Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« CD'aujourd'hui : Volo pour "Sans rire" | Page d'accueil | Les Garçons Trottoirs : interview pour Rien ne va plus »

17 mars 2013

Paul Merci et Sarah Zine : interview pour l'EP Chansons Françaises

65372_295159387263665_210720446_n.jpg

(Photo : Cédric Paris)

C’est par l’entremise de Sarah Zine que j’ai découvert Paul Merci. La première est la coauteure du deuxième. Elle m’a envoyé un message accompagné d’un lien avec quelques chansons. Intéressantes, variées, noie souvent, voire étranges. Ce que j’aime dans la chanson française. Justement, la première chanson écoutée s’intitulait ainsi « Chansons Françaises ». J’ai demandé à Sarah Zine de m’envoyer l’EP du monsieur. Écouté et largement apprécié. Coïncidence, un peu plus tard, Paul Merci a fait parti des 22 demi-finalistes du Prix Georges Moustaki. J’ai convié le 13 février, Paul Merci et Sarah Zine à l’agence pour me présenter leur projet.

Sinon, jetez un coup d’œil ici, vous pouvez l’aider à réaliser le clip officiel de "Chansons Françaises".

La page Noomiz de Paul Merci.

375429_520313774654786_710829992_n.jpgExtrait de sa biographie officielle (un peu modifiée) :

C’est au théâtre qu’il fait ses premiers pas d’interprète. Amoureux de la scène, il est alors sur le point d’intégrer une troupe professionnelle de comédiens. Le choix est difficile, mais il décide finalement de se consacrer entièrement à la musique. Durant cinq ans, il va travailler sa voix avec rigueur en prenant des cours de chant lyrique. En parallèle, il commence à écrire et composer. À vingt ans, il enregistre huit titres. Par la suite, les projets qu’on lui propose ne correspondent plus à sa sensibilité et Paul n’est pas prêt à faire de concession. Pour cette raison, il préfère travailler dans le milieu de la mode et délaisse ses projets artistiques.
Les années passent jusqu’au jour où il découvre, presque par hasard, l’album de Dani «Laissez-moi rire»… ce sera le déclic ! Au fil des rencontres, il s’entoure d’une famille d’artistes avec laquelle il décide de préparer son premier album. La première à le rejoindre dans ce projet est l’auteure Sarah Zine qui écrit avec lui plusieurs titres. Tous les deux se plaisent à dire qu’ils vouent un culte quasi « insensé » à la langue française et qu’il aurait été inconcevable d’écrire dans une autre langue.

DSC06667.JPG

Interview :
Tu as eu deux vies musicales, Paul, il me semble.

J’ai commencé à faire de la variété, mais j’ai une formation lyrique au départ. Aujourd’hui, ce n’est plus ma façon d’envisager l’interprétation. Je vais plus rechercher l’intention que la performance. L’intensité, elle est plus dans la présence et dans la façon de ressentir le mot. Musicalement, ce que j’écoute et ce qui me fait vibrer, ce sont des gens qui n’ont pas des voix puissantes, mais qui me touchent vraiment. Gainsbourg, Dani, Biolay ou encore Barbara Carlotti, qui elle aussi a une formation lyrique.

Avant de sortir cet EP, tu as toujours été dans le milieu de la musique ?

Oui, mais ça a toujours été ma deuxième vie. J’ai travaillé longtemps dans la mode. Je faisais de la distribution de prêt-à-porter haut de gamme et luxe. Aujourd’hui, je suis coach sportif au quotidien. J’essaie de faire ce que j’aime et m’écouter. J’ai la chance de pouvoir atteindre à chaque fois ce qui me fait plaisir. C’est assez grisant.

La première chanson que j’ai entendue de toi, c’était « Chansons Françaises ». Une chanson qui,  je l’espère, est au second degré. 

C’est à 99% du second degré. Le texte est de Sarah. Un soir que nous travaillions ensemble, je lui ai expliqué que parfois, quand je disais aux gens que je faisais de la chanson française, ils aient un mouvement de recul, un peu comme si j’annonçais que j’avais une maladie et que j’allais mourir demain. Parfois, j’en ai été décontenancé, blessé même… Sarah m’a dit qu’elle savait de quoi je parlais parce qu’elle avait vécu la même chose. Du coup, elle a eu l’idée d’écrire une chanson dans laquelle elle me met à la place des gens qui critiquent la chanson française. Le texte et la gageure m’ont tout de suite plus.

Ceci n'est pas le clip officiel de "Chansons Françaises".

Mais certaines personnes ne connaissent pas le second degré.

Il y a un double sens et il peut ne pas être compris. Mais, je fais confiance à l’intelligence des gens. Il y en a beaucoup qui creusent, tu sais. S’ils s’intéressent à qui est Paul Merci et quel est son identité aujourd’hui, ils n’auront qu’à lire ma biographie et ils sauront que je défends avant tout la langue française et la chanson française.

Cover_simu4-400x400.jpgLes gens que j’ai cités tout à l’heure, Carlotti, Biolay, Gainsbourg, sont-ils tes références absolues ?

Ces artistes-là me donnent plus une impulsion qu’une influence. À aucun moment je n’ai voulu ressembler à qui que ce soit et à aucun moment je n’y pense quand on écrit, quand on compose, quand on bosse sur les arrangements. Ça me donne juste envie de faire de la musique et de dire ce que j’ai à dire et de chanter à ma façon. Je ne suis pas là pour copier ce qui existe déjà.

Je sais que tu te sens proche de l’univers de Barbara Carlotti.

Depuis que son dernier album est sorti, je ne cesse de l’écouter. Je l’ai encore écouté ce matin. Ce disque à l’élégance folle est magique pour moi.

Sarah, toi, tu écris la plupart des textes de Paul. Tu manies bien le second degré, je trouve.

J’aime que les choses soient implicites, un peu poétiques. Je n’aime pas ce qui est trop prosaïque. En général, c’est vrai que je n’aime pas dire clairement.

Et toi Paul, ça te convient ?

Moi, je dis souvent les choses trop clairement, du coup, on a trouvé une combinaison qui est complémentaire. Comme on écrit beaucoup ensemble, elle met beaucoup de nuances à mon côté direct et parfois, je me mets un peu plus de directs à son côté plus nuancé.

Sarah, ton égo d’auteur n’est-il pas trop malmené ?

Avant, je n’avais pas envie de coécrire. Avec Paul, je me suis rendu compte que cet exercice était intéressant. Il apporte quelque chose de nouveau à mon écriture parce qu’il a beaucoup de talent.

58408_360493827396887_1596102572_n.jpg

(Photo : Richard Boyer)

Mais, toi Paul, tu n’aurais pas pu écrire seul ?

Je n’avais pas envie, surtout. Pour moi, le partage dans la vi est primordial, quoi que je fasse. J’avais envie de me lancer sur ce nouveau projet, mais d’avoir un échange avec des gens qui pouvaient comprendre comment je vivais les choses et qui pourraient les vivre avec moi, mais naturellement, sans rien leur imposer. Avec Sarah, dès notre première conversation téléphonique, ça a été une évidence qu’il fallait qu’on travaille ensemble. Pour moi, c’est clairement notre projet et j’aime le rappeler.

Sarah, tu écris pour un homme. Il faut que tu te mettes à la place d’un homme ?

J’essaie d’écrire des choses assez universelles. Je ne me pose pas cette question. Cela étant, comme on commence à bien se connaître, je sais ce qui lui correspond. Je sais aussi ce qui va lui plaire et ce qui ne va pas lui plaire.

Paul, c’est amusant parce qu’avec ce que j’ai entendu et vu sur toi, chansons et clip, je m’attendais à accueillir un ténébreux, voire un taiseux. Je ne m’attendais pas à quelqu’un de souriant et de vif.

Peut-être que tu reçois une partie de Paul Merci et de Michael Comparato, mon vrai nom ? J’adore jouer de cette dualité. J’aime bien me projeter dans différents univers et ne pas avoir qu’une image. Même musicalement, il y a vraiment des ambiances différentes. Je ne voulais pas d’un disque linéaire qui ennuierait la personne qui l’écoute. Une chanson pour chaque état d’esprit de chaque jour parce que chaque jour est différent.

472118_298468440266093_248037561_o.jpg

(Photo : Cédric Paris lors du tournage du clip d'"On se croise").

Pour cet EP, vous vous êtes associés également à Philippe Bresson et David Granier ainsi qu’à Bidge, chanteur de Red Lili, pour réaliser certains arrangements. La chanteuse du groupe Magnolia, Jessica Maurin, interprète au côté de Paul « On se croise ». Ces 6 titres sont-ils annonciateurs d’un album à venir ?

Les titres sont en cours et nous en sommes très fiers. Ils sont pas mal avancés. Comme tu dois le savoir, nous ne sommes pas signés aujourd’hui et ce n’est pas tout le temps simple financièrement. On avance donc par étape. Tranquillement, mais sûrement.

Le clip d'"On se croise".

Le clip d’une des chansons les plus noires de l'EP,  « On se croise », est intéressant et... surprenant.

On a rencontré des jeunes super talentueux et humainement, ça a marché tout de suite. C’est toujours délicat de se retrouver devant une caméra. Je n’ai pas l’habitude. Ce clip m’a permis de retrouver les sensations que j’ai eues quand j’étais comédien. J’ai fait 8 ans de théâtre et ça m’a fait du bien de jouer un rôle.

« Rose for Dani » est un hommage à la chanteuse Dani.u0602498323175.jpg

Dani a cette faculté de donner un sens à chaque mot. Quand je l’écoute, j’ai l’impression d’une page qui s’ouvre avec le dictionnaire et tout le sens du mot. C’est l’artiste qui m’a permis de remettre le pied à l’étrier. J’ai traversé un long moment où je me remettais en question musicalement. Je suis allé chez un disquaire un jour, je voulais acheter un album d’Étienne Daho et je suis tombé par hasard sur un CD de Dani, Laissez-moi rire. Je l’ai acheté, je l’ai mis dans la voiture et j’ai été touché dès la première écoute. Ça l’a inspiré et ça m’a donné envie de recommencer.

Quel est l’enjeu de cet EP ?

C’était de faire de la chanson française qui puisse être entendue par plein de monde. La chanson française est parfois regardée de travers. Des gens la prennent en grippe parce qu’ils ne la comprennent pas. Les gens ont l’impression qu’elle cloisonne les gens et les genres. Moi, j’ai voulu faire une chanson française qui ouvre les champs d’écoute.

DSC06671.JPG

Les commentaires sont fermés.