Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« CD'Aujourd'hui : Nolwenn Leroy pour "Ô filles de l'eau" + portfolio du tournage | Page d'accueil | Garnier et Sentou... et ma fille. »

07 décembre 2012

Patrick Bruel: interview pour "Lequel de nous"

bruel 1.jpg

Nos chemins se sont déjà croisés. Dans les années 90, en Guyane, et pour son précédent album, Des souvenirs devant. Le 12 novembre dernier, je suis allé à sa rencontre dans les locaux de sa boîte de production. C’est un Patrick Bruel avenant qui m’accueille. Très soucieux de savoir ce que je pense de son album. Il m’informe que je suis le deuxième journaliste à l’interviewer pour Lequel de nous, et qu’il est encore très attentif aux réactions et aux ressentis de ceux qu’il rencontre.

Voici le fruit de notre demi-heure passée ensemble pour Le magazine des espaces culturels Leclerc (daté des mois de décembre2012/janvier2013).

img178.jpg

img179.jpg

bruel 2.jpg

img180.jpg

bruel 3.jpg

img181.jpg

Le premier clip tiré de l'album : "Lequel de nous".

198653_411475722241494_698581708_n.jpgPetit bonus:

Est-ce jubilatoire pour un auteur/chanteur qu’une de ces chansons soit comprise d’autant de manière qu’il y a d’auditeurs ?

C’est le but. Le caractère universel des chansons est indispensable. Il faut que quand vous l’écoutez, ça parle et ça évoque des choses à tout le monde. Soit ça représente quelque chose que vous avez vécu, soit ça représente quelque chose que vous regardez avec intérêt. Ca peut passer du premier degré absolu aux compréhensions qui vont dans tous les sens. C’est magique.

Vous réfléchissez à comment vient une chanson, comment arrive l’inspiration qui permet de créer ? 

J’y réfléchis surtout quand ça ne vient pas. Je me suis demandé pourquoi j’ai eu ce trou de 5 ans sans créativité personnelle, sans pouvoir écrire un nouveau texte. Et d’un coup, c’est reparti. Concentration et beaucoup de travail. Il m’a fallu beaucoup de patience pour cet album. Je ne savais pas où j’allais. J’ai eu du mal à trouver les axes, à faire des choix. Quelque part, je pense que tout arrive quand ça doit arriver. Et si je n’ai pas fait ce disque avant, c’est qu’inconsciemment, j’ai tout fait pour ne pas le faire avant. J’ai fait une tournée acoustique qui n’était pas prévue, j’ai fait une pièce de théâtre que je n’ai pas pu refuser (Le prénom), derrière j’ai fait un livre d’entretien avec Claude Askolovitch. D’ailleurs, s’il n’y a pas ce livre, il n’y a pas l’album. Ensuite, j’ai fait le film de la pièce de théâtre. A un moment, à la force de retarder l’échéance, tu te retrouves face au mur et là, tu es obligé de te lancer. Du coup, c’est devenu une priorité… et quand ça devient une priorité, tu te lances complètement Ca a été profond, douloureux et parfois même violent.

DSC06022.JPG

Après l'interview, dans son bureau, le 12 novembre 2012...

315752_437049993017400_1565739452_n.jpg

Commentaires

Merci Mandor !

Écrit par : Pierre | 07 décembre 2012

Les commentaires sont fermés.