Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mallock : interview pour Le cimetière des hirondelles | Page d'accueil | Axel Bauer : interview pour la sortie de Peaux de serpents »

30 mars 2013

Prohom : interview pour Un monde pour soi

Lynn SK.jpg

(Photo Lynn SK)

Le Lyonnais (comme moi) Philippe Prohom est un artiste aux multiples talents : auteur, compositeur, interprète, comédien, clown, intervenant scénique…

prohom-un-monde-pour-soi.jpgRevenons en quelques mots sur son déjà important parcours. Après avoir sorti deux albums chez Polydor, Prohom (2002) et Peu importe (2004), qui ont reçu un bon accueil tant du public que de la presse, Prohom a conquis la France à travers une tournée de 650 dates  accompagné par 3 musiciens. Ensuite, par souci d’indépendance, il signe justement chez un producteur indépendant un 3e album, Allers retours.

Aujourd’hui, avec un nouvel album, Un monde pour soi, il revient en force avec 12 titres electro Rock d’excellentes factures. Il y chante le processus créatif, la mort, l’amour, mais toujours avec une émotion palpable à chaque instant. Un Monde pour soi est un album sombre et dense, qui se découvre un peu plus à chaque écoute. Il me semblait important de le rencontrer. Ainsi fut fait le 28 février dernier, à l’agence. (Merci à Stéphane Cabane !)

470062_363350610375902_2068103276_o.jpg

(Photo : Lynn SK)

DSC06724.JPGInterview:

Faut-il diversifier sa musique, sa façon de concevoir ses textes, tenter d’autres expériences, au risque de "troubler" son public. Là, je fais référence à ton précédent disque Allers retours.

La méthode de travail n’a pas tellement changé. Aujourd’hui je vois la différence d’un album à un autre, notamment dans ce 3e  dont tu me parles. C’est plus au niveau des textes et de la thématique, mais dans la méthode de travail  c’est toujours 3 cordes de guitare, des synthés, des machines… Dans le 3e, je chantais des choses plus légères. J’entends bien que cet album ressemble plus au son du premier, je le vois, mais ce n’est pas une vraie volonté.

Il n’y a rien de réfléchi dans ton travail, c’est plus de l’instinctif ?

Chez moi beaucoup. Surtout sur Un monde pour soi où je me suis vraiment laissé guider par l’évidence. J’avais 30 titres, j’ai pris ceux qui me semblaient importants pour moi, à ce moment-là, de défendre. Je vais te dire la vérité, quand je me suis retrouvé sur scène avec les chansons de mon 3e album, je me suis vite ennuyé.

Ah oui ? C’est emmerdant.

C’est même très emmerdant. Et c’est là que je me suis dit que je n’étais pas fait pour chanter l’Entertainment, pour chanter des trucs légers. Ça ne me nourrit pas assez. Mes nouvelles chansons, elles, me nourrissent.

Dans ce que tu racontes dans tes chansons, tout est essentiel, rien n’est anodin.

Je conçois très bien la chanson Entertainment, qui est là pour distraire. Ça ne m’embête pas du tout, mais ça ne me concerne pas. Je n’ai que 4 albums, c’est important pour moi de laisser une trace, quel que soit le succès de cette trace et le nombre de gens qu’elle touche… c’est ma trace personnelle. Je pense à mon enfant, à ma fierté d’être humain sur mon lit de mort, je veux laisser une trace qui est touchante et importante pour moi et les miens.

474029_361593473884949_1136403811_o.jpg

(Photo : Lynn SK)

L’écriture est un exutoire pour toi ?

Oui, depuis très très jeune, je ressens quelque chose de fort, j’ai besoin de le coucher sur du papier. Je ne suis pas un auteur qui se pose dans le but d’écrire sur un sujet déterminé. Si je n’ai rien à dire, je n’écris rien. Je ne veux qu’écrire ce qui est important pour moi.

Dans « L’encre au bout des doigts », tu racontes un peu que l’écriture t’a sauvé.

L’écriture m’a permis d’être plus calme. Les premiers textes que j’ai écrits, à 13 ans, c’était des réactions à la société que je ne comprenais pas. Je me suis rendu compte qu’à la fin de la page, je me sentais mieux. Ca ma permis de prendre beaucoup de recul sur les choses. Quand tu écris, tu comprends mieux, tu as un autre regard, comme si tu changeais l’angle de ta caméra, tu n’es plus dans le viscéral. C’est une thérapie, finalement.

Dans « Comment lutter ? », tu réfléchis sur la lutte, l’engagement, le combat pour honorer ses propres valeurs.

Là encore, c’est une question que je me suis beaucoup posée étant jeune. Je m’étais destiné à une carrière de terroriste écologique, quand je suis sorti de l’armée.

376602_442746819102947_640133886_n.jpgTu es au premier degré, là ?

Oui. Absolument. J’avais la volonté de faire sauter des bulldozers. Et puis non, évidemment. « Comment lutter ? », c’est un constat d’échec dans lequel tu te dis qu’on est écrasé par le poids de ce monde qui marche sur la tête. Tu te demandes ce que tu peux faire. Cet album raconte un peu ça. Quand les gens mettent l’album en boucle, ils mettent « Un monde pour soi », puis « Comment lutter ? ». Si la solution était de se créer un monde autour de soi ? Si on faisait on sorte déjà qu’autour de soi, ce soit bienveillant et le plus rempli d’amour et d’humanité possible ? Que peut-on faire d’autre ? En tout cas, l’art est une façon de rassembler les gens.

Dans « Un monde pour soi », tu parles de ta relation avec le public, mais pas uniquement, si l’on gratte un peu plus.

Oui, je dis qu’il y a du sens à tous nos actes, il y a du sens à toutes les galères que l’on peut vivre dans nos vies. Plus généralement, cet album raconte une période difficile de ma vie, mais qui m’a énormément servi. Je préfère être l’homme que je suis aujourd’hui que celui que j’étais il y a 5 ans sans toutes ses galères et sans toute cette période un peu sombre.

C’est un album de questionnements. Il est profond et intime. Dans « A quoi me fier ? », tu expliques que tu te sens perdu dans le monde et perdu même à l’intérieur de toi. 

Oui, c’est terrible. J’ai perdu beaucoup de repères et quelques certitudes avec mes aventures de ces 5 dernières années.

Tu as dit dans « CD’aujourd’hui », à ma consœur Marion Combecave,  que c’est l’album qui explique le deuil des attentes.

Souvent, dans une relation amoureuse, on idéalise la personne en face, mais on est très souvent amoureux de ce qu’on aimerait qu’elle soit. On croit aimer la personne, alors qu’on aime la « person perfect », or, personne n’est parfait. Plus tu montes dans l’idéalisation, plus quand tu t’aperçois que ce n’est pas ça, de plus haut tu tombes. Je crois que toute la vie est comme ça. J’ai lu le livre « Les quatre accords toltèques », dans ces 4 accords, il y a l’idée de ne pas faire de projection. On est tout le temps dans un monde d’attentes et de frustrations.  On cout après plein de choses et la vie réelle nous échappe. On est toujours dans le plus loin, on est toujours à se faire du souci pour plus tard et on oublie de vivre ce présent-là.

Tu te sens comment aujourd’hui ? Notamment par rapport à ce disque ?

À cette époque, là, au moment où nous faisons cette interview, je suis content de cet album. Tout ce qui arrive en plus, c’est du bonus. Je n’ai besoin de personne pour me dire que cet album est bien ou n’est pas bien. Je le considère à sa juste valeur. J’espère évidemment qu’il sera bien accueilli et que les gens l’écouteront, mais si demain, j’ai une mauvaise critique et qu’un mec dit « il est tout pourri ton album », ça glissera sur moi. Toutes mes récentes épreuves de vie font que je suis détaché de tout ça.

72388_529691260408502_2137641557_n.jpg

Au-delà du fait que ton précédent album a moyennement marché, es-tu un artiste dans le doute perpétuel ?

Pas beaucoup.

Tu es sûr de toi, alors ?

Non, pas du tout sûr de moi. C’est une histoire d’âge. Je ne suis plus tout jeune et je sais qui je suis, ce que je veux faire. Je suis conscient de mes qualités et mes défauts. Je ne suis pas Katy Perry. Mon album est sombre, il raconte des choses impliquantes et je sais bien que la majorité des gens ont envie de se marrer. Chacun à sa place et moi, je suis très bien à ma place.

Tu l’as dit, ton album est très sombre, voire désabusé… Ah ! Je viens de voir une réaction sur ton visage, quand j’ai dit "désabusé"…

Parce que je ne le trouve pas désabusé. Mes nouvelles chansons sont toutes pleines d’espoir. Je dis qu’il ne fait pas s’inquiéter, qu’il y a un sens à tout.

"JE VOUDRAIS QUE TU SOIS MORTE" - PROHOM - Clip officiel. from philippe on Vimeo.

Ta chanson, « Je voudrais que tu sois morte », a-t-elle été prise parfois au premier degré ?

Non, la majorité des gens ont compris que c’était une belle histoire d’amour, mais l’histoire d’une souffrance.  Le clip n’a pas été censuré par Facebook, ni par YouTube, donc, on a été compris.

As-tu l’impression d’être un artiste compris ?

Oui, compris de ceux qui me comprennent. Les gens qui m’ont apprécié depuis le premier album ne m’ont pas beaucoup lâché, j’en suis très satisfait. En tout cas, cet album en particulier semble tout à fait compris par ceux qui l’ont écouté. Dès le départ, ça s’est senti. Tout est très clair et j’en suis super ravi.

Te sens-tu un artiste « engagé », terme souvent détesté des artistes qui le sont ?

Indigné et désespéré par la connerie humaine, oui, depuis longtemps. Je ne comprends pas le monde, je ne comprends pas les gens qui vont dans le sens de la marche. Moi, je me sens bien dans la marge.

247422_2097707487778_2564183_n.jpg

Ton engagement, il se trouve dans les messages que tu livres dans tes chansons.

Mon message est simple : soyons passionnés par l’être humain, soyons passionnés par l’art… mon disque est un engagement quand je dis : créez-vous votre monde, soyez cools avec les gens autour de vous, essayer d’être moins con, développez vos qualités d’être humain, essayez d’être le meilleur possible. Je me mets dans le lot, évidemment.

Je déteste les chansons démagogiques ou moralisatrices. Il n’y en a pas dans cet album et je t’en remercie. 

Tu sais, je pourrais chanter « la guerre, c’est pas bien et l’amour, c’est vachement bien », dans tous mes albums (rires). Là aussi je suis premier degré, ce sont des choses qu'on ne chantera jamais assez.

Avant de te rencontrer, j’avais l’image de toi d’un type qui n’aimait pas trop parler de son travail et qui cultivait le mystère.

J’ai un défaut d’image. On me prend toujours pour un mec ténébreux. C’est un souci que j’essaie de corriger pour cet album. Tous les gens que je rencontre me disent que je suis plus cool qu’il n’y paraît. Et sur scène, on se fend la gueule entre les titres, je t’assure.

DSC06723.JPG

Les commentaires sont fermés.