Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Jean-Louis Foulquier n'est plus. Vive la chanson française! | Page d'accueil | Auren : interview pour la sortie de J'ose »

12 décembre 2013

Mélanie Pain : interview pour Bye Bye Manchester

mélanie pain,bye bye manchester,interview

Mélanie Pain s'est fait connaître avec le groupe Nouvelle Vague dont elle est la chanteuse depuis 2004 et avec qui elle a enregistré 4 albums. Tout en continuant de participer à cette aventure, elle entame rapidement une carrière solo pour se consacrer davantage à l'écriture et développer un univers plus personnel. Cette jeune femme pleine de charme ne fait rien comme les autres. Une mandorisation s’imposait…

À l’occasion de la sortie de son deuxième album solo, Bye-Bye Manchester, nous nous sommes retrouvés le 24 octobre dans un café de Montreuil. Son antre.

Biographie officielle :

En 2004, avec pour seule expérience celle de fredonner chez elle par-dessus les disques qu'elle aime (des Smiths à Sonic Youth) elle s'improvise chanteuse pour donner de la chair aux morceaux electro pop de son ami Benoît de Villeneuve. Quelques semaines après, Marc Collin craque sur sa voix et l'invite à participer au projet de reprises new wave sur lequel il travaille.

À force d'être invitée sur les disques des autres (M83, Villeneuve, Nouvelle Vague), Mélanie Pain a eu envie de son disque à elle. En 2009, c'est chose faite avec My name qui voyagera pendant plus de 2 ans entre la France, l'Angleterre, l'Asie, l'Australie, l'Allemagne.mélanie pain,bye bye manchester,interview

Pour écrire son deuxième album, Mélanie décide de poser ses valises à Manchester. Dans ses bagages, une autoharpe, un petit synthé Casio, un ukulele et un dictaphone. Son nouvel album Bye, Bye Manchester naît donc en Angleterre pendant l'hiver 2011, et paradoxalement s'affranchit des vapeurs de la brit-pop pour laisser libre cours à des ambiances tout en contrastes, allant de la pop électronique à l'acoustique.

Dans ses textes, Mélanie Pain est tiraillée entre l'envie d'aller de l'avant ("Bye Bye Manchester", "Je laisse tomber", "Ailleurs") et la peur de tomber ("7 ou 8 fois", "Ça grandit").

De retour à Paris, elle confie ses chansons à Albin de la Simone qui enregistre et arrange Bye-Bye Manchester. Fidèle à son style retro pop, elle compose désormais, écrit et explore un son personnel, plus fougueux, plus intense en abusant sans complexe de programmations et des synthés vintage.

mélanie pain,bye bye manchester,interviewInterview :

J’aime bien savoir comment l’artiste que j’ai en face de moi en est arrivé à faire de la musique.

Pour ma part, ça n’a pas été une évidence. Mes parents ont toujours essayé de me mettre à la musique, mais je n’aimais pas particulièrement. J’ai suivi des cours de batterie. Ils avaient mis l’une de mes sœurs à la guitare, une autre sœur au saxo… moi, je suis tombée sur la batterie. J’ai fait un an de conservatoire, je me suis cassé une cheville, alors, pour la batterie, c’était foutu. Du coup, je n’ai jamais repris aucun autre instrument.

Et bien, dis donc ! Tu n’étais pas partie pour devenir musicienne.

Pas du tout, même. J’ai fait Sciences-Po. À la base, il était question que je fasse une carrière « sérieuse ». Je suis montée à Paris pour faire de la communication et pour, éventuellement, devenir journaliste. J’ai commencé à bosser dans une agence de pub assez grosse, ensuite, j’ai trouvé des boulots à droite à gauche dans le web. C’était l’époque où le web explosait de partout.

Ça ne m’explique pas comment tu as mis un pied dans la musique…

Je n’ai jamais voulu devenir musicienne, mais je sortais toujours avec des musiciens. Ce n’est peut-être pas un hasard, mais à l’époque, je ne m’en rendais pas compte. Je sentais que la musique était importante dans ma vie, mais plutôt en tant que fan. Un jour, mon mec de l’époque, Villeneuve, me dit qu’il cherche une chanteuse. Il m’a donc tout naturellement fait interpréter quelques morceaux enregistrés sur une démo, juste pour qu’il puisse aller démarcher une chanteuse. Les gens qui écoutaient la démo demandaient à qui appartenait la voix. Ils se demandaient pourquoi Villeneuve cherchait une voix féminine alors qu’il l’avait déjà.

C’est comme ça que Marc Colin, le leader de Nouvelle Vague, a entendu ta voix pour la première fois. 

Oui. Il m’a demandé d’aller enregistrer direct avec lui. J’ai hésité, estimant que je n’étais pas chanteuse. Mais au bout d’un moment, j’ai changé d’avis. Marc ne voulait pas forcément d’une fille qui savait chanter, mais d’une fille qui avait un grain de voix original et une personnalité. En trois mois, ma vie a subitement changé. Je me demandais ce qu’il m’arrivait et en même temps, je trouvais ça génial.

mélanie pain,bye bye manchester,interview

Le groupe Nouvelle Vague.

Tu as fait ton premier concert avec Nouvelle Vague, quasiment, six mois plus tard.

Oui, j’étais avec Camille. On était censé faire une heure et demie de concert toutes les deux et on ne se connaissait pas. Elle avait déjà un niveau incroyable et moi, je débutais. J’ai appris la scène dans ce contexte… avec une certaine pression.

À cette époque, tu avais 24 ans, je crois.

C’est ça. Je me demandais pourquoi je n’avais pas ressenti ce besoin d’être sur scène bien avant.  J’ai tout balancé de ma vie d’étudiante à Sciences-Po. Je me suis sentie incapable de revenir à ce genre de vie.

mélanie pain,bye bye manchester,interviewPersonne ne s’attendait à ce que Nouvelle Vague décolle aussi vite et aussi loin. Vous êtes allés partout dans le monde…

J’ai eu beaucoup de chance, mais j’ai toujours ressenti l’impression de ne pas mériter ce qu’il m’arrive.

Sérieusement, as-tu eu parfois un peu de culpabilité d’être dans ce tourbillon involontaire?

Plus maintenant, mais au départ oui. J’ai passé trois ans à être sur scène, en tournée dans le monde entier. À chaque fin de concert, je me demandais ce que je foutais là. Quand je parlais avec les gens qui étaient autour de moi, c’était tous des musiciens incroyables qui ont bossé leurs instruments pendant des années. J’en côtoyais qui essayaient de percer depuis dix ans et moi je débarquais là, un peu par hasard. J’avais un gros problème de légitimité. Surtout que pendant tous les concerts, j’étais à côté de Camille. Il fallait donc que j’assure. Mais la joie et l’excitation que j’avais sur scène dépassaient cette culpabilité. Je n’ai jamais laissé la culpabilité me faire louper des opportunités.

Aujourd’hui, ce sentiment a complètement disparu ?

Oui, vraiment. Ca fait 10 ans que je chante pour Nouvelle Vague avec 200/300 concerts par an. Je me sens quand même légitime d’être là.

En 2009, tout de suite après la sortie de ton premier album solo, My Name, tu as faitmélanie pain,bye bye manchester,interview beaucoup de scènes à l’étranger.

Je suis le type de chanteuse française qui est mieux identifié et qui marche mieux à l’international. Les gens sentent que je suis française, que je fais de la chanson, mais que j’ai aussi un background un peu pop et indé. C’est aussi le cas de Françoiz Breut et Coralie Clément. On a toutes les trois une image qui est claire et nette.

En France, tu es donc plus difficile à identifier ?

Oui, parce que je ne fais pas de la variété, ni de la grosse pop commerciale, ni de la chanson française intello… du coup, ici, c’est plus difficile de sortir du lot. À l’étranger, les gens ne se posent pas la question de savoir dans quel genre te cataloguer. Ils aiment bien mes chansons, ils viennent me voir et voilà !

Nul n’est prophète en son pays, donc.

Un peu, je t’avoue. Ça me rend assez triste que ce soit difficile en France pour moi. C’est difficile d’avoir des concerts et de faire des tournées. Je reviens sur la difficulté de ne pas être identifiée du tout. C’est peut-être ma faute, je ne sais pas. Les gens me connaissent, savent que j’existe, ont entendu parler de mon nom, mais ne savent pas trop ce que je fais. J’en ai tout à fait conscience.

Moi, j’ai l’image d’une fille un peu rétro.

C’est ce que je projetais avant, mais ce n’est plus la vérité aujourd’hui. Bon, je ne panique pas. Je sors juste mon deuxième album. Il ne faut pas que je sois trop pressée. Je ne m’estime pas encore arrivée. Je sais que j’ai du chemin à faire…

Clip de "7 ou 8 fois" tiré de l'album Bye Bye Manchester.

Tu as enregistré Bye Bye Manchester à Manchester en revenant de tournée.

Tout le monde me demandait quand allait arriver le deuxième album. Beaucoup voulaient écouter les chansons que j’avais écrites pour me donner leur avis. C’est un peu par la force des choses que j’ai du aller m’isoler à Manchester. Me retrouver seule, sans écouter de musique ni parler à des musiciens. Je savais juste que je voulais faire l’album avec Albin de la Simone. Avec mes petits claviers, j’ai tenté de manigancer des sons qui me convenaient et qui me ressemblaient et j’ai écrit des textes en Français. Il y a deux, trois chansons dont je suis très fière. Ce sont des textes qui sont à la fois faciles d’accès, mais qui t’emmènent dans un voyage grâce à leur sonorité.

Il y a beaucoup de claviers sur ton disque. Ce n’est pas un reproche, j’adore ça !

J’ai tout fait avec le clavier que tu vois là, à mes pieds. Un Casio des années 80. Je peux produire des sons qui me touchent énormément et que je ne retrouve pas dans les claviers d’aujourd’hui. Albin de la Simone, lui, a une collection de Yamaha des années 80. On a mis en commun tous nos claviers. On a ajouté en plus des vrais instruments en studio, mais on ne s’est pas amusé à faire toute une rythmique sur ordinateur avec des sons de Pro tools. On a fait une musique qui ressemble à celle de la pop des années 80.

As-tu enregistré cet album dans la jubilation ?

Beaucoup plus que pour mon premier album, My Name. Ça s’était passé dans des conditions assez horribles. Je rentrais chez moi tous les soirs et je pleurais. Les chansons étaient dures pour moi, à ce moment-là. Elles faisaient écho à ma vie personnelle. J’étais pétrie de doutes. Pour Bye-Bye Manchester, ça a été le contraire. On a passé le premier jour de studio à déconner, tout en faisant trois morceaux. Ça a été d’une simplicité déconcertante. A chaque fois qu’Albin me faisait des propositions d’arrangements, ça m’allait parfaitement. Je ne trouvais pas ça normal que j’adhère à chaque fois à tout. On était sur la même longueur d’onde. Cela étant, avec Albin, on s’était vu beaucoup avant de rentrer en studio. Il avait compris ma démarche et la direction que je souhaitais prendre.

Clip de "Black Widow" feat. Ed Harcourt, tiré de l'album Bye Bye Manchester.

mélanie pain,bye bye manchester,interviewIl y a un duo avec Florent Marchet et un avec Ed Harcourt.

 Il me faut toujours des duos avec des mecs dans mes albums.

Pourquoi ?

Bonne question. Je ne sais pas. Dans les deux cas présents, ce sont des gens pour lesquels j’ai un profond respect et avec lesquels j’avais envie de bosser depuis longtemps.

Tu as été toi-même « feat » pour pas mal de gens. J’ai l’impression que tu adores chanter en partageant.

J’aime bien le côté collectif. C’est ce que je vis en permanence avec Nouvelle Vague. Mais, c’est aussi hyper inspirant de bosser avec des gens à égalité. C’est ça les featuring.

J’avais de toi l’image d’une artiste qui faisait des choses un peu élitistes. Avec cet album, je te retrouve plus accessible et ouverte musicalement.

J’ai l’impression que les gens pensent que je fais des trucs un peu rétro. Je ne fais pas de l’electro pointu, certes, mais je ne suis pas non plus dans la chanson française traditionnelle. Le côté rétro, ça doit venir de mes pochettes et des photos officielles. J’ai conscience que l’imagerie qu’il y a autour de moi n’est pas très branchée.

C’est toi qui choisis tes visuels… ce n’est donc pas innocent.

Oui, c’est vrai, mais tout ça me dépasse. Ça m’embête un peu. Il faudrait que je parvienne à casser cette image.

mélanie pain,bye bye manchester,interview

Tu te sens dans une famille de la chanson française ?

Oui, dans celle d’artistes comme Florent Marchet, Julien Doré, Albin de la Simone, Camille, Loane, Arman Mélies, Dominique A, Bertrand Belin, Mathieu Boogaerts. Ce ne sont pas des gens hyper populaires, mais je me sens proche d’eux.

Ce disque est-il celui qui te ressemble le plus ?

Oui, parce que c’est la première fois que je me sors les vers du nez et que je me suis demandé ce que j’avais envie de dire et de chanter. Il fallait que je trouve mon son et ma manière d’écrire. Mon premier album était très référencé… un peu folk, sixties. Il y avait trop de collaborations textes et musiques pour que ce soit tout à fait mon bébé. Dans Bye Bye Manchester, je sais pourquoi il y a tel mot ici et tel son là. J’ai façonné cet album pour qu’il me ressemble au mieux.

Clip de "Non", tiré de l'album Bye Bye Manchester.

Après avoir écrit des textes personnels, se sent-on mieux après ?

Ce que je peux te dire, c’est que je me sens beaucoup mieux sur scène avec mes textes. Partager ses propres histoires avec les gens, c’est un truc énorme. Quand ce ne sont pas tes chansons à toi, tu as toujours un petit détachement, tu joues un peu un rôle, tu te mets dans la peau d’un personnage.

C’est intéressant que tu me dises qu’une chanteuse peut se mettre dans la peau d’un personnage. Y a-t-il un travail de comédienne ?

Je pense que c’est très difficile à doser. Il faut se mettre un peu en scène, mais pas trop, sinon, ça sonne faux. Les gens veulent connaître l’artiste à la fin du show, ils veulent sentir que c’est naturel, honnête, sincère…etc. J’essaie d’être le plus sincère possible. Sur scène et dans mes disques.

mélanie pain,bye bye manchester,interview

Avec Mélanie Pain, après l'interview, le 24 octobre 2013.

Les commentaires sont fermés.