Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Laurent Lamarca : interview pour Nouvelle Fraîche | Page d'accueil | Mandor mandorisé (par Thierry Cadet) »

19 mai 2013

Lena Ka et Cédric Barré : interview pour le single Nos Amor

8903_10200193086924702_1963690176_n.jpg

La chaine du cœur avec Lena Ka, est une nouvelle association créée pour venir en aide aux orphelins du Cap-Vert. Elle est portée par la chanteuse Lena Ka, dans le but de les approvisionner en cartons remplis de fournitures scolaires et autres produits d’hygiène. Pour parler de ce « projet » (qui n’en ai plus un puisqu’il est déjà en route), deux invités pour le prix d’un. Lena Ka, elle-même et Cédric Barré qui a « produit » le single « Nos amor » (composée par l'excellentissime Cyril Paulus qu'il va bien falloir que je mandorise un jour, nom de Zeus!) dont les bénéfices de la vente reviendront à l’opération sus citée.

Le 22 mars dernier, ils sont venus à l’agence pour évoquer leur collaboration commune, mais aussi leur carrière respective… et l’industrie du disque. C'était d'ailleurs la première fois qu'il se rencontrait physiquement.

182531_375428992561752_909681635_n.jpgLena Ka :

Lena Ka démarre sa carrière de chanteuse à dix-huit ans, en entrant au Studio des Variétés, pour y suivre des cours de chant classique. Puis elle se forme aux Ateliers de la Chanson de Paris, aujourd’hui La Manufacture Chanson, durant deux années. Parallèlement à cette formation, elle commence à être engagée comme choriste et effectue son premier passage télé au Hit Machine d’M6, en 1995. Elle intègre deux orchestres et remplace une chanteuse dont la carrière décolle … une certaine Hélène Segara.

Après avoir rencontré les producteurs de Lââm, elle leur fait écouter sa version de « Tous les cris les SOS » de Daniel Balavoine, réarrangée dans un esprit pop acoustique, comme elle affectionne. C’est le début d’une nouvelle aventure musicale… Les producteurs craquent pour sa version, le single sort en mars 1999 et entre très rapidement dans le classement des meilleures ventes.

 "Tous les cris, les SOS" par Lena Ka (+interview de Thierry Cadet sur Télé Melody).

Lena compose les chansons de son premier album depuis un certain temps, mais ce n’est qu’en 2002 que celui-ci sort, chez Warner, après le lancement fracassant du duo avec Umberto Tozzi, « Ti amo ». Entre les mots comporte plusieurs singles, les deux reprises, mais également « Sur mon épaule » que Lena a composé, ou « Aussi loin que tes rêves », qu’elle a adaptée en français pour le dessin animé Atlantide l’empire perdu et les Studios Disney.

Lena réussit à trouver le temps de composer pour Pauline et … Johnny Hallyday !

En mars 2010, Lena sort son deuxième album en autoproduction, avec le soutien de la Sacem Cinquième saison.

487641_4156746591789_1820349248_n.jpgCédric Barré :

Auteur, compositeur, interprète et producteur, Cédric Barré sort son premier album Ether en 2003, en autoproduction et enregistré en solo. Le disque sera très vite remarqué et remportera le 1er prix régional du tremplin Universal et 3e prix national. L’album est également coup de cœur SACEM.
Ce sera l’occasion de faire ses armes sur scène avec des premières parties pour Jeanne Cherhal, Yves Duteil, Chamfort et d’être sélectionné pour la finale de la Rose d’or à l’Olympia…

En 2006 il participe aux prestigieuses rencontres d’Astaffort en compagnie de Francis Cabrel, Mickaël Jones ou encore Sanseverino et sort son deuxième album La ronde. Il écrit pour d’autres artistes et crée en 2007 avec Thierry Cadet le collectif des Marguerites contre Alzheimer avec 26 artistes pour qui il écrit l’hymne « J’y étais pas », au profit de France Alzheimer.
Pendant cette période il réalise un projet instrumental et expérimental autour du Marquis de Sade, Donatien qui paraît en 2012.

2013 voit naître le dernier E.P 4 titres, On m’a dit réalisé par Usmar dans un univers plus pop et actuel qui marque de nouveau une évolution dans sa carrière en prévision de son nouvel album.

DSC07319.JPG

598740_10200238761786545_1605169513_n.jpgInterview :

Lena, parle-nous du projet Opération Cap Vert.

Lena : J’ai une copine au Cap-Vert, Amelia. Je lui demande quand je peux venir la rejoindre. Quelques jours après sa réponse, me voilà embarquée dans l' "opération Cap-Vert": une collecte de fournitures scolaires, vêtements, jouets et produits d'hygiène pour le cabinet d’action sociale de Mindelo, qui s'occupe de nombreux orphelins de l'île.

Connaissais-tu l'immense pauvreté de ce pays ?

Lena : Non. De cet ensemble d'îles, je ne connaissais que la voix de Cesaria. En un mois, une grande chaîne d'entraide et de générosité s’est mise en place. Au total, une trentaine de cartons m’ont été envoyés de partout en France et de pays limitrophes. Après neuf mois de recherche d’un transporteur franco-capverdien, et grâce à Teofilo Chantre ainsi qu’à Julia Sarr, j’ai pu contacter le directeur du label de Cesaria, qui lui même m’a mise en contact avec son transporteur. Le 23 décembre dernier, après plusieurs démarches auprès du consulat cap-verdien en France, ainsi qu’auprès de la douane de Mindelo, les cartons ont enfin pu être distribués aux enfants, juste avant Noël …

Grâce à ce soutien matériel et financier, tu as pu monter l’association “La chaîne du Cœur avec Lena Ka”.

Lena : Grâce aux donateurs, des enfants et adolescents ont un peu plus pour écrire, s’habiller, se laver et jouer.

"Nos amore", nouveau single de Lena Ka avec la participation de Teofilo Chantre. Les bénéfices des ventes de ce disque seront reversés à l'association "La chaîne du coeur avec Lena Ka" au profit des enfants du Cap-Vert.

Cette aventure aussi spontanée qu'inattendue t’a naturellement amenée à enregistrer une chanson-hommage à Cesaria Evora, “Nos amor”, avec la participation exceptionnelle d’un autre immense artiste cap-verdien, Teofilo Chantre.

Lena : Cette chanson composée  par Cyril Paulus, écrite par Hans Stoiber, arrangée par Franck Perrolle et enregistrée par Valentin Devaux est sortie en avril 2013 sur le label de Cédric Barré, Midi 52.

Cédric : J’ai tout de suite adhéré à ce projet et j’ai décidé de produire cette chanson. Lena avait déjà enregistré la version acoustique avec Cyril. J’ai trouvé cette musique très « musique du monde » et très ensoleillé. J’ai contacté Léna, elle m’a dit OK ! On est parti sur le fait que tout le monde serait bénévole sur le projet. Je le sors sur mon label, mais je ne tire aucun bénéfice sur cette chanson. L’idée était qu’il y ait une ligne directrice et un fil conducteur à tout ça et que ça ne s’éparpille pas dans tous les sens. Mon rôle était de réunir tout le monde dans la bulle et de faire avancer le projet. J’ai demandé au guitariste Franck Perrolle de nous rejoindre pour avoir une version plus « arrangée ». Puis la photographe et réalisatrice de clip, Sand Mulas, est venue aussi. C’est un projet de pote qui s’est créé autour de cette chanson, finalement. Du coup, on est tous motivés de la même façon pour que ça vive aussi et que ça aille le plus loin possible.

182357_305346592916219_627396046_n.jpg

Lena Ka et Teofilo Chantre.

Vous vendez la chanson uniquement sur internet.

Cédric : Au prix où nous vendons la chanson, 5 euros, il vaut mieux. Sur 5 euros, on va verser à l’association 3 euros. Ne pas passer par un distributeur permet de supprimer les frais de grossiste, de distribution et de retour. On compte sur le soutien des internautes pour se mobiliser, vendre ce titre autour d’eux, en devenir les ambassadeurs. Il faut qu’ils y croient autant que les artistes. Symboliquement, on veut remettre un beau chèque à la fin.

lena-ka-cinquieme-saison-album-inedit-2010-897054554_ML.jpgParlons à présent de vos carrières respectives. Lena, ton dernier album Cinquième saison est en vente aussi sur internet.

Lena : Après ma rupture de contrat avec Warner, j’ai arrêté de faire de la musique quelque temps. Je n’avais plus envie. J’étais un peu écœurée par le système, très franchement. Bon, je ne peux pas me passer de la musique, j’y suis donc revenue. J’ai eu envie de faire mon truc un peu toute seule, de façon artisanale, mais avec l’aide de la SACEM. J’ai fait un album qui me plait en prenant mon temps, sans aucune pression. Maintenant que j’ai pris du recul par rapport à ce système, j’ai beaucoup d’admiration envers les artistes qui tracent et qui continuent malgré l’énorme pression du métier. Il faut être vraiment armé psychologiquement.


Lena Ka / Comme un dix septembre / Clip officiel réalisé par Sand Mulas par chartsinfrance.

Mais tu continues la scène ?

Lena : Oui, régulièrement. Et je donne beaucoup de cours de chant. C’est une vraie passion que j’ai. Transmettre aux autres mon savoir. Et j’essaie aussi de continuer à composer.

Je me souviens que tes deux premiers albums étaient assez sombres…

Lena : Oui, et cette chanson, « Nos amore » est solaire. En tant que Parisienne, j’ai besoin de soleil et désormais dans la musique aussi. Écrire un album entier dans l’esprit ce single, ça me plairait beaucoup.

Cédric, tu n’as jamais été dans la grosse machinerie qu’a connue Lena.cedric-barré-on-ma-dit-2013-interview.jpg

Cédric : Pour mon projet collectif Les marguerites contre Alzheimer, on était chez EMI, quand même.

Oh oui ! Pardon.

Cédric : Du coup, je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis Léna. Dès que tu mets un doigt là dedans, c’est ton bras qui y passe complètement. Tu te fais happer. En même temps, je comprends qu’il y ait des exigences importantes pour les grosses maisons de disque. Pour mon projet solo, je n’ai connu que des labels indépendants, avec des pressions moindres, donc. L’inconvénient d’un album indépendant, c’est qu’il ne fait pas forcément le travail que nous, artistes, nous attendons. C’est frustrant de se dire qu’on a un beau projet, qu’il est prêt à vivre et qui au final, n’est pas mis en avant parce qu’il n’y a pas l’équipe et la force de frappe suffisantes pour le défendre.

Ton premier disque date de 2003, en complète autoproduction.

Cédric : Je l’avais fait pour le plaisir et aussi pour démarcher. Ça a plutôt bien fonctionné parce que ça m’a permis d’obtenir une bourse de la SACEM pour l’autoproduction, de faire quelques scènes, d’être repéré pour les rencontres d’Astaffort avec Cabrel… et j’ai fait pas mal de scènes, dont l’Olympia pour La Rose d’Or. Comme j’ai eu un petit succès d’estime, 3 ans plus tard, je me suis dit qu’il fallait que je continue. C’est là que j’ai monté mon propre label pour sortir mon deuxième album, La ronde. Il a moyennement marché d’ailleurs. Je me suis mis à écrire pour d’autres, composer, réaliser des albums et je me suis rendu compte que je m’éclatais plus en faisant tout ça. Je suis assez en retrait. Je n’aime pas trop être mis en avant. Ça m’a fait un bien fou pendant deux ans. Après, je ne sais pas. Peut-être un problème d’ego, mais ça m’a manqué. J’avais envie de refaire des choses pour moi, j’avais envie de créer des choses pour moi.

"J'y étais pas" (2007) - Les Marguerites
23 artistes indépendants s'engagent contre la maladie d'Alzheimer (avec quelques mandorisés tels que Chloé Clerc, Mickael Miro et Thierry Cadet).

307629_2222161708376_1442572_n.jpgEt c’est à ce moment que Thierry Cadet intervient.

Cédric : Il m’a contacté en 2007 pour me dire qu’il était tombé sur ma chanson « J’y étais pas » (sur l’album La ronde). Il avait perdu sa grand-mère de la maladie d’Alzheimer et il se retrouvait complètement dans ma chanson. Il avait envie de monter un collectif, on a donc fini par travailler ensemble sur un single au profit de la lutte contre la maladie d’Alzheimer. On a contacté France Alzheimer qui a dit banco, mais qui ne nous a pas du tout soutenu, c’est le moins que l’on puisse dire… On a aussi trouvé un distributeur, EMI. Du jour au lendemain, on est passé d’une fabrication artisanale de 2000 exemplaires à 15 000. Ça nous a mis une grosse pression. Aujourd’hui, je pense que les projets, il faut les laisser à leur juste mesure. On repart sur un deuxième single très bientôt et chaque année on fait un concert. On a que des artistes indépendants… Il faut garder le côté humain. Il n’y a pas que les artistes surexposés qui ont le droit de faire des choses. Les fonds permettent à des malades de partir en vacances dans une ferme pédagogique, pour garder le contact avec les animaux. C’est la raison pour laquelle il faut qu’on en vende le plus possible.

Toi aussi Léna, avec ton association, tu fais du bien à ceux qui en ont besoin. Un artiste, ça sert aussi à ça ?

Léna : Oui, un artiste a besoin de se sentir utile. A ma petite échelle, j’ai compris à quel point c’était compliqué de gérer une association caritative. Mais, le projet de Cédric ou le mien, ce qui est intéressant, c’est que l’on sait où va l’argent. Tout est clair.

Nouveau single de Cédric Barré.
Réalisé par Sand Mulas - une co-production Horscene
Textes et musique: Cédric Barré, produit et réalisé par Usmar
Copyright Midi 52 2012

Cédric, revenons à toi. Il y a un EP qui vient de sortir, « On m’a dit ».

Cédric : Après 3 ans de réflexions, avec ce disque, aujourd’hui, j’affirme là où je veux aller musicalement. En général, je faisais tout tout seul. Là, j’ai travaillé avec un producteur, Usmar, un artiste qui fait de l’electro. Cet artiste-là, je l’ai rencontré aux rencontres d’Astaffort. Il fait ce que j’ai toujours voulu faire moi-même, de l’electro et en même temps, de la chanson, le tout restant accessible. Je lui ai demandé de travailler avec moi. On est parti sur trois titres pour voir ce que ça allait donner. « On m’a dit » est pas mal diffusé en radio, sans aucune promo. On va peut-être faire un album entier l’année prochaine.

DSC07322.JPG

A l'issue de l'interview, le 22 mars 2013.

(Merci à Sand Mulas pour (notamment) les deux photos des biographies de Lena Ka et Cédric Barré.)

Commentaires

Très bonne interview ainsi qu'un beau parcours de vie !

Écrit par : Cadeau Gadget | 22 mai 2013

Les commentaires sont fermés.