Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Caryl Ferey : Interview pour "Mapuche" (prix Landerneau Polar 2012) | Page d'accueil | I Muvrini : interview pour "Imagina" »

06 juin 2012

Donoré : interview pour "Je viens à toi" et son concert aux "Trois Baudets"

donoré,je viens à toi,les trois baudets,interview,pic d'or

donoré,je viens à toi,les trois baudets,interview,pic d'orDonoré, je connaissais son existence. Nous étions, je ne sais pas par quel hasard, « amis Facebook ». Je suivais donc son actualité, regardais ses vidéos, écoutais ses chansons au fur et à mesure qu’il les publiait. Je suis curieux, je n’y peux rien. J’aimais bien, mais son côté « beau gosse » romantique freinait mon enthousiasme. (Les gens qui ont tout pour eux sont énervants, non ?)

À bien écouter ses textes, j’avais tout de même constaté que ses chansons d’amour étaient loin d’être insipides. Sa parolière Marie-Florence Gros (auteure d’un roman qui m’avait beaucoup plu), sait y faire. Quand il écrit lui-même, Donoré aussi (sait y faire). Mine de rien, chez eux, l’amour ne rime pas avec facile, mais plutôt avec transgressif. Juste, il faut tendre l’oreille et écouter réellement le propos.

Et puis, je l’ai retrouvé physiquement il y a deux semaines, à Tarbes, lors du concours du Pic d’Or (je vous ai dit que j’étais juré de ce tremplin ?). J’ai donc eu l’occasion de voir le jeune homme sur scène, mais je n’ai pas eu le temps de beaucoup discuter avec lui.

Comme il sera aux Trois Baudets ce samedi (9 juin 2012), de retour à Paris, je lui ai demandé de me rejoindre à l’agence pour une interview express.

Ainsi fut fait, ce lundi 4 juin. Avant tout, présentons l’artiste.

donoré,je viens à toi,les trois baudets,interview,pic d'orBiographie officielle :

Né à Grenoble en 1978, Donoré s’initie au piano à 6 ans avant de découvrir la guitare acoustique à 13 ans. C’est une révélation et  il officie alors dans plusieurs groupes de reprise et gagne sa vie d'étudiant en dispensant ses talents dans toutes sortes d’événements. Influencé par  Renaud, Cabrel, Goldman, Clapton et Kravitz, il compose dès 1995 ses premières mélodies. Lauréat du trophée National Serge Gainsbourg en 2003, il se concentre alors davantage sur ses compositions. Ses passages remarqués au Festival International de Louisiane (USA) ou lors des premières parties de Maxime Le Forestier ou d'Enzo Enzo lui ont permis de construire et d'affiner un univers singulier, teinté d'influences pop et folk. Après un premier CD produit en 2007 et une tournée de plus de 30 dates (dont un Réservoir sold out), Donoré sort son premier album en France intitulé Je viens à toi au printemps 2010 où il partage ses histoires avec finesse et élégance en explorant les tourments de l’amour et de l’âme.

Donoré chez Noomiz.

donoré,je viens à toi,les trois baudets,interview,pic d'or

Interview :

Nous nous sommes croisés à Tarbes, lors du Pic d’or. Ce genre de tremplin de chanson française  apporte-t-il quelque chose à un chanteur en « développement » ?

Oui, d’abord une ligne de plus non négligeable sur un CV si tu gagnes et puis la possibilité d’être vu par des gens du métier, comme par des responsables de festivals, par exemple. Tu ne t’imagines même pas la difficulté qu’ont les jeunes de ma génération pour se faire remarquer…

Si, je m’imagine très bien. Toi, tu commences à te faire remarquer justement. Tu as joué dans différentes villes françaises et rempli de nombreuses salles parisiennes, seul ou avec tes musiciens, dont le Sentier des Halles, la Favela Chic, le Théâtre de l'Archipel, le Théâtre de la Reine Blanche, l'Alliance Française de Paris, l’Européen...

C’est un long cheminement. J’ai un petit public qui me suit et qui m’est plutôt fidèle. Et puis, j’ai un producteur plutôt réputé et doué, Gérard Drouot. Il s’est beaucoup impliqué dans la fin de la production de l’album. Je l’ai sorti le premier juin 2010, le 8 juin, j’ai fait l’Européen et le 15, la première partie de Michael Bolton à l’Olympia.

Je viens à toi (show case FNAC Strasbourg).

Plus là pour toi (show case Fnac Strasbourg)

Tu as fait beaucoup de concerts acoustiques dans les FNAC et dans les IDTGV (environ 140) et pas mal de concerts à domicile…

J’en ai fait une quinzaine l’année dernière. Mine de rien, on peut vite se retrouver à 120 personnes dans un jardin. Je fais une heure et quart de vrai concert et l’ambiance est chaleureuse et conviviale. En tant que musicien, c’est très intéressant pour moi puisqu’il y a un cachet et je peux vendre mes disques sur place. Le plus important, c’est que ce sont de vraies rencontres. Et puis, je ne te cache pas que ça a intéressé les médias. Dès que l’on sort du circuit et du système traditionnel, les médias aiment bien.

Ce sont des chansons d’amour, à priori, mais pas que.

La teneur générale de l’album est un peu nostalgique, voire mélancolique. Ce sont des chansons autobiographiques sur des relations que j’ai pu avoir. J’évoque la jalousie, l’incompréhension, l’incommunicabilité… j’essaie d’emmener un regard distancié et décalé par rapport à des choses qui peuvent être parfois dramatiques. Ce ne sont pas des chansons mièvres.

Clip officiel de Histoire Banale.

Lonely Blues (New York acoustic version filmé et réalisé par Olivier Camandone).

Ta musique, c’est de la pop folk acoustique. On peut dire ça ?

Oui, exactement, pour le moment, en effet, à tonalité acoustique. Il n’y pas de batterie, il y a de la percussion. Pour moi, une bonne chanson, c’est uniquement quand elle sonne parfaitement en guitare voix ou piano voix. Là, je réfléchis à mon prochain album. Ce dont je suis certain, c’est que les chansons seront plus pop encore, plus « rentre dedans » et il y a aura moins de balades mélancoliques. J’aimerais bien avoir un côté plus Springsteen.

Tu as participé aux rencontres d’Astaffort. Qu’en retiens-tu ?

Deux fois par an, 15 auteurs compositeurs se retrouvent là-bas. Quand j’y ai participé, c’était les 35e rencontres. Cabrel les a créés parce que, pendant longtemps, il s’est retrouvé devant des gens qui lui demandaient ce qu’il pensait de leurs chansons. Comme il ne pouvait pas répondre individuellement à tout le monde, il a décidé d’organiser ces Rencontres. Chaque artiste est confronté aux autres et peut ainsi comprendre ses forces et ses faiblesses sur l’écriture, les compositions et l’interprétation. Il y a un système d’équipe de composition, cela permet de sortir de la solitude de l’artiste que Cabrel a du/pu ressentir.

Mais, toi, ça t’a apporté quoi ?

C’est intéressant de voir comment fonctionnent les autres. Au départ, c’est hyper déstabilisant. Cabrel nous sélectionne parce que l’on sait tous composer des chansons, par contre, on n’a pas tous les mêmes méthodes ni la même productivité, encore moins des styles similaires.

Tu as grandi en écoutant quoi ?

Renaud, Goldman et Cabrel…J’ai appris la guitare en écoutant Cabrel, « Je l’aime à mourir » par exemple… c’est dire si Astaffort, c’était important pour moi. Il était là tous les jours. Il m’a dit deux trois trucs par rapport aux paroles de mes chansons.

donoré,je viens à toi,les trois baudets,interview,pic d'or

C’est difficile de trouver son propre style?

C’est sûr qu’il faut trouver sa couleur, sa voie et sa voix. Je connais toutes les chansons de ces artistes, il faut s’en détacher.

Quel est le plus difficile à gérer dans ce métier ?

L’indifférence. Pas de oui, pas de non, pas d’écoute, pas de réponse. C’est frustrant quand tu mets tout ton cœur dans ce que tu défends et que tes chansons ne sont pas écoutées.

Tu joues samedi aux Trois Baudets. C’est une date importante pour toi ?

C’est une date d’entre-deux. Je ne suis pas sur une sortie d’album, mais par contre, je vais tester des nouvelles chansons et présenter le son que je souhaite mettre en avant dans le prochain album. J’aurais 5 musiciens et je te garantis que ce sera très musclé.

donoré,je viens à toi,les trois baudets,interview,pic d'or

Voici deux dernières vidéos: D'abord, le passage de Donoré à Ce soir où jamais en juin 2010.

Et on finit avec un ancien CD'Aujourd'hui (émission que je connais bien...) le concernant. Il date du 21 juin 2010 (jour précis de la Fête de la Musique).

Commentaires

Merci pour cet échange qui confirme bien le talent de ce jeune artiste......
oui il est "beau" et ça peut agacer !
mais cela ne l'empêche pas d'être aussi une belle personne dans l'âme , professionnellement et au quotidien, il sait respecter son entourage.
Je lui souhaite de continuer sur la belle route artistique qu'il a commencée depuis plus de 1O ans, il fait partie de notre nouvelle génération d'artistes qu'il faut soutenir
d'ailleurs je suis une fan, charmée par les textes et mélodies de ses chansons et il a tout mon soutien.

Écrit par : METZGER | 08 juin 2012

trés complet, trés parlant comme présentation,bravo !

Écrit par : pichon | 08 juin 2012

Un trés bel article pour un artiste de talent qui s'investit et donne beaucoup à son public...
Et avant d'être un "beau gosse" c'est surtout quelqu'un de vrai et de sincère et ça se retrouve dans ses textes, ses mélodies et ses rapports à son public...
Je lui souhaite tout le succés et le bonheur qu'il mérite et un trés bon concert aux 3 beaudets !!!

Écrit par : Sauze V. | 08 juin 2012

Les commentaires sont fermés.