Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« CD'Aujourd'hui : Barbara Carlotti pour "L'amour, l'argent, le vent" | Page d'accueil | Zedrus : interview pour "Dans la différence générale" »

10 avril 2012

Stéphanie Hochet : interview pour "Les éphémérides"

Stephanie-Hochet-Copyright-Cecile-Duclos.jpg

(Photo : Cécile Duclos)

Lire Stéphanie Hochet a été un choc.

Pas seulement littéraire. Le fond et la pensée aussi.

Il faut dire… c’était ma première fois. On m’avait pourtant prévenu, mais j’y suis allé sans me méfier. Que Stéphanie Hochet soit une auteure « dérangeante » ne m’impressionnait pas outre mesure. Des auteurs licencieux, j’en ai lu bons nombres…

Mais, effectivement, quand on se plonge dans Les éphémérides, difficile d’en ressortir indemne tant les méandres de l’âme humaine sont décortiqués presque à l’extrême (et dans son côté pas toujours reluisant), mais avec délicatesse (ce n'est pas le moindre de ses paradoxes).

Rien ne m’a choqué, tout m’a bouleversé.

La fragilité de l’amour et de la vie se confond avec la mort inéluctable. Je n’ai pas envie d’en dire plus. Ce roman ne se raconte pas, il se lit/vit.

J’ai souhaité rencontrer Stéphanie Hochet pour tenter de savoir ce qui se cachait derrière ce texte fort, noir et prenant.

Ephemerides---couverture.jpg4e de couverture :

Le gouvernement anglais vient d'annoncer qu'un événement exceptionnel aura lieu le 21 mars. Chacun est sur le qui-vive. Tara et Patty dans leur ferme d'Ecosse, le peintre Simon Black à Londres, son amante Ecuador, Alice qui retourne à son premier amour et n'est pas au bout de ses surprises. Pendant trois mois, avant la date fatidique, un climat d'insurrection s'installe, c'est l'heure du dévoilement.

Le passage de l'hiver au printemps n'a jamais été aussi prometteur.

L’auteur :

Titulaire d’une maîtrise sur le théâtre élizabéthain, Stéphanie Hochet a enseigné le français en Angleterre et l’anglais en France.

Stéphanie Hochet est romancière. Elle est l'auteur de Moutarde douce (Robert laffont, 2002), Le Néant de Léon (Stock, 2003), L'Apocalypse selon embrun (Stock, 2004), Les Infernales (Stock, 2005), Je ne connais pas ma force (Fayard, 2007), Combat de l’amour et de la faim (Fayard, 2009, Prix Lilas) et La distribution des lumières (Flammarion, 2010, Prix Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres).

DSC03470.JPG

Interview :

Je me suis demandé ce qu’il y avait dans ta tête pour écrire un livre comme ça…

Il y a un critique que je trouve assez talentueux, Pierre Cormary, qui a écrit sur ce livre : « je serais à la place de Stéphanie Hochet, je me méfierais de mon inconscient »… il a ajouté, « mais pas de mon style ».

Je partage cette réflexion... Du coup, sais-tu pourquoi tu écris ce « genre » de livre?

Sans doute que j’explore des zones sombres de ma psyché. Il me semble que ce qu’il y a d’intéressant, c’est d’aller creuser, d’aller chercher les bizarreries en soi et celles des autres… je suis intéressée par les marges. Régulièrement dans mes livres, on trouve des thèmes forts et même si le terme est assez cliché, je dirais dérangeants. Je ne connais pas ma force, un livre que j’ai publié en 2007, c’était une histoire tirée d'un livre de pédopsychiatrie sur un jeune malade d’un cancer qui avait 15 ans. Il était en stade de rémission et était devenu complètement obsédé par l’idéologie de l’extrême force et en particulier l’idéologie fasciste. Je suis allée creuser ça et je l’ai fait parler à la première personne. Pas mal de gens ont été gênés par le livre. J’ai été intéressée par la tentation de l’extrême violence, la tentation du mal, mais en même temps, c’était quelqu’un qui était dans l’hésitation et dans le questionnement.Je recherchais l’humain derrière tout ça.

Cela rejoint les personnalités de certains de tes personnages dans Les éphémérides. Tara, par exemple, elle travaille dans un club sado maso…

Elle travaille dans une maison close plutôt classique, juste, elle s’est spécialisée dans un certain domaine. Dans le domaine, on va dire des femmes puissantes. Les hommes viennent la voir et la payent grassement pour retrouver une place de petit enfantdevant une mère surpuissante qui leur permet de livrer leur culpabilité. C’est presque une séance de psychanalyse, sauf que ça se fait avec un certain schéma que l’on trouve généralement dans le sado masochisme. Je précise qu’elle, elle a de la tendresse pour ses clients.

Stephanie-Hochet-2--Copyright-Cecile-Duclos.jpgEn règle générale, tu n’aimes pas les gens lisses ?

Je me méfie du lisse. Si on pense que quelqu’un est lisse, c’est qu’on a pas bien regardé. Même quand on regarde des familles classiques, dites « harmonieuses », il faut observer encore plus attentivement et on s’apercevra que ce n’est jamais réellement le cas.

Ce que j’aime dans ton livre, c’est que tout n’est pas expliqué, mais que l’on se fait sa propre opinion en étant sûr de comprendre les situations. C’est rare que je ressente cela à la lecture d’un livre.

J’aime que mon lecteur développe aussi une part d’imagination. Je considère que je ne suis pas là pour lui expliquer le monde. J’aime que lui-même soit presque dans une situation d’inventer des choses. Je ne veux pas lui donner toutes les clés, toutes les explications. Je pense que c’est une grande marque de respect, car je le prends pour un adulte. Par rapport à ce livre là, il est question de mystère, d’annonce, d’évènements étranges, du coup, j’ai créé ce climat. Une espèce de climat d’effroi à la Ann Racliffe.

Ton style narratif consiste à passer d’un cerveau à l’autre de tes 3 personnages principaux…

J’ai commencé à écrire à la première personne à partir de Je ne connais pas ma force. Sans doute que dans mon histoire personnelle, ce n’est pas un hasard. Cela a correspondu au début de ma psychanalyse. A partir du moment où je me suis allongée sur un divan, j’ai dit « je » et étonnamment, depuis, j’écris « je ». Rentrer dans le cerveau de quelqu’un apporte le son de la voix. Tout d’un coup le personnage sonne. On l’entend. Dans ce livre, j’ai aimé développer la voix de Tara parce qu’elle est un personnage très ambigu. Elle a une voix à la fois populaire, mais avec de la finesse.

On passe facilement d’une voix à l’autre ?

C’est très difficile. De toute façon, pour moi, dans l’écriture, tout est difficile. Je dis souvent à mon éditeur : « Tu sais, ce n’est pas parce que j’ai déjà écrit des livres que je vais être capable d’en écrire d’autres. » J’ai toujours l’impression que je ne vais pas pouvoir. Je suis toujours face à cette impuissance jusqu’au moment où éventuellement ça fonctionne.

Et pourtant, tu te remets à l’ouvrage systématiquement…

Oui, je finis par m’y remettre. De toute façon, si je ne commence pas un nouveau livre, je deviens insupportable pour mon entourage, donc on me fait comprendre qu’il est temps que j’écrive. Je parviens à cohabiter avec moi-même que lorsque je suis assez contente de ce que j’ai écrit.

Il y a des moments où tu n’écris pas ?

Je peux être en jachère pendant des mois. Je ne retrouve pas l’inspiration comme ça.

Ton  livre n’est pas un roman sur l’apocalypse. C’est plus intense et profond que cela.Stephanie-Hochet-Copyright-Fred-Postel.jpg

Comment parler de la vie, sans parler de la mort ? Il y a une phrase de Lacan que j’aime beaucoup : « La mort est du domaine de la foi. Vous avez raison de croire que vous allez mourir. D’ailleurs, comment supporteriez-vous cette vie, si vous pensiez que vous n’alliez pas mourir ? » Fixer la date de sa mort, c’est savoir qu’on est vraiment en vie. Si je voulais développer totalement la vitalité des personnages, il fallait qu’il y ait une date et une mort certaine.

Les autorités annoncent le jour de l’apocalypse avec certitude, pourtant, il n’y a pas d’affolements, de débordements, contrairement à l’imagerie populaire habituelle. Au cinéma et dans les livres, les jours qui précèdent la fin du monde, c’est généralement le bordel. Pas dans ton livre.

Comme il y a beaucoup d’intox aux infos, il y a des gens qui n’y croient pas. Ce livre se situe aussi sur une base de théorie du complot. Il y a également ceux qui acceptent l’annonce, mais qui décident de transmettre la vie quand même. Mes personnages sont obsédés par la vie et par la transmission de la vie

Comment réagirais-tu si on t’annonçait la date de la fin du monde avec certitude ?

Je pense que c’est intéressant de fixer des dates dans sa vie. Choisir la date de sa mort, c’est le fantasme de l’écrivain. Le fantasme de maîtrise absolu sur la vie et la mort. Fixer la date de sa mort, c’est contrôler parfaitement son existence et se déclarer Dieu pour soi. Je respecte ça et je ne méprise aucunement les gens qui pratiquent le suicide, mais moi, je n’irai pas jusque-là.

Oui, mais toi, crains-tu la fin du monde ?

Symboliquement, la fin du monde, on va tous la vivre. C’est sa propre mort.

J’ai bien compris, mais celle que l’on annonce, celle que l’on fantasme ?

Je pense que l’on va être surpris par les dérèglements climatiques. Dans mon livre, j’ai essayé de travailler la temporalité. J’ai travaillé un jeu de mot entre « time » et « weather », en anglais. Le temps est détraqué dans le livre. Mais tout se passe sur des détails.

Sans faire de psychologie de comptoir, l’amour est associé à la mort dans ton roman. C’est très sensuel, voire même un peu sexuel.

Moi, j’aime désirer mes personnages. Je pense qu’il faut être dans l’amour, même quand on créé des monstres. C’est une attitude facile et assez minable de mépriser ses personnages, même s’ils sont potentiellement épouvantables. C’est comme mépriser ses enfants, je trouve.

Créer des monstres, ça empêche d’être monstre soi-même ?

Au moins, c’est s’interroger sur la monstruosité. Quand on s’interroge sur les marges et la monstruosité, c’est déjà qu’on a fait le distinguo entre l’humain et le monstrueux.

Quand tu es arrivée au bout de ce livre, tu étais dans quel état ?

J’étais contente parce que, je te le répète, jusqu’à la fin, je ne suis jamais sûre de parvenir à terminer mon histoire.

Qu’est-ce que ça te fait que l’on parle de ton œuvre une fois qu’elle est écrite ?

Quand ce sont des gens comme Amélie Nothomb, Carole Zalberg, Pierrette Fleutiaux, Annie Ernaux, Alain Mabanckou qui ont écrit des choses magnifiques sur certains de mes livres, je ne peux qu’être ravie. Des écrivains de talents qui lisent et qui apprécient mes livres est une immense satisfaction.  Mais chaque avis de lecteur m’intéresse et m’interpelle. On a terriblement besoin de ça.

Tu es réellement une nouvelle voix de la littérature française. Pour te découvrir plus amplement, quels livres de toi conseillerais-tu aux lecteurs ?

Les deux derniers : Combat de l’amour et de la faim  et La distribution des lumières. Ce sont mes deux livres les plus aboutis et certainement pas les moins dérangeants. Quand on aborde la perversité, ça peut un peu choquer les lecteurs. Sans ces deux livres-là, je n’aurais peut-être pas pu écrire Les éphémérides. Tous mes livres permettent au suivant d’exister. 

En termes d’écriture, il y a beaucoup d’exploration dans Les éphémérides.

Entrer dans la tête des personnages, tous les écrivains le font. Mais, là, je voulais jouer avec des choses un peu plus subtiles, créer une espèce de temporalité et en même temps créer une accélération du temps et une accélération des saisons. J’ai fait un choix très poétique.

DSC03473.JPG

Stéphanie Hochet et Mandor, le 30 mars 2012...

(Merci à Cécile Duclos et Fred Postel pour les photos professionnelles).

(Merci à Nathalie Dias Fernandez pour les photos à l'agence).

Les commentaires sont fermés.