Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Pauline Brooks : interview pour son (premier) Taratata! | Page d'accueil | Jérôme Minière : interview pour "Le vrai le faux" »

11 juillet 2012

Romain Lateltin : interview pour "Le râleur made in France"

roamin lateltin,le râleur made in france,interview

roamin lateltin,le râleur made in france,interviewRomain Lateltin, je l’ai découvert il y a quelques mois. Il m'a envoyé son disque et j'ai rapidement répondu à cet artiste Lyonnais que le jour où il passerait par Paris, une mandorisation était plus qu’envisageable. Son album aussi insolent qu’incisif a attiré mon attention immédiatement. On n’écoute pas tous les jours de l’irrévérence classe. Le chanteur nous raconte les aventures d’un imbuvable râleur, souvent (et ce n’est pas le moindre des paradoxes de ce disque) fort attendrissant. Derrière son humour cinglant se cache des vérités pas toujours bonnes à dire. Romain Lateltin dépeint des profils (le misanthrope, le tiède, le méprisant) et des situations vraies qui parlent à tous. Avec Fred Gayot (paroles et "agent artistique"), Christian Morfin (guitare et réalisateur album), Thierry Chanat (claviers, arrangements), Romain Lateltin propose un concept album à la fois décalé et humoristique qui n’a pas encore trouvé un public très large. C’est franchement dommage.
Le 3 juillet dernier, de passage (rapide) à Paris, il s'est arrêté à « l’agence » pour m'en dire un peu plus sur son parcours et sur ce troisième disque.

roamin lateltin,le râleur made in france,interview

Interview :

Tu as commencé la musique très jeune dans ta ville d’origine, Lyon…

Oui, et j’ai d’abord joué de l’orgue, puis du piano au lycée. Ensuite, on a monté un groupe, Absolute, et on jouait des reprises. On a fait du baloche et écumé pendant 5 ans de nombreuses scènes. Puis nous avons sorti un album de chansons originales. À cette époque, je composais, mais ne chantais pas encore.

En 2003, tu avais encore envie de faire de la musique du coup, tu t’es mis à chanter et à écrire des chansons.

Quand je n’avais plus de groupe, je me suis retrouvé tout seul… et puis, tu vois, là, j’en suis au troisième album. J’ai une petite notoriété dans ma région, mais quand tu es indépendant comme moi, le problème, c’est de gravir l’échelon supplémentaire. Acquérir un plus large public. Et puis il faut pouvoir durer. Moi, pour le moment, je vends suffisamment de disques pour pouvoir faire le suivant. On fait de plus en plus de dates et on est de mieux en mieux payés. J’avance doucement, mais surement.

Tu as vendu 2000 exemplaires de ton troisième album, Le râleur made in France, album co-écrit avec Fred Gayot qui décrit des personnages atypiques qui, de par leur décalage, tentent de changer le scénario de leur vie, de ne pas être formatés …

Oui, et c’est grâce aux bouches à oreilles. Du coup, là, on prépare le nouvel album. Je t’avoue franchement que je suis un peu déçu que ce disque ne soit pas allé plus loin parce qu’on a vraiment eu que des retours positifs. Ça plait quand on le joue sur scène et il y a un truc qui se passe.

Clip officiel du titre "le râleur made in France" de Romain Lateltin (réalisation Tibo Ras et Scénario Fred Gayot et R.Lateltin)

roamin lateltin,le râleur made in france,interviewTu as inventé un personnage dans « Le râleur made in France » : le « gaulois » moyen.

En fait, au fil des albums, j’essaie de créer un personnage à la fois détestable et aussi qu’on aime bien. Mon prochain album s’intitulera Pas de chichis entre nous, ce sera un peu la suite de celui-ci.

En octobre 2003, l’album A l’intérieur de soi même raconte l'histoire d'un personnage qui est prétentieux et libertin. En janvier 2006, Elle veut de l'homme narre cette fois-ci l'histoire d'une femme trentenaire qui a quelques problèmes avec la gent masculine. Bref, tous tes albums sont conceptuels… il y a toujours un personnage principal « hors norme ».

En tant que consommateur de disques, j’aime bien écouter un album intéressant du début à la fin, un album où il se passe quelque chose. Par exemple, ce que fait Emily Loizeau, je trouve ça génial. C’est innovant de la première à la dernière plage.

Il faut être original pour se démarquer des autres ?

Moi, je ne me pose pas la question. Je veux juste faire un disque qui me plait et qui soit populaire. Il faut aussi qu’il se passe quelque chose sur scène.

Sur scène, justement, tu es le « râleur made in France» ?

Oui, cela me permet de traiter le vice de l’être humain dans toute sa largeur. J’aime bien les phénomènes, les gens qui ne sont pas dans la norme et qui ont du caractère. Même moi, j’aime assez bien être dans la confrontation, pour être dans un débat constructif.

roamin lateltin,le râleur made in france,interview

Ah ! Mais en fait, ce n’est pas un personnage « le râleur » ? C’est vraiment toi ?

Pas loin. Souvent quand tu écris pour toi, tu écris aussi pour les autres et quand ça te correspond, ça correspond aussi à plein de gens. Moi qui travaille dans un secteur bien formaté, c’est amusant.

Oui, je peux peut-être préciser que tu gagnes ta vie en étant dans le secteur bancaire?

Tu peux même préciser que je suis dans "le surendettement". Tu vois, ça n’a rien à voir avec ce que je raconte dans mes chansons.

Ces deux activités sont un peu schizophréniques, non ?

Non, c’est plutôt un équilibre. Et puis, je me suis toujours dit que même si un jour mon métier d’artiste devait marcher, je garderai un mi-temps dans la banque. Je t’avoue que j’ai un peu de mal avec la mentalité du milieu artistique, ce qui ne m’empêche pas d’avoir plein de potes dedans. Moi, je fais d’abord de la musique pour les autres. Ce n’est pas le cas de tous…

Parle-moi de ton co-auteur, Frédéric Gayot.

C’est un peu mon Alain Souchon à moi. On prend des après-midi et on écrit tous les deux. Depuis que l’on bosse ainsi, j’ai l’impression que les textes que je chante sont meilleurs. Écrire à deux permet d’avoir des angles différents sur un même sujet. Le travail en équipe rassure un peu et on a tendance à très vite s’enfermer.

roamin lateltin,le râleur made in france,interview

Tu fais pas mal de concerts à domicile.

C’est génial. J’en fais plein et je n’ai jamais vendu autant de disques qu’avec cette formule. Les gens invitent leurs amis et leur famille pour découvrir de nouveaux artistes. On est rémunéré au chapeau et aux ventes de disques et on s’y retrouve très bien, car les personnes présentes sont sacrément généreuses. En plus, l’ambiance est conviviale.

Tu es diffusé sur des radios allemandes, tu as un public en Belgique et en France tu restes méconnu… Ca te va bien le fameux « nul n’est prophète en son pays ».

Oui, en Allemagne, je suis même sorti sur une compile de chanson française, "le tour 6", qui se vend très bien, avec Oldelaf, Karimouche, Lisa Portelli… que des artistes signés. Ca à l’air tellement plus facile dans les autres pays. Ici pour avoir quelqu’un directement au téléphone, c’est très compliqué. Parfois, j’ai envie de baisser les bras.

Et pourtant, tu prépares déjà ton nouvel album.

Oui, je ne te dis pas que je vais arrêter. Parfois, juste, je suis découragé, mais je reprends vite du poil de la bête. En plus, si tu ne viens pas jouer à Paris, les gens des labels ne viennent pas te voir en Province.

Ce 4e album sera aussi cinglant ?

Oui, et encore plus décalé. J’aime bien le non-formatage. Musicalement, il y aura plus d’instruments, plus de cuivres par exemple. Je travaille et j'avance... à mon rythme.

roamin lateltin,le râleur made in france,interview

Commentaires

fabrice talon
3 impasse canart
75012 paris
0686812525

bonjour,

Venant de tomber un peu par hasard sur votre site, j'ai eu envie de vous contacter, car nous avons vous et moi une vraie référence commune: le Râleur.
En effet,je suis comédien, mais j'écris aussi et il y a quelques temps j'ai écrit un livre qui s'appelle justement "Râleur" et qui raconte en une quarantaine de textes le quotidien et les pensées d'un râleur. Je l'ai fait éditer (EGV editions, paris 12eme) et je me dis que peut-être cela peut vous interresser, que peut-etre vous pourriez en dire deux mots sur votre site, sur votre blog.
je vous laisse donc ci-dessus mes coordonnées au cas où ma démarche vous semblerait digne d'intérêt.


cordialement et avec toutes mes raleries les plus sincères !

fabrice talon

Écrit par : talon | 12 juin 2013

Les commentaires sont fermés.