Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Albin de la Simone : interview pour Un homme | Page d'accueil | CD'aujourd'hui : Volo pour "Sans rire" »

14 mars 2013

Aymeric Patricot : Interview pour L'homme qui frappait les femmes

Dans son dernier livre, Aymeric Patricot aborde la violence à l'égard de la femme. L'homme qui frappait les femmes est son troisième roman. Un roman-choc qui bouscule les consciences. Ce livre n’est rien de moins qu’une confession, celle d'un maudit. On ne peut absolument pas sortir indemne de cette lecture.

Je connais Aymeric Patricot depuis 2006. Je l’avais mandorisé pour son premier roman, Azima la rouge. Puis nous nous sommes croisés parfois, chez lui… où ailleurs. Quand j’ai lu le titre de son nouveau livre, je me suis posé beaucoup de questions. Qu’arrive-t-il à Aymeric Patricot ? Qu’est-ce que c’est que ce livre au titre provocateur ? Puis, j’ai lu. Et largement apprécié… et j’ai compris sa démarche. Je lui ai demandé de me rejoindre à l’agence pour en parler… ce qu’il a fait le 18 février dernier.

aymeric patricot,l'homme qui frappait les femmes,interview,mandor4e de couverture :

« Je ne chercherai pas dans ce livre à me justifier ni même à présenter les choses sous un jour avantageux pour moi. Je ne ferai pas non plus l’apologie de ce que j’ai commis. Je comprends qu’on m’en veuille et, dans une certaine mesure, je comprends qu’on fantasme ma mort. (…) Je tiens d’ailleurs à m’excuser pour la véritable indécence que constitue ma vie. Je suis bien obligé de constater que ce défaut dans mon caractère m’a valu des succès… ».

Présentation de l’éditeur :

Ce roman est la confession d’un maudit. Dès l’adolescence, et les premiers émois amoureux, un désir irrépressible de frapper les femmes l’a emporté dans une chute sans fin. Il vivra désormais face à l’horizon indépassable du malheur d’autrui et de l’horreur d’être soi, sans échappatoire, comme prisonnier de lui-même, de la force inconsciente qui le gouverne. Quand l’heure de payer sera venue et que la violence se retournera contre lui, il n’aura d’autre solution que d’accepter cette terrible justice ; de bénir ce qui le débarrassera enfin de lui-même.

Dans sa postface, « L’insoutenable », Aymeric Patricot approfondit les questions que soulève ce roman-choc, d’une noirceur fascinante. Quelle part d’humanité demeure quand le mal emporte une vie ? Quelle est cette zone de nous-mêmes d’où sortent les pires pulsions ? Il prouve ainsi, à la fois en confirmant qu’il est un des romanciers les plus puissants de sa génération et en se montrant capable de prolonger son travail sur le plan théorique, que la littérature demeure un des instruments les plus féconds de connaissance de l’humain.

L’auteur :

Aymeric Patricot est professeur de lettres et enseigne à La Courneuve. Il est l’auteur de deux romans : Azima la rouge, chez Flammarion, en 2006, Suicide Girls, chez Léo Scheer, en 2010, et d’un essai : Autoportrait du professeur en territoire difficile, chez Gallimard, en 2011.

aymeric patricot,l'homme qui frappait les femmes,interview,mandor

Interview :

Quand on te connait, on se demande pourquoi tu as écrit un livre de cette nature.

Je ne pense pas être d’un tempérament violent et du coup, pour moi, il y a un côté exotique à la violence, c’est un truc un peu mystérieux et inquiétant, complètement détaché de moi. Du coup, il y a un plaisir romanesque à imaginer ce que cela pourrait donner. Dans mon précédent livre, Suicide Girls, je parlais du viol, donc j’avais une compassion pour les personnes qui en ont été victimes. Du coup, comme je parlais de la psychologie des agressées, j’ai basculé dans la logique inverse qui est ce que ressent l’agresseur. Est-ce que la psychologie de l’agresseur est si distincte de la psychologie de l’agressée ?

Dès le titre de ton livre, on est interpellé, voire choqué.

C’est un titre qui allait de soi. Je crois que je l’ai trouvé avant d’avoir écrit le roman. Je ne l’ai jamais changé. Ce titre dit les choses et ça va bien avec le roman qui va à l’essentiel.

Le narrateur explique dès le début du livre qu’il n’a pas vécu de violences dans sa jeunesse, qu’il ne reproduit pas ce qu’il a vu.

Je ne voulais pas un personnage à qui on trouve des excuses. Je ne voulais pas qu’il puisse justifier tout ce qu’il fait. Il n’est même pas misogyne, ce qu’il fait, c’est de l’ordre de la pulsion pure. C’est un psychopathe. S’il s’attaque uniquement aux femmes, c’est qu’en plus, il est un peu lâche. C’est ce mélange de pulsions gratuites et de lâchetés qui fait ce personnage.

aymeric patricot,l'homme qui frappait les femmes,interview,mandor

Il se rend compte qu’il aime battre les femmes quand il gifle sa première petite amie, Christelle.

Il remarque qu’il n’y a pas de conséquences et que personne ne le sait. Il y gagne une certaine assurance. C’est quelqu’un de très banal et violenter comme ça lui donne de l’épaisseur. Tout se décide à ce moment-là. Sa vie prend du relief parce qu’il donne quelques coups et qu’il s’en sort pas si mal. Du coup, avec le temps, ça va s’approfondir.

Très vite, il ne va plus se contenter de gifles, mais s’il devient un véritable prédateur, il n’a jamais tué.

Oui, même s’il y a une ou deux scènes où il esquinte des filles qui restent sur le carreau. On ne sait pas trop dans quel état elles sont. A priori, effectivement, il ne franchit pas ce pas-là. Mais il est presque pire qu’un meurtrier parce qu’il fait réellement souffrir. Parmi les autres limites, s’il bat sa femme, il ne bat pas ses propres enfants.

Mais Aymeric, on n’écrit pas ce genre de livre sans raison…

J’ai pu observer ou vivre des situations de violences dans ma vie qui m’ont marqué, du coup, ce livre est peut-être un exutoire, c’est vrai.  Et puis, tu sais, il y a toute une tradition littéraire du personnage indéfendable. L’étranger de Camus, c’est quand même un type qui commet un crime gratuitement. Et je ne parle même pas des héros de Easton Ellis. Finalement, on est habitué en littérature contemporaine à lire des romans épouvantables. On est baigné là dedans : les vidéos ultras violentes, les films ultras violents, la littérature américaine ultra violente, ce que j’appelle la littérature punk. J’ai envie de m’inscrire dans cette tradition-là.

Mais, je sais que tu voulais que ce soit un livre de bonne tenue et bien écrit.aymeric patricot,l'homme qui frappait les femmes,interview,mandor

L’essai à la fin, L’insoutenable, est très littéraire. Et quand le personnage fait son auto portrait, ce sont des pages qui sont écrites avec beaucoup de soin. Ce n’est pas de la littérature gratuite, sujet-verbe-complément. Je voulais aussi un livre stimulant. C’est un peu glauque, mais on le lit vite et on peut avoir du plaisir parce que ce n’est pas complaisant.

Parfois, c’est fou, on s’habitue au personnage alors que c’est une ordure, quand même.

Finalement, c’est un type qui a un quotidien glauque comme pas mal de gens. Il a une femme, des enfants et il s’en veut de leur faire subir ce côté-là de sa personnalité. Il a quelques côtés un peu humains, il s’en sort plutôt pas mal et sa vie sociale n’est pas si différente de la nôtre.

Il fait partie d’une association qui vient en aide aux femmes maltraitées. Il y exerce même une charge importante.

Dans la journée, il aide les femmes battues et le soir il les tape. Je pense que les pervers peuvent offrir un visage très rieur au quotidien et cacher le fait qu’ils commettent des saloperies. Le fait qu’il soit dans cette association, on peut l’interpréter de deux manières. Ça peut être une manière de se racheter un peu, mais je pense que lui, c’est plus pervers que ça. C’est une forme d’amusement. Il prouve ainsi que la vie est un joyeux bordel et qu’on peut faire facilement illusion en menant des vies paradoxales. Il se dit que tout ça, c’est un peu de la comédie. Bon, il y a des scènes où je montre qu’il est pris en tenaille par ses deux vies et qu’il a du mal à gérer tout ça.

On comprend chez le narrateur que la violence est un substitut de la sexualité.

Ça le fait plus triper que l’acte sexuel. Il a une vie sexuelle normale avec sa femme, mais son grand truc, c’est la violence avec les autres femmes.  À un moment, il dit : « Finalement, j’ai aimé les femmes. Toute ma vie aura été gouvernée par mon rapport avec les femmes. Je les aurais frappées, mais est-ce que ce n’est pas une forme d’amour ? Je ne les déteste pas, je prends juste plaisir à les frapper. » Il développe tout un art de la violence.

Est-ce un livre compliqué à écrire ?

Je l’ai écrit très facilement et d’une traite. Quand je me suis intéressé à des thèmes proches, je me suis dit qu’il fallait que j’écrive là-dessus. Après, c’est plus délicat de le vendre aux éditeurs et de le défendre dans la vie quotidienne auprès de ses proches. Les éditeurs « classiques » ont été choqués et n’ont pas eu envie de le publier. Sinon, c’est vrai que je passe beaucoup de temps à expliquer ce n’est pas autobiographique.

Dans la postface intitulée L’insoutenable, tu dis que « lorsqu’on publie un tel roman, il est inévitable qu’on se pose la question de votre équilibre mental. Les gens cherchent des points de correspondances avec la biographie de l’auteur ».

En toute honnêteté, je n’ai jamais eu le fantasme de battre des femmes, mais ça doit correspondre à l’inversion de choses vécues. Même dans mon métier, je suis prof en banlieue. Toute la violence que tu te prends au quotidien psychologiquement ou même physiquement, à un moment, tu l’investis dans une fiction. Je le répète, c’est une sorte d’exutoire. Une sorte de métaphore littéraire. D’ailleurs, je tiens à préciser que c’est moins un roman sur la violence faite aux femmes que sur le surgissement pulsionnel.

aymeric patricot,l'homme qui frappait les femmes,interview,mandorMais dans Suicide Girls, ton précédent roman, il y avait déjà de la violence faite aux femmes.

Je pense qu’il y a un biais éditorial. J’écris des textes plus classiques, mais qui ne sont pas toujours pris. Des textes même tendres et poétiques. Je pense que je n’écrirais plus des livres « rentre dedans » comme ces deux-là. C’est le dernier très fort autour de ce thème. Je vais m’adoucir.

Tu es professeur de lettres. Que tu sortes un livre comme celui-ci n’est pas gênant par rapport à tes élèves et même peut-être par rapport à l’éducation nationale ?

Les adolescents sont beaucoup plus ouverts et moins moralisateurs que les adultes. Ça pose plus un problème vis-à-vis de l’administration, en effet. J’avais donné Suicide Girls à mon précédent proviseur. Il avait été un peu surpris, mais il a bien compris que c’était un roman.

Tu envisages la littérature comment ? J’ai l’impression que tu veux toujours provoquer.

Je ne cherche pas à heurter délibérément. Par contre, j’aborde des thèmes délibérément un peu dérangeants, c’est vrai. Je mets les pieds dans le plat.

Comment est reçu médiatiquement L’homme qui frappait les femmes ?

Je suis surpris parce qu’avec Suicide Girls, j’ai fait un bide. Un vide journalistique total. Personne n’a fait même l’effort de le lire. Je m’étais dit qu’avec celui-là, il allait en être de même. En fait non, ce roman a beaucoup plus d’échos. Je suis invité à la radio régulièrement pour en parler parce que c’est un thème qui recoupe certaines questions sociologiques.

Était-il essentiel d’écrire l’essai L’insoutenable?

Premièrement, je ne voulais pas que l’on dise que j’étais uniquement dans la provocation. Deuxièmement, le roman est court, assez sec, je trouvais que c’était maigre pour un livre. Autant L’homme qui frappait les femmes, je l’ai écrit rapidement, autant L’insoutenable, je l’ai muri pendant des mois. C’est une écriture beaucoup plus lente et beaucoup plus personnelle. Je suis content d’avoir publié les deux parce que ça dissipe tout malentendu et j’ai moins de scrupule à le publier. J’aurais moins assumé ce livre sans l’essai.

L’écriture du roman est vive, rythmée, sans fioritures.

C’est vrai, mais j’insiste sur ce point, je ne voulais pas que ce soit un roman pauvre stylistiquement. C’est un type qui a une vie bourgeoise, donc il écrit bien. La littérature, c’est aussi le plaisir des mots. Je ne ferais jamais du trash vulgaire facile.

aymeric patricot,l'homme qui frappait les femmes,interview,mandor

Les commentaires sont fermés.