Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Daguerre : Interview pour la sortie de Mandragore | Page d'accueil | Pia Petersen : interview pour Le chien de Don Quichotte »

03 novembre 2012

Pourquoi j’ai aimé "Stars 80".

390815_338865956203299_924049220_n.jpg

img136.jpgHier, je suis allé voir Stars 80. Film projeté à l’UGC Enghien, fort judicieusement (ironie) dans la petite salle de ce complexe cinématographique. Cette salle (pas plus grande qu’un salon) à la particularité d’avoir un écran à peine plus grand qu’un home vidéo. Résultat, cohue générale pour tenter d’obtenir une place honorable et spectateurs rejetés pour cause de « yaplusdeplacecirculezm’sieursdames ». C’est assez symptomatique du peu de cas que l’on fait d’un film dit « populaire ». Il faut quand même être tout à fait con pour décider de placer un film de cette nature (dont la logique voudrait qu’on le projette dans les conditions les plus optimales puisque c’est un film dont de très nombreuses scènes sont musicales et dans les conditions de concerts flamboyants), sur un écran minuscule. Bref, je me suis installé au premier rang pour voir ce film.

Bande annonce...


BANDE-ANNONCE DU FILM "STARS 80" par patbrest

Pour être clair, je suis venu en ami. Un peu conquis d’avance. La musique des années 80, j’ai connu de l’intérieur et ses stars, j’ai côtoyé souvent. Ayant commencé la radio en 1982 et ayant traversé cette décennie sans interrompre mes activités radiophoniques, j’ai évidemment diffusé tous ces artistes et les ai interviewés un nombre considérable de fois. (Voir les photos uniquement des années 80 qui ornent cette chronique. Je n’ai choisi que les artistes tenant un rôle dans le film.)

img121.jpg

Cookie Dingler-13.07.85-La Grande-Motte

img124.jpg

Gold-24.10.86-Paris

Quid du film, justement ? Ce n’est pas un film d’auteur, certes, mais je trouve l’histoire bien menée et les acteurs, s’ils ne sont pas tous professionnels (je parle évidemment des stars des années 80), sont très touchants. J’ai été stupéfait par le recul et l’ironie dont ils font preuve face à eux-mêmes et  à leurs conditions. En particulier Sloane, Cookie Dingler et Jean-Luc Lahaye. Ils sont allés très loin. J’applaudis des deux mains tant de seconds degrés. Stars 80 est un film conçu pour nous émouvoir et nous faire rire. Mission réussie. Toute la salle (60 personnes, donc) est sortie avec le sourire, la banane et en fredonnant des chansons à tue tête et le sourire aux lèvres. Voilà, c’est sûr, on n’a pas mal à la tête, mais ça nous a fait un bien fou.

img125.jpg

Marc Toesca-09.06.85-Montpellier

img128.jpg

François Feldman-28.12.88-Paris

Encore, une fois, personnellement, en regardant ce film, je me suis projeté des années en arrière et ça m’a pas mal remué. Cette époque me renvoie à des évènements de ma vie, gais ou moches, mais intenses, à des moments de ma vie professionnelle ou l’insouciance et l’argent régnaient et enfin à des amitiés d’avant (comme Mader, par exemple, qui était devenu un ami et dont je n’ai plus aucune nouvelle depuis des années, certainement par ma faute).

Bref, Stars 80, m’a chamboulé. Je suis sorti de la projection la gorge un peu nouée par l’émotion. Je sais que beaucoup ne comprendront pas, mais c’est ainsi. Ce film m’a touché. Profondément.

img129.jpg

Début de soirée-28.12.88-Paris

img130.jpg

Images-14.06.89-Paris

(Précision : je ne suis pas nostalgique de ce temps-là. Ce que je fais aujourd’hui m’intéresse plus encore et je continue à naviguer dans le monde de la musique d’aujourd’hui, je n’ai donc aucun regret sur une période révolue. Juste, parfois, ça fait du bien de se replonger dans un passé que tu as vécu à 100%. Le truc, et c’est là tout le nœud de mon émotion, je suppose, c’est que tu te rends compte que tu as vieilli. Tout le monde regarde ces artistes comme des artistes cultes, je les ai connus quand ils ne l’étaient pas. Ça fait drôle de ne pas voir le temps passer et de constater en allant au cinéma, qu’au contraire, il file à la vitesse de la lumière.)

img133.jpg

Jean-Pierre Mader-08.09.89-Kourou

img134.jpg

Jean-Pierre Mader-11.09.89-Ile Royale (Guyane)

img135.jpg

Gilbert Montagné-13.12.89-Cayenne

480240_355010517922176_634585240_n.jpg

Commentaires

Tu étais au collège avec Marc Toesca ? ; )

Écrit par : secondflore | 03 novembre 2012

Les commentaires sont fermés.