Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2013-07 | Page d'accueil | 2013-09 »

30 août 2013

Sophie Adriansen : interview pour Quand nous serons frère et soeur

sophie adriansen,quand nous serons frère et soeur,interview,mandor

Sophie Adriansen m’a fait parvenir son premier roman, Quand nous serons frère et soeur, avec ce petit mot : Le point de départ de ce roman est le Salon de Coulommiers 2011, où j’étais entre Laurent Richioud (cf. page 217) et toi… (voir la mandorisation sur ce salon avec les photos qui confirment les dires de Sophie (et aussi de superbes clichés de la marraine de ce salon, la comédienne Mélanie Laurent. Je dis ça, c'est juste pour inciter les lecteurs à cliquer sur le lien. Mélanie Laurent, c'est mon produit d'appel pour cette chronique. Hé ho! Je sais comment ça marche. Une star et la foule en délire se presse... Je ne suis pas né de la dernière pluie. Je sais comment fonctionne le monde. Hum... ça va sinon, vous?).

Bref, je me reporte à la page217, donc, et lis :

sophie adriansen,quand nous serons frère et soeur,interview,mandor

J’ai donc involontairement assisté à la naissance de l’idée de ce roman. J’en suis fort flatté parce qu’en lisant Quand nous serons frère et sœur, j’ai été impressionné par la qualité de ce roman. Son tout premier, que je trouve merveilleusement bien écrit, optimiste, tendre et très émouvant. Un conte moderne sur l’importance de tisser des liens. Mais pas que.

Sophie Adriansen est passée me voir le 11 juillet dernier…

sophie adriansen,quand nous serons frère et soeur,interview,mandorNote de l’éditeur :

«II n'était tout simplement pas comme elle.
Il ne serait jamais son frère, c'était aussi simple que cela.
On ne pouvait se décréter frère et sœur par volonté commune ou désir profond, ni même décision unilatérale, et encore moins parce qu'on avait reçu un bout de papier l'affirmant.»

Louisa, la trentaine dynamique et urbaine, n'a jamais connu son père. Par une chaude journée d'avril, elle apprend la mort de celui-ci et découvre dans la foulée qu'il lui a laissé un conséquent héritage. Mais cet argent inespéré est soumis à une condition : elle doit cohabiter un mois avec un frère dont elle ignorait jusqu'à l'existence. Ne se doutant pas qu'elle prend un aller simple pour le début du reste de sa vie, Louisa fait sa valise et débarque à Lougeac, village du centre de la France où elle n'est pas la bienvenue et où les rumeurs vont bon train.
Quand nous serons frère et sœur est une ode à l'échange et à la simplicité qui met en scène l'étonnante rencontre d'une jeune femme enlisée dans son passé, que le mystère de ses origines a rendue méfiante, avec un homme concentré sur le présent, dans un récit servi par une écriture lumineuse.

sophie adriansen,quand nous serons frère et soeur,interview,mandorL’auteure :

Sophie Adriansen (que je suis depuis le début, car je n'ai aucun doute sur l'immense carrière littéraire qui l'attend... ce n'est pas pour rien que je l'accueille ici régulièrement) est l'auteure de plusieurs ouvrages en littérature générale, Je vous emmène au bout de la ligne aux Éditions Max Milo (mandorisé là), Trois années avec la SLA aux Éditions de l'Officine (mandorisé aussi là), Un meeting aux Editions StoryLab et en littérature jeunesse Ca fait longtemps que j'ai passé l'âge d'aller en colo aux Editions Volpilière. Elle a aussi écrit une biographie sur Louis de Funès, Regardez-moi vous là, vous ! aux éditions Premium (mandorisé également ici). Ses nouvelles ont été publiées en recueil et dans différentes revues.
Chroniqueuse et jurée littéraire, elle est membre de la Société des Gens de Lettres.
Quand nous serons frère et sœur est son premier roman.

Interview :

Ton livre est un roman sur la filiation, autant que sur la différence culturelle et environnementale.

C’est la confrontation de deux univers. Que se passe-t-il quand deux personnes aux univers très différents sont amenées à cohabiter pour une durée déterminée ? Je voulais que la découverte soit des deux côtés. Luisa est une working girl, son frère Matthias est un peu rustre, sauvage. Il la juge quand, par exemple, elle cherche du réseau, quand elle s’habille pour descendre au village alors que tout le monde s’en fout. Elle aussi le juge. Elle se sent même humiliée par le fait que Matthias ne fasse pas d’effort vestimentaire pour elle, humiliée aussi parce qu’il lui met un pot de chambre dans sa mansarde…

Ils réagissent positivement, en même temps. Il y a une même progression dans les efforts.

Elle va comprendre qu’il y a des choses que l’on peut vivre, qui sont plus importantes que ce qui arrive par l’argent ou par le progrès. Elle va perdre un peu son caractère matérialiste et lui, à l’inverse, va apprendre qu’il y a tout un tas de choses qui peut devenir des marques d’attention pouvant prendre de l’importance quand on est face à l’autre avec un grand A. La relation humaine, c’est un muscle finalement. Ce sont deux handicapés de la famille. Louisa et Matthias vont faire des efforts, alors qu’aucun d’eux n’était habitué à ça.

Qu’est-ce qui fait que Matthias finit par s’intéresser à cette sœur qui ne lui ressemblesophie adriansen,quand nous serons frère et soeur,interview,mandor pas ?

Il se rend compte qu’il s’est empêché de vivre. Il lui a même fait une dédicace dans un livre qu’il a écrit : « les ombres sont parfois pires que les tombes ». Il est vraiment entouré de fantômes. Son père qui est mort, sa mère qui est comme morte… soudain, il se rend compte qu’il a encore quelqu’un pour qui il peut exister. Il se rend compte aussi qu’il est la seule personne du cercle familial, au sens large, qui existe encore pour Louisa. Ça va le sensibiliser, le toucher. C’était la volonté du père, il prend conscience de la préciosité de ce lien-là.

Il y a un côté miroir chez le frère et la sœur.

Quand tu es seul, tu n’es pas capable de déceler tes faiblesses ou tes défauts, mais elles deviennent flagrantes quand tu les vois chez l’autre. C’est l’un qui révèle l’autre et qui permet à l’autre de s’ouvrir, même sur le plan amoureux. Ce n’était pas du tout prévu. Ils ne sont pas là pour ça. Ils sont là pour se connaître eux, simplement…

Leur père était-il quelqu’un de bien, finalement ?

Je ne peux pas te donner une réponse aussi tranchée. En tout cas, avec les années, il a pris la mesure de sa lâcheté, il a donc voulu réparer les dommages causés. Il n’a pas été capable d’aller jusqu’au bout, c'est-à-dire de les rencontrer de son vivant. Il a eu très peur de leur jugement. Il a raison parce que les enfants avaient chacun un bon paquet de griefs à son encontre.

Tu évoques aussi le racisme ordinaire dans ton livre…

J’ai beaucoup d’affinités, au moins intellectuelles, avec l’Afrique, mais surtout, je trouvais que dans la confrontation de deux univers, c’était intéressant que ce soit elle qui ne puisse s’imaginer que son frère soit autrement que noir. En fait il est blanc. Elle est noire, lui est blanc.

Mais dans le village, ce racisme est discret…

Du coup, on ne sait pas si c’est vraiment un racisme latent ou juste la méfiance que l’on peut avoir dans un petit village quand un étranger débarque… quelle que soit sa couleur de peau. L’étranger éveille toujours la curiosité, la méfiance et les regards insidieux. C’est peut-être la parano de Louisa qui fait que les regards de méfiance des gens deviennent des regards racistes. Je ne veux pas que l’on sache vraiment.

Louisa dit qu’elle est noire de peau et blanche dans la tête.

Elle n’a jamais mis les pieds en Afrique. Sa mère a volontairement coupé tous les liens culturels avec l’Afrique. Elle  méprise même les femmes noires qui portent des boubous dans le métro. Sa mère se veut complètement française. Elle a élevé sa fille avec ces valeurs-là, ce qui fait que Louisa est coupée des deux côtés. Elle sent que sa couleur de peau l’empêche d’être complètement intégrée au pays qui est le seul qu’elle connaisse.

sophie adriansen,quand nous serons frère et soeur,interview,mandor

Qu’est-ce qui t’intéressait le plus en écrivant ce livre ?

C’était de savoir si les liens familiaux pouvaient s’apprendre. Je voulais réfléchir sur le rapport du temps passé ensemble par rapport à cet état de fait qu’est la fraternité. C’était ça mon thème central, les autres sont venus se greffer autour. Le thème de l’argent par exemple.

Toi, Sophie Adriansen, sais-tu où est ta place ?

Mon changement radical, je l’ai fait il y a quelques années. J’ai quitté le monde de la banque où j’avais un bel avenir pour une situation précaire dans la littérature. Aujourd’hui, je me sens à ma place. C’est pour ça que j’ai déjà écrit plusieurs histoires de gens qui sont persuadés d’être à leur bonne place et qui un jour ont eu une révélation.

Tu prépares une adaptation cinématographique de ce roman grâce à la FEMIS.

Je prépare cela pendant toute l’année 2013. Au départ, quand j’ai présenté le projet pour lequel j’ai été retenue, je parlais d’une adaptation télévisuelle parce que j’avais l’idée de faire un joli téléfilm à partir de ça. Plus ça va, plus je travaille, plus je me dis que ça pourrait devenir un film de cinéma. Sachant qu’écrire un film à partir d’un livre, c’est garder les murs de la maison, mais tout péter autour, tout péter à l’intérieur et faire des extensions… en fait, tout changer.

Où en es-tu de ce projet exactement ?

J’écris le scénario dans les meilleures conditions possible parce que la FEMIS, c’est la meilleure école pour ça. Je suis avec des pros qui m’aident à tirer le meilleur de mon point de départ, ce livre, pour lequel ils m’ont retenue. Ils ont vu le potentiel d’adaptation du livre et mon envie d’aller jusqu’au bout.

sophie adriansen,quand nous serons frère et soeur,interview,mandor

23 août 2013

Clément Bénech : interview pour L'été slovène

clément bénech,l'été slovène,interview,mandor

« Dans l’été slovène, Clément Bénech est un guide épatant, drôle et subtil, que l'on accompagne le sourire aux lèvres d'un bout à l'autre d'un périple semé d'embûches » explique Alexandre Fillon dans le magazine Lire. C’est tout à fait ça ! Ce livre m’a emballé. Comme m’a emballé l’auteur la première fois que je l’ai rencontré. C’était le 14 avril 2013, au Salon du Livre 2013 de Provins. J’anime ce salon chaque année depuis 4 ans et je passe de table en table pour interroger quelques minutes un maximum d’auteurs possible. Quand je suis arrivé à Clément Bénech, j’ai posé quelques questions simples sur son livre et il m’a répondu de manière si surréaliste qu’il m’a fait marrer. Je me suis dit : « Toi, mon gars, je vais lire ton livre et je te mandorise »… Voilà qui est fait. Donc.

clément bénech,l'été slovène,interview,mandorClément Bénech est venu à l’agence le 11 juillet 2013. Je me suis arrangé pour que l’entretien garde une tournure un peu « sérieuse », mais ça n’a pas toujours été évident. J’apprécie ce garçon. Il n’a que 22 ans et il m’impressionne beaucoup. Un auteur et un esprit à suivre. On n’a pas fini d’en entendre parler…

L’histoire :

Cet été-là, il part avec Eléna en Slovénie, pour changer d'air. Mais très vite, tout vient contrarier l'intimité du jeune couple : la traversée à la nage d'un lac glacé, une nuit passée dans un parc, un accident de voiture, une chatte en chaleur dans leur chambre d'hôtel, rien ne se passe comme ils l'espéraient. Dès lors, ce périple chaotique semble déteindre sur leur relation au point qu'ils finissent par ressembler, l'un pour l'autre, au pays qu'ils traversent : aussi familier que mystérieux, aussi énervant qu'attendrissant. Avec beaucoup d'humour et de subtilité, Clément Bénech nous offre les instantanés d'un amour qui décline et qui, malgré la bonne volonté des deux amants, court inexorablement vers sa fin.

clément bénech,l'été slovène,interview,mandorInterview :

Tu as eu une scolarité particulière…

En primaire, j’ai sauté une classe. Ma grand-mère m’a appris à lire très tôt, du coup, je lisais donc beaucoup. J’ai arrêté en 6e, presque complètement. Pendant tout mon collège et mon lycée, je ne m’intéressais qu’au Basket. J’achetais des magazines de basket. Je vivais basket constamment.

Tu faisais donc le minimum syndical en classe.

Voilà. Je lisais juste les livres obligatoires. Je suis très exclusif dans mon tempérament. Quand j’ai une passion, ça devient obsessionnel.

Aujourd’hui, c’est la littérature qui t’obsède.

Au point que je me dis que je fais l’impasse sur plein de choses. Le cinéma, par exemple. Je ne connais rien.

Comment es-tu passé du basket à la littérature, alors ?clément bénech,l'été slovène,interview,mandor

Un jour, ma mère m’a offert un livre sur le basket écrit par Harlan Coben. C’était un polar sur le monde de la NBA et ça m’a beaucoup intéressé. Ensuite, j’ai lu d’autres livres de lui. La transition s’est faite en douceur finalement. Après j’ai lu Le portrait de Dorian Gray, d’Oscar Wilde. Ce roman a été mon entrée dans la grande littérature. Le côté fantastique de ce livre s’est senti par répliques dans ce que j’écrivais : venir insérer dans un endroit très réaliste une histoire complètement improbable. C’est étrange, ce n’est jamais de la science-fiction. C’est juste un détail. Ca ressemble un peu à un rêve où tout est normal, quand soudain, un truc bizarre…

C’est amusant que tu parles de détails chez Oscar Wilde, parce qu’en te lisant, j’ai remarqué très vite qu’il y en avait aussi beaucoup dans ta façon de raconter. Tu vas te focaliser sur quelque chose qui n’est pas essentiel, mais qui finit par passionner le lecteur.

Je crois que ça, c’est une similitude avec la psychanalyse. La psychanalyse est un univers qui m’intéresse beaucoup, plus dans son côté vision du monde que guérison. Dans ce que j’écris, ce qui me passionne, c’est comment un petit détail va être ressassé et analysé. Souvent un détail en psychanalyse, ça va cacher des choses gigantesques. C’est ce que j’aime bien dans les récits de Freud.

Tu as l’air de t’être régalé à écrire ce livre.

Oui et d’ailleurs, c’est une condition sine qua non de la littérature. Il faut qu’il y ait une jubilation. J’aime bien sentir cette jubilation chez les autres. Il se trouve que je la sens, plus particulièrement dans les récits autobiographiques ou autofictifs, mais il y a des écrivains comme Éric Chevillard qui arrivent à créer cette jubilation avec des choses qui sont à des années-lumière de lui en créant des mondes originaux.

Tu aimes les bons mots, les jeux de mots. Tu as un sens de la formule assez sidérant.

L’humour, c’est un état d’esprit et une vision du monde. J’ai été un peu élevé dans ce sérail. J’ai un père contrepétographe. Du coup, dans ma famille, on a une culture humoristique. Mon père ne va jamais dire un truc directement. Il va toujours le modifier. Il ne peut pas m’envoyer un mail, sans mettre un mot à la place d’un autre. D’un côté, c’est bien, mais du coup, j’ai du mal avec le solennel.

Ton couple est étrange. Le jeune homme et la jeune femme sont différents, mais au fond, ils sont pareils.

Ils ont un reste de complicité quand même. Nous suivons dans mon livre la fin d’un amour qui a duré assez longtemps. Ils n’arrêtent pas de se parler, ils sont incapables de se taire.

clément bénech,l'été slovène,interview,mandor

Ils sont jeunes, beaux, sportifs, ils ont tout pour plaire. Ils sont un peu agaçants, en fait. Ce narrateur, est-ce qu’il te ressemble ?

Je pense qu’il est un peu plus tranchant que moi, un peu moins conciliant et peut-être un peu plus cavalier, un peu plus osé dans ce qu’il fait. Moi, je suis un peu retranché.

Que pensent tes parents de ton livre ?

Ils sont assez fiers, je crois. Ils sont inquiets, car j’ai une vie universitaire un peu chaotique. Comme j’ai écrit, c’est devenu ma priorité. Cette année, j’ai bossé pour avoir un concours de journalisme. Je vais étudier à Bordeaux l’année prochaine. Je suis retombé sur mes pattes, donc, mes parents étaient contents.

Tu souhaites devenir journaliste spécialisé en quoi ?

Je ne sais pas encore. Je verrai cela plus précisément quand je serai dans cette école.

Tu as eu 22 ans, fin avril. Tu sais que publier chez Flammarion à cet âge-là n’est pas très courant. Ce n’est pas un cas unique, mais…

Ni un Cahuzac.

Ah d’accord ! Je la note et j’en ferai un statut. Sérieusement, ça fait quoi à ton âge d’être publié dans une grande maison d’édition après avoir essuyé quelques refus ?

Ça a été dur d’imposer mes 3 premiers romans. Le troisième avait quand même attiré l’œil de Flammarion. Ça a donc été plus rapide pour publier le quatrième.

clément bénech,l'été slovène,interview,mandor

Pourquoi as-tu choisi comme lieu de vacances la Slovénie, qui est un pays qui ne fait pas forcément rêver à la base.

C’est un peu mon goût du paradoxe. J’aime bien ce côté un peu bizarre. On se dit tous : « Qu’est-ce que c’est que ce pays ? » J’y suis allé deux fois en vacances. Une fois en été avec deux amis, une fois en hiver avec une fille.

Si elle l’a lu, elle a dû se sentir visée.

Elle l’a lu. Mais, avec elle, le voyage s’était plutôt bien passé. J’y retourne en septembre parce qu’il y a l’euro de basket 2013.

Je n’ai pas été emballé par le pitch de ton livre. Un couple qui part en Slovénie et qui s’emmerde, je schématise, mais bon… il y a plus romanesque. Et pourtant, je me suis régalé.

C’est très difficile pour moi d’expliquer mon livre aux gens. Je suis obligé d’utiliser la forme « il y a ». Il y a un chat, il y a un lac… c’est ma manière d’écrire. J’ai des visions comme ça, des choses que je veux absolument mettre. Même si c’est très éloigné, je vais les tirer pour essayer de les faire rentrer. C’est ce qui relève de mon travail dans l’écriture. Essayer d’emmener des choses qui normalement n’auraient pas pu rentrer. Après, dans la marmite, je vais essayer de faire un truc  qui finira par ressembler à quelque chose.

J’ai appris des choses essentielles, comme «comment calmer une chatte en chaleur ».

C’est une histoire que l’on m’a racontée. C’est amusant parce que la chatte en question s’appelait vraiment Swann… et il se trouve que ce sont les 100 ans de la sortie de « Du côté de chez Swann » cette année et que j’adore Proust. Je n’avais pas calculé.

Je te sens dans la même veine que Pierre Desproges.

En terminal et en première année de fac, j’ai commencé à vouloir écrire en lisant Modiano et en découvrant les sketchs de Desproges. Les deux en même temps. J’ai tout lu et vu de Desproges. Je suis très attiré par son côté pince-sans-rire et son côté vaguement absurde. La minute nécessaire de monsieur Cyclopède est un truc essentiel. En ce moment j’écris un petit feuilleton que j’aimerais proposer à France Culture qui est un peu dans l’esprit cyclopédien.

56 minutes de La minute nécessaire de monsieur Cyclopède.

Il semblerait qu’il se passe quelque chose autour de toi… tu t’en rends compte ?

C’est difficile de se rendre compte. J’ai une bonne presse, mais j’ai du mal à me mettre dans la disponibilité d’esprit de me dire « il y a d’autres gens qui me lisent ».

Quand le livre est sorti (en mars dernier), tu t’es senti un peu dépossédé ?

Tu te dis : « Est-ce qu’il ne faut pas le rattraper », « est-ce que j’ai bien fait de sortir ce livre ? », « est-ce qu’il ne fallait pas attendre le prochain ? »… toutes ces sortes de questions.

clément bénech,l'été slovène,interview,mandor

Ma première rencontre avec Clément Bénech (le 14 avril au Salon du Livre de Provins 2013).

Je sais que tu as commencé un nouveau livre.

Il se passe à Berlin et c’est un portrait de femme. J’ai déjà le titre : Lève-toi et charme.

Flammarion est au courant ?

Vaguement (rire).

Quand tu écris, tu es dans le doute ?

Pour L’été slovène, pas trop, parce qu’il m’habitait vraiment. Je me disais que même si les lecteurs trouvaient cela mauvais, ce n’était pas grave. J’avais besoin de le faire. Je ne m’étais pas vraiment posé la question de savoir si c’était bon ou pas. Le roman que je viens d’attaquer suscite plus cette question.

Comment peut-on plus douter sur un livre que sur un autre ?

C’est une question de proximité avec soi-même. Quand on a quelque chose qui nous est très cher, on se pose moins la question. Et quand on se met à construire un peu plus une intrigue, des personnages, un univers, on se demande plus comment il va être reçu.

Et quand on s’est fait remarquer avec un premier roman, il y a une pression supplémentaire pour le suivant.

Oui, il y a le mythe du deuxième roman. On verra bien. Je n’ai pas une tradition de barrer ce que j’ai fait. Je garde beaucoup.

clément bénech,l'été slovène,interview,mandor

Le premier jet est souvent le meilleur ?

Voilà. C’est en partie lié avec la psychanalyse. Le côté instinctif est primordial quand j’écris. Si ce n’est pas vrai dans les phrases, c’est au moins vrai dans les sujets et dans les idées. Je vais rarement abandonner une idée. Je vais la remanier éventuellement. Un truc qui pour moi va provoquer une espèce de vision, une image rétinienne, je ne veux pas le mettre au rebut.

Je suis fasciné par les écrivains qui arrivent à être objectifs sur leur propre travail. Tu y parviens toi ?

C’est un peu paradoxal, mais je crois qu’on n’écrit jamais mieux qu’en faisant taire le lecteur en soi. Il ne faut pas se demander comment ça va être reçu. Moi, je suis incapable de me lire. J’ai un réflexe de recul quand on me montre un texte à moi.

As-tu un premier lecteur ?

J’ai de très bons amis qui me lisent. Je crois qu’il faut être capable de faire la part des choses. C’est aussi ça être auteur. C’est parvenir à choisir, à trancher, même quand on te fait des remarques. Pour ce roman, j’avais un lecteur privilégié qui était Jean-Baptiste Gendarme. Au début, j’ai publié dans sa revue, Décapage (voir la très ancienne mandorisation de Jean-Baptiste Gendarme).

Tu écris tous les jours ?

J’attends d’être un peu habité. Je me force très rarement. Ma méthode est simple : j’attends de savoir tout ce qu’il y aura dans mon roman avant de le commencer. J’écris souvent la nuit. Je trouve beaucoup d’idées pendant que je m’endors et au moment du réveil. Il y a toutes les idées qui valsent un peu. Ce que j’aime en littérature c’est faire se rencontrer des choses qui ne sont pas amenées à se rencontrer. Par exemple un chat et un coton-tige. Du coup, ça créé une espèce de foudre.

clément bénech,l'été slovène,interview,mandor

17 août 2013

Manitas de Plata : les dessous de son appel à l'aide.

587385_le-guitariste-manitas-de-plata-le-5-aout-2011-a-la-grande-motte-dans-le-sud-de-la-france.jpg

1076946_10151788830688674_1623340026_o.jpgJ’ai passé beaucoup de temps dans mon enfance, l’été, à La Grande-Motte. Et j’ai toujours entendu parler de Manitas de Plata. La star connue dans le monde entier (93 millions d'albums vendus) a choisi d’y élire domicile il y a 35 ans. Très souvent, je l’ai croisé, je l’ai même parfois interviewé (voir à gauche). Gamin, je me souviens l’avoir vu stationner dans sa Rolls près de la plage pour signer des autographes. J’avais de lui l’image d’un artiste toujours souriant, flambeur et entouré constamment de jeunes et jolies femmes. Manitas de Plata fait partie de mon enfance. Une madeleine de Proust, en quelque sorte.

Comme l’indique sa fiche Wikipédia, « Manitas de Plata est aujourd'hui considéré comme le plus grand guitariste flamenco au monde bien que controversé par les puristes traditionalistes de l'école académique espagnole, du fait de son analphabétisme et de son non-académisme. Manitas reste pourtant l'artiste du monde flamenco, toutes tendances confondues, qui aura le plus vendu d'albums dans le monde, artiste toujours respecté et aimé justement de par son art extraordinaire. Manitas de Plata a rencontré les personnes les plus influentes du monde artistique, économique, littéraire et politique, toutes subjuguées par l'art, la personnalité de l'artiste à la fois modeste, quelque peu narcissique, mais toujours si attachant, émouvant et authentique… Manitas de Plata est et restera l'un des plus grands artistes du XXe siècle. »

Et cet artiste aimerait finir sa vie dans son petit studio de La Grande-Motte.

Manitas de plata répond aux questions de Denise Glaser en improvisant les réponses avec sa guitare.

Peu avant de partir en vacances cette année de nouveau dans cette ville balnéaire, je découvre une interview de son ex-compagne, Nathalie Stickelbaut, dans le Midi-Libre

(Lire l’article ici, pour comprendre la suite de cette mandorisation un peu particulière).

Dans cet article, elle explique les soucis financiers de l’artiste et espère que son inquiétude suscitera un élan de solidarité de la part de ceux qui n’ont pas oublié qui est Manitas de Plata.

Elle en appelle à la mobilisation pour permettre au génial Gitan d'avoir une fin de vie décente.

Mais voilà, à la suite de la parution de cet article Nathalie Stickelbaut en a pris pour son grade. Beaucoup de personnes ne comprennent pas comment Manitas a pu en arriver là. Beaucoup aussi ne comprennent pas pourquoi, il faudrait l’aider lui et pas les autres. Beaucoup disent qu’il suffit de placer Manitas de Plata dans une maison de retraite. Allez hop l’artiste ! A la niche ! Certes, cela reviendrait beaucoup moins cher que d’employer des gens 24 heures sur 24 pour le garder à domicile, mais ce serait le tuer (excusez du détail !).

2384832307_409c3e0071_o.jpg

Manitas avec Pablo Picasso.

Non, il ne faut pas que Manitas de Plata finisse ce qui lui reste à vivre dans une maison de retraite.

Parce que sa santé est précaire. (Il n’est pas raisonnable. Pensez-vous, il continue de fumer un paquet de cigarettes par jour malgré les recommandations des médecins).

Parce que tous ses souvenirs glanés ici et là après des années de carrière sont amassés dans son studio. Que tous ses souvenirs, c’est sa vie. Il est inenvisageable de lui demander de s’en séparer.

Et surtout, parce que quelqu’un qui a fait rayonner la culture de son pays dans le monde entier à le droit, il me semble, à quelques égards. Un artiste, ça se chouchoute, ça se protège. C’est une pierre précieuse. Quand elle a brillé de toute sa splendeur, tout le monde était bien content de l’admirer, maintenant qu’elle perd ses éclats, il est injuste et ingrat de l’abandonner.

Manitas dans l'émission anglaise Top of the Pops en 1971.

Un artiste donne du plaisir, change la vie des gens, permet à tout le monde de s’évader du triste quotidien que nous vivons. Un artiste est fragile, parfois inconséquent, mais toujours généreux et provocateur de bonheur immédiat. Une douce lumière dans le chaos sombre de nos cerveaux et de nos petites existences.

manitas de plata,appel à l'aide,nathalie stickelbaut,la grande-motte,mandorJ’ai trop lu à la disparition d’une personnalité qu’elle est « décédée seule, malheureuse et abandonnée de tous ». Évitons cela à Manitas de Plata. Il est temps de le faire.

Bien sûr qu’il y a des combats plus importants à mener. Ce n’est pas à moi qu’il faut dire cela, j’en mène d’autres… mais, aider un artiste n’est pas un combat anodin. Les vendeurs de rêve sont des gens à part. Il faut les protéger quand ils ont besoin de nous. C’est la moindre des choses. Ils nous ont donné, donnons-leur en retour. Même un peu.

J’ai pris contact avec Nathalie Stickelbaut. Je lui ai expliqué qui j’étais et ce que je souhaitais faire pour l’artiste. Très vite, elle a accepté de me recevoir chez Manitas. En sa présence, évidemment. La rencontre s’est donc tenue le 31 juillet dernier. (Quelques jours après le passage de France 3).

(Je tiens à dire que la démarche de Nathalie est complètement désintéressée. Je l’ai vue s’occuper de l’artiste devant moi, j’ai lu dans les yeux de l’un et de l’autre la tendresse qui les unit. Je précise cela, car nous sommes dans une époque où la suspicion est presque une règle de vie. « Pourquoi fait-elle tout ça ? » Parce qu’ils se sont aimés réellement et qu’elle ne supporte pas de le voir finir sa vie ainsi. C’est tout. Elle n’a aucun intérêt à entreprendre toutes ses démarches. Ça ne lui apporte, pour le moment, que des soucis…)

manitas de plata,appel à l'aide,nathalie stickelbaut,la grande-motte,mandorInterview:

Nathalie, pourquoi cet appel ?

Quand on n’a pas trop de relations, c’est difficile de joindre ceux qui peuvent aider. Et les personnes du métier que je réussissais à joindre ne pouvaient rien faire pour lui. Je manque de contacts et de réseau. C’était un peu difficile pour moi, en étant seule à la Grande-Motte de trouver les ressources nécessaires pour aider Manitas à vivre chez lui.

Du coup, vous avez contacté le Midi-Libre. Vous avez dit des choses qui ont choqué certaines personnes… D’ailleurs, après cet article, vous n’avez pas été épargnée.

De façon un peu naïve, j’ai donné le montant de sa retraite. Pas mal de personnes ont perçu moyennement la chose. Ils ont dit qu’avec cette somme-là, on pouvait vivre décemment. Effectivement, on peut vivre correctement, si on est en bonne santé. Vivre chez soi, quand on perd son autonomie et qu’on a besoin de quelqu’un 24 h sur 24, ca coûte très très cher. Il faut employer 3 personnes pour qu’elles puissent se relayer.

069.JPG

Sur les murs de Manitas.

Puisqu’il n’a pas les moyens de rester à domicile, on vous reproche de ne pas le placer dans une maison de retraite, vous répondez quoi ?

D’abord que moi, je ne décide rien. Je l’aide, c’est tout. Manitas vit dans son tout petit studio à la Grande-Motte depuis 35 ans. Il a accumulé ici, au fil des années, tous ses souvenirs : affiches, photos, médailles que lui ont été remises par des municipalités. Toute sa vie est là. Ici, c’est comme un petit musée Manitas de Plata. L’enlever d’ici, ce serait le tuer.

Nathalie, vous comprenez que des gens qui ont les mêmes soucis que Manitas soient choqués qu’on le favorise lui et pas eux.Manitas-Marlon.JPG

Je le comprends parfaitement. Mais Manitas est une figure de la musique. Il a fait beaucoup pour le rayonnement de la France. Il a marqué la musique dès les années 60 et 70 en apportant quelque chose de nouveau.  Il a été adulé par des millions de personnes. Je pense qu’il mérite de finir sa vie, tranquillement, chez lui. Il a été l’ami de Chaplin, Picasso, Brando… il a côtoyé la Terre entière…

Il y a eu d’autres mauvaises réactions ?

On me reproche de faire appel au Conseil Général ou aux mairies. Pourquoi pour lui, alors qu’il y a plein d’autres personnes à aider ? J’ai entendu ça des dizaines de fois.

Vous craignez que l’on vous reproche de demander un passe-droit ?

Un peu. Moi, je pense simplement que le fait de rendre publique une situation peut parfois accélérer les choses ou permettre de bénéficier des droits normaux dus à toute personne… Alors que la célébrité peut avoir l’effet contraire.

071.JPG

Sur les murs de Manitas.

Combien il faudrait par mois, pour que Manitas puisse rester chez lui.

Il a déjà sa retraite. Il faudrait environ 5000 euros par mois en plus pour lui permettre d’avoir quelqu’un avec lui 24 heures sur 24.

C’est beaucoup. Je pense qu’il faut être clair, vous souhaiteriez quoi de la part des gens qui liront cette interview ?

En priorité, trouver de l’argent. Que d’autres artistes se mobilisent. Que des associations d’aide aux artistes se mobilisent. Au début, j’ai fait appel aux fans et ça a choqué… avec une association, j’espère leur proposer par exemple des loteries. Certains artistes se sont manifestés pour proposer des photos qu’ils avaient faites de Manitas. Un artiste a proposé de faire une lithographie originale que l’on pourrait vendre au bénéfice de Manitas. À propos d’action, une association de Montpellier organise une soirée le 7 septembre prochainau château de Grammont à partir de 19h00. Les bénéfices de cette soirée lui seront reversés. (Pour en savoir plus, cliquez ici !)

manitas de plata,appel à l'aide,nathalie stickelbaut,la grande-motte,mandor

Le 31 juillet 2013, Manitas de Plata, très fatigué, mais tenant à participé à l'interview...

Manitas dans un programme TV des années 1975 avec les siens et son improvisation d'une rumba magique et orientale.

Il y a des personnes qui se sont proposées pour s’occuper bénévolement de Manitas.

Oui, c’est très touchant. C’est une grande aide, mais ce n’est pas une situation viable à long terme. C’est beaucoup trop instable et précaire.

Y a-t-il eu déjà des premières retombées suite à votre article du Midi Libre.

Oui, du coup la Carsat de l’Hérault s’est penchée sur le dossier de Manitas. Le souci est qu’il n’avait jamais demandé cette retraite, il n’a donc jamais eu la retraite « droits ouverts » du régime général de la Carsat. Là, du coup, ses droits vont être activés. À partir du mois prochain, il va toucher quelques centaines d’euros en plus. C’est le premier effet positif. D’autres organismes m’ont signalé des aides ponctuelles possibles prévues dans leur fonctionnement standard et dont Manitas n’avait jusqu’à présent pas bénéficié.

Si les gens veulent donner de l’argent, il faut procéder comment ?

Nous venons d’avoir le certificat de dépôt auprès de la Préfecture pour « Manitas de Plata Association ». Pour l’instant le plus simple est de faire un chèque à l’ordre de « Manitas de Plata Association » et de l’adresser à « Manitas de Plata Association - Le Temple du Soleil - Bât. F - 272 rue F. Mistral - 34280 LA GRANDE MOTTE ». Le site de l’association est en cours de création, nous proposerons très bientôt d’autres modes d’aide. Web à venir : http://www.manitasdeplataassociation.com.

Manitas joue pour Brigitte Bardot dans les années 70.

Nathalie, que fait La Grande-Motte pour lui ?

A la mairie, ils me répondent que c’est un luxe de vivre chez soi quand on est plus autonome et qu’il a les moyens d’aller dans une maison de retraite. Une mairie n’a pas de fonds prévus pour aider les personnes dans sa situation à vivre chez elles.

manitas de plata,appel à l'aide,nathalie stickelbaut,la grande-motte,mandorManitas, vous avez envie de rejouer de la guitare ?

Bien sûr.

Vous rejouez ?

Ça m’arrive. En 5 minutes tout revient.

Vous vous sentez bien ?

Oui. Je suis un peu fatigué, mais ça va.

Ca vous plait de rencontrer des journalistes ?

Oui,  je vois des gens, c’est bien. Ça me plait beaucoup. Je sais que vous venez pour m’aider.

Vous êtes bien dans ce studio ?

Oui, mais personne ne vient me voir. Je suis tout le temps tout seul.

En Camargue, Manitas de Plata improvise avec Bambo, Manuel Arenas, son neveu et les siens, une rumba dont il a le secret.

Nathalie, pourquoi vous êtes-vous lancée dans ce combat ?

Je connais très bien Manitas, j’ai partagé sa vie pendant 10 ans : je sais qu’il ne pourrait vivre ailleurs. J’ai pu constater après ses 4 jours d’hospitalisation en début d’année dans quel état il est revenu : il ne parlait plus, il ne bougeait plus… C’est revenu petit à petit. Mais j’ai pris encore plus conscience à quel point c’était important qu’il puisse continuer à vivre chez lui. Il a des besoins simples : ses cigarettes, ses souvenirs autour de lui et la vue sur la mer. Mais il n’est plus autonome et personne ne peut trouver seul les moyens nécessaires pour assurer son maintien à domicile en toute sécurité, alors avec son plus jeune fils Fernando nous avons décidé de rendre cette situation publique pour mobiliser un maximum de personnes.

Pour l’image de Manitas, tous ces articles dans la presse, ce que je vais faire sur mon blog, ça ne va pas donner une image négative du personnage ?

Certains articles avec des titres à sensation ont pu choquer. Mais, au final, on retiendra tout ce qui a été bénéfique, à commencer par l’élan de générosité des gens, les témoignages de sympathie, les aides des uns et des autres. Vous savez, ça faisait longtemps que Manitas ne voyait plus grand monde. Là, il rencontre du monde et ça a pour effet de lui apporter de l’énergie supplémentaire. Ça l’oblige à être toujours impeccable, à bouger, à sortir... Mais je pense qu’il préférerait revenir à la lumière pour une raison plus artistique.

(Dernières informations qui m’ont été confiées pratiquement sous le sceau du secret: Manitas de Plata souhaite s’entraîner à la guitare chez lui, mais il aurait besoin d’un petit ampli pour mettre sur sa guitare sèche…  là, aussi si un bienfaiteur pouvait faire quelque chose. Il aurait aussi besoin d’un fauteuil roulant plus confortable pour pouvoir sortir plus.)

065.JPG

Nathalie Stickelbaut, Manitas de Plata et Mandor dans le studio de l'artiste le 31 juillet 2013.

11 août 2013

Laetitia Chazel : interview pour Drôle de genre

AVT_Laetitia-Chazel_7771.jpeg

J’ai déjà mandorisé Laetitia Chazel, il y a moins d’un an, à l’occasion de la sortie de son premier roman, Le dégoût. Il a d’ailleurs reçu à cette époque le Prix du roman du mois des Espaces culturels Leclerc et Télé 7 Jours.

En cet été 2013, elle revient avec un second livre, Drôle de genre. Une enquête sociale mâtinée de polar menée de main de maître. L’écriture de Laetitia Chazel est sans fioriture et précise. Elle a l’art de nous inciter à tourner la page suivante de manière compulsive. Laetitia Chazel fait désormais partie des auteurs que je suivrai avec attention et que j’accueillerai ici le plus souvent possible…

Le 26 juin dernier, nous nous sommes donnés rendez-vous à l’agence pour une deuxième rencontre.

drole-de-genre.jpgLe mot de l’éditeur :

À 40 ans, Janis-Pearl, capitaine de la Brigade des Mœurs vit seule avec son chat à Paris. Après une enquête qui tourne mal par sa faute et son entêtement, elle quitte la police. Comme elle vient d’hériter de son père, rock star déjantée des années 70, elle projette d’acheter une maison dans les Alpilles où réside Jade, sa seule amie. Elle n’a pas uniquement hérité d’une jolie fortune de son père, elle tient son prénom aussi psychédélique que l’était sa mère, emportée ad patres par les paradis artificiels. Et pas mal de blessures sans nom.

Installée chez Jade et Toni qui tiennent une maison d’hôtes, flanquée d’un mentor en la personne du voisin Victor, Janis se lance dans sa nouvelle vie avec application. Jusqu’au moment où près de là, une petite fille, placée dans une famille d’accueil, disparaît. Contre toute attente et malgré son expérience, Janis refuse de se mêler de l’affaire. À l’inverse, elle se passionne pour les révoltes et désarrois d’Emma, la fille du couple de notables dont elle envisage d’acheter la maison. Persuadée qu’Emma est battue par son père, l’ex-flic de la brigade des Mœurs prend fait et cause pour l’adolescente. Elle accepte de l’aider au point d’organiser un chantage.

Que cherche donc Janis-Pearl, cette drôle de fille d’un « drôle de genre » ? Quel est ce secret dont elle est incapable de parler ? Quelles ombres risquent-elles de surgir des ténébreuses affaires dans ces Alpilles en plein soleil ?

L’auteur :

Née en 1963 dans le Gard, Laetitia Chazel vit entre Paris et un hameau près d’Uzès dans le Gard. Après avoir exercé ses talents dans le monde de la publicité, elle est aujourd’hui scénariste et romancière. Elle a publié Dégoût en 2012 (Alma éditeur). Drôle de genre est son second roman.

DSC08251.JPGInterview :

Après le dégout, déjà un deuxième roman. Tu sors un livre par an, comme Amélie Nothomb finalement ?

L’idée, ce serait d’en sortir un par an, jusqu’à l’année prochaine. Le 3e est prêt pour la même époque. Entre Dégout, Drôle de genre et le prochain, dont je ne te donne pas encore le titre, il y a l’idée d’explorer l’idée de manque. Dans Dégout, c’était le manque du sens de l’odorat et du goût, dans Drôle de genre, j’évoque plutôt le manque affectif et la solitude et dans le troisième, ce sera le manque de liberté. Après, j’arrêterai et je passerai à autre chose.

Tu veux éviter toute référence autobiographique dans tes livres. Pourquoi ?

Beaucoup d’écrivains racontent leur vie, je ne vois pas en quoi la mienne aurait un quelconque intérêt pour les lecteurs. Dans Dégout, j’ai voulu tellement m’éloigner de moi que j’ai pris un homme comme héros. Pour Drôle de genre, j’ai pris une fille, mais je pense qu’elle est assez différente de moi.

Ton héroïne est très attachante, je trouve.

C’est marrant parce qu’il y a des gens qui la détestent. Un journaliste qui a écrit un papier sur mon livre a affirmé que c’était « le genre de personnage qu’on adore détester et qu’on déteste adorer. »  

Je n’ai pas du tout eu ce sentiment-là, parce que tu expliques bien tout ce qu’elle a vécu. Les problèmes qu’elle a subis étant jeune, ses problèmes de manque de confiance dans le cadre de son travail en tant que policière.

Moi, je l’ai faite très solitaire, très isolée, mais j’ai voulu qu’elle s’ouvre. Elle part vers le soleil chez des amies de manière positive. C’est pour ça que j’insiste, quand la petite fille disparaît, sur le fait qu’elle n’en a rien à faire. Elle veut juste acheter sa maison, vivre une autre vie et ne surtout pas replonger dans une nouvelle enquête policière, ne plus remettre les pieds dans sa vie d’avant. C’est pour ça que les gens se sont dit « elle est étrange cette fille, un enfant disparaît, elle refuse de s’en occuper ». Moi, je l’aime beaucoup Janis.

1013953_10151742036494189_584006472_n.jpg

Il y a plein de fausses pistes dans ton livre.

Oui. Tu commences le premier chapitre, tu te dis que c’est un roman policier, le deuxième chapitre, elle n’est déjà plus policière… et ainsi de suite. Quand elle arrive dans le sud, on pourrait se dire que ça prend la tournure d’un téléfilm de France 3. Il y a quelqu’un qui arrive dans un petit village et comme par hasard, il y a une disparition. Je voulais qu’autour de ses fausses pistes, mon héroïne continue à rester droite dans ses bottes.

Ce qui est certain, c’est qu’elle n’a pas des réactions communes à celles que pourraient avoir d’autres personnes dans des circonstances similaires.

Je pense que son manque réel affectif et cette peur de l’amour, qui deviennent évidents quand Victor arrive dans l’histoire, font de cette femme une personne qui n’est pas comme tout le monde. Je pense que si Janice était assise avec nous, on sentirait quelque chose émaner de sa présence un peu différente de nous. Enfin j’espère.

chazel320_973319694_north_320x.jpgTu en parles comme si le personnage existait.

Parce que pour Bart, le héros de Dégout, beaucoup de gens sont venus m’en parler dans les signatures. Ils me disaient d’embrasser Bart pour eux ou de le saluer. Je trouvais cela étrange et même saisissant. Du coup, il est devenu un peu existant. D’ailleurs, je lui ai dédicacé Drôle de genre. Le prochain sera donc dédicacé à Janice, c’est déjà prévu. Si tu veux, je ne suis pas du tout amoureuse de mes personnages, mais j’ai l’impression qu’ils prennent corps après les avoir imaginés.

Il y a des personnages de ton livre auxquels je ne parviens pas à m’attacher. Victor, par exemple. Il est vénal et velléitaire. Ça fait beaucoup pour un seul homme. Je m’étonne que Janice envisage la possibilité d’entretenir une relation avec cet homme.

C’est la première fois qu’elle a une telle proximité avec un homme. En plus, elle vit avec lui et il est gentil. Et comme il a côté un peu déprimé parce que sa femme l’a quitté, il ne voit plus ses enfants, il a un côté touchant quand même. Il n’est pas fait pour être super sympathique, mais pour Janice, il est quand même une sorte d’appui.

Ton livre est un peu sociétal. Il se passe dans un petit village du sud de la France. Il y alaetitia chazel,drôle de gens,interview,mandor un couple de femmes homosexuelles qui tient un mas. Une jeune fille disparait. On les accuse directement…

Oui, en plus, elles ont des hôtes qui sont homos, ce qui n’arrange rien. J’ai lu quelque part que c’était un combat contre l’homophobie. Il se trouve que ce livre est sorti en plein milieu de ces histoires de mariage pour tous, mais je l’ai écrit l’année dernière. Moi, je vis dans un village, dans le sud  et j’entends bien ce qu’il se passe. Je pense que l’homophobie est prête à rejaillir à n’importe quel moment…  les gens sont bien intégrés et soudain, quelque chose ne va pas et hop ! On en profite pour faire une différence de traitement. Les homos y sont forcément pour quelque chose… Mais, tu ne m’as pas dit, tu as aimé alors ?

Oui, beaucoup, sinon tu ne serais pas là. Et comme le départ frise le polar, je me suis dit que tu devrais te lancer dans ce genre carrément.

Pour le moment, je ne me vois pas écrire un policier. Il faut que j’affine mon style et que je le trouve davantage. C’est pour cela que j’écris un livre par an. Je vais avoir 50 ans cet été et je me dis qu’il faut que j’y aille à fond. Dans la symbolique, j’ai fait de la pub pendant 20 ans, je n’ai plus de temps à perdre pour la littérature. À chaque fois, ça va être un peu polar et enquête sociale.

DSC08256.JPG

Tu décris la complexité de l’âme… aucun de tes personnages n’est manichéen.

J’adore l’idée d’avoir beaucoup de personnages très différents et faire naviguer tout ça. Ils représentent ce que nous sommes tous. Personne n’est tout rose et tout noir. Quand tu sais cela, tu peux jouer avec tes personnages.

Tu t’y retrouves comment avec eux ?

Je fais rire tout le monde chez Alma. Un jour, je leur ai expliqué comment je travaillais. J’ai des fiches personnages. Je me fais une bible pour chacun d’eux. J’écris une histoire autour d’eux et ensuite, je réunis tout le monde.

laetitia chazel,drôle de gens,interview,mandorComment se passent tes relations avec Alma ?

Il faudrait leur demander, mais moi, j’ai l’impression qu’elles sont bonnes. J’étais tellement contente qu’ils me choisissent pour Dégout. Ils débutaient, moi aussi. Ca créé des liens. Ils ne savent pas vraiment où je vais, mais ils me font confiance. Le livre que j’écris actuellement, ils connaissent à peu près l’idée, j’ai écrit une centaine de pages, pour l’instant, personne ne m’a demandé de les montrer.  

Tu retravailles beaucoup avec eux, je crois.

C’est un truc qui m’est resté de la pub. Toute la journée, on te refait faire le travail effectué.  Je n’hésite jamais à reprendre quand on me fait des remarques. Il y a eu 5 versions pour ce livre, 5 versions pour Dégout. Pour moi, ce ne serait pas la meilleure solution de m’enfermer en me disant que j’ai raison. Il faut savoir accepter de dire oui à ce qu’on te propose de modifier, pour que la fois où tu dis non, on respecte ce non. C’est du donnant donnant. Il y a des choses sur lesquelles il ne faut pas transiger.

Tu relis ton livre à haute voix avec ton éditrice…

J’aime bien le son des mots. Tu vois, mon système de phrases avec les adjectifs accolés, je trouve que ça sonne. Ce n’est pas du rap, mais c’est la même idée. J’aime quand c’est efficace.

Et c’est très efficace. On reconnait bien là, la fille de pub. 546580_10151113282349189_636423167_n.jpg

Il n’y a pas longtemps, tu as mandorisé Grégoire Delacourt, qui lui aussi vient de la pub… il n’emploie pas le mot efficacité, mais on fonctionne un peu de la même façon. On a la même culture.

Lui est conscient que la pub l’a aidé à trouver des formules.

Mais moi aussi. Nous avons sans doute des automatismes. Il y a une forme de cousinage entre nous.

Parle-nous de la couverture illustrée par Loustal.

Il a été contacté par Alma. Il a reçu quelques extraits du livre et il s’est fait raconter l’histoire. Quand j’ai vu l’illustration arriver, j’ai été assez bluffée. Elle reflétait parfaitement l’ambiance du livre. Mais Loustal, tu l’as compris, je ne le connais pas en vrai.

DSC08254ff.JPG