Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Flow : interview pour toutes sortes de choses... sans langue de bois. | Page d'accueil | Thomas Gunzig : interview pour Manuel de survie à l'usage des incapables »

23 novembre 2013

Antiloops : interview pour leur 1er EP (Yep)

 antiloops,ludivine issambourg,mr gib(yep),interview,mandor

Antiloops est un projet proposé par Ludivine Issambourg. Elle est accompagnée de  quatre musiciens professionnels reconnus, issus de différentes cultures musicales, s’imprégnant mutuellement de leur forte personnalité afin de créer un bouquet musical original qui donne envie de bouger, danser, onduler son corps...

Ludivine Issambourg et Mr Gib sont venus à l’agence le 25 septembre dernier pour nous parler de ce projet on conventionnel et surprenant.

(Merci à Isabelle Pares pour cette sacrée belle découverte!)

antiloops,ludivine issambourg,mr gib(yep),interview,mandorBiographie :

La flûtiste Ludivine Issambourg qui a brillé aux côtés de Wax Tailor (mandorisé là) pendant 4 ans présente son projet Antiloops : un doux mélange de hip-hop, jazz, électro accompagné d'une pincée de flûte ensorcelante et d'un petit arôme scratch pour un vent nouveau sur la scène jazz française. Lauréats des trophées Sunside, chouchous des pointures de la critique musicale française et récemment première partie de Magic Malik, Antiloops, ou le plaidoyer contre la monotonie musicale. Le dénominateur commun de cette formation en tout point exceptionnelle s'appelle Groove.

Les autres membres de Antiloops sont Julie Saury (batterie), Mr Gib (scratch), Nicolas Derand (claviers) et Timothée (basse).

antiloops,ludivine issambourg,mr gib(yep),interview,mandor

antiloops,ludivine issambourg,mr gib(yep),interview,mandorInterview:

Ludivine, la flute est ton instrument de prédilection depuis ta prime jeunesse ?

Ludivine : Oui. J’ai commencé à 9 ans. J’ai un parcours classique, mais c’est un trompettiste qui m’a appris la flute. Donc, j’ai appris par le jazz. Déjà, ça ne partait pas sur une voie conventionnelle. Très tôt, j’ai été initiée au jazz, j’ai joué en big band. Très rapidement, j’ai écouté Roland Kirk et ça a été la révélation pour moi. Après,  j’ai exprimé le souhait d’en faire mon métier. On m’a conseillé de passer  par le classique, donc je suis rentrée à 15 ans dans une école de musique.

C’est à cet âge que tu as décidé d’en faire ton métier.

Ludivine : Entre 12 et 15 ans, ça a commencé à sérieusement me turlupiner. Au collège, mon prof de musique m’a un peu testée. Il a vu que j’avais des capacités et m’a donc boostée. Ce n’est pas rien de choisir de devenir musicienne professionnelle, il a donc fallu que je réfléchisse avec mes parents. D’habitude, on rentre dans une école de musique à 6 ans, pas à 15 ans.

Je n’ai pas vu et entendu beaucoup de flutistes jouer comme toi en tout cas.

Ludivine : Ma manière de jouer est inspirée de flutistes de jazz. Le premier solo de flute dans le jazz est apparu en 1929. Ensuite, les vrais flutistes jazzmen sont arrivés dans les années 50, comme Hubert Laws, Roland Kirk, Éric Dolphy, Yusef Lateef, des gens comme ça. Je n’ai rien inventé. J’ai juste choisi des moyens d’expressions qui me convenaient et qui me parlaient et je me les suis réappropriés en 2013 avec d’autres sons.

Est-ce difficile de se détacher des maîtres ?

Ludivine : Je ne me suis jamais vraiment posé la question. On m’a toujours inculqué le fait d’être moi même. A partir de là, je pense qu’on se détache et qu’il n’est pas compliqué d’être différent.

Extrait de l'EP "Yep".

Mr Gib, toi, tu es beatmaker. C’est quoi exactement ? Une sorte de DJ fou ?

Mr Gib : C’est un peu ça. Cela dit, on peut être beatmaker sans être DJ. C’est quelqu’un qui utilise les machines, les boites à rythmes, les sampleurs, les ordinateurs de toutes sortes et les programmes qui vont avec pour faire de la musique.

Tu as toujours fait ça ?

Mr Gib : Non, j’ai fait du saxophone pendant longtemps, après j’ai suivi une formation d’ingé son et je me suis mis à faire du scratch. J’ai arrêté le saxo à cause du scratch. En 2001, à Marseille, j’ai rencontré des gens avec qui j’ai monté un groupe qui s’appelle La fine équipe. On était un groupe de scratcheurs composé de plusieurs DJ et on faisait de la musique en utilisant les platines comme instrument.

Antiloops, à la base, c’est vous deux, puis d’autres musiciens sont venus vous rejoindre.

Mr Gib : Au départ, c’est Ludivine. C’est elle qui compose et qui arrange. Moi, elle m’a juste proposé de faire des scratchs sur ses morceaux et j’ai trouvé l’idée intéressante. J’avais deux casquettes. La casquette de DJ pour faire les scratchs et pour participer un peu aux arrangements et la casquette d’ingé son. On a enregistré et mixé dans mon studio.

Ludivine : Moi, je suis une grande fan de scratch depuis longtemps. Je pense que c’est un instrument, sauf que la matière première n’est pas les notes, mais une culture musicale faite de vinyles et de samples. 

Qu’as-tu voulu faire avec ce groupe, Ludivine ?

Ludivine : Je voulais monter un quintet moderne. Au lieu d’avoir un collègue trompettiste, saxophoniste, tromboniste, à côté de moi, j’ai un scratcheur. Le problème des scratcheurs dans les groupes, c’est qu’ils tiennent souvent le rôle de la feuille de salade sur le côté de l’assiette. Moi, je voulais lui rendre une vraie place.

antiloops,ludivine issambourg,mr gib(yep),interview,mandor

Vous travaillez comment tous les deux ?

Mr Gib : D’un point de vue pratique, ne serait-ce que pour la gestion du temps des uns et des autres, c’est plus simple que Ludivine vienne avec des morceaux déjà avancés et que moi je lui propose des choses à placer dessus. Le problème principal du scratch, c’est de savoir quelle texture, quel son nous souhaitons et quelle histoire nous voulons raconter.

Ludivine, est-ce facile de diriger la machine « Antiloops » ? Il y a pas mal de musiciens avec chacun sa personnalité…

Ludivine : C’est parfois du sport. En même temps, ce n’est pas la première formation dans laquelle je suis leadeuse. Je dis souvent « plus on est de fous, plus on rit ». J’aime réunir les gens.

Mr Gib : Il y a une vraie bonne énergie autour du projet. C’est assez sympa de voir que les gens adhérent si facilement au projet.

Je n’ai pas su définir le style d’Antiloops quand j’ai écouté pour la première fois. Les journalistes vont tous vous demander quel genre vous jouez, vous le savez.

Ludivine : Oui, je suis au courant (rire). Pour l’instant, je dirais hip-hop jazz ou electro jazz… c’est difficile et surtout, ça évolue tout le temps.

antiloops,ludivine issambourg,mr gib(yep),interview,mandor

(Photo : Jérôme Flament)

Le groupe existe depuis un an. Je trouve que vous parvenez à vous faire remarquer assez vite.

Ludivine : Effectivement. Dire le contraire serait mentir. On a fait le disque il y a un an, notre premier concert le 13 décembre 2012, mais ça commence à bien prendre.

Votre musique ne fait pas partie de ma culture personnelle, mais dès la première écoute, j’ai aimé. J’en déduis que vous faites de la musique très fédératrice.

Ludivine : Je voulais faire de la musique à moi, avec ma patte, mais je voulais surtout qu’elle soit accessible à tous. L’universalité, c’est quelque chose qui me parle. On ne fait pas de la musique pour musiciens, on ne fait pas de la musique pour les jazzeux non plus.

Mr Gib : Ca peut l’être, mais ce n’est pas que. Les gens qui écoutent du jazz, s’ils sont un peu ouverts, peuvent s’y retrouver et ceux qui écoutent de la musique groove ou black music, peuvent s’y retrouver aussi. On sent que Ludivine a un amour pour le hip-hop et la groove music. Ça transpire dans ses compos.

Ludivine, il vient d’où cet amour du groove ?

Ludivine : Même gamine, dans le big band de mon prof, il y avait un morceau un peu plus groovy, moins ternaire, moins jazz que les autres, c’est celui que je préférais. C’est une question de ressenti du corps.

"Luna" live au Sunset le 30 mars 2013

Vous avez reçu un prix prestigieux récemment. Le trophée Sunside 2013. 1er prix « Groupe » et premier prix « Soliste ».

Mr Gib : Il y avait 4 groupes par soir pendant 3 soirs. Ce n’était pas un petit concours.

Ludivine : Déjà, on était surpris d’être sélectionné parce que le Sunset, c’est un club mythique de jazz à Paris. On ne s’est pas posé de questions. Il fallait jouer, on a joué. Et on a gagné sans chercher à gagner. On n’a pas cherché à plaire… on a cherché à être nous-mêmes.

C’est encourageant pour la suite, en tout cas.

Ludivine : Au niveau de mon instrument et de ma quête, c’est intéressant. Je suis chef de gondole de la flute jazz et j’ai envie d’emmener loin cet instrument.

antiloops,ludivine issambourg,mr gib(yep),interview,mandor

(Photo: Jérôme Flament).

Trouves-tu que la flute n’est pas très valorisée dans le monde du jazz ?

Ludivine : Je ne dirais pas ça. Il y a beaucoup plus de flutes dans la musique de tous genres qu’on ne le pense. Sur dix morceaux, tu en as trois où tu vas entendre de la flute. Dans le hip-hop, par exemple, il y en a énormément. Tout le monde à une image classique de la flute, j’ai juste envie de lui faire changer d’image. Et à priori, quand on fait autre chose avec, ça plait.

Sur l’EP, il n’y a qu’un morceau avec un guest, Louis Katerz. 

Ludivine : J’aimerais mettre un peu plus de morceaux avec des voix. Pour le moment, c’est encore un peu le laboratoire. Sur l’album, il y aura plein de guests, MC, chanteurs… Peut-être qu’à long terme, une formule à six, c'est-à-dire en ajoutant une voix, serait idéale. Peut-être…

Wax Tailor, avec qui Ludivine a travaillé pendant 4 ans, et C2C ont ouvert une brèche intéressante pour ce genre de musique, non ?

Mr Gib : Oui. Le public a capté que l’on pouvait faire de la musique pas uniquement avec des instruments de musique. Il a compris aussi que l’hybridation des choses, ça pouvait être sympa.

Ludivine, tu projettes l’image d’une femme sûre d’elle. Tu l’es ?

Ludivine : J’aime ce que je fais. Si moi je n’ai pas confiance en mon projet, qui va avoir confiance ? Après, je suis comme tout le monde. J’ai des moments de doutes et de stress. J’ai des moments de relâchements où je baisse un peu les bras.

Et les autres membres du groupe sont là pour te galvaniser ?

Ludivine : Quelquefois, ils ne le savent pas (rire). 

antiloops,ludivine issambourg,mr gib(yep),interview,mandor

Avec Ludivine Issambourg et Mr Gib après l'interview, le 25 septembre 2013.

antiloops,ludivine issambourg,mr gib(yep),interview,mandor

Les commentaires sont fermés.