Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Isabelle Autissier : interview pour "L'amant de Patagonie" | Page d'accueil | Pic d'or 2012 : on en parle dans "Hors Scène" et dans "Tarbes le mag" ! »

14 mai 2012

Eloïse Lièvre : interview pour "La biche ne se montre pas au chasseur"

425365_10150619288697268_697197267_8998531_1356756777_n.jpg

Éloise Lièvre et moi nous sommes croisés dans quelques salons littéraires. On ne se connaissait pas vraiment, mais elle et son livre, La biche ne se montre pas au chasseur, ont fini par m’intriguer. J’en avais entendu parler (d’elle et de son livre) en plus que positif par des amis communs, écrivains, eux aussi.

Je l’ai donc lu et j’ai été convaincu.

Pas par le thème, mais plutôt par le style.

Ainsi, l’auteure est venue à « l’agence » le 3 mai dernier pour une mandorisation en règle.

book_86.jpg4e de couverture :

Une jeune femme veut un enfant. L’enfant ne vient pas. Le désir la déchiquette à belles dents. Elle veut comprendre, il doit bien y avoir une explication, une bouée rationnelle, physique, à laquelle se raccrocher. Dans sa quête, elle rencontre successivement une ogresse lilliputienne, une gentille patricienne paresseuse, un ours plaisantin, un fana des jeux vidéo in utero, des cyber-­sirènes, et les affres de la normalité. Tout va malheureusement bien.
Alors elle décide de prendre sa tête au sérieux et de chercher dedans.
Dedans, il y a un souvenir de grand-mère, des chiens, des chats, des chevaux, et un événement, quand elle avait quinze ans.

C’est une épopée gynécologique miniature, une exploration de l’intimité féminine du désir d’enfantement, suivie d’un bestiaire introspectif où l’on voit que la sexualité des jeunes filles s’apprend chez les animaux.

Ce roman a été sélectionné par l’Opération Manuscrits 2009 de la revue Technikart. Il faisait partie des 4 finalistes présentés au Salon du livre de Paris en mars 2009.

portrait_eloiselievre-vignette-rose-vieillefrance.jpgL’auteur :

Eloïse Lièvre n’est pas un pseudonyme.
Elle est née le 10 janvier 1974 à Agen.
Elle déteste les courants d’air et l’injustice.
Elle a deux enfants.
Eloïse Lièvre est normalienne agrégée.
Elle n’écoute presque jamais de musique.
Éloise Lièvre mesure un mètre cinquante huit et doit perdre trois kilos.
Elle a une collection de gadgets japonais.
Elle aime La Vie de Marianne, Le Ravissement de Lol V. Stein et Martine fait du théâtre.
Eloïse Lièvre habite près d’un grand cimetière.
Elle tient mal son stylo.
Elle porte Coco Mademoiselle.
Éloise Lièvre souvent rêvasse.

DSC03714.JPG

L'auteure ne se montre pas à Mandor...

DSC03712.JPGInterview :

De quoi parle La biche ne se montre pas au chasseur précisément ?

Mon texte décrit une expérience intime dont certaines personnes, ayant des conceptions très arrêtées de ce que doit éprouver aujourd'hui une femme, ne veulent pas entendre parler, ou du moins pas ainsi, étouffant une des façons de vivre ces événements. Cependant, ce vécu et ces sentiments existent. Ce sont eux que j'ai voulu simplement raconter. Il est possible qu'un jour je raconte l'autre façon, une des autres façons de vivre ces mêmes faits. Ce n'est pas incompatible. Les émotions sont des réalités mêlées. Tout n'est pas noir ou blanc. Le droit est une chose, l'intimité, le désir, ou son absence, plus compliqués.

Tu as eu un peu de mal à trouver un éditeur pour ce livre… mais finalement, tu y es parvenue…

Il y a des éditeurs qui étaient sensibles à l’écriture, mais qui étaient un peu retissant par rapport au sujet. Certains le trouvaient trop féminin et d’autres pas assez féministes. Alors, que moi, je le revendique comme un texte féministe.

Est-ce important que ce texte soit féministe ?

Au départ, non. Quand j’étais universitaire, on évoquait la question de savoir s’il y avait une écriture féminine, je ne me sentais pas en phase avec cette question-là. Comme je muris et que je m’installe de plus en plus dans ce qui est « être adulte », je me dis que ce ne sont pas des questions anodines. N'étant pas de nature militante, j'ai pourtant l'impression dans ma vie de tous les jours de défendre tous les droits des femmes. Je me sens féministe, à ma façon, j’ai donc envie de revendiquer cette part de moi.

C’est amusant, parce que, personnellement, je trouve que le ton de ton livre est masculin.

D’autres éditeurs m’ont dit qu’ils le trouvaient trop cru. Moi, je trouve juste que mon écriture est intimiste, organique et physiologique.

403928_10150594697832268_697197267_8925106_2139596167_n.jpg

Tu racontes comment tes parents t’ont conçu, tu expliques certains examens gynécologiques… on ne peut pas dire que la pudeur t’étouffe.

Tu dis « tu », mais ce n’est pas forcément ma vie que je raconte, c’est celle de la narratrice.

Ah bon ! Je suis très surpris. J’ai lu ton livre en pensant que c’était autobiographique.

J’ai beaucoup de facilité à affirmer que la narratrice, ce n’est pas moi. Dans la mesure où ce n’est pas complètement moi, ce n’est pas autobiographique. Je serais incapable d’écrire un roman purement fictionnel, certes, mais je ne me reconnais pas dans l’héroïne de mon livre. Je ne sais même plus si ce que j’ai écrit est éloigné de la réalité.

Bon, à la base, tu as eu toi-même des difficultés à avoir un enfant. C’est proche de ce que vit ton héroïne, on est bien d’accord ?

Effectivement, j’étais dans une urgence d’avoir un enfant, et cette urgence-là, elle est dans le livre. J’ai pensé que je mettais très longtemps à parvenir à mes fins. Je le voulais presque en claquant des doigts. On n’a mis qu’un an, ce qui est à peu près normal de nos jours. Ce n’est pas une attente catastrophique. Et je n’ai pas fait tous les examens que la narratrice fait

Oui, ce n’est pas dramatique, mais on comprend bien que la narratrice a vécu cela comme un échec face à la dictature de la performance. Elle avait l’habitude d’avoir tout et tout de suite.

C’est un peu ça. Cette facilité à avoir les choses immédiatement reposait sur la volonté. Ça en revanche, c’est ma réalité aussi. On m’a toujours appris à me donner les moyens pour parvenir à mes souhaits, à être une battante. Ce qui m’intéressait, c’était justement ce point de la vie qui à la fois dépend du désir et échappe complètement à la volonté et à la maitrise. On est complètement démiurge, mais on ne maîtrise rien.

426073_10150699955637268_697197267_9240752_1315697458_n.jpg

Avoir un enfant est la plus belle chose qui peut arriver à une femme, il me semble.

Je ferai d’autres livres sur le sujet, c’est sûr. En tout cas, le fait de faire des enfants sera intégré. C’est là où se concentre notre toute-puissance ou notre impuissance.

La narratrice dit : « je suis responsable de mon corps, je suis donc responsable de mon infertilité ».

C’est un des discours féministes que j’ai pu enregistrer dans mon enfance et mon adolescence. Avec la pilule, l’avortement, on est maître de son corps. Ça marche dans un sens finalement, mais dans l’autre sens, c’est plus incertain.

Est-ce que tu te sens comprise dans le message que tu as voulu faire passer dans ce livre ?

Tu as lu le livre, donc tu connais son sujet caché. Par rapport à ce sujet, des lectrices sont venues me voir pour me dire qu’elles avaient vécu la même chose. Le problème, c’est que je n’ai pas vécu ce que je raconte. C’est tellement énorme que je ne veux pas usurper cette situation.

On lit des scènes « bestiaires »…

Pour moi, les animaux sont très liés à l’histoire sexuelle. J’ai en tête des images pornographiques avec des chevaux, des chiens… Ça me parait assez banal. Ça m’a aidé à appréhender la sexualité.

La grand-mère de la narratrice a une vision du sexe de l’homme un peu particulière ?

Ce personnage de grand-mère est très travaillé et on ne sait pas autre chose d’elle que le discours qu’elle a sur les hommes.

Quel genre de lectrices as-tu rencontré lors des salons que tu as faits ?

Il y a plusieurs types de lectrices. Il y a celles qui sont en train de songer à faire des enfants, celles qui essaient depuis un moment et qui n’y parviennent pas encore et celles, plus âgées qui n’ont pas eu d’enfants pour x raisons.

430804_10150600483262268_697197267_8941339_7626236_n.jpg

Que veux-tu que l’on retienne de ton livre ?

Pas de leçon, pas de morale, mais j’avoue que j’ai une petite tendance à écrire des romans à thèse. En fait, ils sont plus dans l’interrogation que dans l’affirmation. Je me contente de semer des questions.

Moi, j’ai été scotché par le style et ta façon de raconter une histoire qui, à priori, ne m’intéressait pas au départ.

Je suis moi-même assez surprise, parce que finalement, je me découvre avec une écriture rude, une violence un peu larvée. Pour moi, c’est le plus beau des compliments que l’on dise que l’écriture prend le pas sur le sujet… Pour être sincère, j’ai peur de perdre cette écriture-là pour le prochain roman.

Tu as déjà bien entamé l’écriture de ton deuxième livre, je crois…

Il y aura les mêmes thèmes, mais traités différemment. Particulièrement le sujet de l’enfant et le passage de l’état d’adolescent à l’état adulte, qui sont les deux gros pôles de La biche ne se montre pas au chasseur. Ils rejoignent la question de la famille, de la descendance et de la filiation. Il y a aura aussi plus de sexe. Mon écriture est très liée au sexe, je ne sais pas pourquoi.

Te réclames-tu d’une école littéraire ?

J’ai été très longtemps fasciné par Marguerite Duras, ensuite, j’ai eu une phase de répulsion. Je pense qu’elle a compté beaucoup dans ma formation littéraire. Sinon, je suis très éclectique. J’aime l’œuvre des auteurs qui ne correspondent pas à ce que je fais moi, comme Proust, Céline, Houellebecq.

eloise.JPG

Les commentaires sont fermés.