Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mamienco : interview pour "Ici l'homme" | Page d'accueil | Serj Tankian (System Of A Down) : question des internautes pour la sortie d'Harakiri »

13 août 2012

Jonathan Dassin : interview avant la sortie de son premier album

jonathan dassin,interview

C’est rare quand je demande à un artiste dont je n’ai pas entendu l’album de venir me voir. Dans le cas de Jonathan Dassin, je n’ai écouté que deux titres, Dans le désert et Ma gueule… Mais cet artiste est un cas particulier. Il est impossible de ne pas voir en lui son père, Joe Dassin. Et pourtant il a beaucoup lutté contre cette ressemblance. Puissamment. Aujourd’hui, il a cessé de lutter. Il assume cette filiation vocale et physique. Du coup, il avance plus vite et plus honnêtement.

Les textes de son premier album, selon son dossier de presse, sont « romantiques et effrontés. Sa musique est à la frontière de la soul, du funk et de la variété. L’univers du premier album de Jonathan Dassin joue sur les contrastes, entre mélodies enjouées et textes désenchantés. Sa voix grave nous  rappelle celle de son père, mais son univers bien particulier épouse la nouvelle scène française ». Jonathan Dassin est venu à « l’agence » le 19 juillet dernier. Merci à son attaché de presse, Pierre-Henri Janiec, d’avoir tenu parole... et si vite. Comme d’habitude.

jonathan dassin,interviewInterview :

Vous avez commencé à composer à 13 ans vos premières chansons, en anglais, au sein du groupe pop Limelight. 

Je faisais traduire les chansons que j’écrivais en français en langue anglaise par ma tante, Richelle Dassin, la sœur de mon père. Je trouvais que ça sonnait mieux et c’était aussi une question de facilité. Quand on chante dans une langue que l’on ne maîtrise pas, pas besoin de raconter des histoires fabuleuses ou d’être excellent dans l’écriture.

Vous avez donc changé d’avis, aujourd’hui.

Oui, puisque je ne chante plus qu’en français. Je me suis sérieusement penché sur cet aspect-là de mon travail. Pour chanter en français, il fallait que je fasse murir quelque chose qui n’était pas forcément naturel pour moi.

En 1997, à l’âge de 18 ans, vous accompagnez à la trompette et au bugle le groupe afro Nassara.

C’était une très grande expérience. A ce moment-là, je me disais que le chant n’était pas fait pour moi, mais je voulais continuer la musique. Je me suis donc mis à la trompette avec ce groupe. Avec Nassara, j’ai élargi mes horizons musicaux et multiplié les concerts. Le groupe a fait les premières parties de Manu Dibango et des Wailers, et a été la tête d’affiche d’un concert au Bataclan en 1998. Cette expérience m’a beaucoup appris. Musicalement et dans les rapports humains… c’était une grande famille.

Vous avez quitté le groupe pour pouvoir vous recentrer sur un projet personnel et chanter de nouveau.

Oui. Chanter n’a jamais été un grand problème pour moi. Ce qui a été compliqué long et fastidieux, c’est d’accepter la voix que j’avais. Il fallait que j’accepte que ma voix ressemble à celle de mon père. Pendant une grande période de ma vie, j’ai essayé de m’en éloigner. Cela m’obsédait, un peu trop d’ailleurs. Je suis baryton et je ne chantais pas dans ma tonalité. Je chantais plus ténor, alto parce que je n’assumais pas la ressemblance vocale avec Joe Dassin.

jonathan dassin,interviewQu’est-ce qui a fait que finalement, vous avez décidé d’assumer cette voix ?

Le temps et ma maturité ont fait leur travail. J’ai fini par réaliser que ça ne servait à rien de fuir la réalité des faits.

Quand on est le fils de Joe Dassin on a envie de crier : « écoutez-moi pour mon travail et pas parce que je suis le fils d’un chanteur populaire » ?

Je suis au début de ma carrière et je sais pertinemment que je ne passerai pas à côté de la comparaison. Je sais ce que je veux faire et je me suis toujours un peu éloigné du répertoire de mon père. Je me suis démarqué volontairement de ses chansons… je suis confiant en moi et en mes chansons. Ce que je vis en ce moment est un moment de vérité. Je travaille pour que l’on reconnaisse mon travail et je ne veux surtout pas profiter de la notoriété de mon père.

Les comparaisons avec lui, vous vous y attendez.

J’entends ça depuis que je suis enfant… j’y suis habitué.

1er clip officiel : Dans le désert.

Vous faites des chansons éloignées de la variété pure et simple. Ma gueule ou Le désert, par exemple, ne sont pas des chansons « faciles ».

J’adore la musique américaine et ma musique peut se rapprocher de la soul, du funk, parfois c’est plus « ambiance », parfois elle tire vers le reggae. J’ai finalement une palette assez large. Ça va vous étonner, mais je considère que je fais aussi de la variété.

Vous aimez qui musicalement ?

J’adore Curtis Mayfield, Marvin Gaye, Prince, Ben Harper par exemple. Chez les Français, c’est Gainsbourg et Brassens.

Et les chansons de votre père, vous ont-elles influencées ?

J’ai eu une période, dans ma petite enfance, où je n’écoutais que lui. Ensuite, j’ai complètement zappé. Il avait une manière de faire de la musique et de chanter qui était unique.

Êtes-vous admiratif de ce papa que vous n’avez presque pas connu ?

Honnêtement, je pense qu’aujourd’hui, je suis objectif. En progressant personnellement dans la musique, j’ai pu mieux comprendre pourquoi il était bon.

Pourquoi alors ?

Alors que beaucoup de musiciens sont à la recherche de la complexité, lui, cherchait la simplicité et l’efficacité. Un musicien n’est jamais aussi bon que quand il cherche à faire simple. C’est à ce moment que le public est touché. Moi, dans mon évolution, je tends à cela. Je me bats pour simplifier.

Un extrait de Ma gueule.

Votre album est annoncé depuis longtemps. Il tarde un peu à venir.

On vient de signer chez Wagram, il faut patienter encore un peu. J’ai beaucoup composé ces dernières années, mais j’ai du choisir parmi une douzaine de titres ceux qui allaient figurer sur mon album. Le choix fut difficile. Je ne suis pas mécontent d’avoir mis du temps à sortir ce disque, car je sais que maintenant je présente un travail mature. Nous allons retourner en studio en septembre et en octobre. Il y a des textes un peu second degré, un peu cynique aussi, voire méchant parfois. J’aime bien un peu provoquer.

Avez-vous déjà des « fans » ?

Un petit peu. J’ai aussi pas mal de fans de mon père qui observent ce que je fais et qui m’encouragent. Ça ne me dérange pas, je le comprends parfaitement.

jonathan dassin,interview

Le souci, dans votre cas particulier, c’est qu’il y a un a priori immédiat. Le fils de Joe Dassin, qui a la même voix et la même tête, chante lui aussi. Même moi, j’ai dû freiner ce réflexe de suspicion.

Je sais bien. Il faut passer cette première étape et être curieux pour découvrir mon univers. Faire de la musique est une démarche personnelle puisque je n’ai pratiquement pas connu mon père et que ma mère ne nous a jamais incités à nous lancer dans ce domaine. Mon frère et moi, nous nous sommes débrouillés tout seuls pour aller dans cette direction.

Une chanson de Joe Dassin dédiée à son fils Jonathan. Paroles très troublantes...

A 17'30'', Joe Dassin parle de Jonathan et de son éventuel envie qu'il devienne chanteur lui aussi...

Votre frère cadet, Julien, justement, il chante aussi.

Oui, mais nous n’avons pas la même démarche musicale et je ne parle jamais à sa place.

Avez-vous peur du jugement des autres ?

Pas trop. Si c’est négatif, bien sûr, ça va me plaire moyennement, mais j’ai plutôt confiance en moi. Il le faut pour avancer.

Est-ce qu’il y a quelque chose de l’ordre de « je crois en ma bonne étoile » ?

Je ne me suis jamais posé cette question. Je sais que c’est ce que je veux faire tout en ayant pleine conscience que les choses peuvent très bien se passer ou pas aussi bien que je l’espère. En ce moment, je suis heureux. J’ai la possibilité d’enregistrer mes chansons, puis de les faire connaître, c’est une belle période. J’ai envie d’en découdre avec le public. J’ai hâte d’avoir son avis…

jonathan dassin,interview

Commentaires

Je suis curieuse de découvrir l'album de Jonathan , je sens l'artiste qui ce dégage de sa personnalité et bien que j'aimais beaucoup son père je souhaite que ce beau jeune homme soit lui meme et qu'il nous fasse découvrir d'autre horizon musicale.Plein de succès et je suis sure que nous allons avoir un grand plaisir à le découvrir ; amitié!

Écrit par : romarie martine | 14 août 2012

JONATHAN est bien le fils de JOE la ressemblance est incroyable ,tant que le physique et la voix,j'ai toujours et resterais fan de joe,mais comment ne pas craquer pour JONATHAN!!mais rassurez vous JONATHAN j'apprécie votre travail et vos chansons:dans le désert;ma gueule. mais lorsque l'on est fan de JOE de pouvoir se rapprocher de ses enfants nous rapproche de lui! affectueuses pensées Patricia.

Écrit par : ORT PATRICIA | 14 août 2012

JONATHAN est bien le fils de JOE la ressemblance est incroyable ,tant que le physique et la voix,j'ai toujours et resterais fan de joe,mais comment ne pas craquer pour JONATHAN!!mais rassurez vous JONATHAN j'apprécie votre travail et vos chansons:dans le désert;ma gueule. mais lorsque l'on est fan de JOE de pouvoir se rapprocher de ses enfants nous rapproche de lui! affectueuses pensées Patricia.

Écrit par : ORT PATRICIA | 14 août 2012

J'adore Jonathan depuis longtemps, c'est un homme avec un grand coeur comme son père,je lui souhaite plein de bonheur. Salutations.

Écrit par : Mouss | 14 août 2012

J'ai toujours dit à Jonathan qu'il devait trouver sa personnalité artistique. Nous le félicitons et l'encourageons. C'est déjà un artiste brillant et je sais que son papa serait très fier de lui! Les Amis du Club en souvenir de l'inoubliable compositeur du " Roi du Blues " se joignent à moi. Cette interview m'a beaucoup touché... Congratulations Jonathan!

Écrit par : JEAN-CLAUDE ROBRECHT | 14 août 2012

J' adhère complètement aux impressions de notre cher président Jean-Claude. Depuis toujours nous l'avons compris.... Jonathan est bien sur le fils de JOE....mais avec SON PROPRE STYLE MUSICAL que je pense ETRE UNIQUE...ce qui prouve bien qu'il est lui aussi UN ARTISTE COMPLET....Je garderai en mémoire à vie ce 30 avril 2010 ce soir la j'ai présenter le fils de mon IDOLE JOE sur scene........Merci Jonathan d'etre toi meme et de nous régaler de ta musique.... VIVE LA SORTIE DU CD

Écrit par : jean-marie Balon | 14 août 2012

petite erreur de date..c'était le 30 avril 2011.....

Écrit par : jean-marie balon | 14 août 2012

Bravo Jonathan. Je suis tout à fait d'accord avec notre président Jean-Claude et avec Jean-Marie. Bien que tu sois le fils de Joe tu as ton propre style musical qui est unique comme l'était celui de Joe. Tu as su trouver ta voix. Toutes mes félicitations et bonne continuation.
J'attends la sortie de ton CD avec impatience. Garde ta confiance en toi, je te soutiens à 100 %. Tu y arriveras. A bientôt. Avec fierté et toutes mes amitiés. Je t'embrasse. Henriette

Écrit par : Schmitt Henriette | 14 août 2012

j ai hate que ton album sorte et d aller te voir en concert j adore tes chanssons bisons

Écrit par : elodie | 14 août 2012

Oui Jean-Claude je confirme que son papa serait très fier de lui ! J'aime son style de musique et j'espère que lui aussi ira très loin, nous y veillerons tous ! J'ai moi aussi le souvenir de ce concert du 30 avril 2011, à Feucherolles avec Jonathan. Je suis très heureuse de l'avoir initié et d'y avoir participé. Cette soirée restera gravée à jamais à moi aussi dans mon coeur. Sincères Amitiés

Écrit par : Sylvie Simonin | 14 août 2012

Superbe découverte musicale !!! J'attends l'album de Jonathan avec impatience. Vraiment hâte de l'écouter et de le réécouter ;-) Ben j'aimerais bien aussi le voir en concert...

Écrit par : Blue Country | 04 septembre 2012

Agréablement surprise par ces deux extraits, je suis impatiente d'ecouter tout l'album.
Félicitations pour ce que vous etes et pour votre travail.
Salutations

Écrit par : Thesy | 11 septembre 2012

Premières impressions : La ressemblance est frappante ! Mais il est vrai que chaque artiste a un son unique - parenté ou pas. Merci pour cette découverte. Un artiste à découvrir définitivement.

Écrit par : Christian Pellerin | 17 janvier 2013

Bonsoir
super le documentaire sur joe dassin,j'espère que julien et jonathan auront une longue et belle carrière comme celle de leur père,merçi à toi françois pour avoir interviewé jonathan car joe dassin étatit et sera toujours mon chanteur préféré.

Écrit par : Guerni | 29 janvier 2013

c est super super super super cool

Écrit par : MELLON | 30 mars 2013

Bonsoir,
beau travail, jolies mélodies...
Des intonations de votre père, par moment, dans votre voix.
Vivement votre album ! Et pouvoir vibrer comme l'a et le fait encore Joe.
Félicitations pour " Ma voisine "

Écrit par : Sénonais | 19 avril 2013

bonjour madame monsieur. puis-je avoir une dédicace de jonathan dassin. Dans quel quartier de paris habite-il. Merci de vos renseignements. Cordialement.

Écrit par : MELLON | 17 août 2013

Bonjour Jonathan, à quand la sortie de votre album, je l'attends avec impatience, j'aimais tellement ce que faisait votre papa, et votre voix ressemble tellement à la sienne bisous à bientôt

Écrit par : DESCHAMPS | 24 septembre 2013

Bonsoir, Je viens de découvrir Jonathan Dassin Dans notre famille nous avons beaucoup apprécié leur pere Joe Tres touchée par la ressemblance de la voix Bonne chance aux 2 freres Dassin Super et emouvant le duo chanté avec votre lui et le documentaire que j ai vu sur le net chantant la chanson dédiée a son fils Bravo Bravo continuez votre choix d être chanteur comme votre père Au plaisir de vous revoir a la télé ou dans un concert

Écrit par : Josiane | 03 novembre 2013

bonjour

j'adore les chansons de cet album, fan de Joe depuis des années et oui je retrouve la voix de Joe mais c'est tout à fait agréable continue Jonathan à donner du bonheur .
MARGUERITE

Écrit par : fabre | 30 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.