Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Pic d'or 2012 : Bilan (2) Les coulisses | Page d'accueil | Yves Bigot : interview pour "Quelque chose en nous de Michel Berger" »

14 juin 2012

Sophie Adriansen et Mathieu Simonet pour "Trois années avec la SLA" et "La maternité"

DSC04187.JPG

Sophie Adriansen a sorti un livre évoquant les derniers jours de son oncle, Mathieu Simonet ceux de sa mère. Deux livres forts et pas vraiment conventionnels. Ils seront tous les deux, ce soir au Comptoir des mots, 239 rue des Pyrénées, 75020 Paris. Avant cette rencontre, je me suis proposé de les recevoir à « l’agence » afin de converser et de « confronter » leur œuvre commune. Ainsi fut fait le 8 juin dernier.

Présentation des deux ouvrages :

458509_364539506920645_1087641657_o.jpgSophie Adriansen pour son livre, Trois années avec la SLA (de la force de l’esprit même quand le corps abandonne) (Les éditions de l’officine).

Présentation de l’éditeur : En juillet 2008, Jean-Paul Rouet, jeune retraité de 60 ans, apprend du médecin qu’il est venu consulter pour ses récentes difficultés à marcher qu’il est atteint de Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA), une maladie orpheline qui touche une personne sur 25 000.

On lui annonce que tous ses muscles, un à un, perdront leurs capacités. Face à ce pronostic sombre auquel rien ne l’avait préparé, Jean-Paul décide de tout tenter. Entouré d’amis médecins, il essaie différentes thérapies, jusqu’à une greffe de ses propres cellules souches. Il cherche tous les moyens pour continuer à vivre et, plus encore, pour comprendre sa maladie et mieux la vivre, jusqu’à en acquérir une très grande connaissance.

Dans Trois années avec la SLA, il narre son parcours, cherche à remonter aux origines de sa maladie, avec l’appui de contributions de ses proches, dépeint l’enfermement progressif dans son corps devenu prison et, avec beaucoup de pudeur, exprime la souffrance psychologique liée à la dépendance. Il pointe également du doigt l’inertie de la recherche en France quant à la SLA. Il démontre enfin la capacité de l’esprit à ne pas se laisser submerger par le corps, même malade, délivrant ainsi un formidable message d’espoir.

L’auteur : Sophie Adriansen, écrivain a recueilli le témoignage de son oncle. Elle a publié Je vous emmène au bout de la ligne (Ed. Max Milo 2012), Santé ! (Six façons de la dire, Ed. du Moteur 2011) ainsi que des nouvelles (revues Dissonances, Pr’Ose et Bordel). Elle tient depuis 2009 le blog littéraire Sophielit. Sophie Adriansen a déjà été mandorisée et aussi .

Mathieu Simonet pour La maternité (Seuil).

380297_10150768373077669_1288444361_n.jpg4e de couverture : "Que je meure dans quinze jours ou dans six mois, ça vous fera autant de peine. À moins de tous vous trucider, je ne vois pas comment vous empêcher d'être tristes." L'auteur raconte l’agonie de sa mère, à un stade très avancé d’un cancer généralisé. Il dialogue régulièrement avec elle. Elle analyse l’approche de sa mort en toute conscience. D’autre part, comme pour construire un bouclier autour de lui, autour de sa propre souffrance de fils voyant la dégradation de sa mère, qui doit être hospitalisée dans un établissement de soins palliatifs, l’auteur questionne différentes personnes - infirmière, prêtre, spécialiste de la morgue, médecin, personnel accompagnant, autres malades en stade terminal - sur la mort. Qu’en ressort-il ? Non pas un simple témoignage, mais une sorte de combat avec les mots dits et les mots écrits autour d’une mort annoncée.

L’auteur :

Mathieu Simonet est avocat à Paris. Né en 1972, il publie là son deuxième livre, après Les Carnets Blancs.

DSC04181.JPG

DSC04186.JPGL’interview triangulaire :

Comment aborde-t-on un livre au sujet si délicat et à priori pas vraiment « grand public » ?

Mathieu : Pour moi, c’est un sujet facile. En tout cas, je ne l’ai pas pris comme un sujet difficile. J’ai même trouvé ça ludique. J’ai l’impression d’être un faussaire quand on me dit que ça a dû être très dur et très douloureux. Le deuil est douloureux, mais écrire un livre, ce n’est pas douloureux. Pour moi, l’écriture est un acte qui est parallèle à la vraie vie et qui n’a rien à voir avec la vraie vie, presque.

Quand tu dis que ta façon d’écrire est ludique, ça m’a effectivement sauté aux yeux.

M : Ma façon d’écrire est assez éclatée. C’est un hasard que dans le livre de Sophie, on retrouve aussi cette écriture qui est non linéaire, ces matériaux divers, le fait de faire intervenir plusieurs personnes.

Sophie : Je ne sais pas s’il y avait une volonté aussi marquée dans mon livre que dans le tien de faire ce « collage ». J’ai moins décidé que toi. Je considère que je n’ai pas eu le choix. J’ai proposé à mon oncle mes services pour l’aider à écrire s’il en avait besoin. Quand il me l’a demandé, il n’était pas question de dire non.  Je ne me suis pas demandé si ça allait être difficile. En l’occurrence, ça l’a été.

Il n’en reste pas moins qu’il y a des similitudes dans la manière de mener vos livres 458509_364539506920645_1087641657_o.jpgrespectifs.

S : C’était une volonté de mon oncle. Il voulait donner presque une dimension « enquête ». Il voulait retrouver dans son passé des signes qui, à postériori, pouvaient être considérés comme des signes avant-coureurs. Pour cela, il accordait presque plus d’importance au regard de gens un peu plus lointains, comme des anciens collègues d’il y a 25 ans que des très proches. Il m’a donc demandé d’enquêter de cette façon-là, sachant qu’il ne voulait pas voir les réponses au fil de l’eau. Il les a découverts une fois que je les ai intégrés dans le texte.

On comprend que ce livre a été pour toi éprouvant à écrire.

S : Oui, parce qu’il y avait en plus une notion d’urgence. Quand il a décidé du titre, en juillet de l’année dernière, le fait d’annoncer les 3 années, c’était aussi annoncer la fin de sa vie. Il y avait un côté « c’est mon dernier projet ». Le facteur temps met une sacrée pression supplémentaire. Ça a été compliqué pour moi, mais l’écriture a été bénéfique pour lui. Dans ton livre, Mathieu, j’ai relevé tout ce qui concernait la bibliothérapie parce que je suis convaincue que l’état de mon oncle ne s’est pas dégradé pendant le temps où nous étions vraiment dans l’écriture.

Peut-on aller jusqu’à dire qu’il s’est imposé de rester en vie jusqu’à la fin de la conception de cet ouvrage ?

S : Oui, parce qu’intellectuellement c’était une source d’excitation incroyable. Ça l’occupait en pensée 24h sur 24.

Parfois Sophie, il y a de grands moments littéraires et parfois, ce sont  des descriptions très cliniques. Notamment, quand tu évoques la maladie en terme médical et scientifique.

S: Oui, je vais même plus loin. C’est parfois imbuvable pour qui n’est pas concerné. De la part de mon oncle, je pense que c’est de la déformation professionnelle, le fait d’être au plus près de la vérité. C’était aussi un moyen de se légitimer par rapport au corps médical qu’il critique. Un moyen de dire « j’en sais au moins autant que vous », en théorie avec, en plus, mes ressentis.

Puisque tu es une littéraire, tu n’as pas eu envie de lui demander de faire plus « littéraire », justement ?

S : Je ne lui ai pas parlé du terme « littéraire », mais de plus « grand public ». Dans l’idéal, j’aurais aimé que tous les malades souffrants de maladies dégénérescentes puissent se retrouver dans ce livre. Lui, à l’inverse, il craignait qu’en allant vers le grand public, on aille vers du pathos et il ne voulait surtout pas que l’on tombe dans cet écueil-là.

425610_10150581312117669_1739719728_n.jpgMathieu, qu’as-tu pensé du livre de Sophie ?

M : Je trouve que le personnage de l’oncle est très intéressant. On a le sentiment que c’est un homme qui veut tout maîtriser. Je trouve ça très émouvant. Ceux qui sont gênés par les passages « techniques » peuvent sans problème les sauter sans remettre en question la compréhension globale du livre. Je trouve que c’est même un acte littéraire d’avoir ce personnage qui va imposer  presque sa science parce qu’il aime tout maîtriser… parce que c’est  finalement lui qui maîtrise mieux que nous, les lecteurs, il a le dernier mot. Il a la maîtrise absolue. Il a aussi un côté presque enfantin et donc très émouvant dans cette recherche absolue de comprendre la maladie mieux que les autres pour pouvoir être sauvé. On a envie d’y croire avec lui et malheureusement… Un des passages qui m’a le plus touché, que j’ai retrouvé dans la maladie de ma mère, c’est le fait qu’à un moment donné, il y a un problème de compréhension avec l’équipe médicale. Il y a des situations kafkaïennes dans ce livre. Par définition, dans la maladie, il y a toujours des grippages qui sont dérisoires et qui ont des conséquences énormes.

Sophie, toi, qu’as-tu pensé du livre de Mathieu ?

(Elle se tourne vers lui).

S : J’ai trouvé que ta mère, d’emblée, est un personnage. Je trouve même fascinant comment ta maman tient à être un personnage. Elle est une très grande héroïne romanesque avec cette volonté de conserver sa dignité jusqu’au bout. Tu exprimes bien le fait que tu l’as respecté jusqu’au bout. C’est rare. Je pense à tout un tas de situations intimes où tu as décidé que ce n’était pas à toi de l’aider. Je trouve ça très courageux d’être allé dans le sens de cette dignité-là.Sinon, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de réflexions sur la littérature.

Effectivement dans Les carnets blancs comme dans La maternité, Mathieu, tu évoques l’acte d’écrire.

M : Parce que justement, quand j’écris, je n’ai pas l’impression d’être dans la vraie vie. Je suis dans ce monde parallèle qu’est l’écriture. Il se trouve qu’à chaque fois, je fais un collage. J’ai toujours l’histoire principale. En l’occurrence dans La maternité,  j’ai écrit les 15 derniers jours de ma mère, en parallèle, j’ai fait plein d’interviews et encore en parallèle, j’ai un autre carnet dans lequel j’écris des petites phrases sur ce que je pense par rapport à l’écriture. Après, je mets tous ces matériaux côte à côte, je fais des découpages, ensuite, je passe un temps fou à assembler les paragraphes pour que cela sonne bien, pour qu’il y ait un bon rythme, une énergie et que ce soit un peu drôle. 95% de mon travail est un travail de collage.

Est-ce que la vie n’a d’intérêt pour toi que si tu peux la raconter après Mathieu ?

M : Oui. C’est pour ça que je ne suis jamais triste quand il se passe quelque chose de douloureux parce que je me dis toujours, je vais pouvoir en faire un livre. Si je ne pouvais pas écrire ce qu’il se passe, que ce soit triste ou amusant, je pense que je n’aurais pas beaucoup de goût à la vie. Pas au point de me suicider, mais vraiment, la seule chose qui m’intéresse dans la vie, c’est l’écriture.

S: Tu connais cette phrase de Philip Roth qui dit que si tu écris sur la famille, ta famille est foutue. Y crois-tu ?

Mathieu : Non, je crois juste que ça bouscule la famille. C’est un peu comme un enterrement, ça bouscule la famille, mais il se passe des choses. Les gens vont se mettre à se parler, à s’engueuler, mais ça va faire bouger les choses. Au final, ça va ressouder une famille. Recréer des liens. Moi, avec La maternité, je me fais engueuler par certains, féliciter par d’autres.

Moi, je trouve que tu n’épargnes pas ton frère, par exemple. Il n’est pas vexé de ce que tu écris sur lui ?

M : J’ai été très gêné par rapport à mon frère et j’ai hésité à lui faire lire avant publication. Finalement, je lui ai fait lire. Il m’a demandé de changer deux choses, ce que j’ai fait. Sur le premier livre, Les carnets blancs, il n’a pas voulu le lire avant publication de peur de devenir un censeur. Pour La maternité, il a vu qu’il n’a pas été mis en valeur, mais parce qu’il a beaucoup aimé le livre, il a accepté. Mais, toi, Sophie, tu penses que ta famille a peur de ce que tu écris ?

S : Je n’ai pas réfléchi à la question. Moi, je me pose la question de la limite de l’écriture par rapport à la famille. L’histoire de l’écriture de ce livre est devenue très importante pour moi. Toute ma famille n’a pas été favorable au projet du livre. Certains membres voient des choses dans tous mes écrits qui n’ont rien à voir avec eux, alors si j’aborde une vraie autofiction, je me demande comment ils vont réagir.

Mathieu, aimes-tu le terme autofiction ?

M : Non, car je le trouve compliqué. Il y a plein de gens qui ne savent pas ce qu’est une autofiction. Me concernant, je parle d’autofiction collective,  j’ai l’impression que c’est techniquement moins exact, mais que c’est plus parlant. Je recherche toujours dans mon écriture la plus grande simplicité. J’essaie de faire en sorte que tout le monde comprenne tout, si bien que mon compagnon me dit que j’écris comme un élève de quatrième. Je suis toujours dans la recherche de l’extrême simplicité. Quand j’ai la casquette « avocat »,  c’est mon intellect qui fonctionne, j’essaie d’être intelligent et de ne pas être dans le sensible et quand j’écris, j’essaie de ne pas être intelligent et être uniquement dans le sensible.

Sophie, toi qui es critique littéraire, trouves-tu que Mathieu écrit comme un élève de quatrième ?

S : Je ne suis pas sûr qu’un collégien de quatrième, même s’il est capable de faire des phrases aussi courtes, soit capable d’y mettre autant de sens que d’images. Son livre est un objet littéraire. À partir du moment où il y a une recherche de forme, même si tout le matériau est personnel, est-ce qu’on n’est pas dans de la littérature ?

Mathieu, ça te va si je dis que tu es un écrivain conceptuel ?

M : Oui et même, je le revendique parce que, ce qui m’intéresse dans l’écriture, c’est d’abord le concept. C’est partir d’un dispositif ludique, d’une expérience, ensuite, cette expérience peut ne rien donner et de temps en temps, elle peut aboutir à un livre. Mon point de départ est toujours un dispositif, mon point d’arrivée est toujours un collage. Entre les deux, il y a toujours de l’écriture et des rencontres.

Sophie, selon toi, est-ce que la littérature doit obligatoirement « bousculer » ?580008_10150859894543097_1133553371_n.jpg

S : Les livres, pour qu’ils restent en mémoire, il faut qu’ils bousculent d’une certaine façon, qu’ils agrandissent la vision du monde, qu’ils changent quelque chose.

Tu es d’accord avec Sophie ?

M : Moi, je trouve que ce qui compte, ce n’est pas tant de bousculer, mais c’est de donner envie de faire quelque chose. Ce qui me touche le plus, quand j’écris, c’est quand des gens me disent que ça leur a donné envie d’écrire, ou de parler à leur mère… bon, c’est vrai, quelque part, ça revient à bousculer. Par exemple, ce qui m’a touché dans le livre de Sophie, c’est qu’à un moment donné, elle aussi à mis en place un dispositif, sauf qu’il n’a pas été intellectuel au début. L’histoire, s’est imposée comme ça, mais au final, sa relation avec son oncle a fait qu’un dispositif s’est mis en place et c’est un dispositif vital, un dispositif essentiel qui nécessairement à impliqué toute la famille. Le livre de Sophie est aussi un livre concept, dans lequel, à l’intérieur, il y a beaucoup de choses qui m’ont plu.

Toi, Sophie, tu ne l’as pas envisagé comme un livre concept, j’imagine…

S : Pas du tout. J’ai même eu l’impression d’être en mode défensif. J’étais embarquée dans un truc terrible et j’ai fait en sorte d’organiser ça le mieux possible. Je n’ai même pas l’impression d’avoir décidé de grand-chose. J’ai juste essayé de modeler quelque chose avec tout ce qui m’arrivait de plein de côtés.

M : C’est assez sidérant qu’au moment où le livre est terminé, ton oncle décède. Après, sans doute que quand les gens sont en fin de vie, ils tiennent et lâchent quand ils ont fini quelque chose. Finalement, ton oncle a dominé ce livre jusqu’au bout.

S : Oui et je suis rentré dans son jeu en veillant à faire en sorte que ce soit le livre tel qu’il l’a décidé.

M : En même temps, il n’aurait pas pu faire ce livre sans toi.

Sophie, je t’ai déjà interviewé deux fois, là, pour ce livre, je te sens plus « mal à l’aise »… comme si tu parlais d’un livre qui ne t’appartenait pas, comme si tu ne te sentais pas légitime, est-ce que je me trompe.

(Long silence.)

S : Les choses sont encore fraîches, elles ne sont pas encore digérées globalement… et aussi, je me sens un peu seule à porter tout ça. En même temps, il faut que je défende ce livre, sinon, personne ne le défendra.

Mathieu, tu écris sur quoi en ce moment ?

Mon prochain livre sort en septembre et raconte l’histoire d’un garçon qui a disparu en Amazonie. Là, je vais commencer un nouveau livre sur les problèmes psychiatriques de mon père.

DSC04189.JPG

Toi, ce qui t’intéresse par-dessus tout, c’est que les histoires circulent.

M : Oui, et que cela crée des liens entre les gens sans hiérarchie. Pour mes 40 ans, des amis, dont Sophie, m’ont offert un livre collectif, un livre secret, qui m’a beaucoup touché. Dedans, une des personnes qui a participé a écrit que ce qui était important pour moi, ce n’était pas d’écrire bien, mais d’écrire ensemble. C’est tellement vrai.

Et toi, Sophie, tu écris pourquoi ?

S : Moi, je pense que c’est un peu plus égoïste. Je n’ai pas encore trouvé les contours de la réponse à cette question, mais je pense que c’est pour moi d’abord, pour savoir qui je suis. Je sais que je m’exprime mieux en écrivant que dans la vie en général. C’est donc un  moyen de dire qui je suis, d’une autre façon. Pour revenir à Mathieu, je l’ai entendu dire dans une émission d’Arthur Dreyfus, « Chantons sous la nuit » sur France Inter, qu’il écrit, non pas pour se livrer lui, mais pour que le lecteur se regarde lui. C’est exactement ça. Mathieu fait des choses inspirantes et je trouve que ça va dans un sens très différent de la production littéraire du moment.

M : J’ai une dernière question a poser à Sophie. Tu as fini ce livre, mais je t’ai entendu dire en off tout à l’heure que de tout ça, tu allais en faire un livre.

S : oui, Trois années avec la SLA est la partie hors de l’eau de l’iceberg. Le deuxième livre est déjà très largement avancé. C’est une sorte de journal avec la volonté de faire revivre mon oncle. Dans SLA, c’est très figé, très maîtrisé, très lisse, alors qu’il y a eu de la colère et des coups de sang par exemple.

M : C’est le making of du livre ?

S: Oui, il y a un peu de ça, mais qui se mêle aussi avec les concours de circonstances qui font résonner plein de choses. Un livre, un film, une pièce de théâtre peuvent venir nourrir tout ça. Au début, l’idée, était d’aller jusqu’à la naissance du livre, aujourd’hui, je me rends compte qu’il faut que j’aille encore plus loin. Le début de sa vie et la promo.

M : Là, on est typiquement dans un dispositif et je trouve ça très intéressant.

La boucle est bouclée…

552966_10150887437488097_1164213250_n.jpg

Les commentaires sont fermés.