Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Tal : interview pour A l'infini | Page d'accueil | Léonora Miano : interview pour La saison de l'ombre »

20 septembre 2013

Marc Bélit : interview pour Le philosophe amoureux

marc bélit,le philosophe amoureux,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclercMéfiez-vous de l’eau qui dort… Derrière l'homme de culture rigoureux se cache un intellectuel facétieux. Marc Bélit, ancien professeur de philosophie, fondateur du Parvis, la Scène nationale de Tarbes, sort son premier roman, Le philosophe amoureux. On y retrouve un mélange d'humanité, de philosophie, de sentiments amoureux et d'analyse politique. Une fantaisie que ses précédents essais sur la politique culturelle n'avaient pas laissé deviner. J’ai interviewé Marc Bélit pour Le magazine des espaces culturels Leclerc (daté du mois de septembre 2013).

marc bélit,le philosophe amoureux,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

marc bélit,le philosophe amoureux,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

marc bélit,le philosophe amoureux,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

marc bélit,le philosophe amoureux,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclercLe bonus mandorien:

Descartes est présent dans ce livre, comme une ombre qui passe.

C’est un personnage subliminal. Il est l’équivalent de mon héros, le professeur Granier. Il est cet enseignant qui a parlé avec cette jeune Princesse Palatine. Quand on lit leur correspondance, c’est très troublant.  En même temps, c’est l’homme de la dualité, philosophiquement. Dans ce livre, je fais beaucoup de clins d’œil philosophiques.

Descartes est-il votre philosophe préféré ?

Non. À un moment donné dans le livre, Nadia dit: « Descartes, c’est la France ». C’est une icône. C’est le début de la pensée des « modernes », c’est le cogito, le « je pense », c’est l’idée de ce moment ou l’homme se met au centre de l’univers et organise son univers autour de lui et soumet l’univers à lui-même. Ça, c’est la modernité.

Le professeur est convaincu du pouvoir de la raison sur les passions de l’âme. Un jour, cette thèse bat de l’aile et ça le mine. Comme ça le mine de ne pas savoir si Descartes est mort empoisonné ou d’une pneumonie. Tout ça l’obsède, comme il est obsédé par Nadia. Il oscille entre des sujets profonds et les affres de son cœur.

On enseigne Les passions de l’âme de Descartes parce qu’à un moment donné, il faut arriver à les dominer, à ne pas en être esclave. Mais quel plaisir d’y succomber. C’est tout le déchirement de l’homme. La tête veut une chose, le cœur en veut une autre.

Les commentaires sont fermés.