jamais pris de drogue de ma vie, je ne bois presque pas, je n’ai jamais fumé et je mange super bien. Je suis tout le temps là et réceptif à tout. Quand je rencontre un artiste qui est dans la souffrance, je lui dis qu’autour de moi, il n’y a que des créateurs, que tout le monde est sympathique et fait de grandes choses.

pierre lapointe,punkt,interview,mandor

Le 20 novembre 2013, après l'interview...

Les commentaires sont fermés.