Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Daniel Martinange : interview pour L'ouragan | Page d'accueil | Christophe Maé : interview pour Je veux du bonheur »

03 juin 2013

Emma Solal : interview pour Robes du soir

emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandor

Pierre Faa est un auteur-compositeur interprète doublé d’un talentueux journaliste musical. Si je ne le connais pas très bien, quand nous nous voyions, on a l’impression d’être pote depuis longtemps. Bref, j’aime bien son travail et j’aime bien nos rencontres. Quand j’ai su qu’il avait travaillé (et pas qu’un peu) avec une jeune femme, Emma Solal, je me suis donc intéressé de près à son travail.

«  D’histoires d’amour, fragiles et mystérieuses, piquantes ou légères, du désir d’Italie, de la beauté tragique des fleurs, Emma Solal butine un jardin musical empreint de couleurs et de fragrances, oscillant entre langueur et facétie ».

Du coup, j’ai demandé à Pierre de me mettre en contact avec la chanteuse. Ainsi le 11 avril dernier, elle est venue à l’agence pour que nous fassions connaissance... (son site, ici).

emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandorBiographie officielle, mais un raccourcie :

Emma Solal écrit, chante, rêve... Elle réinvente cette chanson colorisée qu'ont pratiquée Paris Combo, Pink Martini, Enzo Enzo… Il y a en elle des souvenirs de Saint Germain des Prés. On imagine bien cette longue fille brune et lunaire dans la bande à Gréco, époque Rose Rouge, entre Queneau, Boris Vian et Sagan. En même temps, Emma est radicalement de son temps, avec des émotions aussi diverses et spontanées que les couleurs de sa pochette.
Après le succès de sa résidence au théâtre des Déchargeurs, elle sort son premier album « Robes du soir » très encouragé par les internautes. Pour ce premier opus, Emma choisit sa bande, ses amis de musique, avec le talent pour toute considération marketing.
Ça s'appelle la liberté, la fraîcheur, le changement.

Hormis ses créations, il y a des chansons de Pierre Faa (son groupe Peppermoon a séduit l'Asie), un texte d’Éric Chemouny (auteur notamment de "Sang pour sang" d'un certain Johnny Hallyday), Giuseppe Cucè, des musiques de Joël Ducourneau, Charles Rouah...

À vous d'entendre son grain de folie, les saveurs de sa voix et le bel avenir qui l'attend !

emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandor

(Photo : Stéphane Chouan)

emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandorInterview :

Comment a commencé ton histoire d’amour avec la musique ?

Ça a toujours été là. J’ai fait du piano toute jeune et j’ai poursuivi en chorale universitaire. Ma mère a toujours organisé des concerts de musique classique, donc j’ai toujours été bercée par cet environnement.

Tu tentes de vivre de ta musique aujourd’hui, mais tu as eu une autre vie avant de prendre cette décision.

J’étais économiste pendant longtemps dans des services de recherches économiques, mais tout en faisant de la musique. D’ailleurs, je suis partie en Italie pendant 4 ans pour faire ma thèse d’économie. C’est à mon retour que j’ai commencé à travailler avec des pianistes sur des répertoires de chansons, notamment celles de Serge Rezvani, Mireille, Dalida, des artistes comme ça. Je négociais des temps partiels avec mes employeurs de manière à gagner du temps pour la musique. Concrètement, j’ai mené de front les deux activités pendant 10 ans. Pendant ces 10 ans, j’ai vu que la musique prenait une place fondamentale, cruciale, vitale. J’ai donc fini par cesser l’économie pour me consacrer uniquement à la musique. Quand je suis partie de la banque dans laquelle je travaillais, la crise est arrivée, je pense qu’il y a un lien de cause à effet (rire).

Clip de "Robes du soir".

Il y a donc un moment où on ressent le besoin de choisir.

Oui, la vie est courte et on a tellement de belles choses à faire. Et puis, c’était deux activités un peu trop parallèles.

Tu as investi Les déchargeurs de mars à juin 2011.

C’était tous les samedis soirs. Et c’était complet tout le temps. Bon, cette salle ne peut contenir que 22 personnes, mais pour quelqu’un qui débutait, c’était déjà extraordinaire. La promiscuité avec le public, la chaleur qui s’en dégageait, j’ai adoré. Cette expérience a été très formatrice en tout cas.

Tu as rencontré Pierre Faa, 6 mois avant d’avoir signé le contrat avec la programmatrice du lieu.

Pierre est une rencontre fondamentale dans ma vie musicale. Il a écrit des chansons, paroles et musiques de plus de la moitié des chansons, mais il a fait aussi l’artwork, il m’a mis en contact notamment avec l’arrangeur qui est un de ses amis d’adolescence et les musiciens qui ont participé à mon album.

Quand on l’écoute, c’est le jazz qui domine, mais pas que. Ce que je trouve étonnant, c’est cette musique un peu « d’avant », finalement d’une modernité absolue.

C’est un peu à l’image de ce que je suis, je pense. Un peu antique et moderne. J’aime beaucoup de choses en fait. J’aime la « variété ». À la fin de mon album, il y a même une tendance electro. Je ne ferme la porte à rien. Il y a des chansons mélancoliques et d’autres plus up tempo, plus solaires… j’ai des origines italiennes par ma grand-mère, alors, le soleil est souvent là.

Clip de "A toi enfant".

Tu as fait appel à un site participatif, Ulule pour faire ton disque.

Grâce à Ulule, j’ai pu financer cet album sans problème. Il fallait 3500 euros… que j’ai eus facilement. Comme je te l’ai expliqué en évoquant mon parcours, ce n’est pas un caprice cette histoire de musique. Ça s’est vraiment ancré dans ma vie progressivement. Et je suis très persévérante, très déterminée. Ça a pris le temps que ça a pris, mais nous y sommes parvenus.

Ce disque est une très belle carte de visite pour se présenter aux gens, pour montrer l’étendue de ton travail.

J’y tenais vraiment, même si le disque n’est plus vraiment le sens de l’histoire.

Quand on t’évoque Saint-Germain-des-Prés, Gréco, Vian… c’est une époque dans emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandorlaquelle tu aurais réellement vivre ?

J’aurais bien aimé, mais je suis bien aussi en 2013. Ce sont des références de chansons qui me touchent et avec lesquelles j’ai grandi.  Ce que j’aimais à cette époque, c’est une certaine légèreté et une audace. Ces chansons étaient plus distancées, ironiques, joyeuses, plus drôles même… on est aujourd’hui dans une époque anxiogène, à tous les niveaux, ce n’est pas pour autant que je suis passéiste. Je trouve juste qu’il y a beaucoup de choses aujourd’hui à réinventer, à proposer. C’est un challenge intéressant.

Il y a une chanson très poétique, « J’ai racheté la tour Eiffel ». Je crois qu’elle s’est fait repérer ailleurs qu’en France.

En Asie, elle figure sur une compilation distribuée en chine, Taïwan Hong Kong. Elle s’appelle French Café. Sinon, certaines de mes chansons ont été relayées sur des radios étrangères avec plus de facilité qu’en France. Espagne, Hollande, Angleterre, Pays-Bas. Il y a moins de catégorisation à l’extérieur. En France, j’ai l’impression que dès lors qu’on n’est pas clairement identifiable, tout devient compliqué. Les programmateurs hésitent à te diffuser, car ils ne savent pas dans quelle case te ranger.

emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandor

(Photo : Stéphane Chouan)

La question qui tue. Tu chantes pour quoi ? T’épanouir ou rendre les autres heureux ?

Les deux à la fois. Il y a quelque chose de très, non pas thérapeutique parce que ce n’est pas ça, mais de très essentiel dans ce rapport à la vibration, au corps, à la respiration… quelque chose de très basique qui vient des tripes. Chanter, c’est un accès au corps qu’on n’a pas forcément dans la vie de tous les jours. Au-delà de ça, le plaisir de partager, de proposer un univers. J’adore la scène et ses moments de partages autant avec les musiciens qu’avec le public. C’est émouvant de constater qu’il y a quelque chose qui passe dans ce qu’on a envie de dire. Ce sont des moments de vie uniques et incroyables.

Tu écoutes quoi chez tes confrères et consœurs  de la chanson française.

J’adore Barbara Carlotti, Clarika, la Grande Sophie, Loane, Nicola Son… mais aussi Arthur H, des gens comme ça.

emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandorCe métier est-il difficile ?

C’est tellement agréable d’être dans son désir et faire des choses qu’on aime. En France, il y a un peu trop le discours comme quoi tout est difficile. Il faut travailler, il faut y aller, même si le climat est quand même très morose.

Tu recherches un tourneur, pas forcément une maison de disque.

J’ai l’impression qu’il y a des artistes qui perdent beaucoup de temps et beaucoup d’énergie a essayé de rentrer en contact avec les maisons de disque qui sont, elles même en difficulté. C’est peut-être dans l’autre sens qu’il faut le faire. Il faut proposer et voir si on peut capter l’attention de quelqu’un.

Es-tu positive pour l’avenir ?

Oui. Je crois aux chances que l’on se donne soi-même. Je crois au fait que quand on est dans son désir, le monde répond. S’il ne répond pas, ce n’est pas grave. Il y a plein d’autres choses à faire.

emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandor

Les commentaires sont fermés.