Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Elodie Frégé : interview pour Amuse-bouches | Page d'accueil | NACH : interview pour son premier EP »

19 juillet 2013

Dominique Dyens : Interview pour Lundi Noir

248070_10151568698626668_28425440_n.jpg

« Tension extrême dans un décor feutré, spirale du mensonge, vertige de l'adultère et ivresse du pouvoir... » c’est la marque de fabrique de Dominique Dyens. Dans ce nouveau roman, Lundi noir, elle s'amuse "à écailler le vernis des conventions et conjugue le drame bourgeois à l'ère de la délinquance en col blanc".

Je l’avais déjà mandorisé pour son précédent roman, Intuitions et ce fut un véritable plaisir humain et intellectuel. Un bis repetita s’imposait donc pour Lundi noir (je suis fidèle quand j’aime les gens). C’était le 19 juin dernier à l’agence…

9782350872254,0-1636840.jpg4e de couverture :

Homme d’affaires redouté, Paul Deshoulières a 55 ans, une belle situation, une femme élégante et deux enfants. Tous les signes extérieurs de la réussite. À la suite d’une opération chirurgicale qui le laisse impuissant, la honte le ronge. Diminué, obsédé par l’idée de perdre sa femme, ce requin de la finance est prêt à tout, même à un irréparable délit d’initiés, pour la retenir. Mais son montage illicite tourne mal et entraîne sa ruine. Pire, il est soupçonné d’ententes délictueuses avec la mafia de l’Est, des entreprises pharmaceutiques douteuses, et des trusts opaques.
Trahi par sa femme, qui fuit dans les bras de ses amants, abandonné par ses amis, harcelé par son broker (ses pertes se montent à plusieurs millions), poursuivi par l’AMF (autorité des marchés financiers), il se réfugie dans le souvenir de son premier amour, Madeleine, et décide de tout mettre en œuvre pour la retrouver. Cette femme, qui l’avait initié aux plaisirs de la chair lorsqu’il avait quinze ans, est désormais atteinte d’Alzheimer et se repose dans une maison de retraite de la côte Est américaine. Son décès brutal donne lieu à de surprenantes révélations. Comment Madeleine était-elle liée à ces OPA ? Pourquoi a-t-elle décidé de secourir Paul ?

L’auteure :

Dominique Dyens vit à Paris. Elle est l’auteur de six romans dont, entre autres, La Femme éclaboussée, le décapant Éloge de la cellulite et autres disgrâces, et Intuitions. Elle écrit également pour le cinéma et la jeunesse, et collabore à diverses revues littéraires.

DSC08128.JPG

eho_dyens2p.jpgInterview :

Comme le titre de ce livre l’indique, ce roman est peut-être plus noir que d’habitude ?

D’une certaine façon, dans la première partie, il y a les codes du thriller. C’est serré, il y a une dégringolade, des évènements extérieurs et beaucoup de suspens. Habituellement, dans mes livres c’est un peu plus psychologique. Dans Lundi noir, il y a vraiment des faits. C’est un livre, entre guillemets, « à l’américaine ». Cela étant, la deuxième partie est aussi humaine que dans mes précédents livres.

On en apprend pas mal sur le milieu de la finance. J’ai eu peur que l’on se perde dans de fumeuses explications sur cet univers très complexe. Il n’en est rien.

Avant d’écrire ce livre, je n’y connaissais rien à ce milieu. Raison pour laquelle je reculais le fait de l’écrire. Je voulais aborder depuis très longtemps la chute d’un homme de pouvoir dans le milieu de la finance. C’était bien avant la crise de 2008. J’ai travaillé, je me suis documentée, je suis allée sur des sites… au début,  je ne comprenais rien. Je me disais que je n’allais jamais y arriver. Je suis passée par des premiers mois très difficiles. Avec le temps et l’expérience, j’ai commencé enfin à comprendre les choses. Pour que ce soit compréhensible, il fallait que je comprenne ce que je racontais. Il fallait que j’explique pourquoi mon héros allait perdre beaucoup d’argent rapidement et que la situation reste crédible.

Tu parles de la puissance d’un homme, mais aussi de son impuissance.

Je ne dis pas que tous les hommes de pouvoir sont impuissants, évidemment. Mais, je pense que les personnes qui sont à la recherche incessante du pouvoir et qui ne vivent que pour le pouvoir cachent automatiquement une impuissance. Pas forcément érectile, comme dans mon livre, mais une impuissance ou une fragilité dans autre chose.

Tu dis qu’il n’y a pas un homme puissant qui n’a pas un problème quelque part…

Je le répète, je parle des hommes qui ne vivent que pour le pouvoir. Je suis intimement persuadée qu’ils ont quelque chose à se prouver ou qu’ils ont quelque chose à cacher aux autres.

L’impuissance érectile des hommes… on en parle très peu dans les romans.

Jamais d’ailleurs. Dans mes romans, mes « héros » sont plutôt des femmes. C’était toujours des femmes qui cachaient une souffrance et d’énormes fêlures. Dans Intuitions, c’était la perte d’un enfant. Là, je parle d’un homme. J’avais envie de faire évoluer un homme qui souffre, donc présenter un homme dans sa fragilité.

J’ai l’impression que tu as été interpellée par le fait que l’impuissance est une maladie indéniable, mais que l’on tait.

Il y a des impuissances ponctuelles psychologiques, mais il y a aussi les cancers de la prostate qui ont pour conséquence, pour certains hommes, d’avoir une impuissance définitive. Ce n’est jamais abordé. C’est complètement tabou. Pour me documenter, j’ai enquêté sur Internet. D’ailleurs c’est drôle parce que j’ai tapé sur Google « impuissance masculine » et depuis, j’ai de nombreux spams sur le Viagra qui arrivent sur ma boite mail. Je me suis rendu compte que sur les forums, il n’y avait pas de témoignages d’hommes. Il n’y a que des témoignages de femmes. Les hommes qui sont vraiment atteints dans leur chair, ils n’en parlent pas. La société n’en parle pas non plus, alors qu’on parle beaucoup de la ménopause chez les femmes, même si ce n’est pas tout à fait la même chose. Pas parce qu’on se préoccupe de l’aspect psychologique, plus pour vendre beaucoup de médicaments, je te l’accorde. On parle aussi un peu des conséquences après l’ablation d’un sein à la suite d’un cancer. Du coup, j’aime bien traités les sujets tabous.

J’ai lu tous tes romans et j’ai remarqué que c’est la première fois que tu écris à la 181991_10150094484906668_8304017_n.jpgpremière personne. Et c’est quand tu te mets à la place d’un homme. C’est curieux.

Comment veux-tu parler de ton sexe autrement qu’à la première personne ?

L’impuissance de Paul Deshoulières implique que sa femme Alice aille voir ailleurs. Cette femme, je te le dis franchement, je ne lui trouve pas beaucoup de qualité humaine.

Paul, par certains côtés, est très touchant et bouleversant, mais sa femme, effectivement, est loin d’être une sainte. Elle est très vénale, mais finalement, je lui trouve quelques circonstances atténuantes. Au fond, c’est une midinette, une femme qui a toujours rêvé au grand amour qu’elle n’a jamais rencontré. Elle a quand même été trompée par son mari dès le début, ça a donc pu la changer intérieurement, même si elle l’a épousé pour l’argent dès le départ. Quand son mari est devenu impuissant, elle a quand même essayé une autre sexualité avec lui avant de prendre des amants. Lui n’a pas été capable d’assumer sa déroute sexuelle, il a donc été très agressif envers elle. Je ne prends pas sa défense parce qu’elle n’est pas très sympathique, mais tout n’a pas été rose pour elle.

Ce roman se passe, comme à l’accoutumée dans ton œuvre, dans un milieu bourgeois. Tu n’as pas envie d’en sortir ?

J’aimerais bien, mais je n’y peux rien, ce milieu m’inspire. Personnellement, je le traverse plus que le milieu ouvrier. Non pas que je fréquente des gens comme ceux dont je parle dans mes livres, mais ce milieu m’est familier. Ça m’inspire parce que je trouve qu’il y a plus d’hypocrisie qu’ailleurs. C’est le royaume de l’apparence.

C’est ton 7e roman. Il y a aussi un recueil de nouvelles pour ado. Dis donc, ça commence à s’appeler une œuvre… Crois-tu que si on lit tous tes livres, on connait bien Dominique Dyens ?

On peut déceler dans mes livres des thématiques qui me travaillent. Par exemple, je parle beaucoup du désir. Et du désir de la femme qui n’est plus désirée. J’évoque aussi des problèmes de couple. Je ne sais pas pourquoi je me lance toujours dans ces histoires-là alors que je fais partie des dinosaures mariés depuis très longtemps et que j’ai la chance de ne pas être dans ce cas.

Tu conjures le mauvais sort, au fond ?

Peut-être (rires). Mais le couple, l’amour, les émotions, les sentiments, la sexualité, tout ça, c’est fascinant. La mort aussi a un côté fascinant. Dans mes livres, elle est toujours présente. Tout ceci fait sans doute partie de mes névroses.

Sais-tu déjà sur quoi tu vas écrire après ce roman ?

J’ai une idée, mais je ne l’ai pas assez développée pour savoir su ça peut aboutir à l’écriture d’un livre. Il faut que ça se décante. J’ai honte, mais quand j’ai fini d’écrire un livre, je deviens très paresseuse. Ce qui est dommage, c’est que je n’en profite pas pour vivre à fond. Je me laisse vivre. Bon, c’est pas mal.

Quand tu écris, tu es rigoureuse ?

Très rigoureuse. Je me coupe du monde, je ne sors pas de la maison. Ça devient obsessionnel. Et moins je sors, moins j’ai envie de sortir.

Pour en revenir à Lundi noir, ça m’a fait penser que je te verrais bien écrire des thrillers assumés comme tels.

J’ai déjà fait deux romans avec des policiers, mais c’était autant « policier » que « psychologique ». La femme éclaboussée, un drame bourgeois et Maud à jamais, un thriller amoureux. Il y avait le même policier avec sa même équipe. Il n’est pas exclu que je reprenne tout ce beau monde un jour. Je ne ferais pas ce qu’on appelle un « polar » pur et dur. J’ai besoin que le lecteur s’attache aux personnages et que le crime, la merde, arrivent après. C’est important qu’il y ait de l’épaisseur dans l’attachement.

Tu as un lectorat qui te suit, j’ai remarqué…

Tout à fait. Il est là et c’est très agréable. C’est un sacré réconfort. Justement, quand j’ai du mal à écrire ou quand je suis découragée, je pense à mes lecteurs fidèles. Je pense aux témoignages que j’ai. Facebook facilite d’ailleurs la communication avec les lecteurs. Je me dis : « Au moins, je sais pourquoi j’écris ». Quand je sais que je donne du plaisir aux gens, c’est le plus beau des cadeaux.

Tu écris des romans noirs et pourtant, tu es une fille gaie quand on te connait dans la vie.

Je ne te dis pas que je suis tout le temps gai, que je n’ai pas mes soucis, mes angoisses, mais en tout cas, je suis plutôt optimiste comme fille. Tu vois, j’ai fait des progrès. Dans Lundi noir, ma fin est moins cynique que d’habitude… un jour, j’écrirai une comédie, je te le promets.

DSC08130.JPG

Pour finir, voici Dominique Dyens... qui vous présente Lundi noir pour la librairie Mollat.

Les commentaires sont fermés.