Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Tonino Benacquista : interview pour Nos gloires secrètes | Page d'accueil | Sarah Zeppilli: interview pour son EP. »

09 avril 2013

Pascal Szulc : interview pour Petit recueil de pensées juives.

486463_119427048248029_296180555_n.jpg

Pascal Szulc est passionné d'art depuis toujours (et en pratique plusieurs avec brio). Nous nous croisons parfois et j’ai toujours été épaté par sa culture et ses connaissances sur à peu près tout. Lorsqu'il est sur sa lancée, rien ne peut l’arrêter. Je l’apprécie beaucoup. Quand j’ai su qu’il sortait avec Maguy Ly un Petit recueil de pensées juives, je lui ai demandé de venir m’en parler à l’agence le 4 mars dernier.

9782812307096-T.jpgPrésentation de l’éditeur :

Pensées issues des rituels comme des bons mots de la vie quotidienne, des écrits et commentaires talmudiques comme de la littérature et la philosophie, paroles de sagesse, de rires, de larmes, du Moyen-Orient à l’Europe centrale, elles offrent à notre réflexion, non pas un dogme, mais une vision du Judaïsme, témoignage de temps et d’espaces variés. Cinq mille ans de culture nous observent, nous élèvent. Si l’étude, fondement du judaïsme nous invite à nous tenir debout, ce recueil appelle le réveil, celui de l’esprit, si simple et complexe, à la foi.

Biographie de Pascal Szulc (par Yael Hirsch) :
Pascal Szulc forme avec Aaron Zolty un écrivain double. Une dualité qui tire sa source dans la gourmandise infinie de l’auteur. À la fois enseignant de génie et élève attentif, comédien à ses heures et spectateur intransigeant quand la nuit est tombée, parisien jusqu’à la moelle, mais habité par toute l’Europe de l’Est, Pascal Zolty accumule les connaissances pour mieux libérer les sensations de la vie nue. Très philosophe, un peu magicien et intimement musicien, c’est avec les mots qu’il livre ses symphonies postmodernes.

DSC06785.JPG

DSC06788.JPGInterview :

Nous nous connaissons depuis quelques années, mais peux-tu te présenter avant de commencer ? Je m’aperçois que je ne connais pas grand-chose de personnel sur toi.

Je suis un laïque et grand défenseur de la laïcité. Mon père est déporté et fils de déporté. Mon grand-père est petit fils de rabbin, mais je n’ai pas été élevé dans une éducation religieuse. La guerre à meurtri tellement les juifs d’Europe centrale que le souci premier était l’intégration. Moi, il a fallu que je tombe amoureux de ma voisine du 3e, qui était tournée vers le judaïsme, pour aller dans une synagogue. Je ne suis pas né avec dieu dans la tête, mais avec un code-barre sur le bras. Ce que j’ai su dès le début, c’est qu’on avait beaucoup souffert. Tu nais avec la souffrance que tu as eue derrière toi et très rapidement, on te le dit. Tu nais avec le judaïsme, le désir d’intégration et le poids de la Shoah.

Tu es professeur des écoles en instituts médicaux éducatifs.

C’est mon activité à temps plein. J’apprends à lire et à écrire à des enfants polytraumatisés qui sont en fauteuil. C’est un métier très dur. Ça demande des éducateurs, des orthoptistes, des orthophonistes, des rééducateurs, des kinés, des toubibs, des neuropsychiatres, des neurologues, des psychologues… j’ai ces enfants en classe en permanence. Je fais un vrai travail en ergonomie sur les outils qu’ils peuvent utiliser pour apprendre à lire et à écrire.

Tu es aussi auteur et scénariste.

Auteur… nous avons une expérience commune. J’ai signé dans la même maison que toi, mais mon livre n’est jamais sorti. (Les éditions Laura Mare ont mis les clefs sur la porte peu de temps avant la sortie de du live de Pascal Sulzc). Et j’ai été nègre deux, trois fois pour de grands cuisiniers. Exercice très intéressant. Sinon, je suis partie prenante d’une société de production, Fidélio Production. Nous travaillons avec une vraie recherche de moyen de production indépendant. Moi, je me nourris d’art en permanence. J’ai eu la chance d’avoir eu une vie de peintre, de musicien avec de grands projets.

Pourquoi en ce moment est-ce le cinéma ?

Parce que dans le cinéma, il y a toutes les compétences que je peux avoir. En tant que compositeur, je fais pas mal de musiques de film (de courts-métrages), en tant qu’écrivain,  j’écris quelques scénarios, c’est un vrai boulot qui n’a rien à voir avec l’écriture d’un roman.

Je crois savoir que Fidelio Production travaille sur un projet qui a un rapport avec le handicap.

On prépare pour le Festival de Cannes un film documentaire d’une heure trente produit par Alexandra Lederman et Alain Miro. C’est un film sur Percujam, le groupe d’autiste rock reggae. Ça fait 6 mois que l’on tourne avec eux dans leur vie quotidienne et lorsqu’il joue de la musique. On évoque la relation avec les artistes autistes avec un public « normal ». Artistes autistes ou autistes artistes, grand débat et question fondamentale du film.


Percujam le film par Cvfidelio

Parlons de ton livre conçu avec Maguy Ly, Petit recueil de pensées juives.487439_10151501633834824_948490949_n.jpg

Ce livre appartient à une collection de citations et de pensées. Ces livres ont une visée œcuménique et même laïque. Ils sont traités sous un plan culturel, religieux, poétique ou philosophique. Dans celui-ci, il y a une égalité totale entre les humoristes, les philosophes, les rabbins, auteurs, des inconnus, des cuisiniersLe but espéré est de surprendre le lecteur et de lui donner à penser à travers cette diversité. Ce qui est intéressant c’est que c’est la multitude et la variété qui va définir ce qu’est une pensée juive.

C’est quoi, à la base, la pensée juive ?

C’est un commentaire du Talmud. Aujourd’hui, tu as un groupe de pensées juives, parmi lesquels Benny Lévy, Alain Finkielkraut, qui était sous l’égide du philosophe Michaël Lévinas, le penseur de l’altérité.

Et le recueil, finalement, c’est un recueil de pensées qui viennent de juifs ?

Pourquoi pas ? Mais est-ce que ce n’est pas un regard d’autres personnes sur le judaïsme ? Peut-être les deux à la fois.

DSC06786.JPG

Le site Toutelaculture.com précise que « la pensée juive est ici vue comme la parole d’un peuple et non d’une religion. Il est alors délicieux de voir côte à côte Jean- Paul Sartre faire face à Max Jacob quand en dessous, Léon Blum regarde Nahman de Braslaw. » Mais qu’est-ce qui va faire la pensée juive ?

À la fois la dose humoristique et la force poétique de cette dérision. Il y a toujours une expression qui a un rapport avec le voyage et pour moi, il n’y a pas forcément l’aspect religieux.

Comment fait-on dans ces 5000 ans de culture, pour sélectionner les 365 pensées qui figurent dans ce recueil ? Non, parce que ça va de Gainsbourg, Romain Gary, et passant par Lévinas et Carole Zalberg.

Avant de commencer, je suis allé voir sur Internet pour voir ce qu’il se disait. Ce n’est pas le premier petit recueil du genre. Il ne fallait pas faire la même chose. Je me suis positionné en tant que personne ne connaissant pas le judaïsme. Ce qui fait le propre du judaïsme, c’est la pensée, la lecture, l’écriture, le commentaire, l’humour, le regard, le recul, la hauteur de vue… Il y a une transmission et j’ai souhaité mettre en avant l’étendue de la beauté de cette richesse incroyable. J’ai voulu aussi démontrer que c’était un dialogue tant avec dieu qu’avec les hommes. Finalement, on constate deux choses en lisant ce recueil : le judaïsme, c’est une multitude et il y a une évolution dans la pensée juive.

JUIF? Une série filmée et montée par ESTI

L’importance de la maison m’a frappé…
La maison, c’est le premier lieu de culte, par des rituels et des traditions.

Il y a une pensée par jour.

J’aime bien l’idée qu’une pensée par jour te fait du bien. J’ai cherché à évoquer la joie, le malheur, les bonnes résolutions, le commandement…

Ce que j’aime dans ce livre, c’est que la joie domine le tout.

La thématique du livre n’était pas de s’apitoyer sur notre sort et de dire « on a été maltraité ». Non, nous avons privilégié l’aspect positif de notre culture.

Tu écris un roman en ce moment, je crois.

Oui, dans l’esprit de Millénium. Je suis fasciné par la mort et je vais écrire une histoire assez étrange.

DSC06789.JPG

Commentaires

Mille mercis

Écrit par : szulc | 11 avril 2013

J'ai acquis un tableau signé SZULC dans une brocante qui m parait être ancien ancien pour plus d'information me contacter au 0692 72 74 73 Ile de la Réunion 974

Écrit par : mokrani zouaoui | 12 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.