Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Quentin Mouron : interview pour Notre-Dame-de-la-Merci | Page d'accueil | Saule : interview pour Géant »

27 avril 2013

Gaël Faye : interview pour Pili Pili sur un Croissant au Beurre

gaël faye,pili pili sur un croissant au beurre,interview,mandor

gaël faye,pili pili sur un croissant au beurre,interview,mandorGaël Faye, auteur-rappeur franco-rwandais, est la moitié du groupe Milk Coffee & Sugar. Depuis toujours, il aborde les thèmes de l’exil, du métissage, de la domination et du génocide. Pour ce premier album solo, Pili Pili sur un Croissant au Beurre, réalisé par Guillaume Poncelet et enregistré entre Paris et Bujumbura, Gaël Faye raconte sa propre vie avec nostalgie, indignation et tendresse. Il nous dit tout sur son enfance entre le Burundi et la France, son rapport au hip-hop, ses amours et ses combats. Il y a du rap bien sûr, mais teinté de soul, de jazz parfois et de world music. Ne passons pas sous silence la participation de Tumi Molekane (MC sud africain de Tumi & The Volume), Ben l’Oncle Soul et la voix unique de Bonga (icône de la musique lusophone). On va beaucoup entendre parler du sensible Faye en 2013. Ce sera mérité.

Le 13 février dernier, l’artiste a fait un petit détour par l’agence pour m’en dire un peu plus…

gaël faye,pili pili sur un croissant au beurre,interview,mandor

gaël faye,pili pili sur un croissant au beurre,interview,mandorInterview :

Tu es né en 1982 au Burundi, d’une mère rwandaise et d’un père français. Le 1er avril 1995, à treize ans, tu quittes malgré toi ton pays natal, en proie à la guerre, pour rejoindre la France.

Ce n’est pas un drame pour moi, c’est une trajectoire de vie. Au moment où je quitte le Burundi, il vient d’y avoir un génocide au Rwanda, le pays de ma mère. Elle faisait partie du camp des génocidés. Énormément de membres de notre famille, cousins, cousines ont été décimés. J’ai quitté le Burundi alors que ceux qui restaient allaient vivre dans la guerre pendant plus de 10 ans. La France, c’est ma porte d’exit. Tu te dis : « c’est difficile ce que je vis » et très vite, tu ajoutes « n’en fait pas une montagne ». Je me refuse de dramatiser ma situation… d’autres sont restés et on souffert.

Tu as grandi plus vite avec cette « trajectoire » ?

Quand je suis arrivé en France, j’avais 13 ans. En 4e, je voyais bien qu’avec les gamins français, je ne faisais pas partie du même monde, je n’avais pas vécu la même chose. Je sortais de deux ans de guerre et ma famille et moi étions très marqués par la politique, mais concrètement. Chez nous, ce qu’un politicien disait avait une incidence immédiate sur notre vie personnelle. J’avais une maturité différente, c’est clair, mais j’en ai beaucoup souffert. Je  n’avais pas les mêmes repaires que les autres.

Comment tu réagis envers les gens qui s’énervent ou s’engueulent pour des broutilles par exemple ?

Pendant longtemps, ça ma vraiment beaucoup agacé. Il y a un morceau qui s’appelle « Charivari » dans lequel je dis : « rien à foutre de ta vie naïve ». C’est presque arrogant et méchant. Quand je racontais mes problèmes, souvent on me disait que mes trucs d’Africains, il fallait que j’oublie. Je me suis pris ces réflexions dans la face par des copains de mon âge, qui eux pleuraient quand ils n’avaient pas le jouet espéré. J’avais un peu les boules par rapport à tout ça. L’écriture m’a beaucoup calmé et aujourd’hui, à 30 ans, je peux comprendre qu’une souffrance soit personnelle. Il n’y a pas de hiérarchie dans la douleur. Je peux comprendre que quelqu’un soit terrassé parce qu’il a perdu son chihuahua.

Medley de l'album Pili Pili sur un Croissant au Beurre.

Tu écris depuis l’âge de 13 ans… tu as eu le temps de parfaire ta plume.

C’est vrai que ça fait longtemps que je malaxe la langue. Ce que j’aime dans le rap, c’est le flow. Cette manière de glisser avec des mots. Tu as une métrique. Avec ce flow, j’essaie d’apporter le fond, la forme et le sens.

Pourquoi as-tu commencé à écrire ?

A un moment donné, j’ai eu l’impression de me heurter au silence des autres et à ma propre impossibilité à formaliser ce que j’avais en moi. Parce exemple, encore aujourd’hui, j’ai toujours du mal à dire aux gens autour de moi que je les aime. Je ne m’exprime pas facilement par la parole, je préfère me cacher derrière un texte. Et dans le texte, pourtant, je vais tout dire. On pourrait considérer que c’est de l’impudeur, alors que c’est au contraire de la pudeur. Tout est maîtrisé et contrôlé.  

Clip de "Je pars".

Dans un premier album, est-ce que l’on donne tout ? Est-ce qu’à un moment, tu t’es dit, voilà, je ne peux pas aller plus loin...

Je me disais que cet album allait me permettre de tourner la page. Maintenant qu’il est sorti, je me dis que ce n’est pas la page, mais c’est un livre que je ferme. Ce livre-là, j’ai envie de le rouvrir plus tard.

Tu vas pourtant aller le défendre sur scène, en promo… tu n’es pas prêt de fermer ce livre.

C’est ce qui est compliqué avec un album. Quand je suis en live, je revis les choses. Il y a ce moment que je suis en train de donner avec des gens uniques dans la salle. C’est un instant. L’album, lui, est figé. C’est pour ça que j’ai du mal à l’écouter. A un moment donné, j’ai figé des souffles, l’articulation, des prises de respirations… je ne l’aurais peut-être pas fait de la même façon à un autre moment.

Tu es un solitaire quand tu crées, par contre, sur ton disque, tu es accompagné de 28 musiciens.

C’est énorme et je ne pense pas que je le referai demain la veille (rire). Ça a été compliqué à tout gérer, d’autant plus que cela a été fait en indé total. On a eu la chance, une fois que l’album était terminé, de trouver le partenaire idéal, Motown France, mais il ne faut pas oublier que c’est un album qu’on a fait tout seul sur 10 ans. En plus, à la base, je suis un rappeur, je ne suis pas un musicien. Je n’ai pas le langage pour expliquer ce que je veux aux musiciens. Ça a été une grosse aventure avec plein d’obstacles sur le chemin.

gaël faye,pili pili sur un croissant au beurre,interview,mandor

Revenons à la littérature. Tu lis peu de romans, mais par contre, beaucoup de poésies.

Les poètes que j’ai beaucoup lus sont Léon-Gontran Damas, René Depestre, Aimé Césaire, mais aussi Blaise Cendrars, Guillaume Apollinaire, René Char.

On dit de toi que tu es aussi un poète. Terme que tu réfutes.

J’ai une trop haute opinion de cette « fonction ». C’est un peu comme Arthur Rimbaud, un poète doit avoir une soif d’absolu total. Rimbaud, il ne pensait pas au marketing et à toutes ces choses-là.

Mais, l’époque à changé. Qui sait ce qu’aurait fait Rimbaud ? Peut-être aurait-il tweeté comme un fou.

Je ne sais pas.

Clip de "Petit pays".

Et écrire un livre, ça te tente ?

J’ai des velléités à tenter d’écrire quelque chose qui ressemble à un roman. Je ne veux pas dire que je suis écrivain, je ne veux pas dire que je fais de la littérature. J’ai poussé les études très loin et j’ai beaucoup travaillé parce que je considérais que la musique, pour moi, ce n’était pas possible. J’étais bloqué par l’album de Lauryn Hill et par quelques autres géants du hip-hop. Je me demandais ce que j’allais faire derrière. Récemment, j’en parlais avec mon guitariste, Sacha et il m’a répondu que s’il n’y avait que l’Everest, on s’emmerderait. Heureusement qu’il y a aussi les Alpes, les collines… Pour l’instant, j’essaie juste de faire exister des choses qui sont en moi. Mais, je ne peux pas m’autoproclamer poète, écrivain, ce sont des choses que je mets ailleurs.

gaël faye,pili pili sur un croissant au beurre,interview,mandor

gaël faye,pili pili sur un croissant au beurre,interview,mandor

Commentaires

Gaël Faye en concert le Samedi 18 Mai à 20h à l'EMB Sannois ! On vous attend nombreux !

Écrit par : EMB Sannois | 16 mai 2013

Les commentaires sont fermés.