Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Maxime Chattam : interview pour Autre-Monde 6, Neverland | Page d'accueil | Pascal Obispo: interview pour Le Grand Amour »

03 décembre 2013

Pierre-Dominique Burgaud : interview pour Le Soldat Rose 2

pierre-dominique burgaud,le soldat rose 2,francis cabrel,mandor,interview

Le Soldat Rose 2 raconte la suite des aventures du petit Joseph et de son jouet favori, un soldat rose. Pierre-Dominique Burgaud est le créateur et l’auteur de toutes les chansons de « ce conte musical pour les enfants et ceux qui le sont restés ». Pour ce deuxième volet, Louis Chédid (qui avait composé Le Soldat Rose 1) laisse la place à un autre cador de la chanson française, Francis Cabrel. Le casting est entièrement renouvelé, à l’exception de Francis Cabrel qui retrouve son rôle de Gardien de Nuit. Exit Matthieu Chédid, Vanessa Paradis et Bénabar, place à Thomas Dutronc dans le rôle du Soldat Rose, à Nolwenn Leroy dans la peau de la poupée Made In Asia et Isabelle Nanty comme narratrice de l'histoire. Les chanteurs Tété, Laurent Voulzy et Renan Luce rejoignent également l'équipe. Gad Elmaleh, Ours et Pierre Souchon, Camélia Jordana, Héléna Noguerra et Élodie Frégé incarnent de leur côté les nouveaux personnages. (Les liens aboutissent sur la mandorisation de tous ces artistes...)

pierre-dominique burgaud,le soldat rose 2,francis cabrel,mandor,interview

De gauche à droite : Tété, Thomas Dutronc, Renan Luce, Nolwenn Leroy et Francis Cabrel.

Tous se mettent au service d'un conte composé de treize morceaux très enthousiasmants. Des mélodies tantôt entraînantes, tantôt mélancoliques… Aucun doute, Le Soldat Rose fait un retour réussi.

Ici, j’avais déjà évoqué Le Soldat Rose en septembre 2007, à l’occasion d’une conférence de presse qui présentait le projet… cette fois-ci, j’ai voulu aller plus loin en rencontrant le papa du soldat rose, Pierre-Dominique Burgaud (mais il n’est pas que ça, sa fiche Wikipédia en témoigne… c’est impressionnant !)

Le 5 novembre dernier, nous sommes allés boire un café dans un bistrot de Montparnasse. Magnéto ouvert, évidemment. Timide, attachant et sympathique, l’auteur a joué le jeu, malgré le fait que l’exercice de l’interview ne soit pas précisément sa tasse de thé.

L’intrigue du Soldat Rose 2 :pierre-dominique burgaud,le soldat rose 2,francis cabrel,mandor,interview

Être un Soldat Rose, ce n’est pas facile à vivre : les petits garçons ne veulent pas d’un jouet qui a la couleur d’une danseuse, et les petites filles n’ont pas envie de s’amuser à la guerre. Mais quand à la suite d’un hasard malencontreux, le Soldat Rose devient bleu, c’est une autre question qui se pose : celle de la singularité. Vaut-il mieux être comme tout le monde et se fondre dans la masse ? Ou au contraire être unique en son genre ? Après l’immense succès critique et populaire du premier volet, le Soldat Rose 2 conte les aventures  d’un soldat qui, avec l’aide d’un petit garçon, d’une petite fille et d’autres jouets, va tout faire pour essayer de retrouver ce qui était sa chance : sa différence.

pierre-dominique burgaud,le soldat rose 2,francis cabrel,mandor,interviewInterview :

Ce que j’ai aimé dans les deux Soldat Rose, c’est que les textes et les musiques ne sont pas cul-cul la praline. Ces deux contes musicaux s’adressent autant aux enfants qu’aux parents.

Le ton du Soldat Rose était inspiré par Émilie Jolie de Philippe Chatel. Il n’y avait pas vraiment d’histoire à suivre et à lire, mais les chansons étaient vraiment belles. Pour Le Soldat Rose, c’était le cap que nous nous étions fixés avec Louis Chédid. Nous voulions que ce soit pour les enfants parce que les histoires sont enfantines, mais nous ne souhaitions pas que ce soit bêtifiant. Ainsi nous respectons les enfants, mais aussi les parents. Pour Le Soldat Rose 2, avec Francis Cabrel, nous avons créé des chansons volontairement plus « adultes ». Les musiques ne sont quasiment pas enfantines. Les enfants sont pris par l’histoire que raconte Isabelle Nanty, ensuite, ils rentrent dans les chansons. Elles n’ont pas besoin d’être puériles.

Vous avez écrit la chanson « La simplicité » sur le dernier album de Gaëtan Roussel. C’est difficile d’écrire des textes simples, mais efficaces ?

Ce qui sort naturellement de moi c’est plutôt très naïf et très simple. Cette naïveté, si on la place hors contexte enfantin, ça peut vite passer pour de la bêtise.  La frontière entre naïf et un peu bête est tenue. Les grands auteurs que sont Prévert et Vian n’ont finalement pas la place qu’ils méritent dans la littérature française parce que leur œuvre respective est considérée comme enfantine, alors que c’est tout simplement génial.

Clip de "Le blues du rose" (Thomas Dutronc), premier single du Soldat Rose 2.

Pourquoi s’être lancé dans le conte musical pour enfant ?

C’est un prétexte pour faire passer toutes ces choses que j’aime bien. De la poésie toute simple et parfois même, j’insiste, naïve… et là, on ne se pose pas la question de savoir si c’est cul-cul ou pas. Comme c’est pour les enfants, les gens se posent moins la question. Encore, une fois, je ne m’adresse pas spécialement aux enfants. Il y a des références qu’ils ne peuvent pas connaître. Quand je parle de Chagall par exemple. S’ils peuvent poser des questions à leurs parents du genre « c’est quoi Chagall ? », c’est bien aussi.

Il y a de la profondeur et des messages dans les textes du Soldat Rose. Le 2e volet est un disque sur la différence et la tolérance.

Je défends le fait que mes textes soient plein de bons sentiments. En 2013, ce n’est pas tellement accepté. Ça peut paraître très ringard pour une catégorie de gens, mais c’est difficile d’écrire une chanson intéressante avec des bons sentiments, vous savez. Une chanson négative, c’est beaucoup plus facile à écrire qu’une chanson positive. Moi, dans mes chansons naïves, je glisse des idées, des messages et de la poésie. C’est tout mon travail.

Revenons au Soldat Rose 2. Quand Louis Chédid vous a annoncé qu’il ne souhaitait pas récidiver, vous avez réagi comment ?

Je voulais repartir avec lui. La première fois qu’il m’a bien fait comprendre qu’il ne voulait pas travailler sur une deuxième histoire, j’ai vraiment attendu longtemps avant de demander à quelqu’un d’autre de le remplacer pour la musique. Un jour, il m’a conseillé de continuer et de trouver un autre compositeur parce qu’il était parti sur son propre album et qu’il comptait faire une tournée après. S’il ne m’avait pas dit : « Fais-le avec quelqu’un », j’aurais attendu le temps qu’il faut, quitte à ce que cela ne se fasse pas.

Francis Cabrel s’est imposé directement ?pierre-dominique burgaud,le soldat rose 2,francis cabrel,mandor,interview

J’ai cherché un grand compositeur. J’ai aussi pensé à Laurent Voulzy, mais j’ai eu un peu peur étant donné qu’il met huit ans à sortir son propre album. Concernant Cabrel, il y avait un point de convergence. J’ai fait les rencontres d’Astaffort, il y a deux ans. Il est timide et moi aussi. On était dans la cour de l’école d’Astaffort et on ne savait pas trop quoi se dire. Soudain, il m’a demandé des nouvelles du Soldat Rose. Je lui ai dit que ça m’intéressait de continuer cette aventure. Il m’a répondu qu’il aimerait bien que le gardien de nuit, qu’il jouait dans Le Soldat Rose, devienne gentil. Deux ans après, je lui ai envoyé un mail en lui disant que j’avais une idée pour que le gardien de nuit devienne gentil… et je lui ai fait comprendre que j’aimerais bien qu’il devienne le compositeur du deuxième.

Qu’a-t-il répondu ?

Qu’il aimerait bien, mais qu’il galérait déjà sur son nouvel album. Il m’a quand même demandé de lui envoyer les textes. Ce que j’ai fait. Il ne s’est rien passé pendant trois semaines. Et d’un seul coup, une chanson est arrivée sans un mot de plus. Trois jours après, une deuxième, puis une troisième… et de fil en aiguille, toutes les chansons sont arrivées. Aujourd’hui, il ne m’a toujours pas dit qu’il acceptait le projet (rires).

La fabrication du Soldat Rose 2 (Francis Cabrel et Pierre-Dominique Burgaud).

Vous avez écrit les textes avant d’entendre la musique… ça se passe toujours comme çapierre-dominique burgaud,le soldat rose 2,francis cabrel,mandor,interview avec vous ?

Non, pas toujours. Pour ce cas particulier, j’étais obligé d’écrire les textes afin de pouvoir convaincre un compositeur. Il fallait que je prouve que les textes pouvaient tenir debout. Bon, après, ça peut bouger. J’écris des textes squelettes, avec un peu de chair autour, mais c’est malléable. Francis me disait parfois : « Là, il faudrait qu’il y ait un pont », « là, il faudrait une chute »… parfois même il ajoutait une phrase à gauche, à droite.

Ça ne blesse pas l’ego de l’auteur quand on touche à son texte ?

Non, parce que ce sont des gens tellement plus forts que moi. Que Louis Chédid ou Francis Cabrel modifient quelques phrases, c’est presque un honneur. C’est déjà miraculeux d’écrire des chansons pour des gens qui sont eux-mêmes auteurs, compositeurs, interprètes et qui font toujours tout complètement seuls. En plus Louis et Francis sont très ouverts. Ils sont au-dessus de la mêlée, donc il ne peut pas y avoir des problèmes d’ego.

Est-ce qu’on peut aller jusqu’à dire qu’avec eux, vous avez appris?

Oui, j’en suis sûr. Après, ce n’est pas une Master Class. J’entends les résolutions de refrains, je remarque comment les mots sonnent chez eux. Disons que j’observe leur travail. Quand ils me donnent des conseils, ça reste imprimé en moi.

Cela fait des années que vous écrivez pour beaucoup d’artistes différents et souvent très réputés. Est-ce qu’on s’habitue à entendre des chanteurs connus interpréter ses propres mots ?

Non, je ne m’y habitue pas. Je suis une groupie. Quand je vois Francis, je n’ai pas l’impression que c’est quelqu’un avec qui je fais des chansons, je vois juste le grand Francis Cabrel. Pareil pour Louis Chédid. Il y a quand même quelque chose qui change tout, c’est le mail. Je suis très timide, alors tout ce que je leur écris par mail, je n’oserais pas leur dire en face. Par ce biais, j’ose discuter avec eux, j’ose leur envoyer des textes…

pierre-dominique burgaud,le soldat rose 2,francis cabrel,mandor,interview

Derrière: Thomas Dutronc et Tété. Devant: Renan Luce, Nolwenn Leroy et Francis Cabrel.

Pour Le Soldat Rose 2, vous avez osé changer une formule qui gagne. Le casting n’est plus du tout le même.

Parce que comme on a vendu plus 500 000 exemplaires du 1er, je ne voulais pas que cela paraisse opportuniste de recommencer avec les mêmes artistes. Il y a plein de projets où j’estime que l’on tire sur le fil. J’ai trouvé plus créatif de tout changer. Il y a une autre raison plus pragmatique. Comme il y a des personnages qui disparaissent, je ne voulais pas que l’on puisse croire que l’on s’est débarrassé d’un personnage pour se débarrasser d’un artiste. 

Je trouve ça courageux de tout changer.

C’est un risque en effet…  je vous le répète, je n’aime pas tirer sur des fils qui pendent.

Les nouveaux artistes ont dit oui facilement ?

Plutôt oui. Parce qu’ils connaissaient le Soldat Rose… ils savaient vers quoi ils allaient.

Le casting était compliqué à élaborer ?

On a essayé de choisir des artistes qui avaient les capacités de rendre ce disque « populaire chic ». On n’a pas essayé de faire les Enfoirés, ni de concevoir un projet parisien… on a juste essayé de se faire croiser des gens talentueux et positifs qui ne se croisent pas habituellement. Francis Cabrel avait une vraie volonté d’ouvrir à plus de gens jeunes. J’ai dû un peu me battre pour mettre des piliers. Le discours de Francis était celui-là : « Maintenant que vous avez une marque forte, que vous êtes presque sûr que le public suivra, il faut en profiter pour mettre des gens que l’on connait moins sous la lumière. »

Pub!

Après Matthieu Chédid, pourquoi Thomas Dutronc pour le rôle du Soldat Rose ?

Ce n’est pas si facile de trouver quelqu’un de cet âge-là, avec des valeurs positives et qui a beaucoup de succès. Thomas Dutronc réunit tout. Le talent, la sympathie et la beauté… Mais vous savez, au début, on s’est demandé si le soldat rose devait obligatoirement être jeune. Je vais vous faire une confidence. Tout au début, quand j’ai inventé Le Soldat Rose, pour moi, c’était Alain Chamfort. Je travaillais avec lui à l’époque et je trouve que ce personnage un peu long, un peu fragile, lui correspondait bien. Au final, on a choisi Matthieu Chédid et on ne le regrette pas du tout. La question s’est aussi posée pour le deuxième… ça aurait pu être Jean-Louis Aubert. Francis trouvait que c’était important que le soldat rose soit jeune et que les enfants se projettent en lui.

J’ai vu, sur des vidéos des séances d’enregistrement, que Francis Cabrel et vous êtiez là à toutes les étapes de la création du disque.

Pour tout ce qui concerne la musique, c’est Francis qui reste seul maître à bord. Quand il dit un truc, je ne dis pas : « Ah non ! Je ne crois pas. » Comme pour le premier Soldat Rose, j’ai eu l’impression que les gens étaient contents d’appartenir à ce projet et qu’ils étaient ravis d’être là. Les artistes enregistraient un par un et beaucoup sont restés sur la séance du prochain… Ils ont parfois posé leur voix, alors que ce n’était pas prévu initialement. Nolwenn Leroy a demandé si elle pouvait faire les chœurs sur la chanson de Renan Luce… Nolwenn qui fait les chœurs…

pierre-dominique burgaud,le soldat rose 2,francis cabrel,mandor,interview

Tous les jouets du Soldat Rose 2.

pierre-dominique burgaud,le soldat rose 2,francis cabrel,mandor,interviewQuand un premier disque a cartonné, comment envisage-t-on le second ?

J’avais toujours dit à Francis que si on trouvait les maquettes des nouvelles chansons pas aussi bonnes que pour le premier Soldat Rose, on ne le faisait pas. Premièrement parce qu’on va se faire massacrer et deuxièmement parce qu’on va salir un truc qui était joli. Francis et moi, sincèrement, on aurait jeté à la poubelle le fruit de notre travail. Je me souviens que quand les treize maquettes ont été terminées, c’est lui qui chantait dessus, on a été convaincu. Mais, il a pris le temps de faire écouter à sa petite fille, à sa femme, à des gens qui n’avaient jamais entendu… moi aussi, j’ai fait aussi écouter à des gens de confiance. Au final, tout le monde a trouvé ça bien.

Et vous avez progressé en six ans, je suppose ?

Oui, quand j’ai fait le Soldat Rose, j’étais débutant.

Avez-vous peur des réactions du public ?

Aujourd’hui, oui. Je suis tellement convaincu que l’album est bien, que s’il était mal perçu, ça me rendrait vraiment triste. Parce que ça voudrait dire que j’aurais eu tort de le faire et que je devrais dire pardon à Louis Chédid. Ça, ça me fait peur. Honnêtement, je trouverais injuste que Le Soldat Rose 2 ne trouve pas son public. Et je me pose une autre question. Le premier a eu tellement de succès que je ne sais pas à partir de quel chiffre de vente on estimerait que ça ne marche pas ? Est-ce que si on fait 300 000 albums, on trouvera que c’est un échec ?

pierre-dominique burgaud,le soldat rose 2,francis cabrel,mandor,interview

Pierre-Dominique Burgaud.

Savez-vous quand une chanson est terminée et qu’elle est bonne ?

Non, mais ça, c’est le confort de travailler avec des gens comme Francis Cabrel, Louis Chédid, Gaétan Roussel ou Alain Chamfort. Quand je vois qu’ils sont contents, je me dis que ça doit être bien. Comme je ne suis jamais tout seul et que je suis même avec des gens beaucoup plus forts que moi, je leur fais confiance. Ce sont eux qui me disent quand c’est terminé et quand c’est bien.

Vous me disiez que vous aviez l’impression d’écrire des textes simples, voire naïfs… et soudain, Gaëtan Roussel vous appelle pour une collaboration importante. 5 chansons pour son nouvel album Orpailleur.

Je suis un immense fan de Gaëtan, y compris en tant qu’auteur. Ses textes sont comme des mantras. Je ne sais pas pourquoi il a fait appel à moi. Je ne me l’explique toujours pas aujourd’hui. Quand il a reçu mes textes, il m’a demandé si ça me dérangeait qu’il les rende plus énigmatiques. Comme j’ai beaucoup de respect pour son travail, je lui ai dit qu’il pouvait les triturer comme il l’entendait. Il a truc fascinant. On a l’impression qu’il déstructure tout. Il cherche constamment. Il peut ne pas sombrer dans la facilité.

Clip de "La simplicité", une des 5 chansons co-écrites par Gaëtan Roussel et Pierre-Dominique Burgaud dans l'album Orpailleur de Gaëtan Roussel.

Si les phrases de Gaëtan Roussel sont des mantras, vous, vous avez un sens incroyable de la formule.

Je viens du monde de la publicité. J’y suis resté longtemps. Je vois bien que j’ai des facilités à avoir des idées de chansons.

Vous considérez-vous comme un auteur ou un parolier ?

Je dis parolier parce qu’auteur, ça fait prétentieux…

Aimeriez-vous écrire un roman, par exemple ?

J’en serais incapable. Je ne sais faire que court. Je sais conceptualiser un projet, mais je serais incapable d’écrire une pièce de théâtre, un roman, un film. Je ne sais faire que minimal.

La notoriété vous intéresse-t-elle ?

Non. Avoir mon nom dans le journal m’indiffère complètement. En revanche, que l’on dise du bien des choses que je fais, ça me fait très plaisir… si vous étiez arrivé en me disant que vous n’aviez pas aimé, ça m’aurait franchement ennuyé, je vous assure.

pierre-dominique burgaud,le soldat rose 2,francis cabrel,mandor,interview

Avec Pierre-Dominique Burgaud, après l'interview, le 5 novembre 2013.

Commentaires

Hééé mais ça m’intéresse moi ça !!! Je peux avoir d’autres infos s’il-vous-plait ? Merci beaucoup

Écrit par : asaf gieps sante-prevealys | 07 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.