Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les Ptits Courageux dans Enfant Magazine ! | Page d'accueil | Jonathan Dassin : interview pour son premier album »

16 décembre 2013

OTTiLiE [B] : Interview pour Histoires d’O2

ottilie [b],histoires d’o2,interview,mandor

ottilie [b],histoires d’o2,interview,mandorÀ l’écoute de l'album d’OTTiLiE [B],  Histoires d’O2, on tombe un peu à la renverse… de bonheur et d’étonnement. Cet album de quatorze morceaux a été conçu en réaction à l'œuvre littéraire érotique,  Histoire D'O, écrite par Pauline Réage. Cette jeune artiste, auteure compositeur est adepte des expérimentations musicales. Loin du conformisme de bien des premiers albums, celui-ci étonne et séduit immédiatement. Une brillante réussite qui éveille la curiosité. Il me semblait primordial de rencontrer cette étrange et exceptionnelle artiste. OTTiLiE [B] est donc venue à ma rencontre à l’agence le 15 octobre dernier.

Biographie officielle :ottilie [b],histoires d’o2,interview,mandor

Femme libre aux origines multiples (Kabylie, Mongolie, Italie …) OTTiLiE [B] joue avec les codes et les références pour mieux les détourner.

Pour elle, tout s’inspire et tout l’inspire ! Ses influences se promènent de Björk à James Blake en passant par Fink, Gainsbourg, Satie, Les Elles et encore Sainkho Namtchylak ou Abida Parveen.

Avec OTTiLiE [B] le virtuel devient concret : l’utilisation d’un lap top piloté de ses pieds nus (pédalier MIDI) et l’accordéon est dépoussiéré par un jeu nerveux, minimaliste et actuel, sa musique singulière réunit poétique et musicalité des mots soulignée par un live électro et des chants du monde (chant diphonique, soufi). La spontanéité de ce tourbillon et sa générosité nous invite les sens et les titille avec humour.

En live, on perçoit quelque chose de primaire, sauvage, du cri primal et primitif quelque chose qui sort de la féminité et l’incarne au plus profond. Dans sa façon d’empoigner ses instruments de tordre les notes et les mots, elle travaille comme de la glaise la matière sonore et humaine.

Sans oublier que la musique est une vibration, un mouvement d’air et qu’il peut être pur et violent tout à la fois…respirez profondément et joignez-vous à l’expérience pour faire vibrer vos cordes sensibles !

ottilie [b],histoires d’o2,interview,mandorInterview :

Ottilie [B] est une identité assez récente. 

Ottilie, c’est mon vrai prénom de naissance. A un moment, le fait que mon prénom soit aussi mon nom d’artiste, j’ai trouvé ça hyper lourd. J’avais besoin de différencier mon projet de ma personne. Du coup, en 2010, j’ai rajouté un [B].

Je n’ai rien trouvé sur toi sur internet datant d’avant 2010…

J’ai essayé de tout enlever (rires). J’ai réellement commencé en 2007, sous le nom d’Ottilie. Je jouais avec deux percussionnistes différents. J’ai chanté dans la rue, dans des bars, comme plein d’artistes qui débutent.

 Quel était ton genre de répertoire ?

J’étais plus dans la chanson dite « traditionnelle ». Le côté [B] que j’ai rajouté, c’est le côté plus électronique. Un jour, j’ai fait une formation en MAO (musique assistée par ordinateur), ça m’a ouvert un espace infini de possibilités et surtout d’arrangements qui m’étaient propres. J’ai pu faire ce que je voulais. J’ai pris les rênes de mes envies musicales.

Ce que tu fais est vraiment unique en France. Par exemple, les voix chevauchent la musique. On ne sait plus ce qu’on entend… mais c’est délicieux.

Je trouvais ennuyeux le format des chansons classiques, où on entend une musique qui traîne derrière, avec une voix hyper mise en avant. Je considérais que le travail de la voix pouvait être utilisé comme une matière, comme un instrument. Cela étant, les textes sont aussi très importants pour moi. Je voulais qu’ils soient intelligibles. J’avais envie que le tout fasse partie d’un ensemble, mais d’une manière plus fluide.

Tu cherchais à brouiller les pistes ?

Oui. C’est exactement cela. J’aime cet instant magique où on ne sait pas trop où on va. Mais grâce au travail de mixage, j’ai tout maîtrisé de A à Z. Qu’est-ce qui est réel ? Est-ce que c’est ce que l’on entend vraiment ? Est-ce que c’est ce que l’on voit ? D’ailleurs je vais continuer mon travail dans ce sens, peut-être avec de la vidéo, de l’hologramme parce que l’expérience de l’instant m’intéresse. Maintenant, elle peut être « illusionnée ».

Clip de "Survive (Je suis l'étoile)".

Tu es dans la lignée des Camille et autre Claire Diterzi… des "chanteuses chercheuses" en quelque sorte.

Ça me va. Mon projet, lui, était un concept graphique à la base. J’étais partie d’un morceau central avec des équations. Des questions-réponses sur des morceaux. Mes chansons se répondent entre elles.

C’est architectural et mathématique ta façon de concevoir une chanson.

Quand j’ai eu l’idée de travailler la musique, les éléments sonores comme de la matière, ce qui m’intéressait, c’est que l’on ne puisse plus juger le bien du mal. Musicalement et dans le propos poétique, je ne voulais pas que l’on puisse déterminer ce qui est bien où ce qui est mal. Je voulais un équilibre de force qui réponde au concept graphique que je souhaitais. Telle chanson est assez sombre et telle autre lumineuse. Mises en face, ça fait un ensemble. C’est comme une vie. Dans une vie, il y a bien des choses que l’on reçoit de manière positive et d’autres de manière négative. En même temps, la vie est telle quelle. Il faut dépasser tout ça.

En t’écoutant, je me dis que ta façon de travailler n’est pas simple.

(Rires.) Si j’osais, je dirais que c’est presque spirituel. Je voulais dépasser la notion du bien et du mal avec des équilibres. Ce qui peut sembler des contraires au départ, dans des émotions, dans des textes, dans des sons, je voulais en faire quelque chose qui soit un ensemble. Je voulais une unification.

"Chapeau d'O" en live.

Tu ne t’es pas demandé si cette œuvre-là n’allait pas être un peu compliquée pour les gens ?

Non, mais franchement, ce sont des petites chansons abordables pour tout le monde. Je n’utilise pas des termes hyper compliqués. Je sais qu’il y a tout un cheminement de plusieurs jours derrière mes textes, parce que j’ai cherché le mot juste. La justesse dans un album, dans un texte ou dans une présence scénique, ce n’est pas forcément esthétique. C’est ça que je cherchais dans ce disque : être juste. Parfois même, je suis allée jusqu’à chanter volontairement faux. Notamment dans « L’automne », j’ai cherché des minis comas un peu faux pour créer, non pas des dissonances, au contraire, mais des choses qui me paraissaient justes. C’est difficile à expliquer.

Tu as le trac avant de monter sur scène ?

Je ne sais pas. Ça dépend. Ça m’arrive d’être dans tous mes états, parce que je suis très émotive. Il ne faut pas que quelque chose m’émeuve trop avant un concert, car ça peut me déstabiliser. Mais, bon, je suis professionnelle, j’arrive à faire un concert même si je suis tracassée…

Quand sait-on qu’on est professionnelle ?

Pour moi, la reconnaissance du métier, c’était déjà d’être intermittente du spectacle, ce que je suis depuis 6 ans. Je dis même que je suis artiste. Je fais du théâtre, de la musique du film, je dessine… enfin, j’ai des tas d’expériences artistiques. J’aime bien que ce soit global.

ottilie [b],histoires d’o2,interview,mandorLa première fois que j’ai écouté ce disque, je ne savais rien de toi. Ce qui m’a d’abord surpris, c’est le son, la musique et les textes souvent très osés, charnels, voire sexuels.

J’ai lu Histoire d’O de Pauline Réage sur le tard. Je devais avoir 25 ans. Le fantasme que je m’en faisais, c’est que c’était un chef-d’œuvre de la littérature érotique. Du coup, je l’ai lu en le prenant avec cet apriori. En fait, le livre est vraiment trash. C’est quand même l’histoire d’une femme qui s’« objectise » et qui se donne par amour. Elle est destituée de ce qu’elle est et elle se « chosifie ». Il est beaucoup question d’O dans mon disque. Je lui rends hommage. A la fin du livre, j’avais l’impression que mes ailes étaient coupées. J’avais besoin d’air, j’avais besoin que ça se passe autrement pour elle. Dans le livre, la fin est tragique. Je voulais refaire l’histoire en fait. Ce livre m’a choquée. J’avais envie de pouvoir parler de ces choses. Comment parfois on s’oublie, comment on donne son corps, comment on reçoit le corps de l’autre, comment ça peut être fait en étant acteur et en assumant complètement ce qu’il se passe même si ce n’est pas quelque chose d’agréable. Dans Histoire d’O, à la fin, tellement O ne s’appartient plus, elle demande à l’homme qu’elle aime si elle peut se suicider. Il lui dit oui et elle le fait. C’est juste quelqu’un qui s’est mis dans les rails et qui n’a plus osé ou voulu choisir autre chose.

Clip de "Crayons" réalisé par Otillie [B].

Est-ce que certaines personnes, après avoir écouté ton disque, t’ont demandé si tu étais féministe.

Non, mais il y a des gens qui viennent me remercier pour ce que l’album vient toucher chez eux et pour ce qu’il vient réveiller de ce qu’il y en eux de militantisme.

Tu n’as pas l’impression de militer ?

Non, même si, dans un de mes textes, je dis : « j’ai mal au fond du vagin ». Il y a des gens que ça choque et limite, ça me choque aussi. C’est ça qui est craignos, parce que je ne comprends pas pourquoi ça me choque. Je parle juste du sexe de la femme, ça dépasse la sexualité. Ça devrait être banal de pouvoir en parler et ça m’arrive d’être mal à l’aise de chanter ce texte en public. Si je dois synthétiser mes propos, je dirais que je fais du militantisme envers moi-même. Je ne prêche aucune vérité aux gens et je n’ai aucun message à délivrer.

ottilie [b],histoires d’o2,interview,mandor

Curieusement, si la structure de tes chansons est compliquée, les mélodies sont, paradoxalement, simples.

Quand je fais une chanson, la mélodie est imbriquée avec les mots ou les sonorités, parce que parfois ce sont des onomatopées. Pour moi, ça va ensemble avec le langage. La musique, c’est aussi un vocabulaire à utiliser. Je l’utilise de manière instinctive.

Le texte est donc un instrument de musique ?

Oui,  je l’utilise comme ça. Parfois, j’utilise un mot uniquement pour sa sonorité. Il va en découler un sens qui a un autre sens un peu plus profond, auquel je ne m’étais pas attachée.

Le CD'Aujourd'hui (paix à son âme!) que nous avions consacré à OTTiLiE [B] il y a 6 mois. (Elle est interviewée par mon excellente consœur Marion Combecave).

D’où vient ton inspiration ?

Je ne sais pas, mais ce que je sais, c’est qu’il y a dans mon travail une quête de sens et une quête spirituelle.  

Le succès n’est pas venu vite, mais j’ai l’impression que ça commence à bouger autour de ta personne…

Il était temps. Je suis au bout de mon investissement, maintenant, j’aimerais bien recevoir.

Quand on vient de faire un album de cette nature, aussi fort et original, sait-on ce que l’on va faire après ?

Oui. Je vais travailler sur le passage entre la vie et la mort. Ca ne va pas être plombant… j’aime quand des sujets difficiles deviennent parfois drôles. J’aime aussi le bon humour. L’humour bienveillant.

ottilie [b],histoires d’o2,interview,mandor

ottilie [b],histoires d’o2,interview,mandor

Commentaires

Merci, j'ai aimé te lire ! belle plume ;)

Écrit par : Expert web analytics | 21 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.