Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Une heure particulière avec Juliette Gréco... portfolio | Page d'accueil | CD'Aujourd'hui : Ridan pour "Madame la République" »

15 avril 2012

Eli Esseriam (et un peu Fred Ricou) : interview pour le cycle "Apocalypsis"

417363_313047548753231_185878304803490_902477_350991821_n.jpg

Apocalypsis est un cycle de 5 livres signé Eli Esseriam. Les quatre premiers tomes sont écrits à la première personne, présentent chacun l’un des quatre cavaliers de l’Apocalypse et peuvent être lus indépendamment. Le cinquième tome clôt le cycle avec la rencontre des quatre héros et la narration des événements qui conduisent à l’Apocalypse.

C’est mon ami Fred Ricou, fondateur du site Les histoires sans fin (et mandorisé ici), qui m’a fait parvenir les deux premiers tomes de cette série. J’ai lu le premier volet, Alice, malgré le peu d’intérêt que je porte à ce genre littéraire. Un livre pour ado, de plus de l’héroic fantasy… c’était mal barré pour que j’accepte de recevoir l’auteur(e). Sauf rien en s’est passé comme prévu quand j’ai entamé ce premier volet. Plus j’avançais, plus le ton, l’humour et le style d’Eli Esseriam m’a subjugué. Rien de moins. Le 23 mars dernier, Eli (qui habite Strasbourg) et son « mentor » Fred sont passés à « l’agence » pour une interview sans langue de bois.

apocalypsis_bandeau_01.jpg

La série :

2012. Selon plusieurs croyances et mythologies, la Fin du Monde arrive à grands pas.
Ils sont quatre adolescents d’apparence ordinaire. Alice, Edo, Maximilian et Elias. Ils ne se ressemblent pas et n’ont, à première vue, rien en commun. Leurs vies vont pourtant s’entremêler d’étranges manières. Chacun va se découvrir un rôle dans ce cataclysme planétaire et apprendre à dominer son pouvoir unique. Ils vont devoir s’unir et sceller le Jugement Dernier. Ils sont les Cavaliers de l’Apocalypse.
Ils devront tuer, mais aussi épargner, maîtriser le sort des Hommes tout en se soumettant à leur propre destin.
Seules 144 000 âmes pourront être sauvées. En ferez-vous partie ? Ou serez-vous un de leurs mystérieux opposants, déterminés et prêts à tout pour sauver le Monde ?


Apocalypsis - les romans par matagot01

DSC03423.JPG

Eli Esseriam et Fred Ricou.

Interview :

Eli, tu lis depuis toujours et écris depuis longtemps. Raconte-nous comment ce cycle Apocalypsis est né. Fred (ton conseiller artistique/agent/frère de fortune) y est un peu pour quelque chose, je crois…

Quand j’ai rencontré Fred, j’étais juste infirmière. J’écrivais dans mon coin des petites histoires pour enfants et on a eu des atomes crochus assez rapidement, avec des affinités littéraires évidentes. Je lui ai montré certains textes qu’il aimait beaucoup. Il voulait depuis le début que j’écrive pour les adolescents et je refusais obstinément. Mais, il m’a aussi proposé d’être chroniqueuse pour son site Les histoires sans fin. J’étais contente parce que j’allais avoir des livres gratuits et ça allait soulager ma banque.

Tu aimes lire les livres pour enfants ? Quand on est adulte, c’est intéressant de lire ce genre-là ?

Sans doute parce que j’ai une relation particulière avec les livres depuis que je suis toute petite. A l’adolescence, je me suis mise à rechercher les livres que je lisais enfant et à explorer cet univers-là. Ces livres sont constructeurs de tout notre avenir de lecteur. Je trouve ça passionnant.

Mais tu es déjà construite en tant que lectrice. Alors, quel intérêt trouves-tu à lire de nouveaux livres jeunesse ?

C’est certainement de la nostalgie pure. C’est avoir envie de retrouver des sensations complètement oubliées que l’âge adulte ne permet plus. Ce sont de petites bouffées d’air frais.

Fred, qu’as-tu trouvé dans les textes d’Eli ?

Fred : Je trouvais que dans ces textes d’albums, elle avait une écriture vraiment belle, poétique et que je ne retrouvais pas forcément dans d’autres albums. Je lui ai demandé d’essayer d’écrire un roman d’ado. Eli, tu peux continuer l’histoire…

Eli : Je ne cherchais pas particulièrement d’histoire parce que je n’envisageais pas une seconde de me mettre à ce projet. Un matin, j’ai eu cette idée-là et j’en ai parlé naturellement à Fred. On s’est mis d’emblée à faire des recherches là-dessus et à projeter des choses…

5 livres pour commencer une carrière littéraire, tu n’as pas choisi la facilité !

Eli : Fred avait cette crainte. Pour un auteur jamais publié, pas du tout connu, sans relation, ça allait être compliqué. Il y a un cavalier par tome, qui lui-même se retrouve dans le cinquième. Je tenais à cette découpe-là. Fred a essayé de négocier en me proposant un tome pour deux cavaliers, par exemple. Je n’ai pas cédé. C’est de l’inconscience et de l’innocence totale, je le sais bien.

DSC03425.JPGIl a fallu donc que tu inventes 4 cavaliers, avec chacun leur personnalité. La seule fille de la bande, Alice, qui est l’héroïne du premier volet, je me suis laissé dire qu’elle te ressemble beaucoup…

Au début, je n’envisageais pas de mettre une fille. Je voyais 4 cavaliers, 4 garçons. C’est encore Fred qui m’a conseillé judicieusement d’ajouter une touche féminine. Pour élargir le lectorat. Fred est pragmatique. Du coup, Alice est le cavalier le plus intelligent et qui a la meilleure représentation symbolique. J’avoue qu’elle me ressemble pas mal adolescente. C’est ce que mes proches disent en tout cas.

A l’âge de 10 ans, son QI est supérieur de 4 points à celui d’Einstein… toi aussi tu es surdouée ?

Je lui ai donné quelques points de plus que moi au même âge. J’ai suivi une scolarité normale, j’ai même été très très mauvaise en seconde, par pure paresse scolaire. Mais, c’est vrai que je lui ai donné beaucoup de ma personnalité et de mon histoire personnelle.

Tu es solitaire, comme Alice ?

Oui. J’étais comme ça. J’étais asociale, très sarcastique, très cynique.

Ça se sent terriblement dans ton écriture. Le sarcasme et le cynisme. Fred, je crois que9782354501785.jpg ça ne t’a pas dérangé.

Fred : Non bien au contraire. Pour une fois, il y avait ce cynisme qu’on ne retrouve pas en littérature adolescente. Même dans les romans où il y a des anti-héros, au fond d’eux, ils sont profondément gentils finalement. Et là, Alice, elle s’en fout d’être gentille.

Alice n’est pas capable d’empathie.

Eli : Elle est pragmatique. Elle s’empêche de pas mal de choses. Comme tout le monde, quand on est un être humain, on a de l’empathie. Les émotions humaines, on les a tous, après on choisi de les exploiter, d’accepter de les ressentir, de les contrôler ou de les mesurer. Alice, elle est dans le refus de tout ça. Elle veut rester en permanence froide et sensée. Il faut que tout soit intelligent et cohérent.

On ne sait pas d’où elle vient, ce ne sont pas ses vrais parents. Cela instaure déjà un premier mystère.

Moi aussi, j’étais une enfant adoptée. J’ai juste transposé certains traits me correspondant parce que je pensais que ça pouvait nourrir le personnage.

Dans sa vie de tous les jours, Alice se rend compte d’abord avec effroi, puis avec une espèce de jubilation qu’elle peut manipuler les pensées de tout le monde. Tu ne peux quand même pas changer la perception des gens, lire dans les pensées, leur faire faire ce que tu souhaites ? Tu me fais peur là !

Rassure-toi, pendant cet entretien, je ne ferai rien qui ne te nuise.

DSC03420.JPG

Avant de commencer le premier tome d’une série qui en comprendra cinq, il faut que tu saches où tu vas jusqu’au bout. Il te faut un sacré squelette avant de commencer et une bible à suivre, je suppose.

Le terme « une bible » est particulièrement bien approprié. Comme je suis quelqu’un de psycho rigide, il faut effectivement que tout soit bien structuré. Je suis infirmière de profession, ça se sent dans ma manière de travailler, je pense.

J’ajoute que c’est dans le monde psychiatrique. C’est important pour comprendre ton œuvre.

Je n’ai pas fait que de la psy. J’étais aussi une puriste des urgences et aussi de la recherche en laboratoire.

Pour un journaliste, c’est très facile de faire le lien entre ta profession et ce que l’on peut lire dans cette saga. Il est beaucoup question de psychologie…

C’est mon univers, mon quotidien, ma normalité.

Quand on écrit un roman pour les adolescents, est-ce que l’on se dit qu’il faut faire attention à ce que l’on écrit pour ne pas les heurter ? Non, parce que tu parles de suicide et de viol, notamment.

J’ai du mal à écrire si je commence à penser à ce que les lecteurs vont eux même penser, ressentir ou en retirer. Je préfère écrire avec mes œillères. Après, c’est vrai que Fred, derrière me dit : « euh… là, ce n’est pas sûr que ça passe ». J’ai la chance d’avoir un éditeur qui aime ça et qui, au contraire, me demande de ne rien m’interdire. En même temps, je pense que les adolescents sont beaucoup plus hardcore que nous trois réunis.

Je crois savoir que tu as le besoin du regard de Fred sur tes textes assez régulièrement.

Il faut savoir que je suis quelqu’un de très impatient et effectivement très dur et très intransigeant. Quand j’ai commencé Alice, j’étais dans une situation professionnelle différente  et au moins 72 fois, j’ai eu envie de renoncer pendant l’écriture de ce premier tome. Fred étant un excellent manipulateur, se contentait de me demander d’écrire encore deux, trois pages, juste pour lui. Il me disait qu’il voulait lire la suite. Comme ça, il m’a amené au bout d’Alice. Il savait qu’au bout d’Alice, j’allais avoir envie d’explorer un autre personnage.

Quand Fred m’a parlé de ton livre, je lui ai répondu que l’héroic fantasy, ce n’était pas du tout ma tasse de thé.

Ce n’est pas la mienne non plus…

artoff295.jpgC’est ce que j’ai cru comprendre aussi. Je n’ai pas lu ton premier tome comme un livre de ce genre -là. J’étais captivé par le personnage d’Alice. Elle m’a embarqué dans son  monde un peu « spécial » grâce à sa personnalité très trash.

Tu devrais aimer le deuxième cavalier, Edo.C’est un personnage qui est aussi brut de décoffrage et aussi sarcastique qu’Alice. Il est encore plus cru. Finalement, inconsciemment, les quatre cavaliers ont quelque chose de moi.

Tu veux encore me faire peur ou quoi ? Bon si je comprends bien, pour te connaître parfaitement, il faut faire un condensé des personnalités des 4 cavaliers ?

On projette toujours des choses. Alice, c’est le côté de moi que l’on connait le plus socialement, les trois autres, ce sont les choses que je refoule et que je n’assume pas forcément. Ce sont mes traits de caractère les moins avouables.

Est-ce que l’on est maître de ce que l’on a envie d’écrire ?

Je ne pense pas. Je n’ai jamais eu l’impression de décider. Les choses et l’action se sont simplement enclenchées. Je n’assume pas trop. J’ai fait des études littéraires, tu sais. On est un peu élitistes, un peu prétentieux. Mais, bon,  j’adore les comics, même si je le dis moins volontiers. Je fais semblant quand je dis que Kundera est mon auteur préféré. En vrai, j’ai un gros penchant pour la littérature fantastique.

Lâcherais-tu tout pour la littérature si le succès était au rendez-vous ?

Je prends beaucoup de plaisir à écrire, mais j’ai trop besoin de mon métier d’infirmière. J’en aurais toujours besoin. Pour rééquilibrer, pour avoir un pied dans la réalité. L’un et l’autre doivent coexister. Je n’ai pas envie d’écrire pour écrire. Il y a beaucoup de personnes qui le font et ça se sent dans la qualité de leurs ouvrages. Plus le temps passe, plus ça perd en substance, en intérêt. Il y a des redites. J’aurais trop peur de faire de l’Apocalypsis ad vitam æternam.

Dans ton milieu professionnel, cela se sait que tu écris ?

Non. C’est pour ça que j’ai pris un pseudo. Quand on travaille en psychiatrie, par rapport aux patients, ce n’était pas possible de cumuler ces deux existences-là. On peut être sujet à projection. Je travaille avec une patientèle très spécifique. Certains font des délires mystiques, alors, avec ce que j’écris…

Ce doit être sacrément source d’inspiration…

C’est énorme, tu n’imagines pas. Moi, j’ai toujours aimé me retrouver au milieu d’une équipe de soignant, écouter leurs anecdotes, leurs moments forts dans le métier. On vit des choses inimaginables, aux frontières du réel…

DSC03421.JPG

Écrire sur l’Apocalypse… tu n’as pas eu peur que l’on considère que c’est opportuniste ?

J’aime bien les challenges où l’on est perdant d’avance. En plus, je déteste tout ce qui est prédiction apocalyptique.

Et pourtant, tu as écrit 5 livres sur ce sujet…

Je ne suis que paradoxe. Mais pour rentrer un peu plus dans le fond de l’histoire, sache que les 4 cavaliers doivent épargner 144 000 personnes, parmi les vivants et les morts. Ce sont des âmes, pas des vies.

269797_186828124708508_185878304803490_521822_1738927_n.jpg

Quelle est ton opinion sur l’apocalypse ?

Je suis censée y croire. Je suis chrétienne et croyante. Je suis censée croire dur comme faire aux 4 cavaliers. Ce que j’aime dans la bible, c’est que c’est très romanesque, très métaphorique.

Si tu es croyante, tu ne culpabilises pas de transformer « les écrits » ?

Je ne te le cache pas. C’est un truc auquel je pense régulièrement. J’espère que Dieu ne m’en voudra pas.

Transgresser fait partie de ta personnalité, finalement.

Voilà. Dieu m’a fait comme ça… il doit m’aimer comme ça, sinon, il m’aurait fait différemment. C’est ce que je me dis pour me consoler.

541254_378834752137489_176436635710636_1275985_925934638_n.jpg

L'auteur, l'éditeur et le conseiller artistique : Hicham Matagot, Eli Esseriam et Fred Ricou, à la librairie L'Antre Monde, le lendemain de cette interview...

Une autre interview d'Eli Esseriam, très complémentaire, celle d'Archessia (qui rentre un peu plus en profondeur dans le cycle en lui-même...)

Les commentaires sont fermés.