Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Spécial Les 7 petits nègres, l'exquise nouvelle, saison 2 | Page d'accueil | Gérard de Villiers... mort d'un auteur polémique! »

28 octobre 2013

Lilian Auzas : interview pour La voix impitoyable.

730308.jpg

J’ai connu Lilian Auzas lors d’une soirée d’un ami commun, il y a moins de deux ans. Quelques auteurs étaient présents. Je ne sais plus si c’est Stéphanie Hochet ou Myriam Thibault (il est ami des deux) qui m’a incité à m’y intéresser de près. J’ai demandé quel était le sujet de son livre (le premier à l’époque). Il me parle de Leni Riefenstahl… l’égérie d’Adolf Hitler. Je tique un peu. Sujet osé pour un premier roman. Lilian me paraît jeune pour s’intéresser à ce genre de sujet. Et, en toute sincérité, j’ai trouvé intrigant le fait de s’intéresser à ce genre de sulfureuse personne, si proche d’une idéologie de cette nature. Mais soit, je vais lire ce livre.

auzasune.jpg

J’ai lu et j’ai été convaincu. Ce n'est pas une hagiographie, même si l'on sent bien la fascination exercée par le sujet sur son auteur. La question du Mal est complexe. Ça ne me dérange pas de lire des romans qui l’abordent sous un angle si original que celui-ci.

Je n’ai pas mandorisé Lilian Auzas pour ce livre, j’ai attendu le second… qui m’a beaucoup également intéressé. Plus que le premier. La voix impitoyable est un livre abordant le thème de la complicité du peuple allemand et de sa participation, directe ou indirecte, au nazisme. Sujet délicat. Décidément…

Le 29 août dernier, Lilian est venu me rendre visite à l’agence… je lui ai posé toutes les questions que j’avais sur le cœur. Et elles étaient nombreuses.

Electre_978-2-7561-0425-6_9782756104256.jpg4e de couverture de La voix impitoyable :

Qu’a pu faire Hanja Sauber, lorsqu’elle vivait à Berlin pendant la guerre, pour être à ce point rongée par la culpabilité et répéter inlassablement : « Je ne suis pas quelqu’un de bien » ? C’est ce que va tenter de découvrir son jeune voisin et ami, le photographe Gautier Maigné, à partir d’une cassette audio incomplète que lui confie le psychanalyste d’Hanja et d’une lettre que celle-ci lui a confié juste avant de mettre fin à ses jours.
Lilian Auzas reconstitue avec intelligence et subtilité cette période charnière qui a marqué l’histoire européenne du XXe siècle. Dans La Voix impitoyable, il met en lumière le Berlin de la Deuxième Guerre mondiale, mais aussi celui des années qui ont précédé la chute du mur, puisque le récit se déroule entre Paris et Berlin au début des années 80.

Biographie de l’auteur :

Né le 1er février 1982, Lilian Auzas a grandi non loin de Vienne au sud de Lyon. Son bac littéraire en poche, il suit des études d’histoire de l’art et d’archéologie à l’Université Lumière Lyon 2. Ses recherches sont assez éclectiques puisqu’il se spécialise d’abord dans les arts africains pour finalement s’intéresser aux arts totalitaires. L’esthétique des corps sous les régimes fascistes et notamment les travaux de la réalisatrice et photographe allemande Leni Riefenstahl (1902-2003) font l’objet de ses recherches. Passionné de cinéma et de littérature, Lilian a officiellement adhéré à l’association CREAM’ en janvier 2008 pour laquelle il rédige divers textes (notices, articles). Lilian a coréalisé un court métrage, Sale Type, sorti en janvier 2009. Depuis sa découverte à l’âge de 14 ans sur Arte de Leni Riefenstahl, son intérêt pour la cinéaste du nazisme ne s’est pas démenti, au point de lui consacrer son premier roman, Riefenstahl, publié en 2012 chez Léo Scheer. Il est également l’auteur de Charlie Fuchs et le monde en marge, un conte pour petits et grands paru en juillet 2013, toujours chez Léo Scheer. La Voix impitoyable est son deuxième roman.

DSC08405.JPGInterview :

Ta passion de l’Allemagne est criante dans ton œuvre.

Le premier évènement qui m’a marqué, c’était la chute du mur de Berlin. J’avais 7 ans. J’ai encore des images très nettes des gens qui cassaient ce mur. Inconsciemment, cela à dû me travailler. Je trouvais ça beau comme évènement…

Tu n’as pas dans ta famille, des secrets de familles qui seraient susceptibles d’expliquer ta passion pour ce pays ?

Non, pas du tout. Aucun lien avec l’Allemagne. Je n’ai pas d’ancêtre allemand, ou alors, je ne suis pas au courant.

Ce mur que l’on casse provoque quoi en ton for intérieur ?

J’étais petit, mais j’avais conscience que c’était un évènement important. Je comprenais aussi images.jpgque c’était un peuple qui voulait accéder à la liberté. Ça m’a marqué. Quand il s’est agi de choisir une langue à l’école, j’ai choisi l’allemand. Je suis tombé amoureux de la langue. Je trouve qu’elle est magnifique. Très vite, je me suis intéressé à la culture allemande. J’ai lu des écrivains de cette nationalité, tout comme j’écoutais de la musique allemande comme Rammstein, Nina Hagen, DAF ou encore Kraftwerk…

Tu ne te sentais pas isolé avec cette passion plutôt rare ?

Beaucoup pendant mon adolescence. Plus j’ai avancé vers l’âge adulte, plus j’ai rencontré des gens qui  partageaient ma passion. Il faut être mature, je suppose, pour aimer cette langue et cette culture. A la base, je pense que c’était par esprit de rébellion. Je n’avais pas envie de faire comme tout le monde. Mais, très vite, je me suis retrouvé subjugué.

On peut s’interroger parce que c’est un pays historiquement très marqué…

Je te rassure, je n’ai aucune fascination malsaine. Par contre, il y a une question qui me hante : comment une culture aussi brillante a pu aller jusque-là ? Je visualise cette période de l’histoire allemande comme un cancer.  Un cancer, ce sont des cellules qui se développent beaucoup trop. C’est un surplus.

Dans La vie impitoyable, c’est cela que tu expliques. Comment tous ces gens ont été aveuglés par cet endoctrinement.

À part les personnes qui se sont investies spontanément et qui ont commis des crimes, je ne veux juger personne. Pour le peuple, tout ceci s’est déroulé de manière passive. Je pense qu’on accepte des choses quand on ne se sent ni concerné, ni touché de près. Un jour, on se réveille et c’est trop tard… on ne peut plus revenir en arrière. La question de chacun est : est-ce que maintenant j’agis ou est-ce que j’attends que ça se passe ?

Moi, ce qui me travaille, c’est ce que j’aurais fait en ce temps-là, dans ce pays-là.

Tu as raison. Avec mon précédent roman, Riefenstahl, je ne me suis pas permis de juger la photographe et réalisatrice proche d’Hitler. Elle s’est impliquée, je comprends que l’on puisse se faire une opinion, mais moi, je ne voulais pas lui taper dessus. Il ya suffisamment de biographies qui s’en occupent.

J’avais lu ce livre avec le sentiment que tu aimais son travail, ce qui se comprend, mais que tu l’aimais bien. J’avoue que je me suis interrogé.quand-on-veut-on-peut.jpg

Je pense qu’elle a une réelle importance dans l’histoire du cinéma et de l’art en général. Bien sûr Le Triomphe de la Volonté est un film atroce, mais il est esthétiquement parfait et efficace. Maintenant, avec le recul, ça devient un devoir de le regarder.

Moi, je trouve que c’est difficile de discerner une œuvre d’une personnalité. Je n’y parviens pas.

Riefenstahl a toujours dit qu’elle avait fait une œuvre d’art, mais, effectivement, il faut un minimum être passionné par son sujet. Je me souviens d’une interview d’elle très contradictoire. Elle y explique lourdement qu’il faut dissocier une œuvre d’art d’une œuvre politique. Pour elle Le Triomphe de la Volonté est un document très objectif. Elle n’a fait que filmer ce qu’il s’est passé sans donner son point de vue. Plus loin, dans la même interview, elle dit qu’elle ne peut travailler que sur un sujet qui lui plait. Forcément, on est obligé de reconnaître que l’idéologie nazie la fascinait. Elle s’est impliquée corps et âme dans le tournage, le montage et la construction de ce film. Si elle me fascine, c’est par le déni qu’elle a du danger de son œuvre. Elle n’a jamais eu une once de regret de l’importance de ses films dans la mécanique de la propagande nazie. Elle n’a jamais dit pardon. Ça me gêne beaucoup.

Elle a inventé une esthétique que l’on voit encore aujourd’hui dans la publicité par exemple.

Pour moi, Riefenstahl n’a rien inventé, mais elle a sublimé l’homme. L’aryen. On le retrouve dans la publicité d’aujourd’hui et même dans les films. Elle a porté une version de l’homme très haut dans l’imaginaire.

Quand tu as sorti ce livre, tu n’as pas eu peur que l’on considère que tu es proche de cette idéologie ?

Si, évidemment. Déjà, avec la couverture, j’ai eu quelques soucis. Mais si on lit le roman correctement, il est impossible de prétendre que j’épouse cette idéologie. Ça fait plus d’un an que l’ouvrage est sorti, je n’ai jamais lu ou entendu quelqu’un qui m’accuse de cela.

1015049_264463113692169_2123573271_o.jpg

Riefensthal, Charlie Fuchs et le monde en marge et La voix impitoyable font partie de ta trilogie totalitaire consacrée à la vénéneuse séduction du mal. Excuse-moi d’insister lourdement, mais tu n’as pas peur d’être catalogué ?

Je ne me suis pas posé la question. Riefenstahl, il fallait réellement que j’écrive sur elle. C’était un besoin. Charlie Fuchs, c’est une parabole sur le système totalitaire, mais avec plusieurs niveaux de lecture. Ça raconte l’histoire d’un manuscrit qui n’a jamais été publié. Les annotations en marge se rebellent et envahissent le conte. Les trois héros ne peuvent pas jouer le conte. Ils sont démunis. Il faut qu’ils écrivent leur propre histoire et qu’ils remettent la frontière  entre le texte et la marge. En même temps, ceux qui sont dans la marge, sont-ils tous mauvais ? C’est un conte sur la tolérance.

En miroir de Riefenstahl, La Voix impitoyable est le deuxième volet d’un diptyque consacré à la Deuxième guerre mondiale, du point de vue non pas des victimes, mais des bourreaux. Là, tu écris sur une femme, cette fois-ci  fictive, Hanja, qui a culpabilisé sur des actes commis durant la Seconde Guerre mondiale.

Ce qu’elle a fait est horrible en soi, mais quand on est jeune et tellement endoctriné, il est simple de comprendre que l’on puisse faire ce qu’elle a fait. Elle a un tel poids de culpabilité qu’on imagine le pire. J’ai fait en sorte qu’on ait envie d’avoir pitié d’elle.

Hanja n’est pas mauvaise, contrairement a ce qu’elle dit d’elle tout le temps.

Dans Riefenstahl, j’ai mis en avant le déni de l’artiste. Hanja, c’est exactement l’inverse. Elle, c’est la culpabilité portée à son paroxysme. Ce sont deux extrêmes.

Après sa mort brutale et inexpliquée, le jeune photographe Gauthier, entre curiosité et appréhension, cherche à percer le secret de son amie. Il te ressemble pas mal ce Gauthier, non ?

Certes, il est passionné par l’Allemagne, il a pas mal de centres d’intérêt commun aux miens, mais nous n’avons pas du tout le même comportement. Mais comme lui, j’aime beaucoup la photo, l’histoire de l’art, j’écoute Nina Hagen et j’aime beaucoup Lou Reed.

La voix impitoyable, c’est quoi ? La propagande nazie ?

C’est emprunté à une épître de Madame de Staël. Pendant la Révolution française, elle parle de la voix impitoyable du peuple. C'est-à-dire que l’on tombe dans un engrenage qui ne s’arrête plus. Je l’applique à la propagande nazie. Le peuple qui suit bêtement comme le mouton de Panurge. La voix impitoyable, c’est aussi la petite voix intérieure qu’on a tous dans la tête : notre conscience. C’est aussi la voix d’un ami qui peut nous orienter. C’est la voix de Nina Hagen  et de Lou Reed, des chansons qu’on écoute et qui nous transportent. C’est tout ça la voix impitoyable.

C’est un livre qui fait réfléchir sur nous-mêmes qui ne sommes tellement pas manichéens…

Pour moi, cette période-là n’est pas toute blanche ou toute noire. Ce n’est pas possible. Je vais peut-être choquer en disant cela, mais même le pire des nazis est un être humain. Il faut accepter cette humanité pour accepter l’horreur. Je n’aime pas l’expression : « c’est inhumain ». Chaque jour, on a la preuve que l’horreur est bien humaine. Au lieu de s’apitoyer, on devrait combattre cet aspect-là de l’humanité.

Tu es fasciné par la complexité de l’âme ?

Peut-être que je sens mes limites et ma faiblesse, je ne sais pas. Peut-être que je ne suis pas à l’abri de tout ça. Je pense que je ne m’impliquerais pas de moi-même dans une idéologie de ce type-là, mais est-ce que j’aurais le courage de la combattre ? J’aurais sans doute la volonté rb001.jpgintellectuelle et intérieure de le faire, mais de là à passer aux actes, il y a un fossé. Est-ce que tout le monde peut être un héros ? Je pense à Hans et Sophie Scholl, ainsi que Christoph Probst, trois étudiants allemands d'une vingtaine d'années qui ont été guillotinés dans la prison de Stadelheim, près de Munich. Leur crime était d'avoir dénoncé le nazisme dans le cadre d'un mouvement clandestin, «La Rose blanche» (Die Weiße Rose en allemand). Est-ce que moi, à 20 ans, à Munich, j’aurais pu faire ce qu’ils ont fait. Honnêtement, je ne crois pas.

C’est quoi, pour toi, être écrivain ?

Être écrivain, c’est douter, avoir peur, ne jamais être satisfait. Le jour où j’arrêterai de me poser des questions et que je serai sûr de moi, j’arrêterai d’écrire.

Mais, dans ton cas, tu écris des livres qui font réagir et qui sont loin d’être anodins.

Dis donc, là, depuis un moment, j’ai l’impression d’être Hanja dans la scène avec le psychanalyste… (sourire).

DSC08406.JPG

Les commentaires sont fermés.