Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« François Perrin (et Philippe Jaenada): interview pour Bois sans soif | Page d'accueil | Henri Loevenbruck : interview pour Le Mystère Fulcanelli »

30 décembre 2013

Jacques Saussey : interview pour Principes mortels

jacques saussey,principes mortels,interview

Jacques Saussey écrit des polars. Je l’interviewe ici pour un livre qui n’est pas un polar. C’est un roman noir. Un putain de roman noir. Principes mortelles m’a envouté. L’ambiance y est pesante et les rebondissements hallucinants. Impossible de lâcher ce livre tant qu’on est connait pas l’issue finale/fatale. Il était temps que je découvre cet auteur.

Pour tout dire, j’ai souvent croisé la route de Jacques Saussey, principalement dans quelques salons du livre que j’animais. Je l’ai même mandorisé une première fois récemment, bien accompagné, pour un projet collectif. Mais, je n’avais jamais lu un roman de lui.

À tort.

Aussitôt lu, aussitôt contacté pour qu’il revienne me voir à l’agence. Ainsi fut fait le 27 novembre dernier.

4e de couverture de Principes mortelles:jacques saussey,principes mortels,interview

La mort est capricieuse. Elle n'a jamais dit son dernier mot.

Été 1979. Franck Servin, 18 ans, fuit le naufrage du foyer familial pour réviser son bac. Il trouve refuge chez son oncle et sa tante, dans une ferme isolée de la Creuse où quatre ans plus tôt, son cousin a trouvé la mort sur une route qu'il connaissait pourtant depuis son enfance. Cette tragédie a ouvert une plaie qui ne s'est jamais refermée. Elle ronge insidieusement le cœur de ses proches et attend son heure pour frapper de nouveau.

L’auteur :

Jacques Saussey. 52 ans. Réside dans l'Yonne. Ses trois premiers thrillers, De sinistre mémoire, Quatre racines blanches, et Colère noire - Un vrai coup de coeur pour Franck Thilliez (mandorisé là) - ont été unanimement salués par la critique française et québécoise.

jacques saussey,principes mortels,interviewInterview :

Tu as commencé à écrire à l’âge de 27 ans, mais tu n’as été publié que des années après.

J’écrivais, mais je ne cherchais pas à être publié. C’était juste pour me faire plaisir. Être édité ne m’a effleuré que sur le tard, quand j’ai commencé à avoir une bonne vingtaine de nouvelles. Comme je savais que des auteurs américains de nouvelles y parvenaient régulièrement, j’ai pris moi aussi mon baluchon et j’ai tenté le truc. J’ai gratté à quelques portes et je me suis rendu compte qu’en France, la nouvelle de mon style ne marchait absolument pas.

Aujourd’hui, cet ensemble de nouvelles écrites entre 1988 et 2012, Anicroches, est sorti sur Internet.

Oui, il est en téléchargement gratuit (voir là). Il y a principalement des nouvelles noires, puisque c’est vraiment mon domaine. Je me suis également essayé au fantastique, très fortement inspiré par Stephen King… que j’ai avalé par kilomètres à l’époque.

Très vite, tu as décidé de participer à des concours littéraires. Tu voulais savoir ce que tu valais ?

En gros, c’est ça. Quand j’écrivais des nouvelles et que je les faisais lire aux membres de ma famille, curieusement, ils trouvaient tous que c’était vraiment bien. Au bout d’un moment, j’ai souhaité avoir des avis plus objectifs afin d’écouter les vraies critiques et progresser réellement. Pour cela, les concours, c’est idéal. Deux de mes nouvelles ont été primées. L’une en 2002, Quelques petites taches de sang, au Noir de Pau. En 2007, j’ai gagné le concours Alfred Jarry organisé par la mairie de Laval. On devait commencer le texte avec cette phrase : Alfred Jarry est mort. Avoir gagné ce concours m’a donné suffisamment confiance pour que j’essaie d’écrire un premier roman.

jacques saussey,principes mortels,interview

Là, tu parles de Colère noire que tu as écrit en 2008.

J’ai écrit ce roman en quasiment neuf mois et j’ai effectué pendant cinq mois un travail de réécriture après un profond travail de validation de tout ce qui était judiciaire. Je m’étais fourvoyé dans une voie du droit pénal Français. Une amie juge d’instruction m’a dit : « Oh la la ! Mon pauvre ami, où vas-tu ? » Elle m’a aidé à trouver un fil conducteur pour ce point de droit très précis. Normalement, le roman est inattaquable de côté là.

Dans tes deux  polars suivants, De sinistre mémoire et Quatre racines blanches, tu as gardé les mêmes personnages de flics.

Oui, mais leur vie privée change. Comme la vie privée des enquêteurs est en trame de fond, pour la suivre, il vaut mieux lire dans l’ordre, mais ce n’est pas essentiel. Les trois polars se lisent indépendamment.

Ils évoluent dans un commissariat imaginaire du Xe arrondissement de Paris.

Oui, à l’époque, je travaillais dans ce quartier. Pour mon premier roman, je trouvais plus pratique de faire mes repérages le midi. Je tournais une heure chaque jour avec mon petit dictaphone et je faisais des commentaires sur les endroits…

Ton « héros » est le capitaine Daniel Magne. Pourquoi as-tu décidé de prendre des personnages récurrents pour tes polars ?

Parce que j’aime les personnages récurrents chez les autres auteurs. À l’époque, je lisais surtout Elisabeth George et Dennis Lehanne. Mes deux personnages sont très clairement inspirés des deux personnages principaux de Dennis Lehanne. J’aime voir la vie des héros qui évolue de livre en livre.

Pourquoi as-tu choisi ce genre littéraire?

Parce que je ne lis pratiquement que ça. Du noir comme Frédéric Dard ou Boileau-Narcejac… ce genre là m’a toujours plus parlé, bien plus que les grands classiques qui ont toujours eu tendance à m’ennuyer.

As-tu vite compris comment mener une intrigue ?jacques saussey,principes mortels,interview

Pas franchement. J’ai même ramé au début, mais ça vient au fur et à mesure. C’est la nouvelle qui m’a permis d’envisager un chapitre. Faire concis et terminer sur un point bien particulier à chaque fois. J’évite les fioritures. Au début j’écrivais beaucoup, mais des premiers lecteurs ont trouvé qu’il y avait trop de superflu. Leurs critiques sans concession m’ont appris à être plus vigilant et plus sévère envers  mon travail.

Ton deuxième livre est De sinistre mémoire. Avais-tu plus d’assurance en écrivant celui-ci?

Oui, je connais mieux mes personnages. Je sais sur quoi ils réagissent véritablement, notamment l’APJ (Agent de Police Judiciaire) Lisa, qui est un personnage explosif. Cette jeune femme au caractère très tranché, très affirmé assiste le capitaine Magne au départ et petit à petit, va progresser dans la hiérarchie.

Ensuite, il y a eu Quatre racines blanches… Là, on voyage. L’action se situe au Québec.

J’adore le Québec. J’y vais régulièrement depuis 1995. Je venais de gagner les championnats de France de tir à l’arc et je souhaitais rencontrer un archet québécois. Cette personne m’a fait découvrir le Québec de l’intérieur, du côté de l’habitant. J’ai été amené à rencontrer des gens qu’on ne rencontre pas tous les jours en ville. J’y suis retourné plusieurs fois dans les mêmes conditions. J’ai fini par souhaiter écrire un livre dont l’intrigue se passerait dans ce pays. En janvier 2011, je m’y suis de nouveau rendu en période froide, pour les besoins de mon roman.

Tu viens d’en parler, de 1985 à 1995, tu as été un champion de tir à l’arc.

Quand j’ai commencé, je m’étais donné deux objectifs : entrer en équipe de France, ce que j’ai fait en 1992, et être champion de France, ce que je suis devenu en 1995. J’ai arrêté tout de suite après. J’avais 34 ans, mes enfants grandissaient, j’avais de plus en plus envie d’écrire et je me rendais compte que je ne pouvais pas tout faire.

jacques saussey,principes mortels,interview

Dans Colère Noire, tu fais référence à ce sport.

Quand j’ai décidé d’écrire mon premier roman, je suis parti sur une arme que je n’avais jamais vue dans aucun autre polar et que je maitrisais parfaitement… le crime a donc été réalisé avec un arc et une flèche. Tout tourne autour de ça.

Aujourd’hui, je t’accueille pour Principes mortels. Nous sommes en 1979. Une ferme isolée, un adolescent en perdition venu y chercher refuge à la suite du divorce de ses parents, un couple déchiré par la mort de son enfant... L’intrigue de ce roman noir se déroule notamment dans une ferme. Une ferme que tu as fréquentée toi-même.

Cette ferme est arrivée dans la vie de la famille en 1940. Mon père y a été accueilli durant l'Exode. Il avait 9 ans, les Allemands déferlaient sur la France. Il a fallu qu’il travaille de ses mains pour gagner de quoi manger. Les fermiers voulaient bien le protéger moyennant une participation active à la vie de la ferme. Il y a travaillé quelques années, jusqu’à ce que les évènements se calment et qu’il puisse revenir dans sa famille. À l'âge adulte, il y est revenu chaque année pour rendre visite aux paysans qui l'avaient sauvé de la famine. Ils étaient depuis devenus des amis. Par la suite, mon frère et moi y avons passé de nombreuses vacances. De cette période m'est resté le souvenir d'une région sauvage, à l'écart du temps et de la frénésie parisienne. Un personnage à part entière. Secret et silencieux. De la matière brute de premier choix. Lorsque l'idée de ce roman a germé, j'ai naturellement choisi cet endroit qui m'évoque depuis toujours l'adolescence, les fougères, les champignons et les odeurs de la ferme. La mélancolie, aussi... Le décor était planté avant même que je commence à écrire. Il m'attendait...

Les années 70 se sont-elles imposées d'elles-mêmes ?

Oui, pour deux raisons bien simples : il n'y avait pas de téléphones portables ni de recherches ADN. Deux écueils qui auraient été fatals à cette intrigue.

Le héros de ce livre, l’ado prénommé Franck et son cousin se ressemblent comme deux gouttes d’eau… ce qui te permet de jouer avec le lecteur.

Je me suis dit que j’allais jouer de cette ressemblance entre lui et son cousin de manière à emmener le lecteur à penser à un certain nombre de choses qui s’avéreront exactes ou pas. Le lien que Franck a avec son cousin, c’est un peu le lien que j’avais avec mon frère quand on était à la ferme. Une espèce de communion sur beaucoup de choses.

jacques saussey,principes mortels,interview

Tu m’as bien baladé, je te remercie. Je suis tombé sur je ne sais pas combien de pièges laissés par toi.

J’avais très peu de personnages, il fallait vraiment que je joue sur quelque chose d’à la fois transparent, mais opaque. C’était ça la difficulté de ce roman. Je ne pouvais pas me cacher derrière un nombre important de personnages pour faire croire qu’untel ou untel était le coupable. Il a fallu jouer serré.

Comment fait-on pour être certain que l’on réussit son coup?  

On ne sait jamais. À la sortie de Principes mortels, je n’étais pas spécialement rassuré parce que j’avais trois thrillers dans les pattes et que j’avais peur que mes lecteurs habituels soient déstabilisés par ce livre-là. C’était aussi une crainte de mon éditeur. Mais apparemment, personne ne s’est plaint.

Pourquoi cette parenthèse entre deux polars ?

Ça m’a donné la possibilité de sortir de mes personnages habituels. Je voulais me sentir libre de les laisser de côté. Ça me permettra de revenir sur eux de manière plus énergique.

Ils sont si prenants tes personnages?

Daniel et Lisa sont extrêmement vivants. Lisa me colle sans arrêt aux baskets. Pour moi, elle est vraiment palpable.

Quatre racines blanches sort en poche en avril 2014 au Livre de Poche. Il sortira en même temps que L’enfant aux yeux d’émeraude, mon prochain livre en grand format.

Ça fait des mois que je travaille au corps mon éditeur pour qu’un de mes livres sorte en poche. Je rate énormément de lecteurs en signatures à cause de ça. Acheter un livre à 20 euros d’un auteur que vous ne connaissez pas, ce n’est pas évident. Les temps sont durs.

jacques saussey,principes mortels,interview

Te sens-tu écrivain ?

Je me considère comme auteur, toujours pas comme écrivain. Pour moi, un écrivain, c’est quelqu’un qui gagne sa vie avec son travail d’écriture. Ce n’est clairement pas mon cas. J’ai un métier et je vis très bien avec, donc ce n’est pas un problème. Je n’ai ni rendement, ni pression, ni délai à avoir. J’écris quand je veux, ça tombe bien, je veux souvent.

As-tu l’impression de progresser de livre en livre ?

Oui et je souhaite que les retours soient de plus en plus positifs, ça me permet de savoir que je progresse. Je suis de plus en plus exigeant envers moi-même.

Je sais que tu vas écrire un « Embaumeur », la série créée par Sébastien Mousse.

Je vais encore une fois sortir de mes personnages et surtout, c’est un exercice de style. Le personnage principal étant thanatopracteur et toujours en lisière de la loi, tout est permis. Ce sera une histoire extrêmement noire et dure dans laquelle il pourra se passer n’importe quoi.

jacques saussey,principes mortels,interview

Ton prochain roman, L’enfant aux yeux d’émeraude, sera, parait-il, le plus noir de tous…

Je me lance dans la terreur dans le polar. J’aime beaucoup jouer avec le lecteur. Dans ce prochain livre, je me suis risqué à un exercice un peu particulier : le lecteur va savoir avant les flics ce qu’il se passe. Ils seront toujours un peu en retard par rapports aux lecteurs.

Aucun de tes livres ne se ressemble.

Quand je lis deux livres à la suite de la même personne, je ne veux pas tomber sur la même chose. J’espère réussir à donner à chaque fois, une orientation différente de la lecture.

Qu’y a-t-il en toi pour que tu n’écrives que des histoires noires et glauques ?

(Rires) C’est ce que me demande ma mère avec des yeux inquiets.

Souhaiterais-tu faire de la littérature « blanche » ?

Je n’en ai aucune idée. Ça va être au feeling. Quand je commence un roman, j’ai un axe et quelques rotules sur lesquelles je vais articuler mon action, ma trame. J’ai besoin d’un minimum d’organisation pour que cela soit crédible, mais j’ai aussi besoin de laisser la place à la spontanéité pour que ça vive et que ça rebondisse.

jacques saussey,principes mortels,interview

Les commentaires sont fermés.